Les serments de l’abattage à Eden : Slavia aime les bagarres, ils en font des succès. Krejci n’a fait que se défendre

Priske au sujet de la coupure à Eden : Slavia aime les combats, ils les rendent fructueux. Krejci n’a fait que se défendre

L’année dernière, à Eden, il a avalé une défaite amère 0:4. Cette année, l’entraîneur Brian Priske a gagné un point contre le Sparta après un match nul 1:1, mais il n’a pas retrouvé le plaisir de jouer au football. « Ce n’était pas une belle image des deux meilleures équipes tchèques qui s’affrontaient », a déclaré l’entraîneur danois de Letenske, soulignant que le 308ème choc du Prague S était avant tout une bataille féroce.

En République tchèque, vous êtes perçu comme un entraîneur qui contribue à améliorer la culture footballistique locale. Comment vous sentez-vous après un tel match ?

« J’essaie de faire du bon travail pour le Sparta, c’est pourquoi je suis venu ici. J’ai ma philosophie sur la façon de travailler, de diriger l’équipe… Alors peut-être que quelqu’un peut dire que j’ai une influence sur l’environnement du football. Ce derby n’a pas été agréable et il l’a été à bien des égards. Je serais intéressé par le pourcentage de temps de jeu sur le terrain. Je pense qu’il y a eu plus de fautes que de passes ou de belles phases de jeu. Ce n’est pas une belle image pour deux des meilleures équipes de la République tchèque.

N’avez-vous pas eu envie de faire vos valises et de quitter le football tchèque à la fin du match ?
« Non, pas du tout. Je connais le derby, je sais comment ça se passe. C’est la même chose au Danemark, en Belgique, mais aussi en Angleterre… Parfois, il arrive que le derby devienne incontrôlable et nous sommes alors tous victimes de ce qui se passe sur le terrain. Aujourd’hui, ce n’était pas du beau football, c’était des batailles. Nous n’avons pas eu le rythme ni la qualité dont nous avions besoin.

Pourquoi le match est-il devenu incontrôlable et allez-vous blâmer vos protégés pour quoi que ce soit ?

« C’est une question difficile. Je me suis assis ici l’année dernière après notre défaite 0-4. Les joueurs sont là pour se battre les uns pour les autres. Les derbies sont des matches que vous ne pouvez pas gagner si vous n’êtes pas solidaires. Nous voulions jouer notre football, mais dites-moi combien de tacles et de fautes il y a eu dans le match et combien de temps propre a été joué ? Je suis fier de nos joueurs qui se sont défendus, car il n’est pas facile de jouer un match aussi difficile. Ils ont eu du mal, même en tenant compte des décisions prises sur le terrain. Il n’y avait pas de direction cohérente du jeu et donc pas de moyen de s’adapter au style de jeu. D’un autre côté, nous aurions dû maîtriser nos émotions, mais nous ne sommes que des êtres humains.

Des approches tactiques similaires sont-elles envisageables ?

« Nous jouons toujours de la même manière, nous connaissons notre style, nous savons comment nous essayons de nous imposer. La façon dont le derby s’est déroulé n’est donc pas due à notre formation. C’est le Slavia qui a essayé d’entrer dans un jeu de duel, qui s’est présenté de cette manière à domicile et en Europe et qui a réussi grâce à cela. Nous savions que ce serait une condition préalable à la tournure du match ».

Comment avez-vous vu l’altercation entre Ladislav Krejci et Jan Boril ?

« Je l’ai vue après le match. Honnêtement ? Il m’a semblé que Lada défendait l’attaque de l’adversaire. Mais c’est mon avis. J’espère que quelqu’un de responsable le verra et prendra les sanctions qui s’imposent.

A lire également