Fousek à propos du nouvel entraîneur : Qu’il ne sera pas présent lors du tirage au sort ? Je ne vois pas cela comme un handicap

Fousek sur le nouvel entraîneur : Qu’il ne soit pas présent lors du tirage au sort ? Je ne vois pas cela comme un handicap

Petr Fousek (61), président de la Fédération tchèque de football, ne considère pas comme un handicap le fait que l’équipe nationale de football n’aura pas encore de nouvel entraîneur après Jaroslav Šilhavy (62) au moment du tirage au sort du Championnat d’Europe début décembre. Il pense que le groupe de travail sous sa direction choisira bien l’entraîneur de l’équipe nationale. Lors d’une conférence de presse, il a déclaré qu’il prenait la fin de Šilhavy comme un fait après la victoire 3-0 de lundi sur la Moldavie pour se qualifier pour le Championnat d’Europe. Il a ajouté que seule l’histoire montrera la réussite de l’entraîneur.

« Je ne considère pas comme un handicap le fait que nous n’ayons pas d’entraîneur lors du tirage au sort. Le tirage au sort est un acte technique. Nous nous intéresserons surtout à la composition de notre groupe, à l’endroit où nous serons dirigés dans les stades. Le fait que nous ne soyons pas présents avec l’entraîneur, je pense que nous pouvons nous en accommoder », a déclaré Fousek.

« Il n’y a pas un tel décalage entre le 2 décembre et le moment où nous voudrions nommer un nouvel entraîneur que nous mettrions en péril la préparation pour les Euros. En outre, l’équipe de mise en œuvre actuelle a bien sûr déjà mis en œuvre de nombreuses choses en termes de préparation, de préparation avant le stage, etc. Bien entendu, nous nous appuierons sur ces éléments », a ajouté le chef de la FAČR.

Šilhavý a décidé de quitter l’équipe nationale malgré la promotion et la réalisation de son objectif en raison de l’énorme pression qu’il a subie récemment. Il était déjà en danger en octobre après la défaite 0-3 en Albanie, après quoi le comité exécutif l’a maintenu à son poste. Toutefois, il a légèrement raccourci son contrat, qui expire officiellement le 30 novembre. Il comprenait une option mutuelle.

La démission de Šilhavy directement après le match n’était pas très attendue. « L’expérience nous apprend qu’en football tout est possible. Nous pensons que non, mais c’est le contraire qui est vrai. Je connais Jarda Šilhavy depuis longtemps, nous étions ensemble dans l’équipe nationale sous la direction de Karel Brückner. C’est un professionnel. Il a travaillé avec nous pendant deux ans et demi. Nous sommes en fonction depuis juin 2021, nous avons donc pris le relais de nos prédécesseurs », a déclaré M. Fousek.

« La façon dont je vois les choses est que l’histoire montrera ses paramètres statistiques. La durée de son mandat, le nombre de matches qu’il a entraînés, ses statistiques. Il y a des succès sur cette trajectoire de cinq ans, mais il y a aussi des moments critiques. Je considère cela comme un fait. Normalement, en tant qu’entraîneur, le président du syndicat et moi-même en parlons. Je remercie Jard et lui souhaite beaucoup de succès dans sa future carrière. Je pense qu’il se souviendra avec émotion de la période où il a entraîné l’équipe nationale », a ajouté Fousek.

Il n’a pas voulu spéculer sur le fait qu’il savait que Šilhavy lui-même démissionnerait. « Nous n’avons pas à nous attarder sur cette question. Depuis l’Euro 2021, où nous avons atteint les quarts de finale, les choses ont été plus compliquées dans d’autres éliminatoires et dans la Ligue des Nations, à la fois en termes de matches et de résultats, que nous ne l’aurions parfois souhaité. Nous nous sommes dit que c’était un fait« , a noté Fousek.

Il considère la qualification pour l’Euro comme un grand succès. L’équipe nationale s’est qualifiée pour le championnat continental pour la huitième fois depuis la création de la fédération. « C’est une sorte de record. Nous nous mettons la pression, car d’un côté, la qualification pour l’Euro est considérée comme quelque chose d’obligatoire, d’automatique. Je pense que l’ambition est bonne, le football tchèque doit toujours vouloir se qualifier pour les Euros », a déclaré Fousek.

« Nous sommes conscients qu’à l’avenir, il sera de plus en plus difficile de se qualifier pour l’Euro. L’Euro s’est élargi plusieurs fois dans son histoire, mais l’Europe devient de plus en plus égale. Il n’y a plus de nains. Toute qualification devient de plus en plus difficile. C’est encore plus vrai pour la qualification à la Coupe du Monde qui nous attend. Même si la clé pour l’Europe a été élargie de trois équipes, ce sera un défi de taille », a ajouté Fousek.

A lire également