Faits saillants de la LNH : Les Oilers et les Kraken continuent de gagner, Wall Ingram, un chapeau douloureux et bien d’autres choses encore

Dans l’Hebdo de vendredi dernier, nous avons eu droit à toutes les séries dont nous avions besoin, et nous continuons sur la même lancée pour un moment. Une seule série s’est achevée ce week-end, mais certains poursuivent allègrement leur chemin. Daniel Sprong s’est encore affirmé ce week-end avec les Red Wings, Nick Bjugstad a fait mal à sa ville natale et dans le désert de l’Arizona, l’étoile de Connor Ingram brille actuellement. Un NHL Highlights débordant, alors installez-vous confortablement et détendez-vous !

Par Dennis Bakker et Hans Mulder

FAITS MARQUANTS

T.J. OSHIE vs NEW YORK RANGERS

Dans l’incroyable division métropolitaine, tous les points sont les bienvenus pour les équipes en lice pour les playoffs. Il est donc souhaitable d’avoir ses meilleurs joueurs à disposition, et dans le cas des Washington Capitals, c’est loin d’être toujours le cas. T.J. Oshie a été mis à l’écart pendant près d’un mois, a fait son retour lors du match perdu contre Seattle la semaine dernière, mais samedi contre les Rangers, Oshie a montré ce qui avait manqué aux Caps pendant près d’un mois.

Sans être très bien entrés dans le match, les Rangers ont tenu une avance de 2-1 dans la troisième période dans la capitale américaine. Nic Dowd a égalisé pour les locaux, puis c’est Oshie, rapide comme l’éclair, qui a fait basculer le match. Une victoire que les Caps auraient pu utiliser à bon escient. Ils ont perdu sept des neuf matchs précédents et ont vu les billets pour la post-saison s’éloigner un peu à l’horizon.

Dimanche, ces bantams se sont retrouvés. Cette fois au Madison Square Garden. Les Rangers ont gagné du terrain en battant les Caps 2-1. A noter qu’Alex Ovechkin a manqué les deux matches en raison d’une blessure au bas du corps. Le Russe s’est blessé il y a plus d’une semaine et a manqué quelques séances d’entraînement par la suite.

VLADIMIR TARASENKO vs SAN JOSE SHARKS

Les Sénateurs d’Ottawa ont perdu cinq matchs d’affilée. Chaque fois sur une glace inconnue. Samedi dernier, ils sont retournés dans leur propre Centre Canadian Tire et, comme par hasard, il semblait y avoir d’autres joueurs sur la glace. Le fait qu’ils jouaient contre la pire équipe de la LNH a sans doute joué en leur faveur, mais les Sénateurs n’avaient pas pour autant le droit de sous-estimer les Sharks. Après tout, Ottawa est l’équipe qui compte le moins de points dans l’Est.

Bien que les Sénateurs aient eu la mainmise sur le chronomètre des tirs, ils n’ont pas réussi à se défaire des visiteurs. En effet, malgré une large prépondérance du club local, les Sharks ont menacé d’arracher au moins un point. Même Vladimir Tarasenko pensait que c’était trop beau. A quelques secondes de la fin du match, le Russe a marqué le 4-3, ce qui lui a permis d’atteindre la barre des 10 buts cette saison.

Ottawa a ainsi mis fin à une série de cinq défaites consécutives et Tarasenko s’est remis en selle. L’ancien joueur de St. Louis et des Rangers attendait beaucoup plus de cette saison, mais il peut encore être utile à son employeur actuel à l’approche de la date limite des échanges.

CAM ATKINSON vs WINNIPEG JETS

Les Jets de Winnipeg ont réussi à consolider leur record de franchise samedi soir. Jamais auparavant une équipe des Jets n’avait remporté huit matches d’affilée et pour porter cette série à neuf, tout ce qu’il leur restait à faire était de battre les Philadelphia Flyers. Et cela s’avère souvent plus facile à dire qu’à faire cette saison. Les Jets l’ont constaté ce soir à domicile. Non seulement la série de victoires a pris fin, mais la meilleure équipe de la LNH n’a même pas marqué. En effet, les Flyers se sont imposés 2-0.

