Le conte de fées de Germain en sens inverse : le bruit des vagues a attiré un colon de la Baie des Lions vers l’Australie

Pendant des années, la Ligue 1 n’a pas pu se passer de Valère Germain (33 ans). En mai 2011, il a fait ses débuts professionnels sous le maillot de Monaco. Depuis, il a joué plus de 450 matches toutes compétitions confondues pour Nice, Marseille et Montpellier. Mais cet été, il a quitté la Baie des Lions pour une destination non moins belle. Il profite de son séjour sous le soleil australien.

Ce Marseillais de trente-trois ans est toujours resté près de chez lui au cours de sa carrière. D’ailleurs, la plus grande partie de sa vie de footballeur ne s’est pas déroulée à l’OM, mais à Monaco, d’où il a ensuite connu une ascension fulgurante. Lorsqu’il a eu besoin de changer d’air, Germain s’est installé à deux pas de chez lui.

Il a gardé les eaux de la Méditerranée, pour faire court. Et c’est cet environnement, avec son climat agréable et chaud, ses plages et le bruit des vagues, qui a de nouveau joué un rôle dans sa décision de départ à l’expiration de son contrat à La Paillade cet été.

Le français à tous les coins de rue

Nous sommes dans la banlieue de Sydney, où se trouve le Macarthur FC. Fondé il y a seulement quelques années, il évolue déjà dans les hautes sphères du football australien. Lorsque les journalistes du quotidien sportif français L’Équipe arrivent sur place, ils sont surpris d’être immédiatement confrontés au français. On ne s’attend vraiment pas à rencontrer des conversations dans cette langue à 17 000 kilomètres de Paris.

Et pourtant, devant un café de Bondi, quartier aisé de l’est de Sydney, à quelques mètres d’une plage très réputée, on se croirait presque à la campagne. L’après-midi, c’est l’effervescence, les rires et la bonne humeur. « Valère, qu’est-ce que je vous sers ? demande le préposé, qui ne manque pas de tact envers l’assaillant. Les sourires fusent dans tous les sens, sur la chanson Garde la peche du rappeur français Booby. « Ici, on ne joue que de la musique française. Le monde attire les gens. L’endroit est génial, il y a une belle vue sur la mer. Le soleil est là toute la journée, on n’est pas au bord de la route ». Germain s’extasie.

Tout le monde autour de lui est devenu ami avec l’ancien tireur du sud de la France. C’est comme une mini-diaspora ici. « Il y a dix jours, j’ai fait un barbecue avec tout le monde sur la plage, on s’est bien amusés », raconte le joueur de Macarthur. Toute la famille s’est installée, avec le petit garçon de Germain qui court partout. « Nous l’avons mis dans une école franco-australienne. C’est à quinze minutes en voiture, près de Maroubra. Soixante à soixante-dix pour cent du temps, il est enseigné en français, le reste en anglais. L’école ne s’adresse qu’aux enfants de cinq ans et plus, mais même s’il a trois ans, nous voulions qu’il fasse déjà partie du système scolaire direct », explique-t-il.

Le mercure monte et devrait atteindre 34 degrés Celsius. La plage est à deux pas. Elle est accueillante, même si l’eau reste froide en ce début de printemps. « Je nagerai quand même », dit-il en souriant. « Ce n’est pas seulement une question de température, c’est la relation avec tout ce qui est dans l’eau. Cela change de la Méditerranée. Il y a des requins, par exemple. J’ai vu des vidéos et ça ne m’a pas fait plaisir », s’inquiète-t-il à propos de toutes sortes de créatures marines.

En tout cas, hormis la nature australienne, l’attaquant français profite de sa nouvelle vie. « Il y a une approche différente de tout. Il y a la paix, le calme. Les gens prennent juste un café, ils sont sur la plage, dans les parcs. Ils apprécient vraiment l’endroit pour ce qu’il est, ils le nettoient, il n’est pas sale. C’est vraiment génial, très amical, on se sent en sécurité ». poursuit-il. L’idylle est d’ailleurs agrémentée par la vue d’un point de 500 mètres dans la mer. Peut-être y a-t-il même des baleines.

