Les supporters nous huaient, c’était difficile. J’espère que je m’installerai dans le onze de départ, espère Hložek.

C’est sa première saison en Bundesliga. Il a connu une année mouvementée avec le Bayer Leverkusen – pendant un temps, il semblait devoir se battre pour son salut, mais il a fini par se faire une place dans le onze de départ et a disputé les demi-finales de l’Europa League. « Après ce départ, la saison s’est finalement bien déroulée », déclare Adam Hložek (20 ans), la perle de l’équipe nationale, dans une interview accordée à VBC Foot News.

Cela fait un an que vous avez quitté le Sparta pour rejoindre le club allemand de Leverkusen. Que s’est-il passé dans votre tête lorsque vous avez su que vous partiez à la fin de la saison ?

« En remontant dans le temps, je savais bien sûr que ce serait probablement ma dernière saison. Je pense que les dirigeants et mes coéquipiers l’ont compris. J’allais le faire après la saison, parce que la dernière année à Sparta, je me suis toujours concentré sur Sparta, je me suis concentré sur mes performances, sur les performances de l’équipe. La saison ne s’est pas terminée comme nous l’avions imaginé. Nous avons perdu la finale de la Coupe, c’était très dur. Mais j’ai dit au revoir aux garçons. Je suis toujours en contact avec certains d’entre eux.

Y avait-il un autre club en lice pour s’attacher vos services ?

« Je ne sais même pas si je peux le dire (rires). Il y avait quelques équipes en lice, mais après avoir discuté avec ma famille et mon manager, nous avons décidé que Leverkusen serait le bon choix. Je pense que nous avons fait le bon choix. Je suis heureux à Leverkusen, je vais entamer ma deuxième saison, alors j’espère que ce sera mieux et que je serai titulaire et que personne d’autre ne le sera.

Récemment, votre nom a également été associé dans les médias à la Juventus. S’agit-il d’une simple spéculation ? Continuez-vous à Leverkusen ?

« Oui, je continue définitivement à Leverkusen. J’ai fait ma première saison et je pense qu’il serait trop tôt. Rien ne m’a été communiqué par le manager, donc je pense que quelqu’un l’a écrit et que les gens l’ont repris. »

Comment s’est passée votre première année à Leverkusen ? Les choses se sont-elles déroulées comme vous l’aviez imaginé au début de votre engagement ?

« Nous savons tous comment cela a commencé. Ce n’est certainement pas comme cela que je l’avais imaginé. Nous avons commencé avec le pire scénario, l’entraîneur a été changé et l’équipe n’allait pas bien. Je n’allais pas bien, les supporters étaient déçus et c’était dur pour la tête. J’ai été touché par quelque chose qui a été écrit en Allemagne… C’est difficile à comprendre, mais je pense que cela a pris du temps. Puis l’entraîneur Alonso est arrivé et m’a donné ma chance. J’ai marqué quelques buts à la fin, alors on peut dire que j’ai été content de ma saison.

Pouvez-vous vous imaginer vivre en Allemagne pendant les 10 ou 15 prochaines années ?

« Bien sûr, ce serait bien de rester en Allemagne aussi longtemps, parce que je dois dire que la Bundesliga, c’est autre chose. Vous pouvez voir que les supporters et tous les gens autour vivent le football. C’est une bonne idée, bien sûr, mais je ne pense pas que ce sera le cas.

Revenons à la saison dernière. La situation au début de la saison n’était pas bonne du point de vue de Leverkusen. Quelle était l’ambiance dans le vestiaire ?

« Nous l’avons tous ressenti, les joueurs et les gens autour du club. C’était difficile, les supporters nous huaient. L’entraîneur a été changé et nous avons alors entamé une série de victoires. Cela n’a pas été immédiat, mais nous avons réussi à remonter la pente. Nous étions en demi-finale de l’Europa League, où nous avons perdu nous-mêmes. Je ne pense pas que la saison ait été réussie, mais après ce départ, elle l’a été en fin de compte.

