L’entraîneur tchèque se développe au sein du City Football Group : il a commencé à travailler avec des cônes en Australie et entraîne désormais en Inde.

Seuls les connaisseurs se souviennent de lui comme d’un joueur de la République tchèque. L’ancien défenseur Petr Krátký (42 ans) a joué dans le championnat pour Mladá Boleslav, Brno et a fini à Liberec lors de la saison 2007/08. Mais c’est en tant qu’entraîneur qu’il peut laisser une trace beaucoup plus importante. Après des années passées en Australie, il a gravi les échelons jusqu’à l’organisation City Football Group. En décembre, il a reçu un cadeau de Noël avant l’heure : il est passé d’un poste d’assistant à Melbourne City à celui d’entraîneur principal à Mumbai. Dans une interview accordée à VBC Foot News, il revient sur son parcours et sur le fonctionnement de l’organisation des 13 clubs sous l’égide de Manchester City.

C’est la première fois que vous vous retrouvez dans le rôle d’entraîneur principal. Comment vous êtes-vous préparé ?

« Les 14 derniers jours, voire un mois, ont été très actifs car nous avions un voyage avec Melbourne où nous avons joué en Nouvelle-Zélande et nous nous sommes également envolés pour le Japon pour la Ligue des champions asiatique. Nous avons joué à Tokyo et de là, nous sommes repartis pour Newcastle, dans le nord de l’Australie. Nous sommes rentrés à la maison pour deux jours et sommes allés directement à Perth pour le match. Environ trois heures après le match, j’attendais à l’aéroport mon vol pour l’Inde.

Où avez-vous rencontré les représentants du club ?

« Oui, à Mumbai, nous nous sommes assis avec les dirigeants et, presque immédiatement, j’ai pris le prochain vol pour Goa, qui se trouve à une heure et demie de Mumbai. C’est là que j’ai rencontré l’équipe pour la première fois. Nous avons eu un match dans deux jours et ensuite nous avons joué tous les trois jours. Je suis resté ici pendant environ 11 jours et je me suis entraîné pour trois matches.

Depuis combien de temps saviez-vous que cette opportunité allait se présenter ?

« Cela dépend toujours s’il y a des changements dans les clubs qui appartiennent au City Football Group. Il y a parfois des collaborations avec d’autres clubs. Des opportunités se présentent donc.

Et voilà qu’elle nous vient tout droit de l’Inde. Avez-vous eu des éclaircissements immédiats ?

« Tout s’est passé très vite, en une quinzaine de jours. J’ai eu un entretien avec le directeur de Mumbai et dans la semaine qui a suivi, ils m’ont contacté pour me dire qu’ils m’aimaient bien et qu’ils voulaient me recruter. J’en ai discuté avec ma femme et nous avons convenu que c’était une grande opportunité pour moi en tant qu’entraîneur adjoint. Le fait qu’il s’agisse d’un club du City Football Group facilite les choses, car ils pratiquent le football de la même manière. De plus, l’entraîneur que je remplaçais avait déjà travaillé à Melbourne et je savais donc à quoi m’attendre. Tout s’est bien passé et je travaille ici aujourd’hui.

Votre rêve s’est-il réalisé ?

« Absolument. En tant qu’assistant, je me suis préparé à ce moment pour être prêt lorsque l’occasion se présentera. Pour ne pas être pris au dépourvu. Quand ils sont venus me voir, j’ai senti intérieurement que c’était le bon moment. J’avais du respect, je savais qu’il y aurait différents défis à relever, mais je dois dire que je suis agréablement surpris. Nous avons gagné huit points sur les cinq premiers matches, ce qui n’est pas mal du tout. De plus, j’ai l’impression que les joueurs commencent à me connaître et à savoir quel est mon style de travail. Les réactions ont été excellentes jusqu’à présent. Mais c’est toujours le cas quand on gagne. Cependant, il est important pour moi d’être utile au club, de lui apporter du succès et de gagner des trophées.

Et il est reparti de l’avant, n’est-ce pas ?

« Cela ne veut pas dire que parce que je suis entraîneur, je ne travaillerai plus sur moi-même. Au contraire. Pour moi, c’est le début d’un voyage. Je veux aller plus loin, mais seul un travail de qualité à Mumbai me poussera. Entraîner un jour un club en Europe serait formidable, c’est la Mecque du football, mais ce n’est pas la question pour l’instant. Je ne me préoccupe pas vraiment de savoir si je resterai ici un an, deux ans ou cinq ans.

