Faits saillants de la LNH : Le retour de Patrick Roy, l’histoire d’Edmonton et bien d’autres choses encore

Un week-end mouvementé dans la LNH, au cours duquel Lane Lambert a obtenu son congé et les Oilers d’Edmonton sont entrés dans l’histoire pour la énième fois. De plus, dans ce numéro de NHL Highlights, nous avons un héros inattendu du triplé, de grands buts et, bien sûr, le gardien et le joueur de la semaine. En ce lundi soir enivrant, installez-vous confortablement et admirez toute la beauté que la meilleure ligue du monde a à offrir.

Par Dennis Bakker et Hans Mulder

FAITS MARQUANTS

POWERPLAY MINNESOTA vs FLORIDA PANTHERS

La supériorité numérique du Minnesota Wild a été de 5 sur 24 lors de ses sept derniers matches. Ce n’est pas très mauvais, mais il n’y a pas non plus de quoi s’enthousiasmer. Cela correspond un peu à l’impression générale qui se dégage de cette franchise. Après la nomination de John Hynes, l’ascension semblait avoir commencé, mais cela n’a duré qu’un temps. Ces dernières semaines, la médiocrité a régné en maître, avec plus de défaites que de victoires. Pourtant, il y a toujours des points positifs, et dans le Minnesota, l’un d’entre eux est Brock Faber.

Faber, 21 ans, est arrivé des LA Kings dans le cadre de la transaction qui a amené Kevin Fiala à LA. Un échange intéressant pour le Wild, car le jeune homme est en train de devenir l’une des principales forces de l’équipe. Vendredi, face aux Panthers, il n’a marqué que son troisième but de la saison, mais il a aussi délivré 25 passes décisives. Ce but est intervenu en supériorité numérique. Un jeu de puissance particulièrement productif ce soir, puisque les équipes spéciales du Wild ont tenu bon à Sunrise. Le Minnesota a enregistré une belle victoire 6-4 et sur cinq de ces réussites, ils ont bénéficié d’une supériorité numérique.

Avec 2 buts, Kirill Kaprizov et Ryan Hartman ont été importants pour le Wild. Du côté des Panthers, un joueur en particulier a attiré l’attention alors qu’il était absent de la feuille de match. Sam Reinhart a marqué huit matchs d’affilée, établissant ainsi un nouveau record de franchise, mais il n’a pas réussi à marquer un neuvième match d’affilée. Le week-end a d’ailleurs été excellent pour Kaprizov, qui s’est à nouveau fait entendre dimanche. Avec son premier triplé de la saison, il a mené le Wild à une belle victoire 5-2 en Caroline.

KYLE PALMIERI vs CHICAGO BLACKHAWKS

Le but de Kyle Palmieri à 3-3 contre les Blackhawks de Chicago s’est avéré être le dernier but des Islanders de l’ère Lane Lambert. Quelques heures après la défaite 4-3 (OT) à Chicago, le GM Lou Lamoriello a mis la tête de son entraîneur sur le billot. Il s’agissait de la quatrième défaite consécutive et de la 26e défaite de l’ère Lane Lambert.e de la saison ‘t. Y compris des défaites en OT et SO. Vendredi, nous avons déjà écrit que les Islanders étaient dans une phase difficile et perdaient rapidement du terrain, et apparemment le directeur général n’en pouvait plus. Lamoriello a mis Lambert, qu’il avait nommé l’année dernière, sur les pavés et a nommé Patrick Roy comme nouvel entraîneur principal.

Lamoriello cherchait un nouveau son de cloche dans le vestiaire à l’été 2022. Il a donné sa démission à Barry Trotz et a décidé de nommer son fidèle assistant Lane Lambert. Lambert a effectivement ramené les Isles en post-saison, mais il n’a pas dépassé un tour. Cette saison, tout le monde avait des réserves quant à la qualité de l’effectif. Tout le monde, sauf le directeur général. Les Islanders ont connu une première moitié de saison avec des hauts et des bas, mais ils avaient encore une chance de participer aux séries éliminatoires.

Après la sixième défaite en sept matchs, Lamoriello en a vu assez. Lane Lambert a été sacrifié et le gardien de but du Temple de la renommée Patrick Roy doit maintenant le montrer. Roy, 58 ans, qui apportera certainement le nouveau son souhaité, n’a que quelques années d’expérience en tant qu’entraîneur dans la LNH. Cela fait presque dix ans qu’il a brièvement pris les rênes de l’Avalanche. En 2014, il a mené le club au titre de champion et a remporté le Jack Adams Award.

