Doll reconnaissait Beckenbauer comme coéquipier et adversaire. C’était un chevalier du football, se souvient-il

Panenka a reconnu Beckenbauer comme coéquipier et adversaire. Il était un chevalier du football, il s’en souvient

Antonín Panenka (75 ans) se souvient du défunt défenseur et entraîneur Franz Beckenbauer (†78) sous son meilleur jour. Il pense que le surnom « l’Empereur » correspond au caractère de la légende du football mondial. Dans une interview accordée à ČTK, il a également fait l’éloge de l’acceptation par Beckenbauer de la défaite finale contre la Tchécoslovaquie lors du championnat d’Europe de 1976.

Le double Ballon d’Or Beckenbauer est décédé dimanche à l’âge de 78 ans, a annoncé sa famille lundi. Le joueur de longue date du Bayern Munich a dominé la Coupe du monde avec l’Allemagne de l’Ouest de l’époque en tant que joueur (en 1974) et en tant qu’entraîneur (1990). Seuls le Brésilien Mario Zagallo, décédé vendredi, et le Français Didier Deschamps l’ont fait.

« Je ne me souviens de lui que sous son meilleur jour. C’était un joueur et une personne qui excellait. Même le surnom d’Empereur s’accorde à dire qu’il était un footballeur incroyablement décent et honnête, non seulement sur le terrain, mais aussi dans la vie. C’était un véritable chevalier du football ». a déclaré Panenka, 75 ans.

« Je n’ai que de bons souvenirs de lui car j’ai eu l’occasion de jouer avec lui en tant que coéquipier, mais surtout en tant que coéquipier lorsque nous avons joué ensemble à plusieurs reprises pour les équipes mondiales et européennes », a déclaré la légende des Bohemians 1905 de Prague.

Il entretenait une relation amicale avec Beckenbauer. « Bien sûr, il était un peu contrarié par le fait qu’il ait disputé son 100e match pour l’équipe nationale allemande lors de la finale de 1976, ce que nous l’avions empêché de faire. Mais il l’a pris avec son propre raffinement. Après le match, il nous a félicités et je crois que nous avons bu une petite bière au bar. a déclaré Panenka, qui a terminé la séance de tirs au but de la finale à Belgrade avec une « longue balle de vršovice ».

Il a également évoqué la rencontre à Prague. « Beckenbauer était alors l’ambassadeur de la Coupe du monde 2006 en Allemagne. Il y a eu un déjeuner de célébration à Prague et il m’a demandé d’être présent. Nous avons discuté et il m’a expliqué une chose intéressante. Il m’a dit que l’équipe allemande de l’époque, pendant la séance de tirs au but, espérait et croyait que l’un d’entre nous tirerait au but. J’ai trouvé cela très étrange. Je lui ai dit : « Quelle erreur ? Il m’a répondu que Sepp Maier n’avait jamais tiré de penalty. Nous avons dû tirer hors-jeu pour ne pas marquer. C’était un peu surprenant », a déclaré Panenka.

« J’ai d’autres souvenirs. Une fois, il m’a même fait des compliments terribles devant les plus grands joueurs du monde. Nous avons joué un match de charité, je crois que c’était en Autriche. Lorsque l’entraîneur a annoncé la composition de l’équipe et les détails du match, Beckenbauer a pris la parole et a dit : « S’il y a un penalty, c’est moi qui vais le tirer : S’il y a un penalty, c’est Tonda Panenka qui le tirera. Cela m’a fait très plaisir », a déclaré le président honoraire des Bohemians 1905.

Il l’apprécie également en tant que joueur. « Il a commencé comme défenseur central, mais il a élevé sa position en jouant différemment des autres. Il a fait beaucoup de travail offensif, il était capable de marquer de longs ballons, il était capable de faire sortir le ballon, ce qui n’était pas très courant à l’époque, il a marqué des buts. Il a élevé la position d’un stoppeur ou d’un attaquant ». a déclaré l’ancien joueur du Rapid de Vienne.

A lire également