La Croatie sur le dernier vol direct pour l’Euro, la France fait match nul 2:2 en Grèce

La Croatie est le dernier vol direct vers l’Euro, la France fait match nul 2-2 en Grèce

Le programme de qualification pour le Championnat d’Europe de mardi offrait le dernier billet direct pour l’Euro 2024, obtenu par la Croatie, qui a battu l’Arménie 1-0 à domicile, tandis que le Pays de Galles n’a fait qu’un match nul contre la Turquie 1-1. Gibraltar, qui a tristement battu son record de buts il y a trois jours en s’inclinant 0-14 face à la France, a également fait sa dernière apparition en 2023. Les petits pays du sud de l’Europe n’ont pas non plus réussi à redorer leur blason face aux Pays-Bas, qu’ils ont battus 0:6. Les buts ont également manqué en Grèce, où les supporters d’Athènes ont assisté à un match nul 2:2 contre la France.

Bien que le favori local ait dominé le terrain dès le coup d’envoi, il n’a pas pu se créer d’occasion significative pendant un long moment en raison de combinaisons maladroites et d’imprécisions fréquentes. Ainsi, au cours de la première demi-heure du match, elle ne se procure que quelques coups de tête peu emphatiques, qu’Ognjen Čančarević repousse aisément. À la 30e minute, les supporters croates ont failli être choqués par Kamo Hovhannisyan qui, après une passe parfaite dans le dos de la défense, fonce seul sur Dominik Livakovic. Le gardien de Fenerbahçe a cependant réalisé un grand arrêt pour éviter le danger. A la fin du premier acte, cependant, les joueurs du Cube ont obtenu un tir précis lorsque Borna Sosa a planté un centre millimétré sur la tête du précis Ante Budimir.

L’attaquant expérimenté trouvait une deuxième fois le chemin des filets à la 52e minute, mais l’arbitre refusait son tir en raison d’une faute sur le gardien de but. Les Croates trouvaient de plus en plus de failles dans les défenses arméniennes à mesure que le temps passait, mais continuaient d’être pénalisés par une mauvaise productivité. Čančarević y a largement contribué, en s’interposant sur un tir bien placé de Lovro Majer à la 75e minute, puis sur un tir sous la barre transversale de Marcel Brozovic. Le résultat n’a pas été modifié par une énorme hésitation de Mario Pasalic, qui n’a pas pu taper le ballon dans le filet ouvert à bout portant.

Les Gallois laissaient entrevoir un espoir de promotion à la septième minute. Neco Williams s’échappait astucieusement sur la gauche et plaçait une tête qui passait juste à côté du second poteau à l’entrée des seize mètres. L’équipe locale semblait beaucoup plus fraîche que l’équipe turque tout au long de la première mi-temps, mais elle était en difficulté dans les derniers instants et ne se créait pas d’autre occasion de but jusqu’à la fin de la mi-temps. En revanche, Kerem Aktürkoglu aurait pu égaliser à la 42e minute. L’attaquant de Galatasaray s’est emparé du ballon dans la surface de réparation et a envoyé un tir violent de volée, mais il a manqué le but des visiteurs de loin.

Quelques instants après le changement de côté, Brennan Johnson se faisait remarquer par un centre dangereux qui trompait Altay Bayindir de la tête. Le score restait inchangé peu avant l’heure de jeu lorsque Danny Ward stoppait une tête puissante de Samet Akaydin. A la 70e minute, le public a été glacé par Yusuf Yazici qui a transformé un penalty après une faute controversée de Ben Davies. Yusuf Sari a ensuite failli achever le blitz turc. L’ancien Marseillais tente sa chance de loin, mais son tir frôle la barre transversale.

Le capitaine français Antoine Griezmann était le premier à attirer l’attention à la 15e minute. Sa frappe de loin se dirigeait vers la lucarne droite, mais Odisseas Vlachodimos effectuait une belle parade. Le pilier de l’Atlético s’est également procuré une autre grosse occasion peu après la demi-heure de jeu. Ousmane Dembélé adresse une passe fantastique à Griezmann dans le dos de la défense, mais sa volée s’écrase sur la barre. À la 42e minute, la France a réussi à ouvrir le score. Randal Kolo Muani a profité d’un tacle d’Olivier Giroud et a tiré au-dessus de tout le monde, y compris Vlachodimos, à partir d’un grand angle.

A la 56e minute, Lucas Hernández ne parvenait pas à dégager le ballon et l’équipe locale créait un chaos devant le but français. Les deux premiers tirs étaient bloqués, mais Anastasios Bakasetas finissait par marquer d’une volée. Le premier avertissement n’était pas suffisant pour la France, et cinq minutes plus tard, la Grèce prenait même l’avantage. Dimitrios Giannoulis contournait Jules Koundé et faisait une passe à Fotis Ioannidis, qui terminait à bout portant. Didier Deschamps ne voulait pas perdre le dernier match du groupe et Kylian Mbappé, entre autres, est entré dans le jeu. Il a réussi à donner une passe décisive à la 74e minute lorsque Youssouf Fofana a égalisé d’un tir lointain après sa passe. Les Bleus ne se sont pas contentés d’un point, mais ils n’ont pas réussi à convertir la pression finale en but.

Peu après le coup d’envoi, les locaux auraient pu prendre l’avantage, mais une volée d’Eric Vales ne faisait qu’effleurer le poteau gauche du but israélien. Mais l’équipe des Pyrénées n’a pas cessé d’être active. Daniel Peretz devait cette fois être sur la balle lorsque Márcio Vieira frappait dans l’espace entre les trois poteaux, mais le gardien du Bayern pouvait réagir à temps. Mais le gardien d’Andorre a capitulé sur la première grande occasion. Un bon centre latéral trouvait Joan Cervós dans la zone de vérité, mais dans un duel avec Khalaili, il ne pouvait que dégager le ballon dans ses propres filets.

