Je n’ai pas compris la colère et l’agressivité. Je pense que ce mandat a été couronné de succès, a déclaré le président sortant, M. Šilhavy

Je n’ai pas compris la colère et l’agressivité. Je pense que ce mandat a été couronné de succès, a déclaré M. Šilhavy.

Jaroslav Šilhavý (62 ans), le désormais ancien entraîneur de l’équipe nationale tchèque de football, a admis qu’il ne comprenait pas la colère et l’agressivité auxquelles il a dû faire face récemment. En raison de la pression croissante exercée sur sa personne, il a décidé de démissionner avant le dernier match du groupe de qualification pour le Championnat d’Europe contre la Moldavie. Lorsqu’il l’a annoncé à l’équipe à Olomouc après la victoire 3-0 et la qualification pour le championnat, il a été touché. Lors de la conférence de presse, il a déclaré qu’il considérait ses cinq années passées au sein de l’équipe nationale comme une réussite. Il n’envisage pas encore la suite de sa carrière et souhaite maintenant se reposer.

« Nous sommes ici depuis un certain temps et la situation s’est aggravée à plusieurs reprises. La pression que j’ai subie ces derniers jours et ces dernières semaines a été énorme, jusqu’à ce que je la ressente », a déclaré Šilhavy. « L’équipe nationale se réunit pendant dix jours, mais pendant ce temps, la nomination, la composition, le résultat… Le pays tout entier sait ce qu’il doit faire. Tout le pays sait ce qu’il faut faire. Si ça ne marche pas à ce moment-là, ça peut marcher. Depuis la dernière réunion, je n’ai pas compris la colère, l’agressivité ou tout ce que je pourrais appeler ainsi. Toutes ces choses ont contribué à ma décision. a ajouté l’entraîneur de 62 ans.

Il a admis qu’il est étrange qu’un entraîneur démissionne après une qualification réussie et une qualification pour l’Euro. Les joueurs l’ont remercié dans la cabine par de longs applaudissements. « Quand je leur ai dit, j’étais mou. Mais la vie continue, les garçons sont habitués aux allées et venues des entraîneurs. Je crois que j’ai des liens avec certains joueurs, je me souviendrai d’eux avec émotion. Nous leur avons dit au revoir et leur avons souhaité bonne chance pour l’Euro », a déclaré Šilhavý.

« La décision n’a pas été facile à prendre. Surtout maintenant, après le match, il y a une grande joie dans la cabine, chez les fans, etc. C’est étrange, mais la décision a été prise avant le match. Je suis très heureux que cela ait été fait, que nous ne manquerons pas l’Euro une nouvelle fois, mais ce sera sans nous. Cependant, je dis que l’équipe passe avant tout. La République tchèque s’est qualifiée pour l’Euro en Allemagne, ce n’est pas une question de Šilhavy », a déclaré l’ancien entraîneur de Liberec et du Slavia de Prague.

Il a admis que l’incident de la nuit de samedi à dimanche, lorsque trois joueurs expérimentés Jakub Brabec, Vladimír Coufal et Jan Kuchta se sont rendus dans une discothèque à Olomouc et ont été expulsés de l’équipe pour avoir enfreint les règles de l’équipe, a également contribué à sa décision.

« Je ne veux pas dire que c’est à cause de cela, ce n’est certainement pas le cas. Cela faisait un certain temps que nous mûrissions, mais cela a joué un rôle dans la décision « , a déclaré Šilhavy. « Cela m’a fait très mal. Je ne m’attendais pas à ce qu’ils fassent une si grosse erreur. Je suis sûr qu’ils sont aussi désolés maintenant. Mais je ne pense pas qu’ils l’aient fait pour que je démissionne », a déclaré l’entraîneur.

Le pari sur Chorý a fonctionné

Il est satisfait de la manière dont l’équipe a géré cette situation difficile. Son pari sur l’attaquant Tomáš Chorý, auteur d’un but et d’une passe décisive pour ses débuts en équipe nationale, a été couronné de succès. « Cela n’a pas été facile, nous avons pris une décision hâtive concernant la composition de l’équipe. Je pense que nous avons fait le bon choix et que nous avons réussi à aligner l’équipe. Les remplacements ont bien fonctionné » a déclaré Šilhavý.

Dans l’ensemble, il considère que sa période avec l’équipe nationale a été une réussite. Il s’est qualifié deux fois pour le Championnat d’Europe et a atteint les quarts de finale de la dernière édition avec l’équipe. En revanche, il n’a pas réussi à se qualifier pour le tournoi final.

Le quotidien VBC Foot avec Pavel Horvath.

VBC Foot

« Il s’agit de savoir ce que les Tchèques veulent et comment ils voient ce que nous avons. C’est une question de savoir si c’est assez ou pas assez. De mon point de vue, je pense que nous avons fait beaucoup de travail. Nous avons atteint le groupe A de la Ligue des nations, nous n’avons pas complètement échoué. Nous nous sommes qualifiés deux fois pour le Championnat d’Europe, où nous avons atteint les quarts de finale. Pour moi, c’est un mandat réussi. Mais je ne parle pas seulement pour moi, je parle aussi pour mes collègues. (Les assistants) Jirka Chytrý, Milan Veselý, Galas (Tomáš Galásek). Je n’aurais pas pu le faire sans eux ». a déclaré Šilhavý.

Il apprécie les scalps de plusieurs équipes nationales d’élite. « Lorsque vous battez l’Angleterre ou que vous atteignez les quarts de finale du Championnat d’Europe contre un adversaire coriace (les Pays-Bas), ce sont de grands souvenirs. Je m’en souviendrai avec émotion », a déclaré Šilhavy.

Il apprécie également la promotion actuelle en raison de la pression qui pèse sur l’équipe nationale. « Lorsque ce groupe de qualification a été tiré au sort, tout le monde a dit que c’était gagné d’avance. Lorsque nous étions assis à côté des Slovaques, ils disaient que les Tchèques avaient encore de la chance. En fin de compte, il s’est avéré que ce groupe n’était pas facile. La Moldavie s’est battue jusqu’au dernier match pour se qualifier pour le Championnat d’Europe », a déclaré Šilhavy.

Il ne pense pas encore à la suite de sa carrière. « Tout d’abord, j’ai besoin de me reposer. Même si la réunion a lieu pendant la semaine où les matches sont joués, c’est très exigeant, peut-être même plus qu’en club. C’est d’autant plus exigeant que vous vous sentez concerné et que c’est pour tout le pays. Nous sommes tous entraîneurs en même temps. Ce n’était pas facile », a déclaré Šilhavy, qui a été longuement applaudi par les journalistes à sa sortie de la conférence de presse.

A lire également