Championnat du monde junior 2024 : la Finlande et la République tchèque renversent le tournoi, les États-Unis et la Suède sont qualifiés

L’année 2024 a démarré sur les chapeaux de roues. En Suède, mardi, les quatre quarts de finale étaient au menu et, au cours de ceux-ci, une surprise après l’autre a été tirée du chapeau. Alors que les États-Unis et la Suède, pays hôte, avaient rendez-vous, la Finlande et la République tchèque ont à leur tour réservé des surprises tonitruantes. Tandis que la Finlande renvoyait la Slovaquie chez elle sur le score de 4 à 3, la République tchèque s’en prenait aux rouges et blancs du Canada dans un véritable match d’anthologie. thriller sur les genoux.

QUARTFINALES

FINLANDE – SLOVAQUIE (4-3 OT)

Jere Lassila a créé une surprise retentissante avec son but en prolongation. Dans une bataille titanesque, le capitaine finlandais a permis à son équipe de battre les favoris slovaques en prolongation. La Finlande prolonge ainsi son invincibilité en quarts de finale contre la Slovaquie, qu’elle avait remportée lors des trois éditions précédentes (2001, 2003 et 2012).

La première période n’est pas un régal pour les yeux. Avec deux équipes qui se disputent la mise en jeu initiale, ce sont surtout les gardiens qui se montrent décisifs dans les situations sporadiques en zone offensive. Le gardien slovaque Adam Gajan a empêché Jani Nyman de donner l’avantage aux Scandinaves en milieu de première période. Malgré un léger avantage pour les Finlandais, l’ouverture du score est venue de l’autre côté. Adam Sykora a été le plus attentif à un tir de Filip Mesar et a tiré à 0,2 seconde de la fin de la première période. buzzer le 0-1 contre les cordes.

La deuxième période n’a pas non plus été un plaisir pour les yeux. Le seul fait marquant était aussi directement un but. Tommi Manisto a de nouveau fait passer la Finlande à côté après à peine trois minutes de jeu, suite à l’ouverture du score de la Finlande. ailier s’est emparé du palet, l’attaquant de l’Université du Michigan a magnifiquement surpassé Adam Gajan.

Enfin, au cours de la troisième période, le match s’est transformé en une bataille digne d’un quart de finale. Les Scandinaves se sont immédiatement lancés à l’attaque avec un forecheck haut et agressif qui a porté ses fruits dès la première minute avec un but de Lenni Hameenaho. Après que Dalibor Dvorsky ait égalisé cinq minutes plus tard, les Finlandais ont semblé prendre le jeu à leur compte à une minute et demie de la fin. Après un bon travail préparatoire de Konsta Helenius, Aleksanteri Kaskimaki envoyait le palet dans les gants de Gajan. Au cours de l’action qui s’ensuivit, le filet vide situation La Slovaquie se ressaisit une fois de plus. Filip Mesar a fait monter la foule sur les bancs avec un but « à la Ovi ».

Le toit s’est complètement envolé en prolongation, lorsque le capitaine Jere Lassila a donné la victoire aux Finlandais.


RÉPUBLIQUE TCHÈQUE – CANADA (3-2)

Alors que la Finlande avait déjà créé la surprise dans le premier match de la journée, la République tchèque a fait un gros coup d’éclat dans le deuxième match. Avec seulement 12 secondes à jouer, Jakub Stancl a propulsé les Tchèques en demi-finale du WJC. C’est plus qu’une revanche sur la finale perdue en 2022 face au Canada. C’est d’ailleurs la première fois depuis 2019 que le Canada n’accède pas à la finale.

Le Canada n’a rien laissé au hasard en début de match. Les rouges et blancs ont commencé très haut et ont piégé les Tchèques dans leur propre zone dès la première mise au jeu. Cependant, le plan tactique de l’entraîneur tchèque Patrik Augusta a fait mouche. Avec une défense fermée, les Tchèques gardaient le Canada principalement sur les côtés et, à l’exception d’une magnifique pirouette de Macklin Celebrini, ils ne parvenaient pas à faire trembler les filets. La poignée d’occasions que la République tchèque s’est créée a également donné lieu à deux buts immédiats. Jakub Stancl et Tomas Cibulka permettent aux Européens de mener 2-0.

