L’entraîneur ne va pas au Moyen-Orient pour se former, mais Hašek est rigoureux et respectueux, déclare Rada.

C’est chose faite, Ivan Hašek (60 ans) a été confirmé jeudi comme nouveau sélectionneur de l’équipe nationale de football. Le célèbre international a reçu un contrat jusqu’à la fin des éliminatoires de la Coupe du monde 2026 et son objectif premier sera le succès à l’Euro. « Ivan a une bonne réputation, il a beaucoup fait pour le football tchèque. C’est une bonne chose qu’il dirige l’équipe nationale », a déclaré l’entraîneur expérimenté Petr Rada (65 ans) dans une interview accordée à VBC Foot Zpravy.

Que pensez-vous de la nomination de Hašek à la tête de l’équipe nationale ?

« Ce n’est pas une surprise. Il était clair depuis un certain temps que les choses se passeraient ainsi. Cela a un peu traîné, mais peu importe. Félicitations à Ivan. Je lui souhaite beaucoup de succès.

Etait-il le grand favori à vos yeux ?

« Je pense que oui. C’est juste que je ne sais pas vraiment qui a fait le choix. Ivan lui-même a dit que certaines personnes ne voulaient pas de lui, mais il aurait dû dire de qui il s’agissait. Je pense qu’il bénéficiait d’un large soutien au sein du mouvement footballistique. Le syndicat le voulait, les internationaux le voulaient, de nombreux supporters le voulaient. C’est un soutien solide au sein du mouvement footballistique.

Qu’est-ce que Hašek peut apporter à l’équipe nationale ?

« Ivan est un entraîneur calme et réfléchi, il discute de tout en détail. Il est minutieux. Il a vécu beaucoup de choses, il a beaucoup d’expérience. Il aura beaucoup de respect de la part des joueurs, je n’en doute pas ».

Cependant, une grande partie du public reproche à Hašek de ne pas s’être entraîné en Europe pendant quinze ans. N’est-ce pas un problème ?

« Je ne pense pas que ce soit le cas. Bien sûr, ce serait mieux s’il s’entraînait ici, dans notre pays, mais il n’a pas perdu la vue d’ensemble. Le football n’est pas compliqué. Ivan a suivi les tendances et je pense qu’il réussira à nouveau. De plus, il était libre. C’est aussi très important, car certains clubs ne voulaient pas libérer leur entraîneur.

Mais le terrain de Hašek était le Moyen-Orient. Et il n’a probablement pas capté beaucoup de tendances là-bas, ou est-ce que je me trompe ?

« C’est vrai, bien sûr. On ne va pas au Moyen-Orient pour s’instruire, on n’y va pas dans le but d’améliorer son football. On y va juste pour l’argent. Je comprends, tout le monde veut gagner de l’argent. Je ne comprends pas que quelqu’un ne l’admette pas et dise le contraire, ce qui n’est pas le cas d’Ivan. Si quelqu’un de ce monde me fait une offre, je lui demanderai combien il me donnera (rires). Il n’y a rien à en attendre. Même si je ne travaillerais probablement pas là-bas. Je suis heureux de pouvoir m’entraîner ici, en République tchèque.

Quelle est votre relation avec Hašek ? Êtes-vous amis ?

« Je connais Ivan depuis des années. Et sa merveilleuse famille. Je l’aime beaucoup parce que c’est un homme tout à fait normal. Il est agréable à fréquenter. Il est aussi très intelligent, il a étudié le droit. Lorsque nous nous rencontrons, nous avons toujours quelque chose à nous dire. Les gens lui reprochent un peu d’avoir fui l’Union lorsqu’il est devenu président, mais c’est du passé. Nous devons maintenant lui souhaiter le meilleur. Si ce n’est pas pour lui, c’est pour le football tchèque.

Il n’y aura que deux rencontres de l’équipe nationale avant le Championnat d’Europe, il n’y aura donc pas beaucoup de place pour les répétitions. Cela signifie-t-il que le sélectionneur misera sur des noms connus ?

« Je pense surtout qu’il n’y a pas beaucoup de choix. Je pense surtout qu’il n’y a pas beaucoup de choix, du point de vue des joueurs qui n’ont pas encore fait leurs preuves et qui pourraient se présenter à l’Euro. Mais Ivan fera le tour des stades au printemps et communiquera avec les joueurs, ce qui est son point fort. Bien sûr, il serait préférable qu’il y ait plus de réunions avant le championnat, mais ce ne sera pas un problème. L’important, c’est que les garçons restent en bonne santé et que Patrik Schick se remette sur les rails. Ce sera la première priorité.

Les assistants de Hašek sont deux Jaroslav – Veselý et Köstl. Le bon choix ?

« Ivan les a choisis et il sait certainement pourquoi. Ce sont des gars qui travaillent dur, qui sont au début de leur carrière et qui comprennent le football. De plus, Ivan a déjà travaillé avec Vesely. Je connais aussi Jarda, je peux dire que c’est un bon entraîneur et un gars sympa. Mais certains diront qu’il devrait abandonner son poste à Bohemka et s’occuper de l’équipe nationale à plein temps. Quand j’étais en équipe nationale et aussi au Slavia, j’ai irrité, par exemple, Jarda Hřebík ou Verner Lička, et je n’étais qu’assistant dans les deux postes. Jarda est l’entraîneur principal des Bohemians, ce qui rend les choses un peu plus compliquées, mais pour moi, ce n’est pas un problème. L’important, c’est que cela ne dérange pas Ivan. »

Mais l’un des noms dont on a le plus parlé ces dernières semaines est finalement absent de l’équipe nationale. Que pensez-vous du fait que Pavel Nedved ait refusé le poste de sélectionneur ?

« J’ai été assez surpris, je pensais que c’était une affaire réglée. Et je ne suis probablement pas le seul. Pavel est une personnalité très importante et il connaît très bien Ivan. Je pensais qu’il s’agissait d’un lien très intéressant, mais malheureusement Pavel a décidé de refuser. Mais nous ne pouvons que spéculer sur les raisons, je ne les connais pas encore moi-même. Il est possible que Pavel ait une autre offre, ou qu’il ne trouve pas ce rôle satisfaisant, c’est difficile à dire. Bien sûr, je suis désolé qu’il n’ait pas complété l’équipe nationale, mais c’est sa décision et nous devons la respecter. J’aurais aimé que Vláďa Šmicer ou Petr Čech occupe ce poste. Bref, quelqu’un de charismatique, qui a joué pour l’équipe nationale et qui maîtrise bien la langue. »

Et vous, que pensez-vous des trois Belmondo ? Hašek devrait-il emmener Jakub Brabec, Vladimír Coufal et Jan Kuchta en équipe nationale ?

« Je ne veux pas du tout conseiller Ivan à ce sujet. C’est à lui de décider. Ces trois joueurs sont expérimentés et ont fait leurs preuves, ils jouent dans de grands clubs. Quoi qu’Ivan fasse avec eux, une partie du public le critiquera, mais chaque entraîneur doit en tenir compte. Laissons-le décider comme il l’entend. Nous devons tous respecter cela.

Et pouvez-vous nous dire comment vous vous comporteriez avec eux ?

« Je ne sais vraiment pas. Mais tout d’abord, je les appellerais, je les rencontrerais. Je voudrais entendre leur point de vue sur les choses. Qu’ils me disent eux-mêmes pourquoi ils ont fait cette chose stupide, ce qui les a poussés à le faire. Je prendrais une décision en conséquence. Je pense qu’Ivan suivra la même ligne de conduite ».

A lire également