La neige contre le football ? Le Danemark n’en a pas peur, la Bundesliga sait l’utiliser, la ligue tchèque discute…

La ligue tchèque de football n’a disputé que deux matches sur les huit prévus ce week-end. La calamité de la neige qui a frappé tout le pays a également montré la faiblesse de la compétition de haut niveau actuelle. Il ne s’agit pas seulement du fait que certains stades sont tout simplement sans défense face aux caprices de la météo. Le problème réside également dans une disharmonie visible au niveau de la communication. Une enquête menée par VBC Foot News montre comment des problèmes similaires sont résolus dans les pays voisins et en Europe du Nord.

Comment les pays voisins s’en sortent-ils ? En Allemagne, un seul match de la Bundesliga a été reporté, et le Bayern Munich et l’Union Berlin ont fait parler d’eux sur les médias sociaux et ont popularisé leurs projets au lieu de s’inquiéter. Dans la Slovaquie voisine et en Autriche, tout s’est déroulé conformément au calendrier initial. Seule la Pologne a connu des problèmes. Dans le nord du Danemark, par exemple, les footballeurs ont fait ce qu’ils avaient à faire malgré les conditions météorologiques.

Dans la compétition tchèque de haut niveau, seuls Olomouc et Pardubice ont été joués, et les organisateurs méritent une mention spéciale. Dans les autres stades, soit il n’y a pas eu de match du tout, soit (dans le cas du derby morave entre Olomouc et Slovácko) les deux entraîneurs ont convenu qu’il était absurde de commencer le match. Sigma est triste que sa pelouse ait été abîmée après un match joué sur la force et qu’un de ses joueurs ait été blessé pendant l’échauffement. Dans d’autres stades, les délégués n’ont finalement pas autorisé les footballeurs à pénétrer sur le terrain. Mais certaines équipes ont parcouru des centaines de kilomètres à travers le pays.

Karviná s’est rendu à Nymburk, où il a passé la nuit, mais ne s’est pas rendu à Mladá Boleslav le lendemain. Slavia s’est rendu à Zlín, sans résultat. Plzeň s’est rendu à Ostrava directement depuis l’Albanie, où il jouait un match de Coupe d’Europe, et après une escale en Silésie, où il s’est entraîné deux fois, il est rentré chez lui. Cette situation a provoqué des tensions entre le patron du Slavia, Jaroslav Tvrdík, et l’association de football de la ligue.

Des voix s’élèvent parmi les amateurs de football pour dire que le championnat ne devrait pas se jouer du tout en décembre. Et qu’il faudrait profiter davantage du beau temps de juillet, où les conditions sont presque idéales pour le football. Roman Jašek, statisticien du football, nous rappelle que depuis des temps immémoriaux, le championnat de la République tchèque se joue beaucoup plus souvent en décembre qu’en juillet. « Actuellement, tout le public dit que le football ne devrait pas être joué en décembre. Savez-vous combien de matches de championnat ont été joués en décembre ? Il y en a eu 627 et seulement 309 en juillet ». Jasek rappelle l’ordre établi de longue date.

Pourquoi ne pas jouer au printemps-automne ?

En Europe du Nord, on essaie d’éviter les complications en pratiquant le système printemps-automne. La Norvège, la Suède ou la Finlande annoncent leurs champions en octobre ou novembre. En Suède, l’Allsvenskan se joue pratiquement toutes les semaines en juillet, avec une interruption de seulement trois semaines en juin. Même l’ancienne ligue tchécoslovaque se souvient d’années où elle commençait en mars et se terminait en novembre, mais la dernière fois que cela s’est produit, c’était en 1956.

« En neuf ans de présence en Suède, je n’ai jamais connu la situation que traverse actuellement la ligue tchèque. Il n’y a jamais eu une telle calamité là-bas, même en hiver lorsque nous nous préparions. Mais bien sûr, c’est parce que l’Allsvenskan commence en avril et se termine à la mi-novembre. Même à Sundsvall, qui est la ville la plus haute, il n’y a jamais eu autant de neige qu’ils ne pouvaient pas se préparer et déblayer. Mais ils avaient aussi du gazon artificiel », a déclaré à VBC Foot News l’ancien gardien de but Dušan Melichárek, qui a passé une grande partie de sa carrière à Malmö.

