Du Sparta à la télévision en passant par la légende anglaise de Chelsea. L’étrange carrière du footballeur Hájek

Il se dit fanatique de football. Les connaisseurs ajouteront que le surnom d’Archive lui convient parfaitement. Štěpán Hajek (29 ans), l’attaquant de Přední Kopanina, répond parfaitement à ces deux critères. Quand il ne brille pas sur le terrain, il commente des matches pour VBC Foot et pour la chaîne de télévision qui diffuse la prestigieuse Premier League anglaise. Il avait le potentiel pour une grande carrière au Sparta, mais il n’a finalement joué qu’un seul match pour le club. « Je ne regrette pas un seul pas », déclare-t-il dans une interview accordée à VBC Foot News.

Vous jouez aujourd’hui avec Přední Kopanina en Premier League pragoise, mais vous visiez bien plus haut. Il fut un temps où vous étiez à deux doigts de signer un contrat professionnel au Sparta. Pourquoi cela n’a-t-il pas marché ?

« Lorsque vous avez 16 ans au Sparta, que vous jouez dans le club le plus traditionnel, que vous recevez les derniers coups de pied, vous imaginez en quelque sorte votre avenir. Mais en toute objectivité, les joueurs autour de moi ont probablement donné plus à certains moments, l’école était également importante pour moi, alors parfois j’allais étudier au lieu d’aller au gymnase. De plus, il y avait tout simplement de meilleurs joueurs à Sparte à l’époque. La malchance a également joué un rôle. Je me suis cassé la clavicule lors de la dernière séance d’entraînement, alors que je passais de l’équipe B à l’équipe A. Plus tard, je me suis à nouveau blessé de la même manière. Et plus tard, je me suis à nouveau blessé de la même manière chez le même artiste. En ce qui concerne le contrat, il y a eu une sorte de proposition, peut-être que l’agent aurait pu être plus soutenu à ce moment-là pour que cela se fasse. Nous étions dans une situation similaire avec Kuba Pesek, qui joue aujourd’hui à juste titre au Sparta. Mais je ne regrette rien de ce que j’ai fait ».

Quelle est votre relation avec le Sparta aujourd’hui ? Cela ne vous fait-il pas mal de voir que Letenske se porte bien et que vous auriez peut-être pu être là ?

« J’ai été titularisé une fois avec les A’s et, à ce jour, je ne peux pas oublier ce match dans ce qui était alors la Summer League Cup… Le bus du club, l’atmosphère dans la cabine, la préparation du match. C’était une expérience extraordinaire ! J’aime le Sparta, mais lorsque je commente leur match, cela ne doit pas se voir. Bien sûr, si quelqu’un veut me rappeler que j’étais au Sparta, il le fera. J’ai joué pour le Sparta et personne ne peut me l’enlever.

Pour en rester à votre carrière de joueur, vous avez rejoint Přední Kopanina en passant par Most, Motorlet et Hostouň, qui joue les premiers rôles dans la CFL. N’est-ce pas un trop grand écart ?

« Je ne vois pas les choses de cette façon. En ce qui concerne Hostoun, je suis toujours très heureux pour les garçons et j’ose dire que nous avons une relation supérieure. J’ai une relation très forte avec ce club. Mais je ne regrette pas le pas que j’ai fait pour aller à Přední Kopanina. Bien que nous jouions dans la ligue, dont le niveau est très bon, le processus d’entraînement est au moins de niveau divisionnaire. Et c’est la division que nous voulons atteindre à coup sûr. De plus, Hostouň est deuxième après l’automne, nous sommes premiers dans la préfecture, donc nous pourrions facilement avoir deux promotions en juin. « 

Vous débutez en attaque, vous ne cachez pas qu’en travaillant dur à l’entraînement vous pouvez améliorer beaucoup de choses. Mais à Přední Kopanina, votre coéquipier est Daniel Urban, un boulet de canon que l’on a décrit comme un Haaland du crossover. Il affirme qu’il n’est pas un modèle pour les jeunes…

« Peut-être pas, mais Dan est spécial. Tout le monde regarde ce qu’il peut faire. Il peut tout faire ! C’est juste un bohémien. S’il s’était peut-être organisé différemment en termes d’entraînement et d’approche du football, il jouerait facilement dans la ligue. C’est formidable de l’avoir dans son équipe. Il marque des buts de pratiquement n’importe où, mais s’il voit que vous êtes en meilleure position, il n’a aucun problème à vous faire une passe.

Telle était votre relation avec le football en tant que joueur. Comment avez-vous commencé à commenter ?

« D’abord par accident, à l’université, lors d’un séminaire où l’on essayait de commenter l’athlétisme à l’époque. Je me suis préparé et j’ai bien commenté. J’ai également reçu des commentaires positifs de la part des professeurs. Je revenais de Most à Motorlet et Kuba Jonáš, que je connaissais et qui commentait pour une agence dont les clients étaient principalement des agences de paris, jouait pour eux. La nouvelle s’est répandue et j’ai ajouté une autre activité à l’école, au football et au travail à temps partiel le week-end.

