Lerch ne sait pas s’il continuera à Budějovice : Nous n’avons aucune information de la part de la direction

Lerch ne sait pas s’il continuera à Budweis : Aucune information de la part de la direction

Après le match nul 0:0 lors de la 19e journée de la FORTUNA:LIGA à Ďolíček, l’entraîneur intérimaire de České Budějovice Jiří Lerch a déclaré que ni les entraîneurs ni les joueurs du Dynamo n’ont d’informations de la part de la direction sur les récents changements au sein du club ou sur le possible changement de propriétaire. L’ancien milieu de terrain a apprécié le fait qu’après sept défaites dans la compétition supérieure et la fin de l’entraîneur Tomáš Zápotočný, ses protégés se sont repris mentalement et ont terminé l’automne avec un point. Il imagine que lui et son collègue Jiří Kladrubský continueraient avec l’équipe au printemps, mais la situation n’est pas claire aujourd’hui et n’est pas encore résolue.

À České Budějovice, Marek Nikl a démissionné fin novembre et le deuxième des deux entraîneurs Zápotočný a démissionné jeudi. Le directeur sportif Jan Podroužek quitte également le club, ce qui pourrait être lié à un éventuel changement de propriétaire. « J’ai les mêmes informations que vous, mais seulement de la part des médias. Je ne sais pas ce qui se passe au niveau de la direction ni à quel stade elle en est. Aucune information n’est encore parvenue aux joueurs et aux entraîneurs dans la cabine. Lerch a déclaré aux journalistes.

« Les dernières choses se sont produites mercredi après le match, lorsque Tomas a démissionné. J’ai ensuite appris que Honza Podroužek avait également démissionné. Les dirigeants ne nous en ont pas parlé parce qu’ils estimaient que nous devions nous préparer pour le dernier match », a-t-il ajouté.

Interview d’après-match avec Jiri Lerch.

O2 TV Sport

Le club appartient depuis 2021 à l’avocat Vladimír Koubek, dont le mandat a été marqué par d’importants changements au niveau de la direction. Le Dynamo est « en guerre » avec certains de ses propres supporters, qui pour le dernier match à domicile contre Hradec Králové (0:2) ont fermé le secteur réservé au « chaudron » de la maison en guise de punition pour avoir jeté des bombes fumigènes lors du match à Plzeň. Aujourd’hui à Ďolíček, les fans de l’équipe de Bohême du Sud, qui se sont rassemblés dans le secteur des visiteurs exactement 24, ont mis en place une banderole « Koubek = fossoyeur du Dynamo ».

« Il y a beaucoup de choses écrites sur nous en ce moment, mais nous n’en parlons pas dans la cabine, cela ne servirait probablement à rien. Les joueurs et nous-mêmes devons oublier ce qui se passe à l’extérieur. Même si ma femme m’en fait part, je dois dire que cela m’amuse parfois, ironiquement. Beaucoup de choses sont un peu différentes de ce qui est écrit », note Lerch.

Les Bohémiens du Sud ont mis fin à leur attente de sept journées pour obtenir un point en championnat contre les Bohémiens. Malgré cela, ils occupent la dernière place du classement, à trois points de Zlín. « Parfois, une équipe a besoin d’un élan, ce qui est peut-être dû à la démission de Tomas Zapotocny. Les joueurs étaient mentalement abattus après la défaite de mercredi et nous avons essayé de leur faire comprendre qu’ils devaient oublier cela », a déclaré Lerch.

« Nous avons également travaillé sur l’organisation du jeu. Je sais par expérience que lorsqu’un joueur est abattu mentalement, il n’est pas en mesure de passer le ballon ou de penser au déroulement du jeu ». a déclaré le natif de České Budějovice et ancien joueur de longue date du Slavia.

Lerch a été désigné comme entraîneur principal dans le rapport officiel du match, mais il a dirigé l’équipe avec Kladrubský. Ils ont réitéré leur coopération de l’année dernière, lorsque Jozef Weber a également quitté le Dynamo à la fin de l’automne.

« C’était la même situation. Nous avons pris le relais avec Jirka, nous avons battu Brno et perdu contre le Sparta après une bonne performance. Maintenant, c’est à la direction de décider si elle va engager de nouveaux entraîneurs ou comment les nouveaux propriétaires vont éventuellement gérer la situation. Nous ne savons rien pour l’instant. Mais s’ils nous jettent à l’eau pour nous battre, nous nous battrons. Je n’y vois pas d’inconvénient, Jirka et moi nous comprenons », a ajouté Lerch à propos de son éventuel maintien en fonction.

A lire également