Les succès et les échecs des éliminatoires de l’Euro : les Portugais égalisent Chovanec, le Nord pleure, le barrage étonne

Les coups et les fiascos des qualifications pour l’Euro : les Portugais égalisent Chovanec, le Nord pleure, le barrage étonne

Les combats des groupes de qualification ont déterminé les 20 qualifiés pour le tournoi final du Championnat d’Europe de football. De mars à novembre, 170 matches ont été disputés dans les stades du vieux continent, donnant lieu à de nouvelles entrées dans les annales. VBC Foot News vous propose un tour d’horizon des temps forts des éliminatoires de l’Euro 2024 en Allemagne.

La Serbie pour la première fois, le Portugal pour entrer dans l’histoire

Si les Serbes ont participé trois fois à la Coupe du monde, ils n’ont jamais réussi, dans l’histoire de leur équipe nationale indépendante, à se qualifier pour l’Euro. Cette année, les hommes de Dragan Stojkovic ont réussi à se qualifier, notamment grâce au match retour à domicile contre le Monténégro en octobre (3-1), et ils fêtent leur première qualification. La Serbie a été principalement emmenée par l’ancien leader et capitaine de l’Ajax Dusan Tadic (deux buts et quatre passes décisives) et l’ancien attaquant de Fulham Aleksandar Mitrovic (5+1).

Le Portugal a également fait ses adieux à la qualification dans la bonne humeur, devenant seulement la neuvième équipe nationale dans l’histoire du Championnat d’Europe à passer la phase de groupe sans perdre un seul point. L’équipe de Cristiano Ronaldo a marqué un total de 36 buts contre la Slovaquie, le Luxembourg, l’Islande, la Bosnie et le Liechtenstein et n’a encaissé que deux buts.

En 1992, la France s’est qualifiée pour la première fois sans perdre une fleur, un exploit imité huit ans plus tard par l’équipe tchèque dirigée par Jozef Chovanec. Avant la dernière édition de l’Euro, les Belges et les Italiens l’ont fait.

L’apocalypse scandinave

La plus grande surprise négative de cette qualification est l’échec de la Norvège. L’équipe dans laquelle évoluent Erling Haaland, le meilleur boulet de canon de la Premier League, et Martin Ödegaard, le directeur de jeu d’Arsenal, n’a pas réussi à compenser les défaites du printemps et a dû se contenter d’une Espagne souveraine et d’une Ecosse combative. Si Haaland a fait de son mieux, inscrivant six buts, le reste de l’équipe n’a pas été d’un grand soutien. Les Nordistes ont terminé troisièmes du groupe A et, en tant que participants à la Ligue des Nations B, ils n’étaient même pas bien placés pour le barrage final. Ils ont fait leurs adieux à la qualification en célébrant la progression de l’Écosse à Hampden Park, à Glasgow.

La misère nordique a été soulignée par la bourde de l’équipe nationale suédoise. Elle a dû s’incliner dans le Groupe F face à la Belgique et l’Autriche. L’équipe de la Tre Kronor a perdu un match clé contre les Autrichiens à domicile en septembre, 1:3, et la frustration a été accentuée par une défaite 0:3 contre l’Azerbaïdjan. Alors qu’en Norvège on ne parle pas de la fin de l’entraîneur Ståle Solbakken, l’entraîneur suédois Janne Andersson a fait ses adieux après la fin des qualifications.

Lukaku a surpassé tout le monde

Jamais dans l’histoire des éliminatoires du Championnat d’Europe, personne n’avait réussi à marquer autant de buts que le boulet de canon belge Romelu Lukaku cette année. Il a inscrit quatre buts en première mi-temps et n’a eu besoin que de 12 minutes pour réaliser un triplé. Après la pause, le boulet de canon a déjà laissé entrer le remplaçant Loïs Openda sur le terrain.

Lukaku n’a eu besoin que de 590 minutes sur le terrain pour marquer 14 buts, soit une moyenne de 42 minutes. Bien que le Belge ait débuté tous les matches dans le onze de départ, il n’a tenu que trois fois jusqu’à la dernière minute. Ses performances soulèvent également la comparaison avec le deuxième meilleur buteur des qualifications, Cristiano Ronaldo, avec 10 buts, mais il a joué dans un groupe de six et a eu l’occasion de marquer lors de deux matches supplémentaires.

Gibraltar sans but, Chypre sans point

Bien que l’équipe nationale chypriote ne se soit jamais qualifiée pour un tournoi majeur, elle a généralement disputé des matches de qualification décents au cours des 30 dernières années. En ce qui concerne les clubs, il convient de mentionner la participation de l’Apoel FC à la phase de groupes de la Ligue des champions, où ils ont réussi à faire deux fois match nul avec le Borussia Dortmund. Cependant, les difficultés rencontrées lors de l’Euro de cette année ont été une véritable dégringolade. Chypre n’a pas pris le moindre point en huit matches et, avec un bilan de 3:28, est la quatrième plus mauvaise équipe de l’histoire.

Cinq équipes n’ont toujours pas marqué le moindre point. Seuls Saint-Marin, le Liechtenstein et Gibraltar ont obtenu des résultats plus mauvais que ceux de Chypre dans les éliminatoires de l’Euro 2024. C’est ce dernier pays qui a contribué à un nouveau record dans les luttes de qualification avec un score de 0:14. Gibraltar a connu une débâcle sur le terrain de la France, favorite, où ils ont été menés 0-3 en début de match et ont également perdu le défenseur Ethan Santos à la 18e minute, qui a tordu la cheville du buteur Warren Zaïre-Emery.

Dans la liste des plus mauvaises équipes, Malte a également perdu des points, tandis que l’Estonie a fait un match nul, mais reste en lice pour le tournoi final, puisqu’elle devra affronter la Pologne en mars.

Des règles étranges pour le barrage

Le thème des batailles de qualification de l’automne était les règles étranges du barrage supplémentaire d’où sortiront les trois derniers participants au tournoi final. Comme le classement pour les barrages est basé sur une compétition complètement différente, la Ligue des Nations, des liens étranges sont apparus peu à peu. Par exemple, à un moment donné, il était préférable que l’équipe irlandaise perde contre les Pays-Bas pour améliorer ses chances de se qualifier pour le barrage.

Un autre paradoxe est la situation dans les groupes A et F, où les équipes qui ont terminé plus mal que leurs rivales ont encore une chance de se qualifier. La Géorgie se battra pour les Euros en mars, même si elle a gagné trois points de moins que la Norvège et qu’elle regarde derrière elle. Mais si les Géorgiens, malheureusement privés de Khvichi Kvaratskhelya, battent le Luxembourg en compagnie d’équipes de la Ligue des Nations C, puis remportent leur deuxième match contre le meilleur de la paire Grèce-Kazakhstan, ils pourront faire leurs valises pour le tournoi final.

L’Estonie se trouve dans une situation similaire, n’ayant gagné qu’un seul point en qualifications après un match nul en Azerbaïdjan, mais grâce au classement spécifique de la meilleure équipe de la Ligue des nations D, elle a une chance de jouer la Pologne dans le barrage le plus performant, puis peut-être l’un des quatuors Pays de Galles, Finlande, Ukraine, Islande.

Ce système mal conçu a été confirmé par l’UEFA elle-même, puisque certaines paires de barrages ont été formées sur la base des critères eux-mêmes, mais les six équipes ne connaîtront les noms de leurs adversaires que jeudi, lors d’un tirage au sort supplémentaire.

A lire également