Le joueur slave Pech a souffert d’une blessure, il travaille maintenant au Portugal et dit : je reviendrai plus fort.

Slávista Pech a souffert d’une blessure, il s’entraîne maintenant au Portugal et déclare : « Je reviendrai plus fort ».

Les souvenirs d’il y a six mois font mal, tout comme la grave blessure qu’il a subie à l’époque. En Algarve, le Slovaque David Pech (21 ans) a parlé de sa déchirure du ligament croisé antérieur du genou, de sa longue convalescence et de sa joie de voir que le genou opéré tient le coup et qu’il peut être avec l’équipe vice-championne pour le camp d’entraînement au Portugal. Il sait très bien qu’il a beaucoup de travail devant lui avant de revenir. « Si tout se passe bien, j’espère pouvoir jouer dans trois mois. Mon rêve personnel, c’est la fin du mois de mars », a déclaré le joueur d’Eden sur le site Internet du club.

Il y a six mois, les choses semblaient différentes. Pech avait réussi son stage d’été en Autriche et avait commencé la répétition générale en tant que titulaire. Mais quelques jours avant le début de la FORTUNA:LIGA, le défenseur polyvalent s’est déchiré le ligament croisé antérieur à l’entraînement. « Ma jambe a glissé dans le mouvement, mon genou s’est cassé vers l’intérieur. J’ai entendu un craquement, j’ai ressenti une douleur. J’ai boité, l’entraînement n’était pas seulement terminé pour moi », revient Pech au début de l’histoire, lui dont le genou est toujours renforcé par des bandes noires de kinésio, malgré des progrès notables, même en Algarve. « Je me sens plus confiant. Cela m’aide beaucoup dans ma tête. »

Aujourd’hui, il pense à un retour, mais en juillet, il a dû accepter la dure réalité d’une grave blessure et d’une longue période d’inactivité. Il pensait que ce n’était pas le pire scénario possible, mais c’est exactement ce qui s’est produit. « J’ai beaucoup évolué au cours de mes six mois au Slavia, ce qui a rendu toute cette douleur encore plus grande », admet-il, reconnaissant qu’il a travaillé dur pour se faire une place à Eden après son transfert de Mladá Boleslav. Au début, il n’a pas été très bon, mais il a serré les dents et s’est battu contre son destin. Lorsqu’il s’est cassé la figure sur le terrain, une grave blessure l’a fait chuter. « Cette blessure m’a d’autant plus affecté à ce moment-là.

Il était impatient de commencer à jouer en première division tchèque et avait également des vues sur les Coupes d’Europe. « Dommage. Mais j’espère revenir plus fort, tout est encore devant moi », tente-t-il de positiver. Fin janvier, cela fera exactement six mois qu’il s’est remis en selle. « La pire période a été celle qui a précédé l’opération. Quand on l’attend, on ne peut rien faire. Et tout de suite après l’opération, ils ont prélevé un greffon sur le muscle postérieur de ma cuisse. Il confie que dix jours après l’intervention, il souffrait énormément. « J’avais encore l’impression d’avoir une crampe à cet endroit », se souvient-il de ces moments déchirants.

Mais il a tout surmonté et s’est précipité vers ses coéquipiers dès qu’il l’a pu, désireux de les soutenir. « Je n’ai pas manqué un seul match à domicile depuis que j’ai recommencé à marcher », raconte-t-il. Il fréquentait fidèlement les tribunes, mais souffrait de ne pas pouvoir être présent sur le terrain. « C’était difficile pour moi, le football est toute ma vie. Mais six mois à côté de Houst sur le banc de touche m’ont beaucoup apporté », sourit-il.

Aujourd’hui en Algarve, au Portugal, il s’est également lancé sur le terrain. « J’ai enfin pu changer la ceinture anti-gravité pour le terrain, j’ai enfin pu courir sur l’herbe. J’apprécie vraiment de pouvoir être ici avec les gars du conditionnement, avec les gars. J’ai enfin commencé à courir, à travailler avec le ballon », se réjouit Pech, qui a également réussi à effectuer un circuit d’entraînement avec l’équipe.

« J’ai encore beaucoup de travail à faire. Je pense qu’à la fin du camp d’entraînement, je serai beaucoup plus avancé qu’aujourd’hui. À toute l’équipe de physiothérapeutes, de massothérapeutes et à tous ceux qui se sont occupés de moi et ont pris soin de moi, merci beaucoup. Si tout se passe bien, dans trois mois, j’espère pouvoir jouer. Mon rêve personnel est d’arriver à la fin du mois de mars.

Tableau FORTUNA:LIGA

A lire également