Quelles sont les similitudes entre les emplois à Melbourne City et à Mumbai City ?

« En ce qui concerne certaines phases de jeu, la façon dont nous analysons les matches et l’environnement dans lequel nous évoluons, c’est très similaire. Il est assez facile de passer d’un club à l’autre au sein du CFG. Ce qui est différent, c’est le paysage, les gens, la culture. Le plus difficile est de s’adapter à un nouveau pays. Ensuite, bien sûr, il faut se faire une idée de ce que sont les joueurs ici, de leur niveau.

Je suppose que tout le monde se demande si tous les clubs doivent jouer comme Manchester City, mais je pense que c’est quelque peu impossible. Quel type de football pratiquent les autres clubs du City Football Group ?

« Exactement comme vous le dites, il est impossible pour nous de jouer comme Manchester, car les caractéristiques de nos joueurs sont différentes de celles de City. La chose la plus importante pour nous, ce sont les principes du jeu, c’est-à-dire que nous voulons contrôler le ballon, nous voulons jouer de manière offensive, attrayante et gagner. Nous modifions ensuite ces principes en fonction de l’environnement dans lequel nous travaillons et des joueurs que nous avons. Personne ne vous dit que vous devez jouer avec trois ou quatre défenseurs. Ici même, à Mumbai, je suis arrivé et l’équipe jouait en 3-4-3. J’ai étudié le profil des joueurs et je me suis rendu compte que nous n’avions pas le bon type de joueurs. Nous avions des latéraux et des ailiers classiques, mais il n’y avait pas de latéral. Logiquement, je ne peux pas jouer dans une formation où les latéraux sont importants… »

J’en déduis que vous êtes libre, mais que vous devez respecter les principes de base de l’organisation ?

« Nous ne voulons pas jouer un football défensif. Notre philosophie est de jouer le genre de football que les gens aiment et viennent voir ».

Comment se passe le travail pour le City Football Group ? À quoi s’attend-il ?

« Lorsque vous entrez dans le système, la première chose à laquelle vous êtes confronté est la philosophie de l’ensemble de l’organisation, où vous apprenez tout sur le football que City Football Group veut produire. Il y a la méthodologie, les différentes phases de jeu, bref toute la méthodologie. Le réseau de clubs est géré par une personne qui se rend dans tous les pays pour s’assurer que la philosophie est respectée et que rien n’a changé ou qu’il n’y a pas de nouvelles tendances.

Un directeur sportif pour 13 clubs ?

« On peut dire cela. Il est basé à Manchester mais il est toujours sur la route parce qu’il va en Belgique, en France, en Espagne, aux Etats-Unis, en Australie, au Japon, en Inde et il fait la tournée des clubs. Il parle aux entraîneurs, prend des notes sur ce que disent les gens d’autres pays et les rassemble. Il en résulte une énorme base de données et des serveurs dans lesquels nous, les entraîneurs, pouvons puiser pour nous former.

Est-il possible d’effectuer un stage au sein du club ?

« Bien sûr. L’ouverture est énorme. Je pense qu’il est extraordinaire de pouvoir aller à Gérone, à New York, à Lommel ou à Mumbai pendant une semaine en tant qu’entraîneur. Les possibilités sont incroyables. Après cela, c’est à la personne de décider si elle est ouverte et si elle veut apprendre de nouvelles choses.

Avez-vous déménagé dans un club du City Football Group ?

« Pour être honnête, je ne suis allé nulle part personnellement. Je suis resté en contact avec Lommel et évidemment avec Manchester. »

Où le font-ils de la manière la plus intéressante ? Qui vous inspire le plus ?

« C’est évidemment Manchester. Quand on y regarde de plus près, qu’on dispose d’informations privilégiées et qu’on voit les méthodes d’entraînement et la philosophie générale de Pep Guardiola, on se dit que c’est l’une des personnes les plus intelligentes du monde du football. Pep est dans une telle position aujourd’hui qu’il n’a rien à prouver à personne, il pourrait démissionner immédiatement, mais il trouve constamment la motivation de travailler, de s’améliorer et d’améliorer les autres, et il sait comment motiver les gens pour qu’ils travaillent encore mieux. Tout le monde voit son beau football, mais ce n’est que le sommet de la pyramide. Le plus important se passe à l’intérieur ».

Avez-vous rencontré Pep Guardiola ?