Cependant, l’ancien gardien de but a estimé qu’il n’était pas encore assez bon et a pris sa retraite en 2016. Patrick Roy a ensuite été entraîneur et directeur général dans la LHJMQ avec les Rampants de Québec, mais il a maintenant l’occasion de « se montrer à nouveau au plus haut niveau ». En tout cas, son premier match en a eu le goût, puisque ses Islanders ont gagné 3-2 contre les Dallas Stars en prolongation grâce à Bo Horvat.

LOGAN O’CONNOR vs PHILADELPHIA FLYERS

Nous aurions pu mettre en avant Nathan MacKinnon ou Cale Makar dans ce spot. Dans les deux cas, c’était même plus que mérité. En effet, MacKinnon a ajouté du lustre à sa candidature au Trophée Hart pour le titre de MVP samedi avec 5 points contre les Flyers. Par ailleurs, Cale Makar a déjà commis une faute lors de son 280e a franchi le cap des 300 points dans la LNH. Des performances magnifiques de la part de ces hommes, mais qui n’ont droit qu’à une note de bas de page dans cette rubrique.

En effet, nous attirons l’attention sur Logan O’Connor dans cette rubrique. Un joueur qui porte les couleurs des Avs depuis de nombreuses années, mais qui n’a jamais vraiment été sous les feux de la rampe. Jusqu’à samedi dernier à Philadelphie. L’ailier de 27 ans a disputé son 250e dans la LNH et a décidé de fêter l’événement d’une manière particulière. En effet, O’Connor a réalisé le premier coup du chapeau de sa carrière en NHL contre les Flyers.

Logan O’Connor est peut-être un attaquant de métier, mais il n’est en aucun cas une machine à marquer des buts. La saison dernière, par exemple, il a établi un record personnel avec 9 buts en 82 matches. Bien qu’il ne soit pas le joueur le plus prolifique, O’Connor est certainement d’une grande valeur avec tout son travail. C’est pourquoi il a été le grand artisan de cette victoire 7-4.

Avec 2 buts et 5 points, Nathan MacKinnon était dans son élément. La superstar a repris la tête – au moins pour un temps – à Nikita Kucherov (75 pnt) au classement des points. MacKinnon compte 77 points après 46 matches et semble plus en forme que jamais.

ROOPE HINTZ vs NEW JERSEY DEVILS

Le rouge de la honte était sur les joues des Dallas Stars après la journée de jeudi. Pas tant parce qu’ils ont perdu contre les Philadelphia Flyers, mais à cause de la manière dont cela s’est passé. L’une des grandes puissances de l’Ouest a réalisé un seul SOG au cours des 26 premières minutes de ce match. Au final, il n’y en a eu que 15 et la défaite 1-5 était donc justifiée. Mais on sait aussi qu’une équipe aussi forte que Dallas cherche à se venger par la suite. Et c’est là que les Devils ont souffert samedi.

Les Stars savaient déjà que les rivaux Colorado et Winnipeg (grâce aux ce GWG par Nikolaj Ehlers) avaient gagné et ne pouvaient donc pas se laisser distancer. Dans le New Jersey, ils ont également affronté un adversaire qui s’est très mal comporté lors de la deuxième soirée d’un back-to-back cette saison. Et la journée de samedi n’a pas dérogé à la règle. Une simple victoire à Columbus a été suivie d’une défaite sans espoir contre Dallas.

Il était évident que les Stars avaient quelque chose à se faire pardonner. Grâce notamment à 2 buts de Roope Hintz, Dallas était un peu trop grand pour ces Devils et les Stars restent donc dans le sillage de Winnipeg et du Colorado dans la Central Division.

DANTON HEINEN vs MONTRÉAL CANADIENS

Logan O’Connor a dû attendre 250 matchs avant de marquer son premier coup de chapeau. Pour Danton Heinen, c’est une bagatelle. L’attaquant de Boston a lui aussi inscrit son premier coup du chapeau ce samedi et il l’a fait lors de son 450e match en NHL. Heinen, âgé de 28 ans, a choisi un excellent match pour cela, puisque les Bruins ont affronté les Canadiens de Montréal, leur grand rival, à domicile. Les deux clubs traditionnels ont offert un beau spectacle avec 13 buts. Neuf d’entre eux ont été marqués par l’équipe locale.

