L’Anglais qui a redonné de l’éclat à Barcelone est parti. Les plus grands succès de Venables ont été contrariés par les tirs au but

L’Anglais qui avait redonné de l’éclat à Barcelone est parti. Les plus grands succès de Venables ont été contrariés par des penalties

Terry Venables, ancien joueur et entraîneur exceptionnel que Gary Lineker a qualifié de « meilleur entraîneur, le plus innovant, sous lequel il ait jamais joué », a succombé à une longue maladie à l’âge de 80 ans. Gary Neville, avec qui Venables a fait ses débuts en équipe nationale, a fait un commentaire similaire. En 1985, le stratège surnommé « El Tel » a été nommé meilleur entraîneur du monde par le magazine World Soccer après avoir redonné le lustre du championnat au célèbre FC Barcelone après 11 ans.

Bien que plus connu du public en tant qu’entraîneur, Venables a également eu une impressionnante carrière de joueur, avec plus de 500 titularisations en championnat. Ce milieu de terrain créatif a défendu les couleurs de Chelsea et de Tottenham, avec lesquels il a remporté respectivement la League Cup (1965) et la FA Cup (1967). À Londres, il a changé quatre fois d’adresse prestigieuse, célébrant la promotion en League One avec QPR.

Il met fin à sa carrière active pour cause d’arthrite et n’abandonne pas ses anciens clubs. Il a eu sa chance à Crystal Palace peu de temps après avoir raccroché les crampons et a immédiatement gagné le respect en passant deux fois de la troisième division à la première division avec un effectif inhabituellement jeune. Il est ensuite retourné à QPR, où il s’est souvenu de la magie de la coupe nationale, et avec l’équipe de deuxième division de l’époque, lors de la finale de la FA Cup 1982, il a considérablement embarrassé Tottenham. Avec les Spurs, un autre de ses anciens soutiens de famille, il s’est ensuite mis en appétit dans la même compétition en remportant la finale en 1990.

Avant cela, Venables a connu son passage le plus célèbre lorsqu’il a débarqué dans la capitale catalane en 1984 sur la recommandation de Bobby Robson. Son 4-4-2 typiquement anglais a immédiatement fait des émules en Espagne, puisqu’il a conquis le championnat avec Barcelone en 1985 et a atteint la finale d’un nombre incroyable de trois compétitions de coupe la saison suivante. Il remporte la Copa de la Liga, mais se voit refuser la Copa del Rey. De même, il termine juste en dessous de la première place de la Coupe d’Europe des champions, où le Barça s’incline aux tirs au but face au Steaua. Il s’agit toutefois de sa première participation à une grande finale européenne depuis 1961.

La séance de tirs au but a également gâché l’impression de Venables lors de l’Euro 1996, où il a été éliminé en demi-finale contre l’Allemagne. Quelques jours plus tôt, l’Angleterre, tirée par la paire Sheringham-Shearer, avait balayé les Pays-Bas 4-1 en réalisant l’une des plus belles performances de l’ère moderne. Même sans son protégé Lineker, qu’il a mené au succès à Barcelone et plus tard à White Hart Lane, Venables pouvait le faire – et qui sait comment Albion se serait comportée lors de la sombre Coupe du monde 1998 si Venables n’avait pas annoncé avant les Euros qu’il ne dirigerait plus l’équipe nationale en raison des procédures judiciaires liées à la rupture peu glorieuse d’Alan Sugar avec Tottenham.

Dans le nouveau millénaire, l’entraîneur charismatique, généralement très populaire auprès de ses protégés, n’a pas remporté beaucoup de succès et, en tant qu’assistant de Steve McClaren, il a une part de responsabilité indéniable dans l’absence ignominieuse de l’Angleterre à l’Euro 2008. Il se lance alors dans une carrière d’animateur à la télévision et retourne à la fin de sa vie en Espagne, où il gagne sa vie comme hôtelier avant de prendre sa retraite.

A lire également