« Je ne l’ai vu qu’une fois. Il est passé à Melbourne alors qu’il revenait d’un tournoi de golf. Il est venu dire bonjour. C’était plus du blabla que de la discussion sur le football. Il n’y avait pas de place pour cela. Quand quelqu’un comme ça vient en ville, c’est fou. Mais je ne pense pas que la conversation aurait été aussi cruciale parce que nous avons pu le regarder travailler, voir comment il pense, ce qu’il pense. Et c’est bien plus important pour notre éducation ».

Dans quelle mesure copiez-vous le travail de Guardiola et dans quelle mesure essayez-vous d’être votre propre personne ?

« En tant qu’entraîneur, il faut être soi-même. Copier quelqu’un d’autre ne marche pas. Il s’agit surtout d’aimer quelque chose dans son travail et d’essayer de le transposer dans votre style. Il s’agit surtout d’essayer d’assimiler les différents détails de son travail.

Existe-t-il au sein du City Football Group un système d’évaluation des clubs en fonction de leur travail ?

« Il ne s’agit pas à proprement parler d’une forme de notation, mais le directeur de Manchester nous donne son avis car, contrairement à nous, il voit ce qui se passe en Amérique du Sud ou en Europe et peut faire des comparaisons. D’un autre côté, il doit garder en perspective le club en question. Les possibilités de Mumbai et de Gérone sont complètement différentes.

Je me demande tout de même si les installations des clubs du City Football Group ne seront pas d’un meilleur niveau que celles des autres clubs locaux ?

« Je suis en Inde depuis moins d’un mois, je n’ai donc pas encore eu l’occasion de découvrir le pays en détail, mais j’ai entendu dire qu’il y a des clubs ici qui ont d’excellentes installations, donc il ne s’agit pas seulement de Mumbai. Le CFG investira d’abord des ressources dans le club, mais il appartiendra ensuite aux membres du club de travailler avec lui et de le développer. Il y a plusieurs obstacles à franchir. En Australie, les investisseurs doivent être exclusivement nationaux, et en Inde, le terrain est incroyablement cher, de sorte que la construction de centres sportifs est une affaire très onéreuse.

Et si l’on compare l’Australie et l’Inde ?

« Nous avons un terrain d’entraînement à Mumbai, mais il est en très bon état. A Melbourne, il y a cinq terrains, dont trois artificiels, mais c’est différent car il s’agit d’un pays complètement différent.

J’ai parfois l’impression que les gens n’aiment pas l’idée d’un réseau de clubs, ils se plaignent de la disparition de l’identité des clubs d’origine. Comment avez-vous observé ce processus à Melbourne, par exemple ?

« La ville a connu une situation similaire. À l’origine, le club s’appelait Melbourne Heart, mais après l’arrivée de CFG, il a été rebaptisé Melbourne City. D’un côté, les gens ont pu être contrariés par ce changement, mais je pense que les aspects positifs l’emportent. CFG apportera de la stabilité au club et veut faire du football d’une manière qui plaise aux gens.

Comment se passe le recrutement des joueurs ?

« L’accent est mis sur le localisme. Nous voulons former nos propres joueurs. Faire venir des renforts de l’étranger est assez difficile et coûteux. C’est pourquoi l’accent est mis sur la construction d’un environnement dans les académies du club qui produira de bons joueurs dont les chemins peuvent aboutir à Manchester City, ou même ailleurs dans le monde. Ce sera toujours un succès. Récemment, deux jeunes joueurs ont quitté Melbourne pour l’Europe, le défenseur Jordan Bos pour Westerlo et l’ailier Marco Tilio pour le Celtic. Ce sont les premières hirondelles, mais c’est un signe que le système est bien mis en place.

Il y a déjà beaucoup de joueurs qui passent de l’Asie à l’Europe. Pensez-vous qu’à l’avenir, les footballeurs indiens ou australiens feront une percée similaire ?

« Absolument. Quand je vois le développement du football en Asie ces dix dernières années, je me dis qu’il est en plein essor. Ils investissent beaucoup d’argent dans le football, il faut bien que cela se ressente quelque part. Ils travaillent mieux avec les jeunes. Ils se concentrent davantage sur la technique, la formation des entraîneurs et la qualité des joueurs s’améliore. L’Australie avait l’habitude de battre le Viêt Nam 16-0, maintenant c’est 1-0, 2-0, c’est plus équilibré. La même chose se produira en Inde, où l’on met en place des processus et où le travail actuel avec des joueurs de six ans n’apparaîtra pas avant une dizaine d’années au plus tôt. Je crois fermement que deux ou trois joueurs d’ici atteindront la Premier League.