Boston a le plus grand nombre de points dans la Conférence Est, un bel écart avec les Panthers dans la Division Atlantique, mais a également dû faire face à Montréal dans les 40 premières minutes. Heinen a trouvé le chemin du but ennemi en première et deuxième période. La cerise sur le gâteau est venue pour lui au milieu de la troisième période. Sur le PP, Heinen a tiré fort pour la huitième fois de la saison – et donc pour la troisième fois de la soirée. Il avait enfin son coup du chapeau en main et Heinen a également établi le score final à 9-4 avec son troisième but.

Outre Heinen, Brad Marchand et David Pastrnak ont également connu une soirée spéciale. Marchand, le capitaine des Bruins, a inscrit son 20e but de la saison, tandis que Pastrnak a franchi la barre des 30 buts pour la septième fois au cours de ses 10 saisons en NHL.

LOGAN COUTURE &amp ; SHANE PINTO

Deux joueurs ont effectué des retours très attendus dans leurs clubs le week-end dernier. Sur la côte ouest, Logan Couture a réintégré l’alignement des Sharks de San Jose et dimanche, Shane Pinto a fait sa première apparition cette saison avec les Sénateurs d’Ottawa. Dans les deux cas, tout s’est bien passé. L’expérimenté Couture et le jeune Pinto se sont affirmés respectivement contre Anaheim et Philadelphie.

San Jose a été sombre toute la saison. Les premiers présages étaient déjà présents dans la préparation lorsque le capitaine Logan Couture s’est blessé. Ce n’est que samedi qu’il a disputé ses premières minutes et il a tout de suite montré ce qui a manqué aux Sharks pendant toute la première moitié de la saison. Avec sa passe décisive pour Marc-Edouard Vlasic – un autre vétéran – Couture a marqué les esprits. San Jose a enregistré sa première victoire à domicile depuis le 12 décembre, en battant les Ducks 5-3.

Comme Couture, Shane Pinto a également manqué les 41 premiers matchs. Dans son cas, il a été suspendu pour avoir joué à des jeux d’argent. Dès que Pinto a été autorisé à rejouer, il a signé un contrat en tant que RFA et dimanche, contre les Flyers, il a fait ses débuts dans la saison. Pour son 100e match en NHL, Pinto, âgé de 23 ans, a également été directement impliqué dans un but. Son assistance a permis à Tim Stutzle de marquer. Ottawa a comblé un déficit de 3-1 à Philadelphie pour finalement l’emporter 5-3.

GARDIEN DE BUT DE LA SEMAINE

LOGAN THOMPSON (VEGAS GOLDEN KNIGHTS)

Si l’on demandait aux fans des Golden Knights à Las Vegas à la mi-décembre ce qu’ils pensaient de Logan Thompson, les superlatifs se compteraient sur les doigts d’une main. Avec une GAA de 3,14 et un sv% de .887, il y avait également très peu de choses positives à propos du gardien. La tête du Canadien de 26 ans était sur le billot et en l’absence d’Adin Hill, le champion en titre était à la recherche. À cette époque, vous vous promenez sur le Strip et vous tirez sur un fan au hasard à propos de la performance de Logan Thompson…. Les superlatifs ne manquent pas cette fois-ci.

Avec un sv% de .929 et une GAA de 2,15, le penny est plus que tombé dans la bonne direction. La défaite sans espoir contre le Kraken de Seattle (0-3) lors du Winter Classic le 1er janvier semble avoir été le point de bascule. Au lieu de se voir imposer des occasions, d’avoir une ligne bleue fragile et des gardiens à la traîne, la franchise est à nouveau l’équipe que tout le monde craint.

Si l’on se penche sur les performances de Thompson, on constate qu’elles ont également évolué de manière significative. Au cours du mois de décembre, le gardien s’est montré particulièrement vulnérable dans une situation de 2v1. Au lieu de se mettre au sol très tôt et de « parier » sur le choix de l’attaquant, le Canadien s’est mis au travail avec le directeur des gardiens Sean Burke – ancien gardien des Hartford Whalers, des New Jersey Devils et des Phoenix Coyotes, entre autres. En regardant ses statistiques du mois de janvier, on remarque que Thompson s’est tenu debout et a gardé les yeux sur le palet dans plus de 95% ( !) des cas. Résultat ? Une augmentation du sv% de plus de .050.