Les visiteurs auraient pu creuser l’écart peu après la pause, mais la frappe de Tai Barib passait juste à côté du poteau. Gadi Kinda se procurait une autre occasion en or, mais le milieu de terrain israélien manquait cruellement son tir à bout portant, et le ballon finissait sa course dans le public. Le capitaine Dor Peretz tente à son tour une frappe de loin, mais sa tentative n’aboutit pas non plus. Après un cafouillage devant le but local, les Tricolores auraient pu avoir une chance de marquer. Cependant, Vales n’a pas réussi à tirer profit d’un coup de pied de coin bien tiré. Les Bleus et Blancs ont finalement ajouté un but précis à la fin du match, marqué par Kinda.

Les visiteurs ont dicté le rythme du match dès le début et à la 10e minute, Calvin Stengs leur a donné l’avantage en profitant d’un gain de balle et d’une passe de Joey Veerman. Mats Wieffer et Jordan Teze n’ont pas réussi à marquer sur les occasions suivantes. Cependant, le premier a marqué à la 23e minute en reprenant de la tête un coup de pied de coin de Veerman. Comme son coéquipier de Feyenoord, Stengs, le grand milieu de terrain a également marqué son premier but en équipe nationale. Le dernier but de la première mi-temps a également été marqué par un joueur du dernier vainqueur de l’Eredivisie, Quilindschy Hartman, qui a défié Teun Koopmeiners sur une passe parfaite.

Les Oranjes pouvaient se permettre de faire trois remplacements à la mi-temps, et le duo de débutants Thijs Dallinga et Jorrel Hato, entre autres, entrait en jeu. Stengs a ajouté un quatrième but à la 50e minute, toujours sur une passe de Donyell Malen dans la surface de réparation. Et à la 62e minute, lorsque Teze a gagné le ballon devant la surface de réparation adverse, Stengs a même complété son triplé après sa passe. Le proverbial « canari » a été complété à la 81e minute par le remplaçant Cody Gakpo.

La première occasion intéressante du match se produisait à la fin de la 10e minute lorsque l’arrière du FC Turin, Mërgim Vojvoda, plaçait une tête pleine d’espoir qui était sauvée par Pavel Pavlyuchenko. Zymer Bytyqi envoyait une belle frappe à l’entrée de la surface, mais le punch n’était pas accompagné de la précision nécessaire et le ballon finissait derrière le poteau gauche. Une énorme occasion se présentait dans la capitale du Kosovo à la 31e minute, lorsque deux joueurs de spitball se retrouvaient devant une cage découverte, mais Elbasan Rashani cafouillait, Bernard Berisha frappait un coureur et l’arbitre finissait par calmer la situation en sifflant une faute de main de la part de l’équipe attaquante. Les visiteurs ont ouvert le score à la surprise générale. Sur un coup de pied direct, la course incertaine de Visar Bekay est arrivée, Dimitry Antilevskiy s’est emparé du ballon dévié et, avec une technique précise, a converti le seul tir au but jamais effectué par les Ailes blanches, portant un coup cruel à leurs adversaires juste avant de rentrer aux vestiaires.

La seconde mi-temps était marquée par un jeu défensif biélorusse responsable, qui parvenait à atténuer les conséquences des actions du Kosovo. Un coup de pied de coin à la 61e minute donnait un peu d’espoir au public, lorsqu’un ballon dévié tombait juste devant Ermal Krasniqi, mais l’attaquant roumain de Cluj ne réagissait pas avec suffisamment d’empressement. Le Kosovo a continué à échouer principalement en raison de l’imprécision de ses tirs, qui se sont souvent retrouvés loin de la zone souhaitée. Le Belarus ne parvenait pas non plus à faire preuve d’un instinct offensif meurtrier et, à la fin des dix premières minutes, son attaque ne parvenait pas à surmonter la course de Bekaj dans l’espace, même après quatre tentatives.

Dès le coup d’envoi, c’est le pays de la Croix helvétique qui a joué les premiers rôles, et les Roumains n’ont pu mettre fin à leur domination qu’au prix d’un grand nombre de fautes grossières. Noah Okafor a pu faire face au jeu physique de la défense roumaine, mais son tir bien enroulé depuis l’extérieur de la surface a été bloqué avec succès par Horatiu Moldovan. Dan Ndoye a créé une occasion prometteuse pour Ulisessi Garcia, mais sur un centre de ce dernier, le défenseur des Young Boys de Berne n’a pas réussi à glisser le ballon dans le filet ouvert.

Les occasions manquées ont dû être doublement frustrantes pour les visiteurs immédiatement après le changement de camp. Denis Alibec, après une tête astucieuse d’Olimpio Morutano, récupérait le ballon sur la ligne de but et ouvrait le score d’une frappe réflexe dans le but vide. Après une heure de jeu, Okafor avait l’occasion d’égaliser en s’infiltrant avec précision dans le dos de la défense locale. Mais son tir foudroyant dans le coin inférieur droit a été repoussé par l’excellent saut de Dinu Moldovan. Ce dernier s’est également imposé dans un duel avec Rubén Vargas, qui a lui aussi réussi à s’échapper et à se placer devant le but. A la fin du match, la Roumanie a complètement abandonné ses ambitions offensives, mais a défendu sa cage avec 100% de réussite.

Tableaux des groupes de qualification

A lire également