Le président de la Fédération albanaise de football à propos de la qualification : battre la République tchèque ? J’espérais un match nul

Le président de la Fédération albanaise de football à propos de la qualification. J’espérais un match nul

Armand Duka (61 ans), président de l’équipe nationale de football d’Albanie, a connu une vague de succès ces derniers mois. Une campagne de qualification pour l’Euro 2024 réussie avec un style de football que les supporters locaux n’ont jamais vu de la part de l’équipe nationale est le point culminant de son engagement au poste qu’il occupe depuis 2002.

Beaucoup ont qualifié d’audacieuse la décision du président de nommer Sylvinho à la tête de l’Albanie en janvier. En engageant un Brésilien ayant une expérience d’entraîneur à Lyon et aux Corinthians, Duka voulait changer fondamentalement la façon de jouer de l’équipe nationale et, après avoir discuté avec l’ancien défenseur de Barcelone et d’Arsenal, il a été convaincu qu’il était l’homme de la situation.

Un peu plus de dix mois se sont écoulés et Duka peut se féliciter de son choix. L’Albanie, sous la direction de Sylvinha, s’est qualifiée avec succès pour les Championnats d’Europe en tant que leader du Groupe E, devant la République tchèque et la Pologne, plus favorisées.

Le patron du syndicat admet que l’année glorieuse de l’équipe nationale était inimaginable il y a quelques années. « Nous ne pouvions même pas rêver d’obtenir les résultats que nous avons obtenus en 2023. Que nous remportions le groupe de qualification, que nous obtenions quatre points lors des matches contre la République tchèque et que nous fassions bonne figure au niveau administratif international. Cette année a été la meilleure année de tous les temps pour le football albanais ». déclare-t-il dans une interview accordée à Tribalfootball.com.

2016 vs. 2024

Ces réalisations administratives font allusion au fait qu’il a été élu au conseil d’administration de l’UEFA en septembre dernier, devenant ainsi l’un de ses vice-présidents. « Depuis le premier jour, j’ai travaillé avec dévouement, passion et joie pour mes fonctions. Je voulais améliorer et perfectionner l’association albanaise et sa structure, ainsi qu’obtenir d’excellents résultats avec l’équipe nationale », décrit-il son approche du poste de président de l’association.

Parmi les grands résultats, on peut citer la deuxième qualification de l’équipe nationale locale pour les Euros. La première a été obtenue grâce à la sélection de l’entraîneur Gianni de Biasi pour le tournoi de 2017, et l’équipe de l’époque est encore considérée comme presque sacrée dans le pays. Duka ne voit toutefois aucune similitude avec l’équipe nationale actuelle. « La qualification pour l’Euro 2016 a été différente car elle s’est déroulée après les événements du match de Belgrade. La Serbie s’est vu retirer trois points, tandis que nous nous sommes vu ajouter trois points par défaut. » rappelle l’incident de 2014, lorsqu’un match de qualification a été perturbé par un drone portant le drapeau de la Grande Albanie.

« Nous n’étions pas les meilleurs lors de ces qualifications, nous avons perdu à domicile contre la Serbie et le Portugal. Pour cette raison, nous avions désespérément besoin de gagner en Arménie, ce que nous avons fait. C’était un moment très émouvant pour moi ». se souvient-il. « D’un autre côté, la dernière qualification a été bonne pour nous, à la fois en termes de résultats et de jeu. Nous avons été meilleurs contre tous nos adversaires. Nous avons pris quatre points contre la République tchèque, la Moldavie et les Îles Féroé. Contre la Pologne, nous en avons pris trois, mais avec une meilleure différence de buts. Nous avons très bien joué pendant cette période de qualification, à l’exception du dernier match, dont je ne suis pas satisfait », mentionne-t-il à propos du match nul et vierge contre les Îles Féroé.

Duka admet que cela a été un plaisir de voir l’équipe nationale mûrir sous la direction de Sylvinho et de ses assistants Pablo Zabaleta et Doriva. « L’Albanie de De Biasi était une équipe défensive qui s’appuyait sur les contre-attaques et les gérait très bien. En revanche, l’Albanie de Sylvinho est différente, avec une philosophie offensive. Par exemple, en Moldavie, bien que nous ayons fait match nul, nous avons eu 82 % de possession de balle, ce qui n’était jamais arrivé dans l’histoire de notre équipe nationale.

« Si vous m’aviez posé la question avant le match contre la République tchèque, je me serais contenté d’un match nul. Je ne m’attendais pas à ce que nous gagnions. Non pas parce que nous étions l’équipe la plus faible, mais parce qu’il n’est pas facile de gagner contre une équipe aussi forte que la République tchèque. Et de dominer le match de la sorte. J’ai ressenti la même chose lors du match contre la Pologne. C’était fantastique de gagner et de voir notre équipe jouer si bien.

Un plus grand afflux de talents

L’un des facteurs clés de l’amélioration de la qualité du football albanais est l’augmentation de l’afflux de talents. Avec Armando Broja à Chelsea, Kristjan Aslani à l’Inter Milan et Nedi Bajrami à Sassuolo, Sylvinho dispose de jeunes joueurs qu’aucun de ses prédécesseurs n’avait. Duka est convaincu que cette floraison est principalement due au travail honnête des entraîneurs albanais et à l’amélioration générale des infrastructures de travail pour les jeunes.

« Il m’est difficile de citer des noms et des joueurs en particulier. Chacun des jeunes que nous avons dans l’équipe est le meilleur à différents moments, à différentes périodes et à différents matches. Depuis que je suis président de l’association, nous avons sélectionné des joueurs en veillant à ce qu’ils soient également de bonnes personnes. Et nous avons eu de la chance, car tous nos joueurs sont de très bonnes personnes au grand cœur.

« Aujourd’hui, nous sommes dans une situation précaire. Nous avons un magnifique stade Air Albania, un complexe d’entraînement moderne et bien d’autres choses. C’est une sorte de récompense pour le fait que, par le passé, les joueurs de notre équipe nationale ont fait beaucoup de sacrifices en raison des conditions. C’était à la fois pendant la période où j’étais président et avant », explique Duka. « Le changement d’attitude de la Fédération albanaise de football est désormais évident. Plus de la moitié de notre personnel administratif est affecté aux organes directeurs ou aux commissions de l’UEFA ». conclut-il.

Résultats des qualifications pour l’Euro 2024

A lire également