Départ des entraîneurs de la Repre : Après la fête et les trois rouges. Brückner à l’honneur, Šilhavý dans l’embarras

Jaroslav Šilhavý (62 ans) a mené l’équipe nationale à la qualification pour l’Euro 2024 et a annoncé immédiatement après la victoire 3-0 contre la Moldavie que c’était son dernier moment avec l’équipe nationale de football. C’était une fin douce-amère. La plupart des entraîneurs font leurs adieux après des échecs retentissants. À quoi ont ressemblé les départs des chefs de banc dans le passé, dont l’équipe nationale a connu 11 en 30 ans ?

Uhrin est resté au chaud

Le premier entraîneur de l’équipe nationale tchèque a été Dušan Uhrin. Il a rejoint l’équipe nationale en provenance du Sparta et grâce à son parcours de rêve avec l’équipe sous-estimée jusqu’à la finale du Championnat d’Europe 1996, il a acquis une grande popularité auprès des supporters. Mais l’aventure s’est soldée par un échec, les Tchèques ne parvenant pas à se qualifier pour la Coupe du monde 1998 via l’Espagne et la Yougoslavie de l’époque, avec une défaite fatale face à la Slovaquie. Uhrin a entraîné son dernier match en Arabie Saoudite, où son équipe a remporté la médaille de bronze à la Coupe de la FIFA. Alors qu’il était encore à Riyad, il a annoncé son départ au consulat et a ensuite déménagé à Dubaï pour rejoindre Al Nasr.

Démission après trois rouges

Josef Chovanec a pris la tête de l’équipe tchèque avec l’image de l’homme qui a gagné le championnat avec le Sparta, mais sa mission au sein de l’équipe nationale n’a pas été couronnée de succès. Il s’est bien qualifié pour l’Euro 2000, avec un record de 100 % dans les qualifications, mais les Tchèques ont terminé en phase de groupes du tournoi final. Par la suite, les Tchèques n’ont pas réussi à se qualifier pour la Coupe du monde 2002. Lors de la mémorable double confrontation avec la Belgique, Tomáš Řepka a d’abord reçu des cartons rouges, puis Pavel Nedvěd et Milan Baroš lors du match retour. Alors que l’on se demandait s’il fallait donner une nouvelle chance à Chovanec, six jours après l’amère élimination, il a lui-même déclaré au président de la fédération de l’époque, Jan Obst, qu’il préférait démissionner.

Les adieux anticipés ont été organisés par la fédération tchèque de football.

Karel Brückner est toujours considéré comme le meilleur entraîneur de l’équipe nationale tchèque. Non seulement il a conduit l’équipe en demi-finale de l’Euro 2004, mais sous sa direction, le jeu a été doté d’une structure et d’un système clairs et un football offensif a été mis en place. L’homme qui a créé le duo offensif Baroš – Koller était connu pour ses coups inattendus et l’un d’entre eux a mis fin à son engagement. Alors que les Tchèques étaient déjà assurés de se qualifier pour l’Euro 2008, il a surpris la foule en annonçant, avant le match de mars contre le Danemark, qu’il laisserait sa place à de jeunes joueurs après le tournoi final.

Tout aussi prémonitoire que lors de son passage sur le banc, il a laissé la place à la fédération de football pour trouver un nouvel entraîneur. Le dernier match de Brückner fut le duel avec la Turquie, que l’équipe nationale perdit 2:3 après une erreur fatale de Petr Čech. Malgré cela, l’entraîneur légendaire est parti avec les honneurs.

Fête après la défaite

Le match nul 2:2 de Petr Rada à Wembley contre l’Angleterre était un début très sympathique, mais son engagement s’est terminé par une affaire embarrassante lorsque les médias à sensation ont fait la fête après la défaite contre la Slovaquie, ce qui a compliqué la lutte pour la qualification à la Coupe du monde 2010. L’homme qui a toujours vénéré le moral des militaires a vu ses protégés s’échapper de l’hôtel, bien qu’il ait prétendu que c’était après la réunion de l’équipe nationale. Une semaine plus tard, les dirigeants de la fédération ont démis Rada de ses fonctions et ont écarté six autres joueurs de l’équipe nationale.

La déception de Straka

František Straka est devenu le sauveur au printemps 2009, appelant 11 recrues pour son premier match et entrant dans ses nouvelles fonctions avec l’ambition de créer une nouvelle équipe nationale. « Je ferai de mon mieux pour que mon engagement ne se limite pas à un seul match », a-t-il proclamé à l’époque. Mais il savait que son contrat ne courait que jusqu’au 30 juin. Juste avant la fin de son mandat, Straka a rencontré le nouveau président de la fédération, Ivan Hašek, qui lui a annoncé que la coopération était terminée. Hašek a l’intention de nommer Karel Jarolim comme entraîneur. Ce dernier refusant, Hašek prend lui-même les rênes de l’équipe nationale.