Aviez-vous vraiment peur d’être licencié à l’époque ? Vous êtes-vous dit : « Oh mon Dieu, pourquoi suis-je venu ici, nous jouons la relégation ?

« Il y a eu quelques insinuations plaisantes de ce genre de la part des garçons. Je n’ai certainement pas pensé que j’avais fait une erreur. Je savais que l’équipe était forte et je ne savais même pas pourquoi nous ne gagnions pas. Puis l’entraîneur a changé et nous avons commencé à gagner.

Xabi Alonso. Le nouvel entraîneur est arrivé en octobre et il a apporté un changement significatif dans le jeu et les résultats. Si vous deviez souligner les principaux points que l’entraîneur espagnol a apportés au club, quels seraient-ils ?

« Nous avons commencé par être un peu plus défensifs et nous n’avons pas marqué autant de buts. Alonso et ses assistants sont très énergiques, ils ont donc injecté une nouvelle énergie dans nos veines et je pense que c’est la clé qui nous a permis de commencer à gagner. Ce nouvel élan. Je ne dis pas que l’entraîneur Seoane est mauvais. Je l’ai eu pendant une courte période et c’était un excellent entraîneur. Mais nous n’avions pas de bons résultats sous sa direction et un changement s’imposait.

Alonso est arrivé et nous savons tous comment cela s’est passé. Appréciez-vous personnellement son style ? Comment l’ancien joueur de Liverpool, du Real ou du Bayern aborde-t-il les joueurs ?

« Cela me convient tout à fait parce qu’il parle beaucoup avec les joueurs et je dirais qu’il les comprend. Après tout, il a aussi joué au football. Il sait ce que les joueurs ressentent après une défaite ou une victoire… »

Quelle est l’importance de Xabi Alonso pour Leverkusen ? Est-il, selon vous, un entraîneur qui dirigera un jour un très grand club européen comme le Real Madrid ou Manchester City ?

« Il a les qualités requises, il a l’expérience. C’est un bon entraîneur, énergique. Je pense que lorsque nous avons eu cette série de victoires, on a parlé de lui à Tottenham et au Bayern Munich. Il est donc tout à fait à la hauteur ».

Votre équipe a été renforcée cet été par Granit Xhaka, le leader du club londonien d’Arsenal. Vous aviez l’un des effectifs les plus jeunes de la Bundesliga la saison dernière. De votre point de vue, en quoi Leverkusen avait-il besoin d’un leader similaire ?

« Je pense que c’est un grand renfort pour nous aussi, pour les jeunes joueurs. Il sera le plus expérimenté et il sera un mentor pour les jeunes joueurs. Je pense qu’il est venu avec cette intention car nous avons une jeune équipe. Et bien sûr, c’est un grand footballeur. J’ai joué contre lui à plusieurs reprises et je dois dire qu’en tant que supporter d’Arsenal, je suis heureux de le rencontrer dans la cabine.

Je suppose qu’il est plus agréable de jouer avec lui dans l’équipe que contre lui ?

Je n’en doute pas.

Le club a également recruté l’arrière gauche Alex Grimaldo en provenance de Benfica. Le club portugais a trouvé un remplaçant en la personne de David Jurasek. Que pensez-vous de ce transfert de votre coéquipier national ?

« Je pense que ce sera un grand saut pour lui. J’aime Juras et j’espère qu’il pourra s’intégrer et, bien sûr, cela fera avancer le football tchèque. Un autre Tchèque à l’étranger. C’est vraiment un plus.

Votre autre coéquipier, Václav Černý, a signé à Wolfsburg. Comment évaluez-vous ce transfert ? Cet engagement lui conviendra-t-il ?

« Je suis sûr que oui. Cela lui conviendra parce que Venca est un excellent joueur. Il m’en a parlé avant de signer. Je suis heureux que cela ait fonctionné. Nous nous rencontrerons sur le terrain en tant que rivaux. J’ai vraiment hâte d’y être ».

Le Quotidien du Sport : Qu’est-ce qui préoccupe les joueurs quand ils coûtent un demi-milliard, répond Adam Hložek

VBC Foot

A lire également