En deuxième période, le tableau est le même. Le Canada appuie tout autant sur l’accélérateur et il faudra attendre que les Canadiens rétablissent la tension. Après un fabuleux une-deux entre Matthew Wood et Cowan Easton, c’est finalement Wood qui porte le score à 2-1. Après 16 minutes de jeu dans le deuxième tiers-temps, les Canadiens ont enfin pris leur revanche après une copie du premier but par Jake Furlong.

Au début de la troisième période, le Canada a eu l’occasion parfaite en supériorité numérique de prendre l’avantage, mais il s’est heurté une nouvelle fois au puissant bloc défensif de la République tchèque. Après que la tempête canadienne se soit calmée, l’image du match a basculé et, à 12 secondes de la fin, Jakub Stancl a mis les Tchèques dans l’extase en marquant le but décisif.


USA – LETTONIE (7-2)

Les Etats-Unis n’ont pas fait d’erreur dans la quête de leur première médaille d’or depuis l’édition 2021. Dans un match à sens unique, les protégés de l’USNTDP ont dominé la rencontre et les « Stars and Stripes » se sont imposés relativement facilement 7-2 face à la Lettonie. Les hommes du sélectionneur David Carle ont de loin inscrit le plus grand nombre de buts (29) et l’on était convaincu que le boulier pourrait également être sorti du placard contre la Lettonie.

Dès la première mise en jeu, les Américains ont continué à marquer des buts. Drew Fortescue marquait le premier but après une minute et demie de hockey avec le premier tir du match. La Lettonie a eu un peu plus d’emprise sur l’outsider et a surtout renvoyé les lignes offensives des Américains vers les bandes. Mais c’est Gabe Perrault qui a doublé le score en milieu de première période. Après que Dans Locmelis sans assistance a produit le but de la connexion, Danny Nelson a ramené l’écart à deux buts.

La deuxième période donnait le coup de grâce à la Lettonie. Pendant les 20 minutes, les Lettons ont joué de la boîte au mur et avec des buts de Rutger McGroarty, Will Smith et le second de Gabe Perreault, les dommages ont été limités à seulement trois buts. Les frappes d’Oliver Moore et de Dans Locmelis dans le troisième tiers ont permis d’établir des statistiques.


SUÈDE – SUISSE (3-2 OT)

La Suède, en quête de son troisième titre mondial, a atteint les demi-finales par les talons. Après une avance de 2-0, il ne semblait pas y avoir de problème pour la Tre Kronor, mais Axel Sandin Pellikka a sauvé les meubles pour la formation jaune et bleue en prolongation.

Le début de match était exactement ce que les Scandinaves avaient en tête. Après une minute et demie, Otto Stenberg ouvrait le score. L’attaquant a parfaitement changé la direction d’un tir de Mattias Havelid, sous le gant d’Alessio Beglieri. À deux minutes de la fin de la première période, Jonathan Lekkerimaki a doublé le score. Sur une passe de Liam Ohgren, l’attaquant a tiré le 2-0 contre les cordes en supériorité numérique.

En deuxième période, un nouveau plan de jeu est sorti du chapeau. Alors qu’en première période, l’accélérateur avait été mis, la deuxième période a consisté à faire tourner le chrono aussi vite que possible vers la fin du match. buzzer pour lâcher prise. Après que Noah Ostlund ait touché la barre transversale, les Suisses sont soudainement revenus dans le match. Dans une de chiffre d’affaires Jan Hornecker a laissé le gardien Hugo Havelid sans défense avec une belle frappe.

Les vingt dernières minutes ont montré le même schéma de jeu. La Suède gardait constamment le palet dans l’équipe et semblait vouloir gaspiller le moins d’énergie possible dans l’optique d’une demi-finale. En milieu de période, cependant, elle s’est mis le doigt dans l’œil. Nick Meiele a profité de la mauvaise vision du gardien Havelid et a même tiré à côté de la Suisse. La troisième cascade de la journée était-elle en train de se préparer ?

La réponse fut finalement négative. En prolongation, la Suède a bénéficié d’une supériorité numérique après cinq minutes, à la suite de laquelle Axel Sandin Pellikka, espoir des Detroit Red Wings, a marqué le but en or. En route pour les demi-finales. En route pour la République tchèque.

SUIVANT

Aujourd’hui marque un nouveau jour de repos pour les quatre équipes restantes. Les deux demi-finales sont prévues pour le jeudi 4 janvier, mais l’Allemagne et la Norvège croiseront le fer dans le match de relégation.

PROGRAMME
Allemagne – Norvège 11h00
Suède – République tchèque 15:00
Etats-Unis – Finlande 19:30

A lire également