Pourquoi avez-vous choisi l’autre côté du globe pour commencer votre carrière d’entraîneur et non la République tchèque ?

« Je me suis retrouvé dans une situation où j’ai pensé que je devais changer quelque chose. J’avais besoin de quitter la République tchèque et de me changer les idées. Je me suis dit que si j’apprenais l’anglais, la porte du monde entier s’ouvrirait. À ce moment-là, je n’ai même pas envisagé de gagner ma vie en tant qu’entraîneur et de rester dans le football.

Et vous êtes allé en Australie…

« Pour voir un ami qui m’attirait depuis un certain temps. Je suis allé apprendre l’anglais dans une école là-bas, j’ai fait mes valises et je n’ai pas du tout pensé au football. Mais il se trouve que mon ami m’a emmené jouer au football avec les locaux. J’ai joué un coup de pied et ils ont vu que j’avais déjà joué au football. Avec le temps, les gars m’ont contacté pour savoir si je voulais devenir entraîneur dans un petit club de Melbourne. J’ai donc commencé avec les jeunes, ou plus exactement j’étais responsable des plus jeunes garçons de l’école préparatoire ».

De là, vous avez gravi les échelons jusqu’à devenir entraîneur adjoint à Melbourne et maintenant entraîneur de Mumbai ?

« Exactement. J’ai été pris au piège. Les joueurs prenaient du plaisir, ils s’amélioraient et nous avions de bons résultats. Petit à petit, j’ai été sélectionné en équipe nationale, tout en obtenant ma licence, et soudain, je me suis retrouvé entraîneur adjoint des moins de 21 ans.

Comment s’est passé votre transfert à Melbourne City ?

« Je suis allé un jour à l’académie de City et j’ai demandé si je pouvais voir comment ils travaillaient, à quoi ressemblait l’entraînement. Au début, je portais des ballons, des cônes, de l’eau et j’observais tout. C’était extrêmement intéressant pour moi. Il a fallu environ un an pour que l’entraîneur me demande si je voulais essayer de diriger quelques exercices. Son assistant était absent et il avait besoin de quelqu’un pour l’aider à faire les passes. J’ai bien sûr accepté. Les réactions ont été que ce n’était pas mal du tout, que je donnais aux gars d’excellentes informations, qu’il y avait du rythme et de la qualité. Ils m’ont proposé de rester avec eux en tant qu’assistant, mais ce serait un poste non rémunéré parce qu’ils n’ont pas d’argent dans le budget pour moi. J’ai accepté immédiatement car c’était une grande opportunité. Au cours de la saison, l’entraîneur principal des 11 est parti et ils sont revenus vers moi pour me dire qu’ils n’avaient toujours pas d’argent pour moi, mais que je pouvais terminer en tant qu’entraîneur principal. Là encore, j’ai accepté ».

Cependant, vous faisiez déjà partie du City Football Group et pouviez tirer des informations directement de la source, n’est-ce pas ?

« C’était la chose la plus importante. J’étais au bureau de sept heures du matin à neuf heures du soir pour étudier. Entre les deux, j’avais deux heures d’entraînement, mais sinon j’étudiais. De plus, en tant qu’entraîneur des vingt-et-un, j’avais accès à l’équipe première, donc j’allais aussi à leurs séances d’entraînement pour les regarder travailler.

Quand cela vous a-t-il conduit à l’équipe A ?

« Nous nous sommes bien débrouillés avec les 21. Nous jouions bien au football, les gens du club étaient contents. Lorsqu’un poste s’est libéré chez les U23, j’ai été promu entraîneur principal. J’avais dans mon équipe des joueurs qui représentent aujourd’hui l’Australie. Des joueurs très intéressants. Mais l’entraîneur adjoint a de nouveau quitté l’équipe A, ironiquement pour venir ici à Mumbai. Et comme les U23 étaient de facto liés aux A, on m’a offert l’opportunité d’évoluer à nouveau. Je faisais partie de l’équipe A depuis moins de trois ans et depuis que l’entraîneur Des Buckingham a quitté Mumbai pour entraîner en Angleterre, j’avais un autre grand défi à relever.

Peut-être ferez-vous le même parcours qu’Ange Postecoglou, qui est passé de Melbourne à Tottenham en passant par Yokohama et le Celtic.

« Ange est une grande star en Australie. Il se fait un nom non seulement pour lui, mais aussi pour tout le pays. Je pense que le monde change un peu. On ne fait plus autant de distinctions. On ne regarde pas d’où l’on vient, on regarde ses capacités et ce que l’on peut faire. En Australie, on ne m’a jamais regardé de haut parce que j’étais étranger. Ce qui les intéresse, c’est ce que je peux faire ».