John Tortorella a vu que tout allait bien au Manitoba. L’entraîneur doit la victoire à un Samuel Ersson exceptionnel, qui a signé son troisième blanchissage de la saison. Le gardien suédois n’a pas chômé si l’on en juge par ses 35 arrêts, mais la récompense n’a pas manqué. Cam Atkinson s’en est chargé. La saison dernière, Atkinson n’a pas pu jouer en raison d’une blessure, mais à Winnipeg, le trentenaire aura une nouvelle fois l’occasion de se réveiller. Atkinson est l’auteur des deux buts, ce qui lui permet d’atteindre 10 buts en 42 matches.

EVAN BOUCHARD vs CANADIENS DE MONTRÉAL

Pour la cinquième fois dans l’histoire de la franchise, les Oilers d’Edmonton ont remporté neuf matchs d’affilée. Jamais auparavant – c’est-à-dire même sous l’ère Wayne Gretzky – les Oilers n’avaient réussi à atteindre le double chiffre. Jusqu’à samedi soir à Montréal. Cela n’a pas été facile, mais au bout du compte, les Oilers ont empoché deux points. Et ce, pour le dixième match consécutif. Un nouveau record de franchise pour Connor McDavid et consorts.

C’est également McDavid qui a été impliqué dans le but victorieux, qui n’est tombé qu’en prolongation. Cole Caufield avait donné l’avantage aux Canadiens en début de match, mais Leon Draisaitl a entretenu l’espoir d’une dixième victoire. En prolongation, les Oilers ont bénéficié d’une supériorité numérique et ce qu’ils n’avaient pas réussi à faire les quatre premières fois, ils l’ont fait cette fois-ci. Grâce à un tir fulgurant d’Evan Bouchard, sur une passe de McDavid, l’enfant du pays, l’avantage numérique a été exploité et la victoire 2-1 obtenue de haute lutte est devenue une réalité.

NICK BJUGSTAD vs MINNESOTA WILD

Il y a quelque temps sur ce site, nous avons parlé de l’effet John Hynes dans le Minnesota. Le Wild a bien démarré sous la houlette du nouvel entraîneur, mais nous en concluons provisoirement que l’effet s’est dissipé pour l’instant. Ce week-end, à domicile, le Wild s’est fait battre par les Arizona Coyotes et le plus embarrassant, c’est qu’un centre de 31 ans originaire de Minneapolis a attiré l’attention sur lui.

Nick Bjugstad avait presque oublié ce que cela faisait de marquer un coup du chapeau. Après tout, cela faisait si longtemps. Le 6 mars 2018, il portait encore le maillot des Panthers lorsqu’il a marqué trois buts lors de la victoire 5-4 sur le Lightning en visite. Près de six ans plus tard, Bjugstad était à nouveau l’enfant du jour.

Avec 3 buts, il a fait très mal au club de sa ville natale. Sans parler du 6-0 au tableau d’affichage après 60 minutes. L’Arizona reste donc dans le sillage des wildcards, tandis que Minny s’incline pour la huitième fois en neuf matches. Là-bas, on peut déjà penser à 2024-2025.

JARED MCCANN vs COLUMBUS BLUE JACKETS

Avec beaucoup de prudence, nous avons commencé à mettre à l’écart le Kraken de Seattle à la fin des one-hit wonders. La saison dernière a été étonnamment forte et nous avons fait un beau parcours en play-offs, mais les premiers mois de cette saison ont été extrêmement difficiles. Cependant, la série de huit défaites entre le 24 novembre et le 10 décembre semble remonter à une éternité. Le 10 décembre, Seattle s’est incliné face à Minnesota et c’est aussi la dernière fois que les Kraken n’ont rien gagné dans un match. Cette défaite a été suivie d’une progression qui, pour l’instant, ne peut être arrêtée par personne.

Samedi, Seattle a remporté sa neuvième victoire consécutive. A domicile, les Blue Jackets se sont inclinés 7-4 et les Kraken ont fait un pas de plus vers la troisième place de la division. La saison dernière, Jared McCann était l’homme à tout faire de Seattle, mais le meilleur tireur de l’époque avait gardé la poudre d’escampette dans cette cuvée. Contre les Blue Jackets, McCann a toutefois tiré deux fois au but et a joué un rôle important dans cette victoire avec deux buts et une passe. Au passage, c’est le 13e match d’affilée que Seattle marque au moins un point.

DYLAN LARKIN vs LA KINGS

Pour les amateurs de séries, il n’y a pas de meilleure division que le Pacifique en ce moment. Nous connaissions déjà les séries de victoires d’Edmonton et de Seattle, mais avec Vancouver, le compteur s’élève désormais à cinq après la victoire 1-0 à Buffalo. A l’autre bout du spectre, on trouve bien sûr les Sharks et leurs 12 défaites. Un peu plus au sud, à Los Angeles, les Kings semblent désormais tenter de rivaliser avec ces mêmes Sharks.

