Barák a parlé de l’équipe nationale : la fin n’était pas dans ma tête. Violation des règles ? Je n’en connais pas

Après des mois de silence, Antonín Barák (28 ans) s’est exprimé sur son exclusion de l’équipe nationale de football. Le milieu offensif de la Fiorentina italienne a commenté son état de santé, sa relation avec Tomas Soucek ou Vladimir Coufal, ainsi que son différend avec le sélectionneur Jaroslav Šilhavy (62). Il a également confirmé qu’il n’avait pas l’intention de quitter l’équipe nationale. « Je n’ai jamais eu cette idée en tête. Je n’abandonne pas, j’ai mes objectifs, je sais clairement où je vais. De ce point de vue, abandonner et démissionner n’était pas une option pour moi », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse.

Sur la santé

« J’ai eu une pneumonie bilatérale. Mon état s’est aggravé au point que j’ai été hospitalisé. J’ai passé une semaine à l’hôpital et une autre semaine en vacances en Turquie. J’en suis arrivé au stade où j’ai eu un épanchement sur le péricarde, heureusement il n’a pas pénétré dans le cœur. Après quelques tests à Rome, j’ai pu revenir à 100 %. Depuis la mi-septembre, après la trêve nationale, je suis régulièrement dans les nominations pour le match et j’ajoute des minutes. C’est pourquoi je n’ai pas fait de commentaires à ce sujet à l’époque. Je n’ai parlé que de mon retour sur le terrain.

Sur le désir de représenter

« Les médias ont laissé entendre que je ne voulais pas représenter l’Europe. Je voudrais simplement dire que je n’ai jamais refusé une invitation, depuis les équipes nationales juniors jusqu’à aujourd’hui, sous la direction de n’importe quel entraîneur. Quand j’ai pu, j’ai toujours voulu représenter.

Sur sa relation avec Soucek et Coufal

 » Avant la finale de la Conférence de printemps contre West Ham, on a dit que j’avais un problème avec Vlada Coufal et Tomáš Souček. Personnellement, je peux dire que je n’ai de problème avec personne, que ce soit physiquement ou verbalement. Je peux même dire que j’ai des relations au-dessus des standards avec tous les membres de la sélection. »

A propos de l’affaire Šilhavy

« Je n’ai pas fait de commentaires à ce sujet parce que je ne voulais pas mettre la pression sur l’équipe avec une affaire. Maintenant, j’ai senti que je devais me manifester. Avant la réunion d’octobre, M. Šilhavy a dit par l’intermédiaire des médias que c’était mon tour et que je devais l’approcher et prendre des mesures pour remédier à la situation.

« J’ai appelé M. Šilhavy le lendemain, et le directeur de l’équipe, Tomas Pešír, était également présent lors de l’appel téléphonique. Nous avons parlé pendant 20 minutes, j’ai demandé trois fois de suite quelles règles internes j’avais violées et on ne m’a rien expliqué. L’entraîneur m’a simplement dit que tout m’avait été dit lors des réunions précédentes. Nous avons eu quelques entretiens, mais je n’étais au courant d’aucune violation des règles. J’ai toujours agi en professionnel.

« Le seul moment où ils peuvent me dire quelque chose, c’est quand ils ont annoncé que je ne jouerais pas contre la Pologne et que je ne l’ai pas supporté émotionnellement parce que je me sentais en forme. Nous avons vécu cela avec quelques joueurs à la Fiorentina. Ce n’est pas que le joueur s’oppose à l’équipe dirigeante, c’est qu’il se sent concerné et qu’il veut jouer. M. Pesir, le manager, m’a dit que j’avais l’air de les prendre pour des abrutis. Je lui ai répondu qu’ils avaient fondé mes apparitions publiques sur des hypothèses. À l’issue de cet appel, M. Shilhavy m’a dit qu’il était heureux que j’aie pris contact avec lui et nous avons mis fin à l’appel.

« Je pensais que c’était terminé. J’ai dit au téléphone que j’étais heureux que toute communication se fasse entre hommes, et non par l’intermédiaire des médias. Si nous ne communiquons pas, nous n’allons pas nous le dire. Je n’ai pas fait d’autres commentaires.

Sur l’envie de s’exprimer

« J’attendais l’investiture de novembre. Je n’en faisais pas partie, cela ne me pose aucun problème, mais une fois encore, la nouvelle de la conférence de presse m’a touché. Interrogé à ce sujet, M. Šilhavy m’a répondu que la situation n’avait pas évolué. À ce moment-là, j’ai eu envie de faire une déclaration. Je m’attendais à ce qu’il se justifie en disant que je n’avais pas les minutes, les performances, ou qu’il avait de meilleurs joueurs à mon poste. Cela ne me dérange pas. Mais c’était un peu trop pour moi. J’aimerais que cette sortie vienne boucler la boucle dans laquelle nous sommes entrés depuis un certain temps. Pour les supporters qui s’intéressent au football tchèque et qui me soutiennent peut-être en tant que joueur et en tant que personne. Je veux que tout cela se termine aujourd’hui et que les médias cessent de parler de Tonda Barák comme d’un rebelle. Personnellement, je peux vous dire que Tonda Barák va bien, qu’il ne prend rien personnellement, qu’il a un bureau propre et qu’il a le désir de représenter.

