La semaine du derby : un Pays Basque spécifique, une philosophie de club spécifique, un derby spécifique

S’agit-il encore d’un derby au sens propre du terme ? Les clubs de football de l’Athletic Bilbao et de la Real Sociedad de San Sebastian représentent les plus grandes villes du Pays basque, une région du nord de l’Espagne, mais au lieu de l’animosité, il existe une chaleureuse affinité entre les deux camps. Cela reflète le caractère unique de ce territoire, qui jouit d’un statut d’autonomie au sein du Royaume d’Espagne et dont les habitants se distinguent du reste de leurs compatriotes tant par leurs gènes que par leur langue, qui, soit dit en passant, n’est apparentée à aucune langue européenne.

Les Basques sont considérés comme les derniers habitants préhistoriques autochtones de la péninsule ibérique, et peut-être de l’Europe dans son ensemble. Bien que leur région ne représente que 1,4 % du territoire espagnol et environ 4,5 % de sa population, elle fournit régulièrement au moins un cinquième des joueurs de LaLiga. En effet, lors de la saison 2018/19, tous les clubs locaux se sont coincés entre la 8e et la 12e place du classement : Bilbao (8e), Real Sociedad (9e), Alavés (11e) et Eibar (12e).

Si l’on ajoute Osasuna Pamplona, de la région voisine de Navarre, à la liste (osasuna signifie d’ailleurs force ou santé en basque), la proportion de clubs en première division passe à un quart. Parmi ces cinq clubs, seul Eibar, qui s’est régulièrement battu ces dernières années pour passer de la deuxième à la première division, manque à l’appel.

Derby amical

Le match le plus important de la région est un choc entre deux des clubs locaux les plus traditionnels et les plus prospères : l’Athletic Bilbao et la Real Sociedad. Ils sont basés dans des villes distantes d’à peine 100 kilomètres et sont reliés par l’autoroute AP-8. C’est pourquoi leur duel est parfois appelé le derby de l’AP-8. Le plus souvent, cependant, on l’appelle simplement le derby basque.

Cependant, ce derby, comme toute la région, est très spécifique. Ne vous attendez pas à des échauffourées, à de la haine ou à des insultes. Les supporters des deux équipes assistent ensemble à des événements parallèles ou débattent dans les cafés et les bars avant les matchs de l’autre équipe. Traditionnellement, il y a aussi un défilé de masse à travers la ville, où les supporters des deux équipes rivales se mêlent généralement dans les tribunes.

Une composante culturelle unique du match est la « Bertso Derbia », une compétition entre les deux camps de supporters dans l’art traditionnel basque du bertsolarisme (rimes et chants improvisés). Les duels de football sont donc, dans leur grande majorité, exempts d’incidents. Il s’agit plutôt d’une saine rivalité et d’une plaisanterie mutuelle entre les deux villes, les deux clubs et leurs supporters.

Malgré la rivalité sportive, les deux rivaux peuvent travailler ensemble. En témoigne leur rivalité de 1976, qui s’est déroulée juste après la chute de l’État espagnol de Franco (1936-1975). Le Pays basque, mais aussi d’autres régions culturellement distinctes et leurs populations, comme la Catalogne et la Galice, subissaient l’oppression du régime.

Franco a réprimé les tentatives d’autonomie des Basques, des Catalans et des Galiciens, en interdisant l’utilisation de leurs langues et de leurs symboles nationaux. Il a réprimé ses opposants politiques, dont la plupart ont fini en prison, sur l’échafaud ou, au mieux, en exil. C’est lors du Derby basque de 1976 que les capitaines des deux équipes ont rassemblé le drapeau basque et l’ont placé sur le rond central en entrant sur le terrain.

A cette époque, même si le dictateur était mort, le drapeau de leur région était encore un symbole interdit. Cet événement a rapproché les camps des deux clubs, mais il a surtout été un encouragement pour toute la nation basque et a été à l’origine du fait qu’un an plus tard, l’utilisation du drapeau basque a de nouveau été légalisée.

Un voyage purement national

De nombreux clubs de football ont été fondés en Espagne à la fin du XIXe siècle par des Britanniques venus travailler dans la péninsule ibérique. Parmi eux, l’Athletic Bilbao (le nom même du club témoigne de l’influence britannique). Lorsque l’équipe a remporté la Coupe d’Espagne (Copa del Rey) en 1902, les meilleurs buteurs du tournoi étaient deux buteurs de l’équipe gagnante, Walter Evans et William Dyer, deux travailleurs anglais.

