Championnat du monde junior 2024 : les Etats-Unis humilient la Slovaquie, la Finlande remporte la bataille des voisins et l’Allemagne est reléguée au rang de fantôme

Au nom de toute l’équipe éditoriale de la LNH, tous nos vœux de réussite pour 2024 ! La sixième journée, qui est aussi la dernière de l’année civile 2023, nous a offert une série de matchs divertissants. En début d’après-midi, les États-Unis ont remporté la poule B en battant la Slovaquie sur le score sans appel de 10-2. La Suède s’est étonnamment inclinée aux tirs au but face à la Finlande, mais termine néanmoins la poule A en tant que vainqueur du groupe. L’Allemagne, quant à elle, peut se préparer à un match de relégation. Comme prévu, les Allemands ont perdu contre le Canada et restent donc lanterne rouge.

POULE A

SUEDE – FINLANDE (4-5 SO)

La Suède est restée impeccable pendant ce tournoi jusqu’au match contre son rival et voisin, la Finlande. Le pays hôte a remporté les trois premiers matches sans inscrire le moindre but. Avec au moins un point, la Tre Kronor se qualifiait pour les quarts de finale en tant que leader du groupe. Pour la Finlande, l’enjeu était encore plus important. Les Finlandais ont perdu à la surprise générale contre l’Allemagne au premier tour et n’étaient pas sûrs à 100 % de survivre en première division avant le début de la compétition.

C’est dans cet état d’esprit que le match a démarré. La Suède n’a pas pris le temps d’appuyer sur l’accélérateur et a été submergée par une Finlande plus vive et plus énergique, surtout en première période. Les Bleus et Blancs sont entrés dans la bataille avec un forecheck élevé et cette intensité a été immédiatement récompensée par deux buts – Tommi Mannisto et Lenni Hameenaho – dans la seconde moitié de la première période. Le premier but de Mannisto était le premier but contre pour les Suédois dans ce WJC. L’équipe a ainsi égalé son propre record datant de 1988, au cours duquel elle n’avait encaissé aucun but lors des trois premiers matches.

C’est peu dire que le vestiaire suédois a fait entendre un tonnerre d’applaudissements à la première pause. L’effet était visible presque immédiatement et faisait basculer le match à 180 degrés. La Finlande, qui ne parvenait qu’à des percées sporadiques, voyait la formation suédoise se mettre en place en l’espace de six minutes. Isac Born et Jonathan Lekkerimaki ont tous deux mis le palet dans le filet sur une passe de Noah Ostlund. Après une occasion de Kasper Halttunen, Theo Lindstein et Filip Bystedt ont permis aux jaunes et bleus de prendre l’avantage. Jani Nyman a égalisé in extremis, portant le score à 4-4 avant la prolongation.

Il ne s’est pas passé grand-chose pendant la prolongation et c’est finalement la Finlande qui est sortie victorieuse de ce choc entre voisins. Konsta Helenius et Jani Nyman ont finalement porté le score final à 4-5 en faveur des Finlandais. La Suède reste donc vainqueur de la poule A (quarts de finale contre la Suisse) et la Finlande rencontre la Slovaquie.

CANADA – ALLEMAGNE (6-3)

Avant le début de la rencontre, quatre scénarios étaient envisageables pour l’Allemagne. Gagner contre le Canada dans le temps réglementaire, elle atteindrait les quarts de finale en tant que numéro deux. Perdre dans le temps réglementaire, elle était éliminée. Finir troisième en triomphant dans les prolongations, ou perdre dans les prolongations et pousser la Lettonie vers le duel de relégation. De plus, avec le match final de 2023 en cours, l’Allemagne a atteint son 200ème match au WJC, dont pas moins de 29 ont eu lieu contre le Canada. La seule victoire a eu lieu lors de l’édition 1981 en Allemagne de l’Ouest (7-6 SO).

Le match se joue après exactement 11 secondes. L’attaquant canadien Conor Geekie était déjà aux prises avec un adversaire allemand lors de la mise en jeu initiale, mais son apparente propre a été sanctionné d’une pénalité majeure et d’une méconduite pour le match. Les mots « Pourquoi ? » qu’il a prononcés lors de l’arbitrage décrivent bien la situation.

Lors de la supériorité numérique qui a suivi, la défense des Canadiens s’est bien comportée, mais les Allemands ont ouvert le score par Julian Lutz. L’attaquant a placé son tir hors de portée du gardien Mathis Rousseau dans la lucarne opposée, 1-0. Le Canada a pris l’initiative après l’ouverture du score et grâce à des buts du médaillé d’or Macklin Celebrini et de Brayden Yager – qui a été mis en position de manière fabuleuse par Nate Danielson – ils ont renversé le score à 2-1.

Malgré le fait que les Canadiens étaient de loin l’équipe supérieure, l’Allemagne s’est montrée audacieuse au début de la deuxième période. Roman Kechter copiait le but de Lutz et battait Rousseau en supériorité numérique dans la lucarne opposée, 2-2.

