Championnat du monde junior 2024 : les favoris s’ouvrent à la victoire

Alors que de nombreux Néerlandais profitaient encore pleinement du lendemain de Noël, la première journée du Championnat du monde junior était sur le point de commencer en Suède. Avec quatre matches au menu, le plaisir était double. Les Etats-Unis, grands favoris, ont pris le meilleur sur la Norvège, le Canada a flatté la Finlande, la Slovaquie a démoli sa rivale, la République tchèque, dans un duel mutuel, et la Suède, pays hôte, s’est imposée en douceur face à la Lettonie.

POULE A

FINLANDE – CANADA (2-5)

Le Canada, champion en titre, a fait un excellent début de CMJ. Les vainqueurs de 2022 et 2023 se sont imposés face à une Finlande physiquement forte le jour de l’ouverture. C’était déjà la cinquième victoire d’affilée sur les bleus et blancs. Une série qui a débuté en 2020.

En première période, les projecteurs étaient surtout braqués sur les gardiens. Le seul exploit sérieux est venu de la crosse de Denton Mateychuk, qui a vu Nate Danielson réagir le plus attentivement au rebond (0-1). Jusqu’à l’ouverture du score, le gardien finlandais Niklas Kokko a excellé. Notamment sur un certain but de Matthew Poitras, il a fait monter la foule sur ses bancs. Mais c’est le gardien canadien Mathis Rousseau qui a peut-être déjà réalisé l’arrêt du tournoi. Sur un deux-contre-un, le poteau de fermeture a miraculeusement repoussé une frappe de Lenni Hämeenaho dans le coin.

La domination attendue du Canada ne s’est finalement manifestée qu’en troisième période. Après qu’Owen Allard et Aleksanteri Kaskimaki aient porté le score à 1-2, les Canadiens ont pris leurs distances dans le troisième tiers-temps grâce à des frappes de Macklin Celebrini et Matthew Poitras. À une minute de la fin, Jere Lassila a apporté une petite lueur d’espoir, mais c’est Maveric Lamoureux qui a porté le score à 2-5.

SUÈDE – LETTONIE (6-0)

La Suède accueille une nouvelle édition du Championnat du monde junior pour la première fois depuis 2014. Au milieu des acclamations et dans une salle comble, les favoris pour les victoires de groupe ont finalement passé 6-0, raisonnablement sur le  » régulateur de vitesse  » vers leur première victoire. En souffrance ? La Lettonie. La Tre Kronor a ainsi porté sa série de victoires sur les Lettons à un total de six, avec un score de 42-9.

Dès la première minute du match, les hôtes ont donné le ton. Malheureusement, dans le mauvais sens du terme. Elias Salomonsson a commis une faute d’abordage sur le bord du terrain, ce qui a entraîné une méconduite pour le match. Après 10 minutes de balayage, c’est exactement à la moitié de la première période que le premier coup de théâtre s’est produit. Anton Wahlberg a été le plus attentif sur le rebond, après un tir d’Axel Sandin Pellikka.

Le reste du match s’est déroulé à sens unique. Grâce à des buts de Filip Bystedt (2x), Jonathan Lekkerimaki (2x) et Felix Unger Sorum, le score final était de 6-0.


POULE B

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE – SLOVAQUIE (2-6)

En remportant la médaille d’argent en 2023, la République tchèque a mis fin à une disette de 18 ans. La dernière plaque gagnée remonte à l’édition 2005, lorsque les Tchèques ont remporté la médaille de bronze à Grand Forks. La nécessité d’ajuster les attentes pour cette édition était déjà évidente avant le début du tournoi, mais la défaite contre le rival slovaque par des marges importantes blesse même les fans qui ont le verre à moitié plein.

Pourtant, il n’y avait rien à redire à la victoire des Slovaques. Après un but précoce de Dominik Rymon, les Slovaques ont pris l’initiative du match. Le grand homme du côté slovaque était Servac Petrovsky. À deux reprises, l’espoir du Minnesota Wild (6e tour 2022) a habilement complété le travail préparatoire de Filip Mesar. Au début de la troisième période, l’attaquant polyvalent a fourni la préassistance sur le 3-1 de Samuel Honzek. La Slovaquie s’est finalement imposée de manière convaincante 2-6.

ETATS-UNIS – NORVEGE (4-1)

Team USA, comme on le sait, entame le CMJ en tant que grand favori. En quête d’une première médaille d’or depuis l’édition 2021 remportée le jour de l’ouverture, l’équipe de l’entraîneur David Carle pouvait, sur le papier, travailler dur sur la différence de buts contre le promoteur norvégien. Pourtant, les Scandinaves se sont montrés plus coriaces que prévu.

En première période, les Norvégiens sont parvenus à donner de sérieux coups d’épingle à l’ensemble étoilé. Petter Vesterheim, qui a marqué le but d’honneur de la Norvège en troisième période, a été un véritable fléau pour la ligne bleue des Stars and Stripes.

Si la première pause a été tonitruante, la deuxième période a montré le potentiel de l’équipe américaine. Avec deux réussites, Gavin Brindley (deuxième tour 2023) est devenu le grand homme. Après l’ouverture du score par Jimmy Snuggerud après exactement 10 minutes de jeu, le ailier a porté l’écart à 3-0 en l’espace de trois minutes. Peu après le but norvégien de Vesterheim, Isaac Howard a déterminé que le score final était « dérisoire », à savoir 4-1.

SUIVANT

Encore un programme chargé à Göteborg aujourd’hui. Quatre nouveaux matches pleins d’action et de suspense.

POULE A
Finlande – Allemagne 14:30
Lettonie – Canada 19:30

POULE B
Slovaquie – Suisse 12h00
Norvège – République tchèque 17:00

A lire également