Le plus jeune joueur du championnat autrichien est originaire de la République tchèque. J’attendais cette chance, dit Stejskal.

Le plus jeune numéro un du championnat autrichien est originaire de République tchèque. J’attendais cette chance, dit Stejskal

Il n’a jamais joué dans le championnat tchèque, mais Adam Stejskal (21 ans) a déjà réussi à s’imposer dans le championnat autrichien. Le gardien de l’équipe nationale et de Tyrol Innsbruck a fait un grand pas en avant dans sa carrière à l’automne. Il a joué les 17 matches de son équipe depuis le début de la saison. « Et j’étais le plus jeune gardien de but d’Autriche », note le talentueux, qui a quitté le célèbre Salzbourg pour un club plus petit, dans une interview accordée à VBC Foot News.

Vous avez terminé la première moitié de la saison au Tyrol, comment s’est-elle déroulée ?

« Complexe et compliquée du point de vue de l’équipe, comme en témoigne notre position dans le classement. De mon point de vue, pour la première fois de ma carrière, j’ai suivi tous les matches de l’automne. Je suis allé au Tyrol avec cette idée en tête et j’en suis heureux.

Vous êtes avant-dernier, mais il n’y a pas eu de ratés dans les résultats, du moins à la fin de l’automne. C’est d’autant plus douloureux qu’il n’y a pas plus de points, n’est-ce pas ?

« Absolument. Cinq jeunes joueurs sont arrivés au club et nous avons commencé très lentement. Nous n’avons pas pris un bon départ, mais les choses se sont améliorées au fil du temps. Depuis la mi-septembre, j’ose dire que nous jouons mieux au football. Les matches étaient équilibrés, je dirais même 50-50, mais nous avons été victimes d’erreurs individuelles. On peut dire que nous n’avons pas eu de chance. Mais tout le monde au club sait ce que cela peut donner lorsqu’on prend de jeunes joueurs. Nous continuons à travailler et je pense que les choses vont s’améliorer, que nous avons la qualité nécessaire pour continuer. Le fait que nous ayons gagné le dernier match nous a beaucoup aidés. Cela nous aidera également d’un point de vue mental.

Comment s’est passé le match contre « votre » Salzbourg ? Surtout à domicile, c’était un long match, le deuxième but est arrivé en deuxième mi-temps…

« Le match et surtout celui à Salzbourg étaient bien sûr très spéciaux pour moi. Le match chez eux au deuxième tour a été une réussite pour moi, c’était bien que mes anciens coéquipiers viennent me voir après le match et que nous échangions quelques mots.

Vous avez joué les 17 matches, c’est la chose la plus importante pour vous en ce moment, n’est-ce pas ?

« Si l’on considère l’automne dans son ensemble, c’est le moment que j’attendais. C’est le moment que j’attendais, celui où je vais être numéro un et où je vais être régulièrement pris, donc je suis heureux de cette façon.

Quelle est votre impression sur la première division autrichienne en général ?

« Il y a de superbes stades, 10 sur 12 sont neufs, il y a beaucoup de spectateurs aux matches, mais malheureusement moins dans notre pays. Et il est certain que les joueurs sont d’un excellent niveau. C’est difficile pour les petits clubs d’affronter ces équipes traditionnelles et fortes. C’est une fête, et si vous arrivez à prendre un point, c’est un bon résultat pour tout le monde. Nous l’avons fait contre le LASK et le Rapid. Mais si ce n’est pas le cas et que les grands clubs jouent le rôle de favoris, il peut arriver qu’après 11 journées, vous vous retrouviez avec six ou sept points et que la nervosité s’installe. Par ailleurs, l’équipe nationale autrichienne a de grandes qualités et elle s’est qualifiée pour l’Euro sans problème. D’ailleurs, tous les joueurs sont en Bundesliga ».

En République tchèque, on ne parle pas beaucoup de la compétition autrichienne, est-ce que cela vaut la peine d’aller voir un match ?

« Les supporters verront de la qualité. Les clubs autrichiens le confirment en Coupe d’Europe, ils ont de beaux stades et l’Autriche n’est pas loin. Il me semble que la compétition est un peu sous-estimée aux yeux de la République tchèque. Je me souviens que lorsque je suis parti à 16 ans, j’ai su où j’allais. Mais en Autriche, tout est vraiment de haut niveau.

Quelle importance revêt le fait que votre ancien employeur ait conclu un accord avec Tirol et dispose d’un droit de préemption pour vous racheter ?

« Bien sûr que je le ressens, mais l’essentiel pour moi maintenant est de rendre le meilleur service possible à Tirol. Et si je réussis à m’imposer, nous verrons ce qui se passera.

Le fait que vous soyez régulièrement titulaire est certainement important pour le onze national. Faire partie de l’équipe nationale est également un critère qui vous intéresse, n’est-ce pas ?

« C’était et c’est toujours une méta pour moi. En fin de compte, les entraîneurs ont décidé de miser sur d’autres gardiens et je respecte leur décision. »

Qu’est-ce qui vous a rendu heureux à Noël et quels sont vos projets pour 2024 ?

« J’étais en vacances à Oman avec ma famille. J’y ai passé de très bons moments, physiquement et mentalement. Et maintenant, nous profitons de Noël. En ce qui concerne mes projets, j’aimerais continuer à pêcher régulièrement, pour rester en bonne santé. Et j’espère que nous pourrons obtenir un sauvetage. Je suis prêt à faire de mon mieux pour cela ».

A lire également