Il a arrêté le penalty de Piqué, a remporté la médaille d’argent à la Coupe du monde avec Fenin et ses coéquipiers. Aujourd’hui, Petr, le gardien de but, joue comme défenseur.

Il a arrêté un penalty de Piqué, a remporté la médaille d’argent à la Coupe du monde avec Fenin et ses coéquipiers. Petr, le gardien de but, joue désormais comme défenseur.

Il est l’un des signataires de l’une des plus belles success stories du football tchèque. Radek Petr (36 ans) a remporté le titre de la Coupe du monde 2007 pour le top 20 tchèque, et a ensuite fait ses armes à Parme (Italie), Eupen (Belgique) et Razgrad (Bulgarie).

Aujourd’hui, Petr est de retour au pays pour quelques années. En tant qu’entraîneur des gardiens, il aide l’équipe de deuxième division Hanácké Slavia Kroměříž et, avec la réserve du club au poste de défenseur, il gravit les échelons de la compétition. « Maintenant, ma tâche principale est de me refaire une santé pour ne pas tomber dans les pommes », déclare ce géant expérimenté de près de deux mètres en se rendant à l’entraînement.

Ne me dites pas que nous allons commencer cette discussion sur le football par une blessure ?

« Malheureusement. Trois journées avant la fin de l’automne, j’ai fait un mauvais mouvement à la 88e minute sur le gazon artificiel et j’ai tout de suite su que quelque chose n’allait pas. Je me suis déchiré le ligament croisé antérieur du genou et je suis maintenant à six semaines de l’opération. J’essaie de m’entraîner, de faire de la rééducation, et j’essaie aussi de diriger des séances d’entraînement à Slavia en tant qu’entraîneur des gardiens. Pour l’instant, je ne sais pas si je reprendrai le jeu ».

Ne vous reprochez-vous pas d’avoir commencé à jouer dans les buts plutôt qu’au milieu de terrain à la fin de votre carrière ?

« Dès que le club a lancé le projet de l’équipe B, j’y ai participé. Mais je me suis dit que j’avais assez attrapé dans ma carrière et que je voulais jouer en dehors du terrain. Et c’est ce qui s’est passé. Nous avons commencé en troisième année et maintenant nous sommes en I. Classe A. Il y a beaucoup de progression, mais quand vous avez des jeunes, des gars compétents dans votre équipe, ça monte vite.

On ne vous a pas dit d’aller à la porte ?

« C’était l’une des possibilités, mais je voulais jouer dans le champ extérieur. J’ai joué au champ extérieur quand j’étais jeune et je voulais m’appuyer sur cette expérience. Tout allait bien jusqu’à ma blessure.

J’ai entendu dire que vous aviez également arbitré quelques matches, je pensais que vous étiez titulaire au poste d’arrière…

« C’est vrai, et une fois de plus, il a été démontré que le football n’a pas de logique.

Que voulez-vous dire par là ?

« De sorte que lorsque je prenais une décision, c’était avec ma tête. Je n’ai jamais été très tête en l’air ». (rires)

Donc, en tant que stoppeur, vous vous mettiez aux normes et vous saviez comment affronter le gardien de but, n’est-ce pas ?

« Nous avons de bons joueurs dans l’équipe, il m’est donc arrivé d’avoir une passe occasionnelle en attaque. Il était clair qu’il y aurait des jeunes et des coureurs en attaque, je ne cours plus beaucoup. Je ne cours plus beaucoup. Mais j’ai eu des occasions et j’ai marqué des buts quand j’en ai eu l’occasion.

Malgré vos problèmes de santé, vous parvenez à jouer le rôle d’entraîneur des gardiens.

« Je les supervise. Je ne suis pas encore à 100 %, mais je veux retrouver la santé pour pouvoir travailler au maximum de mes capacités. Pour ce qui est de revenir sur le terrain, je ne suis pas pressé. Vous savez, j’aimerais toujours jouer, j’aimerais revenir, mais pour l’instant, l’objectif principal est de ne pas tomber ».

Dans les moments où votre santé vous limitait, vous auriez pu vous rendre heureux, par exemple en regardant des images du World Twenty20 de 2007, qui a été un succès. L’avez-vous fait ?

« Je ne l’ai pas fait. L’argent appartient désormais à l’histoire, ce qui m’est rappelé de temps en temps à l’occasion d’un anniversaire. Mais je ne regarde pas tout seul. »

Mais vous avez sauvé les deux séances de tirs au but de l’équipe, et le penalty crucial contre vous n’a pas été accordé par la star Piqué. Il faut s’en souvenir, n’est-ce pas ?

« Comme je l’ai dit, c’est l’histoire. Oui, nous avons eu des joueurs qui ont joué contre nous et qui ont fait de grandes carrières, de grandes choses. Je me concentre maintenant sur ma forme physique et sur ma capacité à faire partie de l’équipe d’entraîneurs à Kroměříž. »

Vous voyez-vous un jour en tant qu’entraîneur dans une compétition de haut niveau ?

« Ce serait bien, bien sûr. Il ne faut jamais dire jamais. La concurrence est énorme. Je suis heureux que Kroměříž soit passé de la MSFL à la deuxième ligue et que le projet avec les jeunes de la réserve fonctionne bien. Je souhaite que cela continue ainsi.

A lire également