Cinq mois après la fièvre saoudienne : M. Ronaldo, les sièges vides et la fin des gros achats

Près de six mois se sont écoulés depuis que la Saudi Professional League a rendu fou le monde du football. Le marché des transferts a été bouleversé pour un temps et d’autres stars européennes ont suivi le chemin tracé par Cristiano Ronaldo (38). Avant la fin de l’année, il était temps de faire un premier bilan. Il ne s’agit pas seulement des joueurs, mais de l’ensemble d’un projet unique.

Odion Ighalo. Ce nom vous dit-il quelque chose ? Le footballeur nigérian en a vu de toutes les couleurs : à l’âge de 15 ans, il fait ses débuts dans la compétition nationale, puis trois ans plus tard, il rejoint l’Europe en tant que joueur à part entière. Il s’est frayé un chemin à travers la Norvège jusqu’à l’élite, laissant une trace solide en Serie A italienne et en Liga. Il a même réalisé un rêve d’enfant en portant le maillot du célèbre Manchester United.

Une deuxième aventure asiatique a suivi sa performance au Théâtre des Rêves, le stade emblématique d’Old Trafford. L’attaquant, qui s’est également essayé au championnat chinois, s’est rendu au Moyen-Orient. Ighalo a été l’un des premiers pionniers à se rendre en Arabie saoudite, en 2021, bien avant qu’un certain Cristiano Ronaldo ne fasse un transfert surprise à Al Nassr au début de l’année 2023.

L’attaquant portugais a été suivi par d’autres grands noms de l’été : Neymar, Karim Benzema, Riyad Mahrez, Ruben Neves et Sadio Mané. Les clubs de la Pro League saoudienne ont investi près de 950 millions d’euros dans les transferts en un été, bien plus que la Bundesliga ou la Serie A.

Dans le même temps, il convient de souligner que les dépenses ont été principalement le fait des quatre unités les plus ambitieuses. Al Hilal, Al Nassr, Al Ahli SC et Al Ittihad ont dépensé ensemble 825 millions d’euros. Le club Al Wahda d’Ighal, par exemple, s’est contenté d’acquérir le Marocain Jawad El Yamiq, âgé de trente et un ans, pour 1,25 million d’euros. Le club, qui est basé à La Mecque, lieu de pèlerinage mondialement connu, ne peut tout simplement pas offrir à ses stars des conditions aussi attrayantes que celles des « quatre grands » mentionnés ci-dessus.

La domination des quatre premières équipes au classement s’accompagne d’une affluence parfois désespérante. Lors de la 14ème journée, seuls 447 supporters se sont déplacés pour assister au match entre Al-Wehda et Al-Khaleej. Dans le vaste stade King Abdul Aziz, qui a une capacité de 38 000 places, les spectateurs pouvaient facilement être comptés d’un simple coup d’œil. Ceux qui ne sont pas venus ont manqué non seulement la victoire 3-1 de l’équipe locale, mais aussi le triplé de la star mondiale Ighalo, qui est entré dans le top 10 des buteurs du championnat.

D’abord quatre, puis plus rien pendant longtemps

L’histoire d’Al Wehdy symbolise en quelque sorte la division abyssale du championnat. En dehors des « quatre de l’élite », l’affluence moyenne n’est que de 4 600 spectateurs et même l’entraîneur vedette Steven Gerrard a récemment dû jouer contre son club d’Al Ettifaq devant moins de 700 spectateurs. Les affluences sont comparables à celles de la première ligue hongroise, qui occupe la cinquième place du tableau ci-dessous, et bien inférieures à la moyenne de la première ligue roumaine. En République tchèque, le nombre de spectateurs est tout simplement plus élevé. Alors que la majorité du championnat joue devant des tribunes vides, les quatre clubs les plus populaires comptent en moyenne plus de 20 000 spectateurs par match dans les tribunes – un chiffre presque comparable à celui de la Ligue 1 française.

La moyenne générale du championnat est restée très similaire à celle des années précédentes. Avec environ 8 800 spectateurs par match, elle est à peu près équivalente à celle de la saison 2021/22, avant que la star Ronaldo n’apparaisse dans la Saudi Pro League. La frénésie autour de la superstar portugaise a conduit à une moyenne de plus de 10 000 spectateurs lors de la saison 2022/23, mais cette année, les chiffres sont retombés à neuf mille malgré l’arrivée d’autres stars. Il y a donc encore beaucoup à faire dans un pays de plus de 35 millions d’habitants que le président de la FIFA, Gianni Infantino, a récemment qualifié d' »obsédé par le football ».

