Griezmann a offert au Real une revanche en coupe. La progression du FC Barcelone n’a pas été facile

Griezmann a permis au Real de prendre sa revanche sur la Coupe. Les progrès de Barcelone n’ont pas été faciles

Barcelone s’est imposé 3-1 à Salamanque en demi-finale de la Coupe du Roi. Cependant, comme au tour précédent contre Barbastro en quatrième division, la victoire n’a pas été facile. Le favori était mené après le superbe but d’Álvaro Gómez à la 31e minute. Cependant, ils égalisaient à la mi-temps et Jules Koundé décidait d’avancer après le changement de côté. L’Atlético atteint également les quarts de finale. Il bat le Real Madrid 4-2 en prolongation à domicile pour se venger de sa défaite en Supercoupe huit jours plus tôt. Le héros local est Antoine Griezmann, qui punit une erreur défensive à la 100e minute.

De manière surprenante, c’est l’outsider local qui ouvrait le score. La tentative de Mario Losada, à mi-hauteur, passait à quelques millimètres de passer entre les trois poteaux. Par la suite, l’action prenait la direction attendue, les visiteurs ayant le ballon à la main la plupart du temps et combinant patiemment dans la moitié de terrain de leurs adversaires. Ce fut le cas jusqu’à la 31e minute.

En effet, un ballon très centré venant du côté gauche était dirigé dans l’espace libre devant le gardien Iñaki Peña, l’extase du public de Salamanque était alors déclenchée par une volée précise de Gómez. La douche froide pour les Unionistas survient en fin de mi-temps, lorsque Ferrán Torres sanctionne froidement un corner mal joué.

La situation au tableau d’affichage, qui n’était déjà pas idéale pour les Barcelonais à la 60e minute, a fait appel à l’expérience d’Ilkay Gündogan et de Robert Lewandowski, qui sont sortis ensemble du banc de touche. Mais l’épine dans le pied de l’entraîneur Xavi a été éliminée de manière inattendue par le stoppeur Koundé.

D’une combinaison discrète au milieu du terrain, il décochait un projectile lointain qui se logeait juste à l’intérieur du poteau droit. Alejandro Balde portait le score à 3-1 à la 73e minute, après une belle action individuelle, en frappant la barre transversale du pied gauche. Ce n’est qu’au début de la seconde période que les arrêts de Peña ont permis d’éviter un nouveau changement de score.

A la 11e minute, Jude Bellingham marquait. Il dribblait magnifiquement et se retrouvait en position de tir idéale dans la surface de réparation, mais sa frappe s’écrasait sur la barre transversale. Los Indios prenaient l’avantage à la 39e minute, lorsque Samuel Lino se glissait pour dégager un centre de Rodrigo de Paula de plusieurs points, juste au deuxième poteau. Cependant, le Real a égalisé dans les arrêts de jeu grâce à une erreur de Jan Oblak, qui a aidé le ballon à pénétrer dans le but local sur une course malencontreuse.

L’Atlético prenait le meilleur sur le second acte, grâce à la bonne forme d’Álvaro Morata. A la 57e minute, l’ancien attaquant du Ballet blanc profitait d’une mauvaise communication entre Andriy Lunin et Antonio Rüdiger et plaçait le ballon dans le filet découvert grâce à une intervention malchanceuse de ce dernier. Rodrygo a failli répliquer, mais la deuxième fois, il a touché la barre supérieure.

Morata tentait de faire la décision finale à la 82e minute, mais cette fois il ne trouvait pas Lunin. L’occasion manquée était d’autant plus malheureuse que la contre-attaque suivante était égalisée par une tête de Joselu. La prolongation s’ensuit. A la 100e minute, la défense des hommes en blanc choisit un moment plus faible et Griezmann profite de l’imprécision des passes.

Il s’élance en solitaire sur le côté droit du terrain, mais sans concession, il crochète le ballon sous la barre transversale devant un Lunin échaudé. L’équipe locale, très motivée, parvenait à conserver son avance, même avec un peu de chance, jusqu’à la fin, où elle marquait à son tour après un break sur un coup de pied de Rodrigo Riquelme.

Résultats de la Copa del Rey

A lire également