L’Allemagne vit au rythme de l’histoire d’un youtuber. Le Hertha l’a intégré à l’équipe, il a marqué un penalty et a contribué à la progression du club.

L’Allemagne est vivante avec l’histoire d’un youtuber. Le Hertha l’a intégré, il a marqué un penalty et l’a aidé à être promu

Avant qu’il n’entre sur le terrain, on pensait qu’il s’agissait simplement d’un youtuber qui voulait se rendre visible, et le public du Hertha aurait pu soupçonner qu’il s’agissait d’un coup de publicité. Mais l’influenceur Nader El-Jindaoui (27 ans) est entré sur le terrain et a montré qu’il était excellent. Il a même aidé son club favori à atteindre les quarts de finale de la coupe nationale grâce à un but précis.

Nader El-Jindaoui s’est fait connaître en Allemagne grâce à ses vidéos sur YouTube, où sa chaîne est suivie par 1,75 million de personnes. Deux millions de personnes le suivent sur Instagram et 2,6 millions sur TikTok.

Il s’agissait de son tout premier match de football professionnel, après avoir joué jusqu’à présent dans des compétitions inférieures. Lorsqu’il a été transféré au célèbre club berlinois cet été, on comptait sur lui pour l’équipe B, qui évolue dans la quatrième plus haute compétition d’Allemagne. Mais El-Jindaoui se bat pour avoir sa chance. Il y a six semaines, le Hertha lui a donné la possibilité de rejoindre l’équipe « A » et, après une préparation difficile, de goûter au grand football.

Un penalty ? Je vais le botter !

Il a fait sa première apparition en deuxième division dimanche dernier lors de la victoire 5-1 du Hertha sur Elversberg. Mais il est resté sur le banc pendant les 90 minutes. Pourtant, son heure de gloire avait déjà sonné lors de la demi-finale de la Coupe DFB contre le Hamburger SV. C’était la 80e minute du match et le club berlinois perdait 1:2 à domicile.

El-Jindaoui a sauté sur l’aile droite et n’a pas perdu son chemin. Il ne perdait pas le ballon, contribuait à créer la pression et, à la dernière minute de la seconde mi-temps, lui et ses coéquipiers fêtaient l’égalisation. Mais Hambourg a encore rebondi, mais c’est lui qui a finalement déclenché l’action avec une superbe passe transversale qui a conduit à une nouvelle égalisation – cette fois à 3:3 dans la dernière minute de la prolongation.

Le plus important restait à venir. Une séance de tirs au but devait décider de la progression des huit meilleures équipes allemandes, et c’est El-Jindaoui qui a pris le ballon pour le troisième but du Hertha. « Je voulais d’abord savoir qui voulait y aller. Mais tout le monde ne s’est pas inscrit. Alors je me suis dit : ‘Pourquoi pas ? Je vais prendre les choses en main’. C’est juste du football. Bien sûr, la pression était plus forte, mais en fin de compte, c’est juste du football », a-t-il raconté.

Le débutant n’a pas hésité, gardant son équipe dans le match grâce à un tir précis sous la barre transversale et finissant par célébrer après l’hésitation de Hambourg et le but de Frank Reese. « Qu’on ne vienne pas me dire que ce gamin n’a pas de cran. Il a pris le ballon et il est parti. Il s’est mis en avant, c’était génial. J’ai du respect pour ça ». L’entraîneur Pál Dardai a passé sous silence les moments dramatiques.

« Je ne l’ai pas encore réalisé. J’ai besoin de quelques heures, voire d’une nuit entière, pour y croire. Je me suis battu pour ça toute ma vie », a déclaré le débutant sous le maillot du Hertha BSC en faisant le tour de la pelouse du stade olympique avec sa petite fille Imani dans les bras. Bien qu’il s’agisse d’un choc entre deux clubs de deuxième division, 55 000 supporters étaient présents dans les tribunes.

Je suis footballeur

Nader El-Jindaoui a commencé à jouer au football dès son plus jeune âge à Nord Wedding. Plus tard, il est passé par la Füchse Berlin, le Tennis Borussia Berlin, l’Energie Cottbus et Chemnitz. Mais à 19 ans, à la suite d’une crise d’épilepsie et d’une série de blessures causées par des médicaments contre la maladie, c’est Chemnitz qui l’a libéré. Et ce, sans avoir joué un seul match dans la troisième ligue, dans laquelle le club était actif.

Depuis, il a joué dans les ligues inférieures, mais il rêvait toujours d’un football de haut niveau. « J’ai joué au football toute ma vie. Même si certaines personnes aiment dire que je suis entré au Hertha parce que je suis célèbre… Mais je suis un footballeur, je partage juste des bouts de ma vie sur les médias sociaux. » Nader El-Jindaoui déclare : « Si vous tapez mon nom sur Google, vous verrez qu’il s’agit d’un footballeur. C’est ce que je ressens ».

Ce n’est pas fini

Il n’est pas encore certain qu’il reste dans l’effectif du célèbre club berlinois, même si le premier test a été excellent. « Quand il est avec nous, il s’entraîne comme un fou. Il donne le meilleur de lui-même, tout en honneur ». le sélectionneur hongrois fait l’éloge de l’ailier rapide. Mais il ajoute également que si l’équipe se vide, il retournera probablement dans l’équipe « B », qui évolue dans la quatrième plus haute Regionalliga Nordost, où il a eu beaucoup de succès cette saison : il a marqué deux buts en 13 matches et a fait trois passes décisives. « J’aimerais continuer à travailler avec lui, mais nous devons aussi nous rappeler qu’il ne doit pas prendre la place des jeunes joueurs », a déclaré Dardai.

El-Jindaoui a au moins réalisé un rêve. « Je suis un enfant de Berlin et le souvenir de jouer devant ces fans est quelque chose dont je me souviendrai probablement pour toujours. C’est la meilleure chose que j’ai vécue dans ma vie ». confesse-t-il. Mais il espère aussi que sa mission au sein de l’équipe Herta ne se résumera pas à une vie de yuppie : « Je n’en ai pas encore fini. Je veux participer et aider cette équipe ».

Le Hertha BSC occupe actuellement la 8e place de la deuxième Bundesliga, à sept points de la place synonyme de promotion dans l’élite. Il fait partie des huit dernières équipes en lice pour la DFB Pokal et connaîtra son adversaire le 10 décembre.

A lire également