La baisse du nombre de spectateurs est due à un facteur important. En voulant être stratégiquement intéressante non seulement pour son pays mais aussi pour le marché international, la ligue a divisé son calendrier de matches en jours où rien n’est joué en Europe. Dans le cadre de l’offensive de la télévision sportive mondiale, les matchs des jeudis et vendredis sont déjà programmés à 18 heures, heure locale, ce qui fait partie de la journée de travail normale en Arabie saoudite et signifie que de nombreuses personnes n’ont pratiquement aucune chance d’assister aux matchs. En République tchèque, par exemple, il est 16 heures à cette heure-là, de sorte que la Ligue arabe est généralement un amuse-gueule pour la Coupe d’Europe du jeudi et les préliminaires de la ligue du vendredi.

Benzema ravi, Jota fermé

En attendant, les Saoudiens ont de nombreuses raisons de se rendre dans les stades. Après tout, si les clubs acquièrent une grande star offensive, ils ont généralement la garantie qu’elle sera productive. Ronaldo règne sur le championnat avec 15 buts et sept passes décisives, mais il est suivi par une autre grande qualité : Aleksandar Mitrovic, Malcom et Karim Benzema ont tous marqué neuf buts. Il n’y a que deux noms inconnus parmi les dix meilleurs buteurs : le Marocain Mourad Batna et le joueur local Feras Al-Brikan n’ont jamais joué dans un championnat européen.

International français Benzemaqui a quitté le Real Madrid pour Al Ittihad au début du mois de juillet, ne tarit pas d’éloges sur sa nouvelle mission. « Il y a beaucoup de passion ici et je suis également satisfait du niveau du football. Le niveau du championnat en Arabie Saoudite m’a vraiment surpris. Pendant longtemps, l’Europe n’a pas eu l’occasion d’assister à des matches locaux et aujourd’hui, on peut voir du football local partout. le lauréat du Ballon d’Or 2022 a fait entendre sa voix.

Mais il y a ceux qui préfèrent tourner les talons et retourner en Europe. Jota, la recrue d’Al Ittihad pour 29 millions de dollars, a fait l’étrange expérience de s’installer au Moyen-Orient. Le dribbleur portugais est arrivé dans le royaume saoudien l’été dernier en provenance du Celtic Glasgow, avant d’apprendre quelques semaines plus tard qu’il n’avait plus le droit de jouer en Europe. avait été retiré de la liste des joueurs de la ligue en raison d’un trop grand nombre d’étrangers.

L’ailier de 24 ans est apparu pour la dernière fois en Pro League le premier jour de septembre, et n’était plus éligible que pour jouer dans l’équivalent asiatique de la Ligue des Champions. Il a donc mené des négociations effrénées pour retourner en Ecosse au cours de l’automne, mais il envisage actuellement un transfert à Tottenham, où se trouve son ancien entraîneur Ange Postecoglou.

Il ne faut cependant pas s’attendre à d’autres gros transferts vers l’Arabie Saoudite, du moins pas de l’ampleur de celui de 2023. a engagé Michael Emenal, l’ancien directeur technique de Chelsea Londres.. L’expert nigérian travaille dans un centre de recrutement au nom clinquant (Player Acquisition Centre for Excellence – PACE) et est chargé de recruter des joueurs pour tous les clubs. La source est censée être de jeunes joueurs saoudiens talentueux ainsi que des jeunes des académies européennes.

La signature de joueurs européens coûteux n’était que la première étape d’une stratégie à long terme. « J’espère qu’il ne se passera pas grand-chose lors de la fenêtre de transfert de janvier parce que le travail qui a été fait semble bon. La plupart des clubs ont ce dont ils ont besoin » déclare Emenalo, 58 ans. « Je pense que l’attention va maintenant se porter sur les centres de formation pour améliorer les recrues et leur donner le temps de s’adapter et d’être performants.

L’effondrement de la Chine met en garde

Les Saoudiens savent qu’ils ne doivent pas agir comme la Ligue chinoise, autrefois super-riche, mais qu’une stratégie à long terme sera nécessaire. En effet, entre 2016 et 2018, le dragon chinois a littéralement rendu fou l’ensemble du marché des transferts. Toutefois, la suite des événements n’a pas été à la hauteur des attentes initiales. L’appareil gouvernemental a voulu sa part du gâteau, a augmenté les taxes sur les clubs et a introduit un plafond salarial. L’effet a été immédiat : les transferts pour des montants élevés ont disparu et, dans le même temps, il n’était même plus possible de payer les salaires des footballeurs déjà acquis. Les stars ont progressivement quitté la Chine et de nombreux grands clubs de l’époque n’existent même plus aujourd’hui.

Ighalo, qui a toujours eu le flair pour les engagements lucratifs, était là aussi. Il a débuté en Chine dans le club provincial de Changchun Yatai, avant de rejoindre le riche Shanghai Shenhua. La bulle du football chinois a éclaté avant que la pandémie de coronavirus ne la détruise. Le projet saoudien donnera-t-il de meilleurs résultats ?

A lire également