Le Canada a également oublié d’insister après le 3-2 d’Owen Beck en début de troisième période. Julius Sumpf a réussi à égaliser cinq minutes plus tard, 3-3. Après que Jordan Dumais ait redonné l’avantage aux Canadiens une minute plus tard, la résistance a été brisée. Grâce à des buts de Macklin Celebrini – qui a marqué d’un angle impossible – et d’Easton Cowan, le score final était finalement de 6-3.

Avec cette victoire sur l’Allemagne, le Canada termine deuxième de la poule A derrière la Suède. Le 2 janvier, il affrontera en quarts de finale la République tchèque, qui a finalement terminé la poule B à la troisième place. Pour l’Allemagne, c’est un match de relégation qui l’attend contre la Norvège, qui a également « gagné » la lanterne rouge. Ce duel est prévu le 4 janvier.


POULE B

ETATS-UNIS – SLOVAQUIE (10-2)

C’était une fête en ce dernier jour de l’année 2023. Dans un duel mutuel, les États-Unis et la Slovaquie allaient décider qui deviendrait le vainqueur du groupe de la poule B. Bien qu’il s’agisse d’un match de rêve sur le papier, les deux camps sont privés d’un certain nombre de joueurs vedettes. Jimmy Snuggerud – qui a marqué quatre buts jusqu’à présent – a dû manquer le match pour cause de maladie. Du côté slovaque, l’entraîneur Ivan Fenes a accordé au gardien de but remplaçant Samuel Urban ses premières minutes de jeu au CMJ en raison de son statut de joueur déjà placé. Cette décision a été prise au détriment d’Adam Gajan. Du côté américain, le gardien Trey Augustine est revenu entre les poteaux. L’espoir des Red Wings de Detroit a vu la séance de tirs au but. victoire contre la République tchèque pour cause de maladie.

Conscients de l’enjeu, les premiers instants du match sont exploratoires. Après six minutes, Rutger McGroarty marque d’une belle frappe du gauche. enveloppé A la fin du match, l’ours était en liberté. Marian Mosko égalise au milieu de la première période, mais c’est ensuite Team USA qui fait tourner le chronomètre.

Le grand homme du côté américain était Rutger McGroarty, espoir des Winnipeg Jets. Le capitaine a réalisé un triplé et a été à l’origine du score final de 10-2. Bien que le résultat suggère le contraire, les Slovaques ont atteint un total de 40 tirs. Augustine, qui revenait d’une grippe, a souvent maintenu son équipe à flot, surtout en deuxième période.

Avec cette victoire de groupe en poche, les Américains vont chercher à améliorer leur médaille de bronze de 2023. Le 2 janvier, ils affronteront la Lettonie, qui a battu l’Allemagne en un match. La Slovaquie attend une rencontre avec la Finlande.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE – SUISSE (4-2)

On ne sait pas si cela a quelque chose à voir, mais pour les deux équipes, il n’y avait pratiquement plus d’enjeu dans le dernier match de la poule B. La Suisse pouvait encore faire un bond sur la République tchèque. La Suisse pouvait encore s’imposer face à la République tchèque, mais le fait que les Suisses se soient déjà débarrassés du spectre de la relégation était déjà une victoire en soi. La République tchèque n’a pas pu se défaire des Slovaques après le revers du premier tour (défaite 6-2 contre la Slovaquie, ndlr) et s’est retrouvée bloquée à la troisième place.

La première période a démarré de manière un peu molle. Ce n’est qu’après 12 minutes de jeu en supériorité numérique qu’une première occasion sérieuse s’est présentée, qui s’est d’ailleurs immédiatement transformée en but. Matyas Sapovaliv était très attentif sur un rebond et trompait le gardien Alessio Beglieri pour son troisième but du tournoi. D’ailleurs, la différence de force s’est également exprimée dans le ratio des tirs : 14-5.

En deuxième période, le public a eu droit à un tic-tac-toe bien connu des Tchèques (qui ont marqué le premier but du tournoi exactement de la même manière) qui s’est finalement terminé devant la crosse de Robin Sapousek, 2-0. La polyvalence et l’imprévisibilité du hockey sur glace ont également été mises en évidence. Contre toute attente, les Suisses ont égalisé dans les cinq minutes par Simon Meier et Julien Rod. Un coup de pouce inattendu pour l’équipe de l’entraîneur Marcel Jenni.

Le tableau de la rencontre ne change pas au cours de la troisième période. Grâce à des buts du capitaine Jiri Kulich et de Tomas Hamara, les Tchèques se sont finalement imposés 4-2, ce qui est amplement mérité. Avec la troisième place en poche, les Tchèques croisent le fer avec le Canada : Watch tip ! La Suisse tentera de se qualifier pour les demi-finales pour la première fois depuis 2019. Pour ce faire, elle devra faire face au pays hôte, la Suède, qui l’avait battue en quart de finale en 2019.

SUIVANT

Le jour de l’an, les équipes peuvent prendre un moment pour se réjouir et porter un toast à l’année 2024. Le mardi 2 janvier, nous pourrons nous préparer à une délicieuse célébration en quatre matches.

QUARTERFINALES

Slovaquie – Finlande 12:00pm
Canada – République tchèque 14h30
Etats-Unis – Lettonie 17:00
Suède – Suisse 19:30

A lire également