Je veux aider le Viktoria à se sauver, a déclaré Hoftych. L’objectif est d’acheter plusieurs joueurs pour l’équipe de départ

Je veux aider la Viktoria à se sauver, a déclaré Hoftych. Le projet est d’acheter plusieurs joueurs pour la ligne de base.

Pavel Hoftych (56 ans) a travaillé pour Mladá Boleslav pendant près de deux ans, mais il a quitté la ville sinistrée le dernier jour de décembre. Il est descendu d’un étage. Il est devenu le directeur sportif de Viktoria Žižkov et a immédiatement choisi un nouvel entraîneur, Marek Nikl (47).

Ensemble, ils vont tenter de sauver le club dans la compétition. « Nous pouvons parler de renforts dans toutes les lignes. Nous aimerions faire venir quatre ou cinq joueurs, mais pas de sparring-partners. Ils doivent être des adeptes de l’équipe de départ », a déclaré Hoftych dans une interview accordée à eFotbal.cz.

Pourquoi avez-vous choisi Nikl ?

« J’avais plusieurs entraîneurs en tête. Nous savions que le nouvel entraîneur arriverait dans une situation difficile, c’est pourquoi l’une des options était l’expérimenté Jiří Krejčí. Comme il n’a pas confirmé son arrivée, nous nous sommes concentrés sur un accord avec Marek. Il a toujours été un travailleur honnête. Un gars sur lequel on pouvait compter. Il a montré un fort intérêt à travailler pour Viktorka et je suis heureux que nous le fassions ensemble. »

Pouvez-vous nous dire pourquoi l’arrivée de Krejci n’a pas fonctionné ?

« Il avait des raisons personnelles, il voulait simplement rester à Živanice. Et je l’ai respecté ».

Dès le début de la nouvelle mission, vous avez dû prendre une décision importante. Je suppose que la prochaine serait de rassembler un cadre adéquat de joueurs pour organiser un sauvetage.

« J’ai dû prendre une décision importante il y a quelques années à Trnava, j’ai l’habitude de travailler sous pression. Cela ne me dérange pas. La situation a commencé de la même manière à Žižkov, mais nous procédons par étapes. La première consistait à constituer une nouvelle équipe de mise en œuvre. Finalement, nous avons décidé de conserver l’équipe actuelle et de choisir son chef, c’est-à-dire Mara Nikl. Quant à l’équipe, elle commencera à s’entraîner le 8 janvier, sans changement majeur dans la première phase. Nous voulons donner à Mara le temps d’évaluer l’équipe actuelle, même si j’ai déjà mon idée sur la question. J’ai vu l’équipe plusieurs fois au cours de la saison d’automne. Et même si, à la fin de celle-ci, les résultats n’étaient pas bons, je voudrais féliciter l’entraîneur Míša Horňák pour avoir fait du très bon travail. »

Pouvez-vous nous dire quels postes vous souhaitez renforcer ?

« Nous pouvons parler de renforts pour chaque ligne. Nous aimerions faire venir quatre ou cinq joueurs, mais pas de sparring-partners. Il doit s’agir d’adeptes de l’équipe de départ. Ceux qui seront bien préparés mentalement, parce que nous avons beaucoup de travail devant nous au printemps. »

Vous êtes passé de la première à la deuxième division, vous avez échangé Mladá Boleslav contre le Viktoria. Ce n’est pas suffisant ?

« Je suis une personne qui aime les défis, un grand espace pour travailler. De plus, ce n’est pas un secret que le propriétaire du club Milan Richter m’a attiré ici après mon engagement à Liberec, mais j’ai décidé d’aller à Boleslav. Viktoria a toujours eu ma sympathie. Non seulement j’aime y aller pour le football, mais grâce à M. Steinbroch (ancien directeur de Žižkov et de Bohemians), je connais bien l’histoire de Žižkov. C’est un vieux club pragois et j’aimerais beaucoup l’aider. Ma seule condition était que si, au printemps, une offre intéressante d’entraînement à l’étranger se présentait, Viktorka ne m’en empêcherait pas.

On a déjà beaucoup parlé de votre retour au poste d’entraîneur. A quel point cela a-t-il été proche ou lointain ?

« J’ai reçu une offre pour entraîner Žižkov, c’est vrai. Mais j’ai dit que je ne voulais pas commencer à entraîner pour le moment. Je me suis donné un délai jusqu’en juin pour un engagement à l’étranger. Tout peut arriver à ce moment-là. Il n’est donc pas vrai que je ne veux plus entraîner en République tchèque. Je veux juste attendre l’été pour voir s’il y a une offre intéressante de l’étranger. En même temps, ce n’est pas que je veuille quitter le Viktoria tout de suite. Ce n’est pas le cas. Je peux passer deux mois, deux ans ou même dix ans ici. Personne ne le sait pour l’instant.

Comptez-vous la Slovaquie à l’étranger ?

« Non. Je ne regarde pas dans cette direction ».

Qu’en est-il du Moyen-Orient ? Seriez-vous tenté d’y aller également ?

« Je serais tenté par quelque chose qui me donnerait une nouvelle expérience, une nouvelle dimension dans la vie. Mais pour l’instant, je n’ai affaire à personne. Pour l’instant, je me concentre pleinement sur Viktorka Žižkov ».

Vous avez passé près de deux ans à Mladá Boleslav, à la fois en tant qu’entraîneur et directeur sportif. Quel bilan tirez-vous de cette période ?

« Je suis heureux que nous ayons réussi à construire une équipe très forte. Je pense que nous avons poussé Doudéra ou Pech encore plus loin, des gars comme Kusej connaîtront probablement bientôt une évolution similaire. Dans l’ensemble, je suis très heureux de mon passage à Boleslav. J’ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec les joueurs, l’équipe dirigeante et les gens du club, et je voudrais saluer les gars du service d’organisation (rires). Mais en octobre, nous avons convenu avec les dirigeants qu’à partir du 1er janvier, nous suivrions notre propre voie. Pour ma part, j’ai trouvé que ma charge de travail était inférieure à mes attentes, mais nous nous sommes séparés à l’amiable. »

L’entraîneur Marek Kulic, que vous avez promu à ce poste, a également quitté le club. Regrettez-vous que la direction ne lui ait pas laissé plus d’espace ?

« Je voudrais juste préciser que c’est M. Dufek (le propriétaire du club) qui a donné la première impulsion à Mára pour qu’il devienne entraîneur, et que j’ai eu l’idée environ trois jours plus tard (avec un sourire). Je suis désolé pour Mára et pour son réalisateur qu’il doive maintenant quitter le club. Il n’a été entraîneur en chef que pendant six mois et, hormis les dernières journées, il a obtenu de bons résultats. Je suis vraiment désolé que Boleslav ait décidé de ne pas continuer avec lui.

A lire également