Fousek sur le choix de l’entraîneur : nous avons négocié à plusieurs reprises avec Trpišovský, mais le Slavia ne voulait pas le laisser partir.

Fousek sur le choix de l’entraîneur : nous avons négocié à plusieurs reprises avec Trpišovský, mais le Slavia ne voulait pas le laisser partir

Petr Fousek (61 ans), président de la Fédération tchèque de football, a déclaré lors d’une conférence de presse que le nouvel entraîneur de l’équipe nationale, Ivan Hašek, était son premier choix. Le groupe de travail de cinq membres chargé de sélectionner l’entraîneur a également approché Jindřich Trpišovský, mais le Slavia n’a pas voulu laisser partir l’entraîneur qui a fait ses preuves. Selon Fousek, les autres candidats étaient Michal Bílek et Vítězslav Lavička, tandis que l’option d’un entraîneur étranger n’était pas du tout réaliste.

« Je suis heureux que lors du comité exécutif d’aujourd’hui, nous ayons approuvé à l’unanimité la nomination d’Ivan Hašek. Pour moi personnellement, il était le principal candidat, nous nous connaissons depuis 30 ans et nous sommes proches dans beaucoup de choses « , a déclaré Fousek aux journalistes au siège de la FAČR à Strahov, à Prague, après la réunion du comité exécutif. Hašek a signé un contrat jusqu’à la fin des qualifications pour la Coupe du monde 2026, avec une option pour le championnat lui-même.

L’équipe nationale est sans entraîneur depuis la fin du mois de novembre, lorsque Jaroslav Šilhavý a démissionné en dépit de la réussite des qualifications et de la qualification pour les Euros de cet été en Allemagne. Un groupe de travail de cinq membres, composé de Fousek, des vice-présidents de la FAČR Jiří Šidliák et Jan Richter, du membre du comité exécutif et dirigeant de la première division Viktoria Plzeň Adolf Šádek et du nouveau directeur technique de l’association Erich Brabec, a été chargé de sélectionner un entraîneur.

« Nous avions quatre circuits. Le premier était un entraîneur étranger, mais nous l’avons rejeté dès le départ. Nous pensons que la mentalité tchèque est spécifique et qu’il faut la comprendre. Jusqu’à présent, l’équipe nationale a toujours été dirigée par un entraîneur local. Le deuxième facteur est, bien sûr, d’ordre économique. Nous n’avons jamais approché nous-mêmes un entraîneur étranger. Nous avons été approchés nous-mêmes par des managers ou même officieusement, mais aucun autre contact n’a été pris », a déclaré M. Fousek.

« Le deuxième cercle était composé d’entraîneurs travaillant pour l’association, mais nous ne voulions pas d’un entraîneur principal issu de cette association. Nous avons également discuté avec des entraîneurs de clubs. Tant avec le Slavia Praha qu’avec l’agent de l’entraîneur Jindřich Trpišovský, nous avons discuté à plusieurs reprises de son éventuel engagement. Nous avons tout fait, nous sommes allés jusqu’au bout, mais le Slavia n’a pas voulu libérer son entraîneur. Nous ne sommes pas allés aussi loin avec les entraîneurs d’autres clubs « , a déclaré le président de la FAČR à propos des négociations concernant l’entraîneur tchèque le plus titré de ces dernières années.

 » Le quatrième cercle était celui des entraîneurs libres, c’est-à-dire Messieurs Hašek, Michal Bílek et Vítězslav Lavička. Ils ont été interviewés par le groupe de travail et nous avons discuté avec eux du concept de l’équipe nationale. Le groupe de travail a choisi à l’unanimité Ivan Hašek comme candidat sur la base de son expérience humaine, d’entraîneur et de joueur », a déclaré Fousek.

« Il a travaillé longtemps à l’étranger, ce que je considère comme un grand avantage. Nous avons noté comme l’une des réserves qu’il a été longtemps entraîneur en Asie. Avec nos préoccupations tchèques, nous sommes convaincus qu’ils sont loin derrière nous en Asie et que le football n’y est pas de qualité. C’est le contraire qui est vrai, à certains égards, ils sont même en avance sur nous. Je pense qu’Ivan utilisera l’expérience qu’il a acquise là-bas dans son engagement avec l’équipe nationale », a-t-il ajouté.

L’équipe de mise en œuvre élargie sera connue d’ici la fin du mois de janvier. Le groupe de travail a fixé la même échéance pour la nomination du manager de l’équipe nationale. Pavel Nedved a refusé le poste mercredi. Dans une déclaration à l’Agence de presse tchèque, l’ancien capitaine de l’équipe nationale et membre de longue date de l’équipe dirigeante de la Juventus a déclaré qu’il n’était pas sûr de pouvoir aider le football tchèque en ce moment, après de nombreuses années passées loin du pays.

« Dès le début, nous étions d’accord pour aborder Pavel comme une icône du football tchèque, le vainqueur du Ballon d’Or. Les négociations ont été équitables, nous lui avons fait une offre supérieure à la norme. Finalement, il en a décidé autrement, nous sommes désolés, mais nous devons respecter cela », a déclaré Fousek. « Nous voulons un grand nom. Mais même derrière un grand nom, il doit y avoir un travail acharné et une connaissance de l’agenda du manager. Le troisième critère est la discipline. a déclaré le président de la FAČR.

Hašek fera ses débuts sur le banc en mars, lorsque l’équipe nationale disputera deux matches de préparation. « Nous voulons réussir non seulement à l’Euro, mais aussi aux éliminatoires et à la Ligue des Nations, dans laquelle nous voulons retourner dans le Groupe A. L’objectif principal est de se qualifier pour le Mondial. L’objectif principal est de se qualifier pour la Coupe du monde », a ajouté Fousek.

A lire également