Lors des éditions suivantes de la Coupe, les joueurs britanniques ont également joué un rôle important, et pas seulement sous le maillot de Bilbao. De nombreux clubs purement espagnols ont protesté contre l’utilisation d’étrangers. La Fédération royale espagnole de football a effectivement pris cette mesure et, à partir de 1912, la règle de la Copa del Rey a été que tous les joueurs devaient être des citoyens espagnols.

L’Athletic Club doit se séparer de ses stars britanniques et instaure une tradition selon laquelle seuls les footballeurs purement locaux, c’est-à-dire basques, peuvent jouer pour le club. Le club de Bilbao a donc créé ses propres règles, encore plus strictes. La « cantera » de l’Athletic signifie que le club se concentre à long terme sur le développement de ses propres joueurs, qui doivent également être originaires du Pays basque. Cela inclut la région de Navarre et les provinces basques du sud de la France (grâce à cela, le défenseur de l’équipe de France Bixente Lizarazu a pu jouer sous le maillot rouge et blanc dans les années 1990). Il est incroyablement unique au monde que la direction de Bilbao adhère encore aujourd’hui à cette politique.

En regardant l’effectif de l’équipe cette saison, les experts pourraient affirmer que l’international ghanéen Inyaki Williams en fait partie. Cependant, il est né de parents ghanéens à Bilbao et fait partie du club depuis son adolescence (son frère et coéquipier Nico représente déjà l’Espagne). Kenan Kodro est un cas similaire, puisqu’il faisait partie de l’effectif 2019-2021 de l’Athletic. L’international bosniaque et herzégovin est originaire de Saint-Sébastien et un produit de l’académie de la Real Sociedad de cette ville.

Cette dernière a instauré une politique similaire, à savoir ne recruter que des Basques, mais seulement dans les années 1960. Et il a été le premier des deux à la rompre, ou plutôt à cesser de la pratiquer. L’Athletic Club étant historiquement plus prospère et plus riche, et donc capable d’attirer les meilleurs joueurs de la région sous son aile, il était très difficile pour les autres clubs locaux de suivre la même philosophie en termes d’effectifs. Eibar et Alavés n’ont même pas essayé, ils savaient qu’ils n’avaient aucune chance d’aligner des équipes compétitives. La Real Sociedad a suivi la cantera jusqu’en 1989, date à laquelle, pour rester au niveau de la plus haute compétition espagnole, elle a fait venir l’attaquant irlandais John Aldridge de Liverpool.

Les supporters de Bilbao ont taquiné les supporters des autres équipes basques, en particulier la Real Sociedad, pour leur « incapacité » à ne faire jouer que leurs propres footballeurs. Ils sont fiers de leur club traditionnel, purement basque, et des résultats qu’ils obtiennent avec une équipe purement locale.

Cantera, ou couveuse de talents

Le terme cantera peut être traduit par couveuse. Bien que le club de Saint-Sébastien ait depuis ajouté des renforts étrangers à son effectif, la grande majorité de l’équipe est toujours basque et le club se concentre également sur la formation de jeunes joueurs dans son académie. Son produit le plus célèbre est probablement Xabi Alonso, dont la carrière est passée de la Real Sociedad à Liverpool, puis au Real Madrid et enfin au Bayern Munich.

Parmi les autres joueurs célèbres issus du centre de formation de Saint-Sébastien, citons Álvaro Odriozola (qui a rejoint le Real Madrid en 2018), ainsi que le Français Antoine Griezmann (qui a ensuite rejoint l’Atlético Madrid). Cantera a fait émerger à Bilbao l’un des défenseurs les plus chers de l’histoire, le basque français Aymeric Laporte (parti à Manchester City en 2018), l’attaquant Fernando Llorente (qui a quitté Bilbao pour la Juventus) ou encore le gardien de but le plus cher du monde, Kepa Arrizabalaga (pour lequel Chelsea a envoyé 80 millions d’euros à Bilbao en 2018).

