Les médias polonais : un cauchemar. Il n’y a plus d’adversaires contre lesquels nous ne pouvons pas perdre.

Médias polonais : un cauchemar. Il n’y a plus d’adversaires contre lesquels nous ne pouvons pas perdre

Les médias polonais qualifient de décevante la performance des footballeurs polonais lors de leur dernier match de la phase de groupes des qualifications pour le Championnat d’Europe 2024, au cours duquel ils ont perdu leurs chances de promotion directe avec un match nul 1-1 contre la République tchèque et devront se concentrer sur les barrages du printemps. Les commentateurs ont exprimé leur déception face au bilan et à la performance des hôtes « blanc et rouge » à Varsovie.

« Nous avons commencé les qualifications par un match désastreux à Prague et nous avons mal fini à Varsovie. Nous ne sommes pas à l’Euro et avec ce genre de jeu, il est difficile d’imaginer que nous jouerons à l’Euro », a conclu Sport.pl.

Après le tirage au sort des groupes de qualification, l’accession des Polonais, têtes de série, semblait être une formalité. Mais au lieu de cela, les fans ont assisté à « un véritable cauchemar couronné de désillusions à Varsovie »Selon la chaîne d’information TVN 24, l’équipe nationale polonaise a gaspillé la plupart de ses atouts dans la lutte pour la promotion avant le match de vendredi contre la République tchèque.

Ce sont les Tchèques qui ont donné à l’équipe nationale polonaise sa « première gifle » en mars, lorsqu’ils ont mené 2-0 après seulement 130 secondes de jeu et se sont finalement imposés 3-1 à Prague. L’équipe blanche et rouge ne s’est pas remise de ce revers. Vendredi, seule une victoire contre leurs adversaires tchèques pouvait permettre aux Polonais de rester dans la course à la deuxième place du groupe. Mais l’équipe était affaiblie par la maladie de son joueur le plus créatif, Piotr Zieliński. Malgré cela, le scénario du match de Varsovie était différent de celui du mois de mars : les adversaires étaient à plusieurs reprises inquiétés sur l’aile par Nicola Zalewski, dont les centres semaient non seulement la confusion devant le but tchèque, mais apportaient finalement le but tant convoité à la 38e minute. Après un centre brillant, les Tchèques ont failli marquer contre leur camp, mais Jakub Piotrowski, très attentif, a fini par renvoyer le ballon au fond des filets.

Les Polonais rentraient aux vestiaires de bonne humeur, mais celle-ci se dissipait rapidement lorsqu’ils revenaient sur le terrain. Tout d’abord, Karol Świderski, l’un des joueurs polonais les plus actifs, a été transporté à l’hôpital et est tombé malade pendant la pause. Et après seulement quatre minutes de la seconde mi-temps, le score est devenu nul. Les hôtes ont laissé l’expérimenté Tomas Soucek libre et il a facilement battu le gardien polonais à bout portant.

« Les Polonais se sont même battus pour reprendre l’avantage. Ils étaient conscients qu’un point pour un match nul équivaut à une défaite dans leur situation. Mais pour changer le sort du match, ils ont manqué de qualité en attaque. En particulier, le leader, ou Robert Lewandowski, aurait pu mieux profiter de l’occasion. Mais le fait que nous le mentionnions à la fin témoigne de sa performance », a ajouté TVN 24.

Gazeta Wyborcza juge que l’équipe nationale polonaise a perdu la bataille contre le mystérieux virus et a perdu l’ensemble des qualifications pour l’Euro 2024, qu’elle avait entamées en tant que favorite. Les Polonais n’ont eu de succès que sur l’aile gauche, où l’ancien du football italien Zalewski a couru partout et a fait battre le cœur du gardien tchèque Jindrich Stanek à deux reprises avec ses centres, mais partout ailleurs, selon le journal, la première mi-temps a été sans histoire. Les Polonais, qui avaient besoin d’une victoire, n’ont pas tenté un seul tir sur le but adverse avant la 41e minute et leur jeu était tempéré par la peur de leurs propres erreurs.

« Le capitaine Robert Lewandowski agitait les bras en signe de frustration, tandis que le gardien tchèque s’agitait pour ne pas geler. le commentateur a observé. « Les deux équipes ont proposé si peu de jeu de qualité que, comme d’habitude, l’admiration n’est due qu’aux supporters. Bien que les joueurs les aient préparés à des déceptions successives tout au long de l’année, ils ont à nouveau rempli le stade », a-t-il déclaré, ajoutant que cette fois-ci, ils ont été récompensés par un but qui a donné l’avantage aux Polonais avant la pause.

Mais selon le commentateur, les footballeurs polonais doivent surtout remercier la faiblesse de leurs adversaires, qui ont été « tout aussi incapables de sortir quoi que ce soit d’inhabituel qui puisse inquiéter » le gardien polonais. On a assisté davantage à des batailles pour le ballon qu’à de la technique et de la tactique. Seul un résultat favorable aurait pu sauver le match, mais les Tchèques ont ensuite égalisé suite à des erreurs des défenseurs polonais. Les Polonais ont gâché leur chance, ce qu’ils paieront lors des barrages de printemps, où ils affronteront des adversaires comme l’Italie et l’Ukraine.

« Nous passerons la trêve hivernale à nous inquiéter que les Polonais ne se rendent pas en Allemagne malgré un tirage au sort incroyablement favorable. Il s’agit d’un drame sportif, car il semblait que les Polonais participeraient toujours au championnat continental, compte tenu de la taille du pays, de la popularité du football et de l’augmentation du nombre de participants à 24. Il n’y a plus d’adversaires contre lesquels nos footballeurs ne peuvent pas perdre », écrit Gazeta Wyborcza.

A lire également