Tout comme la République tchèque, le championnat danois a également été confronté à des conditions météorologiques défavorables ces derniers jours. Et même là, le drame n’a pas été aussi intense qu’en République tchèque. « La majeure partie du Jutland est couverte de neige, mais il n’y a pas eu de problèmes ce week-end. En fait, cela fait longtemps qu’il n’y a pas eu de problème à cause de la météo. En raison du changement climatique, il ne neige plus autant et cette saison est une exception », explique Svend Frandsen, rédacteur en chef de VBC Foot News Denmark.

Les Danois jouent avec un système automne-printemps. « Il n’y a jamais eu de discussion dans l’histoire sur le fait qu’il devrait en être autrement. Peut-être est-ce lié au fait que les Danois sont plus proches de l’Angleterre que de la Suède et de la Norvège en termes de football, de sorte que l’approche nordique n’intéresse pas le mouvement footballistique. ajoute-t-il. Lorsque la neige tombe au Danemark, les organisateurs sont généralement prêts.

Tous les clubs disposent de terrains chauffés et améliorent constamment l’entretien des pelouses. « Il n’y a qu’une seule équipe dans le championnat danois qui dispose de gazon artificiel. (FC Nordsjälland – éd.) et il est plutôt critiqué pour cela, parce que les supporters ne trouvent pas ça normal. Les supporters du Sparta ont peut-être vu les problèmes de pelouse à Copenhague lorsque leur équipe y a joué le tour préliminaire de la Ligue des champions, mais ce n’était pas à cause de la météo, mais à cause des nombreux concerts qui ont lieu au stade Parken », explique Frandsen.

Il n’y a pas eu de match en Pologne

Alors que le Nord prend les caprices de la météo avec respect et générosité, la ligue tchèque a également été occupée en Pologne. Là-bas, non seulement l’Ekstraklasa mais aussi les compétitions inférieures se sont poursuivies en décembre. En première division, un match a été reporté et un autre n’a pas eu lieu car il s’est mis à neiger pendant le match. En deuxième division, quatre matches n’ont pas commencé et en troisième division, six matches n’ont pas commencé. « Ils n’ont pas joué là où les conditions étaient vraiment mauvaises, mais Lech Poznan, par exemple, a ouvertement fait appel pour que son match sur le terrain de Korona Kielce soit joué à un autre moment. En fin de compte, les trois points gagnés l’ont emporté sur les autres critiques », explique Michal Karas, de l’édition polonaise de VBC Foot Zprav, à propos des événements survenus dans le pays des voisins du nord.

Le pays qui a co-organisé l’Euro 2012 n’aurait pas de problème avec la qualité de ses terrains. « Il reste encore deux tours à jouer en décembre et rien n’indique que ce ne sera pas le cas. En Pologne, il n’a jamais été question de passer à un système printemps-automne en raison des conditions météorologiques « , a déclaré Karas, ajoutant que le dernier match de la ligue Ekstraklasa est prévu pour le 20 décembre.

Les clubs de football de toute l’Europe savent que tout est question d’attitude, d’attitude et de communication, mais parfois, même avec la meilleure volonté face aux caprices de la météo, ils n’ont aucune chance. « Je pense que personne en République tchèque, à part le Sparta, le Slavia et le Plzen, n’a la capacité de chauffer le terrain 24 heures sur 24 pour que la neige n’y adhère même pas », pense Dušan Melichárek. Dans le monde, on accorde beaucoup d’importance aux paroles des tondeurs de pelouse. « En Angleterre, par exemple, ces personnes sont presque aussi importantes que les entraîneurs dans les clubs, leur parole a beaucoup de poids, la qualité du gazon est très importante. Frandsen explique.

Malgré cela, les terrains sont très sollicités pendant l’hiver. En République tchèque, le championnat se poursuit mercredi avec deux matches à Jablonec et Mladá Boleslav. Même s’il ne neige pas autant, le gel ne disparaîtra pas et il reste à voir si les matches auront lieu.

A lire également