Le chef de la fédération

Ivan Hašek a occupé ce poste pendant un peu plus de trois mois. Il n’a perdu aucun des cinq matches, mais il n’a pas sauvé la qualification pour la Coupe du monde 2010. En octobre, il a cédé son poste de sélectionneur national comme prévu.

L’erreur de Bilek était attendue

Michal Bílek n’est pas devenu la coqueluche des supporters. Il pratiquait un style de football prudent, mais il a atteint les quarts de finale du Championnat d’Europe 2012 avec l’équipe nationale. Cependant, on a l’impression que les nouveaux dirigeants de la fédération attendent qu’il s’affaiblisse. Lorsque les Tchèques n’ont pas réussi à se qualifier pour la Coupe du monde 2014, Bilek a présenté sa démission après une défaite décisive contre l’Italie (1-2). Le chef de la fédération de l’époque, Miroslav Pelta, a immédiatement accepté.

Pešice n’a pas voulu continuer

Une autre solution temporaire a été trouvée. L’équipe a été reprise par l’assistant de Bílek, Josef Pešice, qui a remporté les trois matches contre Malte, la Bulgarie et le Canada sans subir de pression majeure. Cependant, il a également déclaré qu’il n’était pas intéressé par une prolongation de contrat et qu’il ne terminerait que la période pour laquelle il était sous contrat.

La guerre de Vrba contre les journalistes

Alors que Pavel Vrba était le roi à Plzeň et qu’on lui tapait dans le dos après ses performances en Ligue des Champions, il a ruiné sa réputation avec l’équipe nationale. Bien qu’il ait réussi à se qualifier pour l’Euro 2016, son équipe a échoué lors du tournoi final face à l’Espagne, la Croatie et la Turquie.

De plus, il était constamment en guerre avec la presse. Il a menacé de quitter les conférences de presse lorsqu’il était interrogé et n’a guère défendu la nomination de David Limbersky, qui avait eu un accident de voiture en état d’ébriété. Il a finalement mis fin à son engagement après le Championnat d’Europe, lorsqu’il a annoncé qu’il se rendait à l’Anzhi Makhachkala, bien qu’il ait affirmé pendant le tournoi qu’il n’était pas en train de négocier avec l’équipe russe.

Jarolim s’est retrouvé dans l’avion

Miroslav Pelta a placé Karel Jarolim sur le banc de l’équipe nationale, mais la mission ne s’est pas très bien déroulée. Alors que Jarolim n’a pas réussi à mener l’équipe à la Coupe du monde 2018 après ses fausses notes avec l’Irlande du Nord, Pelta a depuis fait l’objet d’une enquête de la part de la police anticorruption. Jarolim a néanmoins défendu son poste, mais après une série de défaites embarrassantes, il a démissionné en septembre 2018. Son rappel, qu’il a découvert alors qu’il était encore dans l’avion au retour d’un match amical en Russie (1:5), a été précédé par la défaite contre l’Ukraine (1:2), mais aussi par la débâcle du printemps contre l’Australie (0:4). Jaroslav Šilhavy lui a succédé en septembre 2018.

Un adieu digne

L’ancien entraîneur du Slavia a connu des débuts très réussis, menant l’équipe nationale aux quarts de finale de l’Euro 2020, mais les performances de l’équipe nationale se sont ensuite dégradées. La première alarme a été l’échec de la qualification pour la Coupe du monde, suivie par la lutte pour le Championnat d’Europe 2024.

Bien que les Tchèques aient obtenu la qualification pour l’Allemagne dans ce qui n’était en aucun cas une énorme compétition, ils n’ont pas été félicités, en particulier pour leur jeu peu flatteur. Šilhavy n’a pas été aidé par plusieurs scandales qui ont culminé la veille de son dernier match en fonction. Vladimír Coufal, Jakub Brabec et Jan Kuchta se sont rendus dans une boîte de nuit à Olomouc, ce qui leur a valu d’être exclus du match.

Jaroslav Šilhavy a réussi à mener à bien ce match crucial malgré l’absence de ses piliers, mais a annoncé sa retraite lors d’une interview d’après-match. « La pression sur moi était énorme. Je n’ai pas compris la colère, l’agressivité depuis la dernière rencontre. Tout cela a contribué à ma décision. il a expliqué son départ. Et alors qu’en coulisses, son remplacement était imminent, Šilhavy a respecté le décorum et le respect en démissionnant après sa deuxième participation à l’Euro.

A lire également