Quand deux Français parlent de l’Australie avec poésie

Les Germains vivent dans un appartement en bord de mer. Avec une terrasse et une vue sur le large. « Nous sommes arrivés ici sans meubles, comme tout le monde, et nous les avons achetés chez Ikea. On n’a pas encore mangé dehors, il va falloir acheter un parasol sinon on va prendre des coups de soleil », explique-t-il. « Pour se rendre à l’entraînement, le trajet n’est pas terrible, une cinquantaine de minutes en voiture. Pas tellement à cause de la circulation, mais il n’y a pas d’autoroute pour s’y rendre. On traverse la ville », explique-t-il.

Cependant, la question du logement à proximité du centre de formation n’a jamais été à l’ordre du jour. « Nous voulions profiter pleinement de la vie. Nous avons cherché entre Bondi Beach et Coogee et plus au sud. Nos compatriotes Loic Puyo (Rockdale Ilinden) et Morgan Schneiderlin (Western Sydney Wanderers) y vivaient déjà et nous l’ont recommandé. C’est très vivant ici, il y a des cafés, des restaurants, on a beaucoup d’activités à faire », se réjouit-il.

Le champion de Ligue 1 2017 avec Monaco, par exemple, n’a même pas besoin de s’habituer à la nouvelle restauration. Ce week-end, il se rendra sur un petit marché. Et là, parmi tous les stands de nourriture et les commerces de proximité, vous serez surpris par des Français qui vendent des crêpes. Germain a d’autres amis ici. Pour l’instant, il n’a vraiment nulle part où aller. Et s’il respecte les termes de son contrat, il restera à Macarthur jusqu’à l’été 2025.

Il a refusé un déménagement à court terme. « C’était le marché », a-t-il déclaré. « Je ne voulais pas venir ici juste pour un an. Tout d’un coup, quand vous commencez à vous sentir bien, vous devez recommencer depuis le début. La saison dure dix mois, la préparation d’avant-saison est longue. Jusqu’à présent, je n’ai joué que dans le sud de la France, nous n’avons jamais trop quitté le pays. Je voulais aller aux États-Unis, en MLS. Mais on ne connaissait pas l’Australie, c’est à l’autre bout du monde. Mais j’ai beaucoup lu et j’ai été tenté ».

Ce sont les deux joueurs susmentionnés, Puyo et Schneiderlin, qui ont eu une grande influence sur sa décision. En plus de le conseiller sur son lieu de résidence, ce sont eux qui l’ont finalement convaincu d’opter pour un engagement avec l’équipe adverse. « Ils m’ont dit à quel point la vie est spéciale ici. C’est magnifique ici tout le temps ». Germain est heureux. « Le rêve est d’autant plus grand que je joue au football dans un endroit aussi formidable. Jusqu’à présent, je ne vois que des avantages », a-t-il ajouté.

Vols difficiles en Asie et vols longs en Australie

Macarthur a dominé la Coupe d’Australie il y a un peu plus d’un an, remportant son premier grand trophée. Pour cette saison, ils participent à la Coupe de l’AFC, une compétition que l’on pourrait comparer à l’Europa League selon les normes européennes. À l’automne, l’équipe australienne a dominé le groupe régulier et participera aux éliminatoires au printemps. « Je suis moins connu ici qu’en France, je peux aller à la plage tranquillement. Mais je ne suis pas venu ici en touriste, attention », dit-il en regardant ses exploits sportifs avec force.

En tout cas, rester en « Europa League » asiatique n’est pas la même chose que ce qu’il a vécu sous le maillot de Monaco ou de Marseille. Principalement à cause des déplacements. « En Europe, on voyage en avion privé, cela prend au maximum trois ou quatre heures. Ici, nous embarquons normalement en classe économique sur un vol commercial. Le trajet entre Sydney et Singapour dure neuf heures, auxquelles s’ajoutent six ou sept heures d’escale nocturne. On dort sur les sièges, puis on fait un vol de trois heures vers la Birmanie. C’était amusant », se souvient-il. « Avec cette tasse, nous pouvons nous rendre au Cambodge ou aux Philippines. se souvient-il.