En effet, à Detroit, les Kings ont subi leur huitième défaite consécutive. L’équipe qui affichait encore l’un des meilleurs pourcentages de points de la LNH au début de l’année l’a complètement perdue. Grâce notamment à 2 buts de Dylan Larkin (et 1 passe de Daniel Sprong, qui a inscrit son 11ème but contre Toronto dimanche), les Red Wings ont été 5-3 trop forts pour LA. D’ailleurs, ce n’est que la deuxième fois dans cette série que les Kings s’inclinent par plus d’un but d’écart.

Todd McLellan ne s’inquiétera pas trop pour l’instant, mais dans la Conférence Ouest, des équipes comme Edmonton, Seattle et Nashville s’approchent à grands pas. En fait, les Preds ont déjà plus de points que LA mais ont joué quatre matches de plus.

JESPER BRATT vs FLORIDA PANTHERS

Toutes les séries ne se sont pas déroulées dans la Conférence Ouest. A l’est du continent, ce sont les Florida Panthers qui ont remporté match après match. Il leur manquait une victoire pour atteindre les deux chiffres, mais les Devils ont remarquablement mis un terme à cette série. Remarquable parce qu’il manque tellement de joueurs vedettes à ce New Jersey qu’il n’aurait pas dû faire le poids. Ils l’ont été, car après 60 minutes, le tableau d’affichage affichait 1-4 à Sunrise, en Floride.

Enfin, Lady Fortuna a semblé se ranger du côté des Devils pour une fois samedi. L’équipe locale avait la mainmise sur le jeu, mais elle s’est heurtée à plusieurs reprises au gardien Nico Daws. Le Munichois a également été aidé par l’attaque. Alexander Holtz et Erik Haula ont chacun inscrit leur 10e but de la saison et Jesper Bratt a inscrit son 16e but comme GWG. Sam Reinhart – qui d’autre – a donné un peu d’espoir aux Cats, mais la dernière offensive n’a donné lieu qu’à un filet vide pour John Marino. Et qui porte le maillot des Devils.

Cette série s’est donc arrêtée à neuf victoires. Le record de la franchise reste à 13 victoires et remonte au printemps 2022.

JONATHAN DROUIN vs TORONTO MAPLE LEAFS

Beaucoup de choses ont déjà été dites sur Jonathan Drouin. Et probablement encore plus écrit. Étiqueté comme un grand talent il y a une dizaine d’années, le troisième choix du repêchage de 2013 n’a jamais vraiment porté ses fruits. Il y a bien eu ces 21 buts et 53 points en 2016-2017 pour le compte de Tampa Bay, mais on devrait certainement s’attendre à beaucoup plus de la part d’un joueur aussi doué. Drouin semble également d’accord, car l’ailier a enchaîné les points au cours des dernières semaines.

Décembre a déjà été un mois raisonnable pour Drouin avec 10 points en 15 matchs. Après le début de l’année, il semble avoir pris son envol. Il a commencé l’année avec 3 buts lors des deux premiers matchs et samedi, Jonathan Drouin a été le fer de lance d’une remontée intelligente contre les Maple Leafs. Le Colorado était menacé d’un déficit de 3-0 jusqu’à ce but, mais les Avs ont quitté la glace avec une victoire de 5-3. En plus de ce but, Drouin a ajouté une passe à son total pour atteindre huit points en six matchs en 2024.


GARDIEN DE BUT DE LA SEMAINE

CONNOR INGRAM (ARIZONA COYOTES)

Connor Ingram s’impose de plus en plus comme la colonne vertébrale des Arizona Coyotes cette saison. Bien que le gardien de 26 ans ait vu Clayton Keller être remplacé à Toronto, la victoire 6-0 contre le Minnesota Wild lui a permis de signer son cinquième blanchissage de la saison. Le Canadien devient ainsi le leader de la liste en NHL, laissant derrière lui Thatcher Demko (Vancouver Canucks) et Tristan Jarry (Pittsburgh Penguins), qui en ont récolté quatre jusqu’à présent.

Ingram fait partie des dix meilleurs gardiens, non seulement pour les blanchissages, mais aussi pour l’ensemble de sa carrière. Avec 15 victoires le Canadien se classe au huitième rang de la Ligue et son .919 sv% est également bon pour la sixième place – qu’il partage d’ailleurs avec Demko, qui sera actif à Toronto pour le compte de Vancouver.