Sur la façon de sortir de cette situation

« Je ne suis au courant d’aucune des réunions dont M. Beard a parlé, peut-être qu’elles étaient prévues, mais personne ne m’a contacté. Je ne sais pas moi-même quelle serait la bonne solution. J’en ai parlé avec des personnes qui ont su me conseiller dans des situations difficiles. Je ne sais pas si je dois appeler pour être nommé dans l’équipe nationale. Je m’attendais à être contacté si j’étais sélectionné. Je ne l’ai pas été, je ne suis pas dans la liste, je respecte cela, mais je m’attendais à une déclaration différente. Maintenant que les matches de novembre sont en cours, la prochaine réunion n’aura lieu qu’en mars, ce qui laisse beaucoup de temps pour régler le problème. Il devrait y avoir une communication de leur part si l’on compte sur moi et je serai évalué sur la base de mes performances.

L’impact sur la famille

« Papa est l’une des personnes avec lesquelles je règle les choses. J’en ai parlé avec ma femme, mon agent et certains de mes collègues représentants. Mon père est contrarié, il est désolé parce que c’est agréable pour un père de voir son fils représenté. Pour moi, le plus dur a été de voir ces gens traverser cette épreuve ».

Sur le soutien de ses coéquipiers

« J’ai vraiment senti le soutien de beaucoup de gars, d’un point de vue humain parce qu’ils me connaissent, et d’un point de vue footballistique. J’ai été heureux de la déclaration de Páti Schick, qui a décidé de mettre fin à tout cela et de régler le problème. Je suis en contact avec beaucoup de personnes et, heureusement, personne ne m’a encore rejeté. Mais je ne veux surtout pas monter l’équipe contre l’entraîneur, je ne voudrais pas que cela se produise avant un match très important.

A propos de la relation avec le manager de l’équipe nationale Pesir

« Je n’ai pas connaissance d’un quelconque conflit entre nous. S’il ressent quelque chose, il faut le lui demander. Après certaines expériences dans le football de club en République tchèque, je ne prends plus certaines choses personnellement.

Sur la possibilité de mettre un terme à sa carrière en équipe nationale

« Je n’ai jamais eu cette idée en tête. Je n’abandonne pas, j’ai mes objectifs, je sais clairement où je vais. De ce point de vue, abandonner et démissionner n’était pas une option pour moi. Beaucoup de supporters m’ont soutenu, grâce à eux je ne peux pas imaginer laisser l’équipe nationale en plan.

Sur la possibilité d’un retour sous la houlette d’un nouvel entraîneur

« Je ne veux pas penser que la porte ne s’ouvrira pour moi que si un nouvel entraîneur arrive. Je ne suis allé aux championnats nationaux que pour l’équipe nationale, l’entraîneur ne joue aucun rôle pour moi. M. Šilhavy et moi ne serons probablement plus jamais amis, nous ne pourrons jamais nous asseoir et parler, mais je ne vois pas du tout les choses de cette manière. D’après mon expérience à l’étranger, je ne pense pas qu’il soit important pour un entraîneur et un joueur d’avoir une sorte de relation humaine supérieure. Ce qui compte, c’est la composante professionnelle. On joue pour le maillot, on veut gagner pour l’équipe nationale. Mais bien sûr, je suivrai la situation, je suis un fan de l’équipe nationale et je me considère toujours comme un membre de l’équipe.

A propos de la rencontre en Moldavie

« Trois joueurs n’ont pas suivi la décision de l’équipe dirigeante à l’égard de la Pologne. Ensuite, en Moldavie, nous avons tous eu un entretien au cours duquel on m’a fait savoir qu’ils voulaient me parler, qu’ils n’aimaient pas mon comportement. Il y a des jeunes qui sont là pour la première fois, comme Martin Vitik, et il n’est pas bon de faire des grimaces de mon côté. Mais on m’a dit qu’en fait, c’était moi qui m’étais le mieux comporté parmi les trois. J’ai tout au plus dit que j’étais en colère, je l’ai admis, mais je n’ai pas fait d’autres commentaires. Avec le recul, j’ai compris et, lors de l’appel téléphonique d’octobre, je me suis excusée pour mon comportement, mais je pense que j’aurais pu aller de l’avant et mieux le prendre. Je le prends comme une expérience qui m’a appris quelque chose et qui peut me faire avancer.

A lire également