Coufal et consorts peuvent se reposer, leur avenir sera décidé par le nouvel entraîneur.

Coufal et ses coéquipiers peuvent se reposer, leur avenir sera décidé par un nouvel entraîneur

Un nouvel entraîneur décidera de l’avenir des footballeurs Jakub Brabec, Vladimir Coufal et Jan Kuchta, qui ont été exclus de l’équipe nationale tchèque après avoir participé à une fête nocturne avant le dernier match de qualification européenne de lundi contre la Moldavie. Petr Fousek, président de la FAČR, a déclaré lors d’une conférence de presse que le comité exécutif n’avait pas exclu définitivement le trio de piliers de l’équipe nationale. Le comité a également appelé son membre Tomáš Neumann à réfléchir aux conséquences d’être du côté des joueurs.

Deux des trois joueurs les plus expérimentés de l’équipe actuelle, Brabec, Coufal et l’attaquant Kuchta, ont visité une discothèque à Olomouc samedi soir et sont rentrés à leur hôtel au petit matin. L’encadrement de l’équipe nationale tchèque les a immédiatement retirés du groupe et l’équipe tchèque s’est qualifiée pour le Championnat d’Europe sans eux lundi après avoir battu la Moldavie 3-0. L’entraîneur Jaroslav Šilhavy a admis que l’incident survenu tard dans la nuit avait contribué à sa décision de quitter l’équipe nationale après une qualification réussie.

Tous les joueurs ont présenté leurs excuses au comité exécutif. « L’affaire est assez récente. Pour nous, la solution que nous avons adoptée en accord avec les dirigeants de l’équipe nationale, le sélectionneur, était cruciale. L’équipe en a bien sûr souffert, non seulement sur le plan du jeu, mais aussi sur le plan de l’ambiance. Je suis heureux que l’équipe nationale s’en soit sortie. Nous avons élevé certains principes au rang qui leur revient. Cela a montré qu’il y a de la concurrence au sein de la représentation. Cela a montré qu’il y a des joueurs qui sont capables de saisir l’opportunité par les aisselles », a déclaré Fousek.

« Il y a plus d’introspection de la part de ces joueurs. Je ne veux pas les crucifier ici, cela a dû être un moment difficile pour eux de quitter l’équipe. Nous attendrons la nomination du nouvel entraîneur. Je pense que ce sont de bons joueurs. Nous verrons ce que les prochains mois nous réservent. Nous n’avons certainement pas abordé cette question de manière à les exclure à jamais de l’équipe nationale.« , a ajouté Fousek.

Il n’a pas encore pu dire si le trio de joueurs recevra sa part de la prime de l’équipe pour avoir accédé au championnat. « Nous avons quelques idées à ce sujet, mais nous aborderons la question lors de la prochaine réunion du comité exécutif », a déclaré Fousek.

La FAČR devrait recevoir 9,25 millions d’euros (227 millions de couronnes) pour la participation de l’équipe nationale au championnat, comme elle l’avait fait pour sa participation au dernier Euro, mais l’UEFA n’a pas encore approuvé la prime. « Nous l’approuverons officiellement le 2 décembre, lorsque le comité exécutif se réunira à l’occasion du tirage au sort à Hambourg. Nous travaillons avec le fait que les montants devraient être les mêmes que lors du dernier Euro », a déclaré Fousek.

Il n’a pas voulu dire combien les membres de l’équipe dirigeante et les joueurs recevront pour leur avancement. « Bien sûr, ces choses sont données à l’avance par le règlement des primes, qui est approuvé avant le début de la qualification. Je ne révélerai pas les détails » a déclaré Fousek.

Le comité exécutif a également abordé la question de la présence de son membre et entraîneur de l’équipe nationale de futsal, M. Neumann, dans la boîte de nuit et l’a invité à réfléchir aux conséquences. Dans une déclaration, l’officiel s’est défendu en disant qu’il était dans l’établissement avec sa fille et a demandé aux membres de l’équipe nationale de se rendre seuls à l’hôtel. Il a nié avoir accompagné les joueurs.

« Je ne voudrais pas m’étendre sur ce qui se passait où et qui croyait qui. Nous avons discuté de la situation parce qu’elle a fait la lumière sur lui, sur le comité exécutif, sur la FAČR. Il a demandé du temps pour réfléchir aux conséquences, alors je lui laisse le soin de le faire », a déclaré M. Fousek.

Le comité exécutif, composé de 12 membres, n’a pas le droit de révoquer l’un de ses membres. « M. Neumann a pris le temps de réfléchir à la manière de gérer la situation. Ceux qui connaissent les statuts savent que le comité exécutif ne peut pas le révoquer. Seule l’assemblée générale peut le révoquer ». a déclaré Jiří Šidliák, vice-président de l’association.

A lire également