Il faut fermer l’environnement, avoir une tête résistante et le désir de gagner. Derby accueille les nouveaux venus, qu’est-ce qui les attend ?

Éteignez l’environnement, ayez la tête froide et l’envie de gagner. Derby souhaite la bienvenue aux nouveaux venus, qu’est-ce qui les attend ?

Pour la première fois, ils vont s’imprégner de l’atmosphère du plus grand match tchèque. Six joueurs du Slavia et du Sparta vont découvrir le derby de Prague. Comment se déroule un tel match ? Quel effet cela fait-il de marquer un but pour ses débuts ? VBC Foot Zpravy a contacté deux anciens joueurs de ces deux clubs qui savent à quel point c’est important.

Il a profité d’un mauvais tacle, s’est emparé du ballon et l’a claqué de l’extérieur de la surface. 3-0 ! Le gardien Florin Nita n’a même pas eu le temps de faire un arrêt. Voilà comment se sont déroulés les débuts d’Ondrej Lingr dans le match du « S » de Prague. Pour son premier derby, il a couronné le Slavia d’un triomphe 3:0 (6.12. 2020).

« C’était mon troisième ou quatrième match en tant que titulaire au Slavia. Les entraîneurs m’ont mis là après les Coupes d’Europe, où j’ai probablement fait mes preuves et où ils ont cru que je pouvais gérer un match aussi important », se souvient le milieu de terrain de Feyenoord à propos de son premier derby. « Mais c’était à l’époque du covid, le stade était donc vide et on était encore à Letná, on n’en profitait pas beaucoup ». Il sourit. Cependant, pour la petite histoire, il rappelle immédiatement que dès que le match s’est joué à Eden devant un stade à guichets fermés, il a immédiatement répété son but devant le public.

Mais cette soirée de décembre, il y a trois ans à Letná, n’a pas été intéressante que grâce à Lingra. Abdallah Sima était titularisé pour la première fois et inscrivait deux buts pour son rival. Avec lui, seul Nicolae Stanciu, toujours sous le maillot du Sparta, a réussi à marquer deux buts pour sa première titularisation dans le derby de la ligue tchèque indépendante. Au total, 21 joueurs ont fait leurs débuts dans la bataille de Prague. Parmi eux figurent des noms comme Václav Koloušek (2000), Tomáš Jun (2002), Daniel Pudil (2007), Ladislav Krejčí Sr (2011) et Ondřej Kúdela (2018).

La dernière fois que le nouveau venu a marqué, c’était dans un derby sauvage d’avril (3:3), sur un but du défenseur slave Igoh Ogbu. Pour mémoire, les débutants ont marqué 15 fois à Letná.

Dimanche, les deux camps rivaux s’affronteront à Vršovice, où les Slaves le savent très bien et où les Spartiates ne jouent pas à leur meilleur niveau. « On sent la haine dès l’arrivée au stade ». Josef Hušbauer se souvient. « C’est complètement différent de ce à quoi on est habitué. Cela compte-t-il pour quelque chose ? Ne reconnaissez pas l’atmosphère, ne vous imprégnez pas de votre environnement, parce que cela vous amènera immédiatement à des pensées qui commenceront à vous ligoter. Vous commencez à y penser, à ce qui est crié, à ce qui se passe, et cela va vous déprimer. Il suffit de se rendre dans la zone d’échauffement où la Tribune Nord est déjà pleine, de commencer et d’avoir immédiatement la chair de poule. C’est à ce moment-là que l’on se rend compte que quelque chose de grand nous attend », se souvient M. Hušbauer.

« Le derby n’est pas à la portée de tout le monde. Il faut être très fort mentalement. On ne peut pas tout foutre en l’air », explique Lingr. De qui pourrait-il s’agir dimanche ? Les étrangers prédominent, plus lents à pénétrer les tenants et les aboutissants de la rivalité que les Tchèques et les Slovaques, qui n’échappent généralement pas aux affrontements entre marques célèbres. Côté local, Muhamed Tijani, Conrad Wallem, Andres Dumitrescu, Michal Tomic, Mojmir Chytil et Ogungbayi Boluwatife pourraient faire leurs débuts. Dans l’équipe de Brian Priske, les six premiers sont Peter Vindahl, Angelo Preciado, Veljko Birmancevic, Victor Olatunji, James Gomez et Michal Ševčík.

Selon Lingr, qui est le plus préparé pour le derby parmi les nouveaux Slaves ? « Mojmír Chytil possède les conditions idéales. Et le nouveau latéral gauche Andres Dumitrescu a également l’air bien. Il a fait bonne figure contre Genève.

Lingr nie cependant que les joueurs n’aient pas eu un écho de l’événement à l’avance. Le mode derby est clair. Les joueurs les plus expérimentés prennent en charge les débutants et leur expliquent quoi et comment. Les étrangers se voient montrer des images de batailles précédentes. Personne ne veut perdre. 11 guerriers s’affrontent. C’est du moins ainsi que les joueurs décrivent et perçoivent l’action à l’intérieur. « On parle du derby depuis lundi. Dès la fin du match de dimanche, le lendemain, le derby était le sujet principal. Il est impossible de ne pas savoir quel genre de match on va avoir. décrit Lingr.

Simon Deli était un grand stormtrooper et chahuteur à Slavia ces jours-ci. « Il l’a beaucoup vécu. C’est parce qu’il était en République tchèque depuis longtemps et qu’il savait ce qu’il en était entre les deux clubs. En revanche, Ruslan Rotan était ici avec nous et son expression était toujours la même. C’était un grand flegmatique. On ne pouvait pas lire sur son visage si on gagnait ou perdait le derby », s’amuse Hušbauer.

Et un dernier facteur important : qu’est-ce qu’un joueur a besoin d’entendre de la part de l’entraîneur avant un derby ? « Je n’ai pas eu besoin que les entraîneurs me disent quoi que ce soit », dit Lingr en riant. « J’étais le genre de joueur qui pouvait s’enthousiasmer et enthousiasmer les autres. Au Slavia, cependant, il y a un environnement où cela ne vous manque pas. Jindřich Trpišovský, Jarda Köstl et Houšt’a (Zdeněk Houštecký, ndlr) sont très forts pour motiver l’équipe ». ajoute le natif de Havířov.

A lire également