Au total L’équipe de l’entraîneur principal André Tourigny s’appuie fortement sur les épaules d’Ingram. Le remplaçant Karel Vejmelka a des performances moyennes et après sa substitution contre St. Louis le 22 novembre, le gardien a été relégué à la seconde garniture. Néanmoins, les Coyotes sont toujours en course pour les playoffs. Avec un bilan de 21-18-2 record les habitants du désert se partagent la cinquième place du championnat central, mais il leur reste encore deux matches à disputer par rapport aux Predators de Nashville, qui occupent la quatrième place.

Mention honorable : Alexander Georgiev (Colorado Avalanche). Le gardien russe a réalisé un blanchissage contre les Vegas Golden Knights et a été en passant élu au All-Star Game par les fans.


JOUEUR DE LA SEMAINE

BLAKE COLEMAN (CALGARY FLAMES)

Quel que soit le point de vue, les Calgary Flames sont tout sauf un outsider pour le titre de division (et au-delà) cette saison. Les recettes de la franchise canadienne dans le bruit et en 2024 n’ont pas encore donné un coup de fouet au moral des troupes.

Si les victoires contre Minnesota et Nashville ont été au rendez-vous, les suites contre Philadelphie et Chicago n’ont pas été des plus réjouissantes. Pourtant, une petite lumière semble briller au bout du tunnel. Ottawa, Arizona ainsi que le champion en titre Vegas sont tous à égalité sur le fil de la victoire et la production de Jonathan Huberdeau en particulier est en hausse. Même si « JH » n’est pas encore sur la mobylette pour sa deuxième saison au Canada, il a le vent en poupe depuis ses cinq derniers matches (six points).

BLAKE « UNDER THE RADAR » COLEMAN

C’est pourtant son coéquipier Blake Coleman qui est sous les feux de la rampe cette semaine. L’attaquant de 32 ans joue la saison de sa vie jusqu’à présent et est l’une des figures de proue du maillot rouge des Flames depuis plus d’un mois. Au cours des 18 derniers matchs, le centre a marqué 24 points et il est également en tête du classement de la franchise avec 37 points (19 buts, 18 passes). L’attaquant est donc en passe de réaliser une saison de 70 à 80 points et sera son meilleur joueur de la saison. meilleur score en carrière (38) en 2022-2023. Le fait que le centre de troisième ligne ne soit même pas présent sur la première ligne d’avantage numérique est particulièrement intéressant.

Bien qu’ils aient terminé sixièmes de la division, les Flames se rapprochent lentement de la course à la wildcard. Sur les 13 derniers matches, les Flames ont gagné neuf fois et, à deux matches de la fin, ils ne sont plus qu’à deux points des Oilers d’Edmonton (47).

Mention honorable : Elias Pettersson (Vancouver Canucks). Il a marqué le plus grand nombre de points au cours des sept derniers jours et, avec plusieurs de ses collègues, il a été élu à juste titre pour le All-Star Game.


MATCH DE LA SEMAINE

NEW YORK ISLANDERS VS TORONTO MAPLE LEAFS

Les New York Islanders ont commencé cette saison en devenant de plus en plus un outsider pour un course manifeste en post-saison. Les Long Islanders étaient l’une des meilleures franchises de l’Est jusqu’à la mi-décembre, mais depuis, un peu de sable semble s’être introduit dans le moteur.

Pourtant, le match de jeudi dernier contre les Toronto Maple Leafs était à savourer. Dès la première minute, le match s’est enflammé suite à un pénalité pour faire trébucher pour Auston Matthews. Les Islanders n’ont eu besoin que de neuf secondes pour convertir l’occasion extérieure en but, Kyle Palmieri inscrivant son 10e but de la saison en supériorité numérique.

Après que Bobby McCann ait rééquilibré le score au milieu de la première période, le grand spectacle d’Auston Matthews a commencé. Avec ses 32e et 33e de la saison – à nouveau sur steam pour 60+ – la superstar a semblé faire basculer le jeu dans l’équipe.

Les hommes de Lane Lambert n’en sont pas restés là et ont égalisé dans la même période. (Alexander Romanov et Bo Horvat). Le médaillé d’or Mathew Barzal a complété l’action. remontada en prolongation. Publicité pour le sport.

A lire également