ANALYSE : Les tirs des Slaves n’ont pas eu beaucoup de chance d’aboutir, le Sparta a dominé dans les airs

ANALYSE : Les tirs slaves ont eu peu de chance d’aboutir, Sparte a dominé dans les airs

Le premier derby de la nouvelle saison de FORTUNA:LIGA s’accompagnait de grandes attentes. Le Sparta et le Slavia abordaient le match en excellente forme, avec seulement un point d’écart en tête du classement. En fin de compte, les buts n’ont été marqués qu’aux tirs au but et, au lieu de football, le match national le plus regardé s’est transformé en une succession de fautes et de bousculades qui n’ont même pas atteint les normes européennes.

Cette affirmation est confirmée par le nombre total de fautes. L’arbitre Szikszay a interrompu le match pour faute à 39 reprises. Les Sšiovans ont violé les règles plus souvent, dans 24 cas. A titre de comparaison, l’équipe qui commet le plus de fautes dans le FORTUNA:LIGA de cette année (Teplice) commet en moyenne 17,3 fautes par match.

Ivan Schranz a été l’auteur du plus grand nombre de fautes pour l’équipe locale. L’international slovaque a commis six fautes, alors qu’il n’avait été sifflé que cinq fois lors des cinq derniers matches de championnat. L’attaquant de 30 ans a également reçu son premier carton jaune de la saison. Le bilan de son homologue Victor Olatunji est encore plus éloquent. En effet, le Nigérian a commis plus de fautes que de passes réussies au cours des 63 minutes qu’il a passées sur le terrain.

Mais son compatriote Igoh Ogbu y a largement contribué. Comme lors des précédents derbies, le stoppeur slave a donné du fil à retordre aux joueurs offensifs du Sparta, réalisant 14 tacles défensifs et 11 passes gagnantes. Olatunji et Jan Kuchta n’ont tenté qu’un seul tir.

Le Sparta, quant à lui, a dominé dans les airs comme prévu. Ainsi, Ogbu n’a joué le ballon de la tête qu’une seule fois en huit duels aériens, avec un taux de réussite titanesque de 13%. Même le costaud Muhamed Tijani (191 cm) n’a pas fait grand-chose dans les airs face à Filip Panak (187 cm). Il n’a réussi que quatre fois sur 14, alors que le défenseur tchèque a maintenu un taux de réussite de 75% en 12 duels.

Il n’y a pas eu beaucoup de situations intéressantes devant les deux buts. Les spectateurs n’ont assisté qu’à quatre tirs entre les trois poteaux, dont deux sur penalty. Pour le Sparta, le tir au but de Lukáš Haraslín était même la seule tentative précise… Ce sont les Slaves qui menaçaient Peter Vindahl de trop loin. En moyenne, ils ont terminé à 21 mètres et sur 11 tirs, six n’ont pas atteint une valeur supérieure à 0,03 xG, c’est-à-dire qu’ils n’avaient que trois pour cent de chances de réussite.

Il est également très intéressant d’examiner la statistique la plus élémentaire, à savoir les passes. Les deux équipes n’en ont réussi que 487 dans le duel. En d’autres termes, très peu par rapport aux autres derbies. La saison dernière, les équipes de Brian Priske et de Jindřich Trpišovský se sont rencontrées quatre fois et ces matches ont toujours produit au moins 623 passes. Lors de la dernière rencontre, le Slavia a réussi à lui seul 573…

A lire également