Malgré (ou peut-être à cause) du fait que les deux clubs ont longtemps adhéré ou adhèrent encore à une identité basque et à une approche spécifique de la gestion, ils ont connu beaucoup de succès. Tant sur la scène nationale qu’en Europe. L’Athletic est même huit fois champion d’Espagne, tandis que la Real Sociedad a remporté le titre deux fois. Même si la dernière fois que les deux clubs ont remporté le titre remonte aux années 1980, ils font toujours partie de l’élite du football espagnol, et ce depuis longtemps. Le prochain derby basque entre les quatrième et sixième équipes du classement aura lieu le samedi 13 janvier à 18h30 CET. Suivez le match sur VBC Foot.

Prochain derby de la semaine

Mercredi 10 janvier

Italie – Coppa d’Italia (Coupe)

Lazio – AS Roma

Derby della Capitale (Capital Derby)

En quart de finale de la Coupe d’Italie, le derby de Rome. Le choc entre la Lazio et l’AS est l’un des duels les plus passionnants au monde. Les supporters de la Lazio sont particulièrement connus. Certains groupes d’ultras du club utilisent des symboles nazis sur leurs bannières et insultent souvent les joueurs à la peau foncée de l’équipe rivale. La dernière rencontre, en novembre, s’est terminée sur un score de 0-0.

Grèce – Kypello Elladas (Coupe)

Panathinaikos – Olympiakos Piraeus

Derby des éternels ennemis

Athènes, la capitale de la Grèce, abrite ce que l’on appelle les « Big Three », les trois clubs les plus titrés du pays. Il s’agit de l’Olympiakos Le Pirée (47 titres), du Panathinaikos (20) et de l’AEK (13, champion en titre). Nous avons déjà écrit sur le Big Three d’Athènes dans le cadre de la Semaine du derby. Aujourd’hui, les éternels adversaires s’affrontent en huitièmes de finale de la Coupe de Grèce.

Espagne – Supercopa (Super Coupe)

Real Madrid – Atlético Madrid

El derbi Madrileño (Le derby madrilène)

La bataille pour la Super Coupe d’Espagne aura lieu à Riyad, en Arabie Saoudite. La première demi-finale de ce mini-tournoi est un match entre les rivaux madrilènes. Leur duel n’est pas seulement une bataille pour la suprématie du football dans la capitale espagnole, mais aussi un choc historique de classes sociales et d’opinions politiques.

Samedi 13 janvier

Angleterre – Premier League

Chelsea – Fulham

Derby de l’ouest londonien

Chelsea est historiquement le meilleur club de l’ouest de Londres. Cependant, lors de la dernière saison de Premier League, il a terminé derrière ses rivaux locaux, qui, avec Fulham, sont le Brentford FC. Lors du premier derby de cette saison, Chelsea a battu Fulham 2-0, mais reste en deçà des attentes.

Angleterre – Championship (2. ligue)

Coventry City – Leicester City

East Midlands derby (East Midlands Derby)

Leicester a été relégué de la Premier League la saison dernière, Coventry City l’a raté de peu (défaite aux tirs au but contre Luton lors de la finale des barrages pour la promotion). Par conséquent, les deux équipes des East Midlands se rencontreront dans la deuxième ligue anglaise, le Championship.

Dimanche 14 janvier

Grèce – Super League

AEK Athènes – Panathinaikos

Athenian derby (derby athénien)

Après le derby contre l’Olympiakos en Coupe, les joueurs du Panathinaikos affronteront leur deuxième rival dans les quatre prochains jours. Le premier match entre l’AEK et le Panathinaikos cette saison s’est mieux déroulé pour l’AEK (2-1). Cependant, le prochain match du championnat d’Athènes, comme tous les autres matchs en Grèce, se jouera sans spectateurs.

Mardi 16 janvier

Belgique – Beker van België (Coupe)

KAA Gent – Club Brugge

La bataille des Flandres

Gand et Bruges sont de magnifiques villes historiques de Flandre. Elles abritent deux clubs prospères. Le Club Brugge est l’un des meilleurs clubs de Belgique aujourd’hui. Il a remporté le titre trois fois au cours des quatre dernières années et a également obtenu de bons résultats en Ligue des champions. Gand est l’une des meilleures équipes de la compétition nationale et participe régulièrement à des coupes européennes.

A lire également