La tension monte après le match de qualification pour l’Amérique du Sud. La police péruvienne frappe les joueurs vénézuéliens

Plus de tension après le match de qualification pour l’Amérique du Sud. La police péruvienne frappe les joueurs vénézuéliens

Les footballeurs vénézuéliens ont payé cher leur match nul 1-1 au Pérou lors de l’étape sud-américaine des qualifications pour la Coupe du monde 2026. L’équipe nationale a d’abord été battue par la police locale, puis l’avion transportant l’équipe nationale a été empêché de faire le plein par des habitants, laissant l’équipe bloquée à bord pendant un long moment. Ces événements, qui ont suivi un jour plus tôt le comportement violent des forces de l’ordre brésiliennes à l’encontre des Argentins, ont même été vivement commentés par le président vénézuélien, qui a qualifié ce comportement de xénophobe et de raciste.

Le ministère des affaires étrangères a déposé une protestation officielle. Cette protestation est intervenue quelques heures après que les joueurs visiteurs ont déclaré avoir été agressés par la police péruvienne chargée de la sécurité du stade. « Après le match, nous avons couru pour remercier nos supporters. Salomon Rondon leur a lancé le maillot et quand j’ai voulu faire de même, la police m’en a empêché. Les autres se sont alors mis en colère, je ne sais pas ce qui s’est passé, et ont pris des matraques pour nous frapper. Ils m’ont frappé deux fois » a déclaré le défenseur Nahuel Ferraresi, montrant sa main droite bandée.

Des vidéos montrant des joueurs vénézuéliens se disputant avec la police ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Certains de ses membres brandissent des matraques. En outre, avant le match, ils ont procédé à un contrôle d’identité inhabituel autour du stade, ciblant les Vénézuéliens, ce qui a suscité de vives critiques.

Ensuite, au départ de Lima, des Péruviens ont empêché le pilote de l’avion transportant les joueurs de faire le plein. L’appareil est resté sur la piste pendant plus de quatre heures. « L’emprisonnement de l’équipe est une vengeance alors qu’elle a joué un grand match ». a déclaré le ministre vénézuélien des affaires étrangères, Yvan Gil, sur le réseau X. Le service de l’aéroport s’est défendu en invoquant des problèmes techniques.

A l’issue de la sixième journée des éliminatoires, le Pérou occupe la dernière place du classement avec seulement deux points et fait l’objet de critiques acerbes dans son pays. Le Venezuela, seule nation sud-américaine à ne jamais s’être qualifiée pour le tournoi final, compte neuf points et occupe la quatrième place. Le Pérou accueille un million et demi de migrants en provenance du Venezuela, pays frappé par une très grave crise économique.

Des émeutes ont également eu lieu mardi soir au stade Maracana de Rio de Janeiro, où jouaient les équipes nationales du Brésil et de l’Argentine. Le match a été reporté d’une demi-heure en raison de violents affrontements entre la police et les supporters lors de l’exécution des hymnes nationaux.

Les champions du monde, emmenés par leur capitaine Lionel Messi, sont montés dans les tribunes pour calmer la situation, après quoi ils ont quitté le terrain et regagné les vestiaires pendant plus de 10 minutes. Le match a finalement été remporté 1-0 par les Argentins grâce à un but de Nicolas Otamendi. Les Albicelestes sont en tête des qualifications avec 15 points, tandis que le Brésil n’est que sixième avec sept points. Les Canarinhos viennent de subir leur troisième défaite. Ils avaient déjà perdu contre la Colombie et l’Uruguay.

Aperçu du match Pérou – Venezuela 1:1

A lire également