De nombreux Européens envient les conditions climatiques des Australiens. S’ils passent Noël dans le froid et le mauvais temps, leur homologue actuel, Germain, préparera le repas de Noël dans la chaleur. D’ailleurs, certains membres de sa famille y participeront. « L’hiver, c’est comme le printemps en Europe. On transpire plus », sourit-il. « Je préparerai les repas à la manière anglaise. Nous sommes toujours un peu en retard et nous ne mangeons pas avant six heures. Mais ici, les gens se lèvent généralement tôt, ils sont debout à six heures du matin pour faire du sport, courir, aller à la salle de sport. Ils sortent tout le temps. Il est donc évident que si vous dînez tôt, vous vous couchez tôt ».

Quoi qu’il en soit, le football ne joue pas un rôle majeur en Australie. Il ne peut même pas rivaliser avec la popularité du rugby ou du football australien. « Au début, j’ai eu du mal à comprendre les règles. Il faudrait que j’aille voir un match en direct, ça me plairait beaucoup. Sur le terrain, c’est un peu chaotique. Mais ce sont de vrais athlètes, ils font des combats difficiles, ils doivent sprinter ou sauter », complimente-t-il ses collègues d’une branche un peu différente du football.

Une visite à l’Open d’Australie de tennis ou au Grand Prix de Melbourne de Formule 1 pourrait également être l’occasion pour lui de parler du sport professionnel en Australie. « J’ai assisté plusieurs fois à des courses de Formule 1 à Monaco. Nous allons essayer d’aller voir Charles Leclerc, le pilote de Ferrari. il a prévu. « Je veux visiter autant d’endroits que possible à l’avenir. J’espère avoir quelques jours d’affilée pour explorer Melbourne, la Gold Coast, Byron Bay ou la Grande Barrière de Corail. Il faut juste du temps. »

Il ne regarde plus la Ligue 1 que de loin. Le temps est tout simplement intransigeant à cet égard. « Quand Monaco a joué contre Marseille en septembre, j’ai au moins regardé la deuxième mi-temps en me réveillant. Le lundi matin, je regarde au moins les résumés de tous les matches », révèle-t-il. « Ma femme est fan de Monaco, c’est là que j’ai gagné mon titre. Même si je suis très passionné par le championnat de France, ce n’est pas possible au milieu de la nuit. Pour être performant, il faut bien dormir ».

Un retour en Europe ? Ce serait difficile pour nous

Germain est loin de chez lui, loin de ses proches. Mais il ne regrette rien. Il n’a vraiment pas besoin de retourner en Europe. C’est ici qu’il voit son avenir footballistique pour le moment. « C’est une expérience très enrichissante. Nous avons beaucoup de chance d’être ici. Nous avons vu une nouvelle culture, nous avons vu quelque chose de différent. Ici, tout le monde sourit. Vous oubliez votre téléphone sur la table du restaurant, mais vous pouvez être sûr qu’il sera toujours là dix minutes plus tard », a-t-il déclaré à propos de son engagement actuel. « Si je retournais en France ou ailleurs en Europe, je pense que ce serait compliqué pour nous. Je pourrais choisir un autre club ici ou je pourrais vouloir expérimenter un environnement complètement nouveau ailleurs. J’ai fait ce que j’avais à faire. J’ai gagné assez dans ma carrière, maintenant je m’en sers ».

Il n’est d’ailleurs pas du tout gêné par le fait qu’il ait subi un coup dur sur le plan financier. Le sujet de l’argent ne l’a pas dérangé, il a été franc sur ce qu’il gagnait. « C’est trois fois moins que ce que j’avais la dernière fois que j’étais à Montpellier. a-t-il déclaré. « J’aurais pu rester en Ligue 1, mais je n’en voyais plus l’intérêt. Nous vivons bien, nous avons un bel appartement ici. C’est surtout une expérience de vie et de famille plus que mon choix sportif. Il me reste deux ou trois ans pour profiter de moi et de ceux qui m’ont toujours accompagné partout. »

A lire également