Vers Fenina en vélo

Et une nouvelle étape du football au micro a commencé…

« J’aime le football et j’ai toujours aimé en parler. C’est la principale raison pour laquelle je me suis lancé. À bien des égards, je profite de ma propre carrière lorsque je commente. Ce n’est certainement pas une obligation, mais cela m’aide d’une certaine manière. Commenter est à la fois un travail et une grande passion que je ne veux jamais quitter. J’essaie d’être émotionnel, d’attirer le téléspectateur, l’auditeur dans l’histoire. J’aime quand il y a de l’émotion. Je vis le combat, je m’y prépare, pour que la personne qui entend le commentaire ait envie de revenir ».

Vos coéquipiers se plaignent-ils du fait que vous commentez également les matches ? Les avez-vous incités à vous regarder sur VBC Foot ?

« Je ne force personne. (rires) C’est plutôt les gars eux-mêmes qui s’expriment. On peut dire que les réactions sont généralement positives. À Kopanina, nous nous sommes mis d’accord avec les entraîneurs Vott et Koloušek pour que si mon match coïncide avec le commentaire, le travail soit prioritaire. Mais j’essaie de faire en sorte que cela ne se produise pas et, jusqu’à présent, j’ai pu tout faire. Et quand je ne le fais pas, j’aime jouer pour les B. »

Quand êtes-vous le plus nerveux ? Quand vous entrez sur le terrain ou quand vous êtes assis dans le siège du commentateur ?

« C’est difficile à dire. Le sentiment que l’on éprouve lorsqu’on s’assoit dans la cabine des commentateurs est similaire à celui que l’on ressent lorsqu’on entre sur le terrain. Je ne parlerais même pas de nervosité, mais plutôt d’excitation. Vous savez que vous êtes aussi bien préparé que possible à ce moment-là, mais il y a beaucoup de variables qui peuvent affecter votre performance en même temps.

Cela ne peut pas vous surprendre, du moins dans un poste de commentateur, lorsque vous êtes surnommé Archive, n’est-ce pas ? D’où vient ce surnom ?

« C’est parce que je me souviens de beaucoup de choses. Les résultats, les événements… C’est à cause des événements footballistiques que je peux souvent me souvenir de ce que je faisais ce jour-là. Un exemple. Un jour, mon frère et moi sommes allés faire du vélo au chalet. À mi-parcours, j’ai réalisé que nous étions trop loin et que nous risquions de ne pas participer à la finale de la Coupe du monde des moins de 20 ans, à laquelle notre équipe nationale avait accédé à l’époque. Nous avons donc fait demi-tour et nous nous sommes précipités pour assister au match contre l’Argentine afin de nous qualifier. Finalement, tout s’est bien passé et je me souviens encore aujourd’hui de ce match.

Pouvez-vous imaginer une journée sans football ?

« Dernièrement, je pense que oui ! (rires) Mais je reçois toujours des notifications sur mon téléphone de la part de VBC Foot, où j’ai configuré les matchs de mes équipes préférées. Je pense que je peux me passer de football, surtout en été, lorsqu’il n’y a pas beaucoup de matchs et qu’en même temps nous n’avons pas de préparation au club. Il n’est peut-être pas logique que j’aie voulu assister au match de l’Euro contre le Portugal cet été, mais je n’ai pas été sélectionné à la « loterie des billets ». Je dois profiter de l’occasion pour remercier ma petite amie qui m’a beaucoup soutenu. Grâce à elle, je peux mener de front mon travail et le football. Elle est patiente et respecte mon autre passion. Et parfois, nous en profitons ensemble, comme lors du match de Ligue des champions à Pilsen contre le Real Madrid ou la dernière fois à Lisbonne lors du match de qualification à domicile contre l’Islande.

Réalisez-vous vos rêves en menant de front vos deux activités footballistiques ?

« Pas seulement moi ! Par exemple, nous avons emmené mon père en Angleterre pour son 60e anniversaire. J’ai vu Cristiano Ronaldo en direct à Lisbonne, au Portugal, récemment. C’est aussi formidable de pouvoir commenter les matches directement depuis les stades de la République tchèque, notamment le Letná à Prague. Il faut avoir des rêves et les réaliser petit à petit. Le rêve actuel est de commenter un match de Premier League directement depuis le stade.

Vous avez déjà interviewé une personnalité célèbre de la Premier League, n’est-ce pas ?

« C’est arrivé récemment, grâce à mon travail à la télévision. Mon collègue Karel Häring avait programmé une interview avec Raheem Sterling et j’ai eu la chance d’interviewer Joe Cole, la légende de Chelsea. J’en pense beaucoup de bien. J’étais très nerveux avant l’entretien, même s’il s’agissait d’un entretien en ligne via Zoom. Mais tout s’est déroulé si rapidement qu’il n’y a pas eu de temps pour la nervosité et le résultat n’est, je l’espère, pas trop mauvais. J’espère que ce n’était pas le dernier entretien, j’ai vraiment apprécié.

A lire également