Une fois de plus, il convient de mettre à l’honneur l’entraîneur principal Bruce Cassidy. L’entraîneur à succès de la saison dernière a changé de cap après la série médiocre, en se concentrant principalement sur la ligne bleue. Avec un système plus fermé – le plus faible pourcentage d’attaques contre le milieu depuis le début de l’année – les Golden Knights reviennent à la normale.

JOUEUR DE LA SEMAINE

SEAN MONAHAN – COLE CAUFIELD (CANADIENS DE MONTRÉAL)

Les rédacteurs de SportAmerica sortent des sentiers battus pour une fois cette semaine et présentent non pas un, mais deux joueurs de la même franchise. Le Canadien de Montréal n’est pas l’équipe de prédilection pour choisir les joueurs de la semaine en termes de résultats – notamment le lavage d’oreille contre les Sénateurs d’Ottawa et le Canadien de Montréal – cependant, on ne peut pas ignorer les performances de Sean Monahan et de Cole Caufield.

Cole Caufield, en particulier, a été le centre d’attention de SportAmerica à plusieurs reprises. L’Américain de 23 ans a connu quelques problèmes de mise en route sous Dominique Ducharme, mais a plus que démontré son potentiel depuis l’arrivée de Martin St. Lors des deux matchs contre l’Avalanche du Colorado (4-3) et les Devils du New Jersey (3-2), l’attaquant a inscrit un but et délivré une passe décisive. De plus, l’Américain a également trouvé le chemin des filets contre Ottawa (2-6) et les Boston Bruins (4-9). Ce qui porte son total hebdomadaire à six points (quatre buts, deux passes).

Le coéquipier Sean Monahan a contribué à la production de Caufield. Le Canadien de 29 ans est arrivé le 18 août 2022 avec un but de 2025. choix de premier tour des Flames de Calgary (en échange de considérations futures). Bien que le centre n’ait pas atteint le niveau de production de points de l’ère des Flames, Monahan est particulièrement important pour encadrer les jeunes Nick Suzuki, Cole Caufield, Kirby Dach et Juraj Slafkovsky. Avec 11 buts, l’attaquant a également apporté sa pierre à l’édifice cette saison. Avec Nick Suzuki et Cole Caufield, ils sont les trois seuls joueurs du Canadien à avoir plus de dix réussites à leur actif. Alors que Caufield s’est surtout distingué par ses frappes la semaine dernière, Monahan a enregistré pas moins de dix ( !) passes décisives en quatre matches.

MATCH DE LA SEMAINE

EDMONTON OILERS – CALGARY FLAMES (3-1)

Edmonton Oilers est sur « Flames ». L’équipe de l’entraîneur Chris Knoblauch avait déjà égalé jeudi dernier l’ancien record des Canadiens de Montréal (bâton) datant de la saison 1967-1968 avec sa 12e victoire d’affilée, mais elle a amélioré le nombre de victoires d’affilée pour une franchise canadienne le week-end dernier. C’est contre leur grand rival, les Calgary Flames, que Connor McDavid et ses coéquipiers sont entrés dans l’histoire.

Avec un Stuart Skinner exceptionnel – qui a égalé le record de Grant Fuhr de 1985 – 1986 avec sa dixième victoire consécutive – les Oilers n’ont rien laissé au hasard face aux redshirts de Calgary. Bien que le score ne se traduise pas immédiatement par des chiffres monstrueux, Edmonton a pris les choses en main dès la première minute. Ryan McLeod a ouvert le score après 15 minutes d’une période marquée par un trafic à sens unique. Si MacKenzie Weegar a tiré à côté des Flames en début de deuxième période, les Oilers ont pris une avance de 3-1 dans le troisième tiers-temps grâce à des frappes de Sam Gagner et Zach Hyman. Une avance qui n’a plus jamais été menacée.

Pour égaler le record des Penguins de Pittsburgh de la saison 1992-1993 (dix-sept), les Canadiens ont besoin de quatre victoires supplémentaires. Emmenés par Mario Lemieux, Rick Tocchet et Kevin Stevens, les Noirs et Jaunes se sont finalement contentés d’un match nul en prolongation contre les Devils du New Jersey.

A lire également