Je vais m’éloigner un peu de la ville. Êtes-vous surpris que Gérone délaisse Barcelone et l’Atlético pour se battre avec le Real Madrid pour la première place de la Liga ?

« Honnêtement, je ne suis pas très surpris, parce que quand on est bien organisé, qu’on a une équipe bien préparée et des processus à l’intérieur, le football est beau en ce sens que tout le monde peut gagner. Le plus important, ce ne sont pas les noms, mais le comportement des joueurs sur le terrain. S’ils travaillent du début à la fin, s’ils travaillent pour l’équipe et s’ils suivent les principes qu’ils mettent en pratique tous les jours à l’entraînement. On peut sentir la grande détermination, l’ambition, le cœur, le travail et le dévouement de Gérone. Il est très difficile de battre une telle équipe ».

Ils rappellent étrangement Leicester City, n’est-ce pas ?

« Je suis d’accord. Ils n’avaient pas non plus, par exemple, de stars dans l’équipe comme Manchester City, Arsenal, United ou Chelsea, mais ils ont gagné la Premier League parce qu’ils se sont serré les coudes et qu’ils avaient exactement les qualités dont je parlais il y a un instant.

C’est à cela que devrait ressembler votre équipe ?

« Je dis souvent aux garçons qu’il s’agit de l’alpha et de l’oméga. S’ils veulent réussir, ils doivent répondre à cet objectif. Ce n’est qu’à ce moment-là que les succès individuels et les transferts importants se produiront.

Vous êtes originaire de la République tchèque, vous avez longtemps vécu en Australie et vous êtes maintenant entraîneur en Inde. Quel est votre rêve d’entraîner un jour en Europe ?

« Je suis organisé de telle sorte que chaque offre est intéressante. Et je ne dirai probablement rien de secret en admettant que mon rêve est de travailler en Europe, peut-être même en République tchèque pour le Sparta ou le Slavia. La seule chose qui est différente, c’est la façon dont les clubs travaillent avec les entraîneurs. Dans l’organisation du CFG, on leur fait davantage confiance, ils ont confiance en la vision. Leur travail est contrôlé et s’il n’y a pas de résultats mais que tout le monde peut voir que l’entraîneur travaille bien, il n’y a pas de raison de paniquer. En République tchèque, il arrive qu’un entraîneur perde trois matches et la possibilité qu’il soit remplacé est très élevée. Et personne ne se préoccupe de savoir comment il travaille, quels processus il a mis en place, quelle en est la raison, si le club ne réussira pas avec lui dans quelques mois… »

Je comprends qu’il soit difficile d’entrer dans cet environnement quand on est habitué à une approche complètement différente…

« C’est dommage, car cela me manque dans beaucoup de clubs tchèques. Tout le monde ne peut pas venir et gagner tout de suite. Cependant, je me prépare intérieurement au moment où l’on me demandera de le faire et où je devrai obtenir des résultats immédiatement. Je veux être un entraîneur qui peut venir et gagner. J’y travaille. Quand on a le temps, c’est bien parce qu’on sait qu’on peut travailler sur le long terme, mais ce n’est pas donné à tout le monde.

Je vois que vous gardez un œil sur le football tchèque, même de l’autre côté du monde.

« Je suis en contact avec quelques personnes en Europe. Mark Kulic, Honza Seda, Jirka Bilek. Mais par exemple, M. Trucha est en Afrique maintenant, donc je suis aussi en contact avec lui et nous parlons de différentes choses. Denis Kavan est à Sepsis, en Roumanie, en tant que préparateur physique, et je traite des données avec lui, car cela fait partie de mon travail. Je m’intéresse donc à la perspective européenne et à la façon dont les clubs les abordent.

Vous cherchez donc des informations en dehors de l’organisation de la ville ?

« J’essaie de me former en permanence, alors j’assiste aux séminaires de la FAČR pour me tenir au courant et voir quelles sont les tendances en République tchèque. C’est aussi pour cela que je sais que beaucoup de clubs font jouer trois défenseurs aujourd’hui. Je suis au courant de tout ».

Au cas où quelqu’un appellerait ?

« On ne sait jamais ce qui peut arriver. Une offre se présente et vous devez prendre une décision en disposant d’informations pertinentes et en étant conscient de ce qui se passe. D’autre part, j’essaie de savoir comment les autres travaillent pour me former.

Tableau de l’ISL indien

A lire également