Le Havre a marqué trois buts à la meilleure défense du championnat. Lens s’exprime à nouveau dans les coupes

Le Havre a ponctionné la meilleure défense du championnat avec trois buts. Lens reprend la parole dans les coupes

Nice s’est incliné 1-3 face au Havre en 16e de finale de la Ligue 1. Le duel entre la meilleure défense et la deuxième plus mauvaise attaque a pris une tournure inattendue. Dès la cinquième minute, Emmanuel Sabbi ouvrait le score et inscrivait son premier but dans l’élite française d’une frappe fantastique une demi-heure plus tard. Ce n’est que la deuxième fois de la saison que les Aigles marquent deux buts ou plus dans un match. La première fois, c’était lors de la victoire contre le PSG, qui a désormais l’occasion de prendre sept points d’avance en tête du classement. Lens a battu Reims 2-0 et, après une série de 11 matches de championnat sans défaite, s’est hissé à la cinquième place du classement incomplet, synonyme de Coupe d’Europe.

Nice est entré dans le match comme d’habitude en s’appuyant sur une défense solide. Mais la grande surprise arrivait à la cinquième minute lorsque Marcin Bulka ne parvenait pas à dompter une faible frappe de Mohamed Bay et ne faisait que dégager le ballon vers Sabbi qui s’élançait et frappait simplement dans le but ouvert. Gaëtan Laborde tentait bien d’égaliser à la 14e minute, mais il butait sur le gardien lors d’une chute à l’entrée de la surface. Cependant, la pression niçoise s’intensifiait. A la 19e minute, Arthur Desmas devait intervenir sur une tête de Jérémie Bogy.

Pablo Rosario se procurait une belle occasion quelques instants plus tard, Boga renvoyant le ballon devant le but, mais Rosario glissait sur la finition. C’est alors qu’un nouveau coup dur s’abat sur les visiteurs. A la 35e minute, Sabbi travaillait magnifiquement un long centre et, complètement seul en deuxième touche, tirait fantastiquement vers le second poteau. Peu après, Evann Guessand aurait pu réduire l’écart, mais sa frappe en angle fermé passait juste à côté de la ligne de but.

La malchance niçoise se poursuivait après le changement de camp, les locaux obtenant un penalty à la 51e minute. Ce n’est pas Sabbi qui réalisait le coup du chapeau, mais Bayo, qui le transformait d’une frappe au milieu du but. A l’approche de la fin, le terrain devenait de plus en plus chaud, ce qui donnait lieu à une petite échauffourée qui valait à Samuel Grandsir et Jean-Clair Todibo des cartons rouges. Même un but niçois en fin de match n’a pas changé la victoire de l’équipe locale, Tom Louchet ayant marqué de la tête à la 91e minute.

Les Rouge et Blanc sont mieux entrés dans le match et ont failli ouvrir le score dans les dix premières minutes. Sur un corner, le centre d’Emmanuel Agbadou prenait l’air mais heurtait la barre du but de Brice Samba. Peu de temps après, Mohamed Daramy a mis le ballon à destination, mais le système VAR a gâché la joie du but, qui a révélé un hors-jeu de justesse. Au fur et à mesure que le temps passait, le terrain devenait plus équilibré et les attaquants du Racing Club prenaient de plus en plus de place dans le jeu.

Ces derniers parviennent à marquer un but avant la pause lorsque Saïd profite d’une erreur de communication dans la défense adverse et ne commet pas d’erreur devant un filet découvert. La réponse aurait pu venir après le retour des vestiaires. Mais une frappe au sol de Junja Ito passe de peu à côté. Une tête pleine d’espoir du capitaine Yunis Abdelhamid n’était pas non plus couronnée de succès, ce qui permettait à l’équipe locale de reprendre l’avantage à un quart d’heure de la fin. Ruben Aguilar trouvait Óscar Córtes qui, 10 minutes après son entrée sur le terrain, brisait enfin la résistance de Reims.

A lire également