L’espace de Jan Moravek : Le Slavia a fait beaucoup pour le football tchèque, il mérite la Ligue des champions

C’est une semaine de jugement pour le football tchèque. Si tout se passe bien, nous aurons trois représentants en coupe au printemps. Ce serait un grand succès pour moi. Et cela montre que l’équipe première tchèque est en train de monter en puissance. Après des années de domination du Slavia, il est bon que le Sparta ait également repris du poil de la bête et que, sous la houlette de l’entraîneur Brian Prisk, son parcours prenne tout son sens.

Il est extrêmement positif pour le football tchèque que l’on s’achemine vers une participation de trois équipes à la phase de printemps de la Coupe d’Europe. Ce serait une grande réussite qui devrait être appréciée à sa juste valeur, car si l’on regarde l’histoire, c’est quelque chose de vraiment spécial.

La façon dont Plzen, par exemple, a géré les tours préliminaires et ensuite le groupe de la Conférence Europa, je leur tire mon chapeau. Ils ont eu des adversaires désagréables, je considère le Dinamo Zagreb comme un club très fort et Viktoria n’a pas perdu un point contre eux. Même les déplacements pour les matches n’ont pas joué en sa faveur. Slavia mérite également des éloges, car ils avaient aussi un groupe imprévisible et l’ont bien géré.

Le Sparta a encore un groupe prometteur. La victoire contre le Betis a injecté une nouvelle dose de confiance dans les veines des joueurs et a replacé le club dans la course à l’Europa League du printemps. Cependant, l’Aris a battu les Rangers à domicile, et le dernier match sera donc difficile pour les Spartans.

Mais trois participants aux combats de printemps en Europe, c’est encore bien réel, et c’est le plus important. D’un autre côté, j’imagine que les supporters avertis veulent voir la Ligue des champions revenir en République tchèque. Surtout ceux qui souhaitent voir le Sparta ou le Slavia.

Je comprends tout à fait ces considérations, car en termes d’attractivité et de revenus, c’est un tout autre niveau. J’ai lu il y a quelques jours que Copenhague avait déjà gagné plus de 40 millions d’euros (environ un milliard de couronnes) au cours de la saison actuelle de la Ligue des champions, ce qui est fantastique. Si un club tchèque pouvait atteindre un montant similaire, je suis sûr que les autres participants à la FORTUNA:LIGA en profiteraient également.

Mais le Sparta, par exemple, attend une promotion vers l’élite depuis 2005, ce qui fera 20 ans dans quelque temps. C’est très long. Cependant, je pense qu’à l’heure actuelle, les Rouges et les Slaves sont en bonne voie pour revenir bientôt dans la compétition des millionnaires.

Certains diront que les clubs tchèques n’ont pas le niveau pour jouer en LM, qu’il n’y a pas de place pour eux et que Copenhague est plutôt un cas isolé. Mais je rejette ce point de vue, je ne voudrais pas du tout voir les choses de cette manière. Si le football tchèque veut aller de l’avant, il doit avoir l’ambition de jouer en LM. Nous devons nous préoccuper de ce que la participation à cette compétition nous apportera. Et je voudrais souligner qu’il ne s’agit pas seulement de matches avec des clubs célèbres et d’argent. Il s’agit avant tout pour les joueurs d’acquérir de l’expérience. Et de la promotion du football tchèque en tant que tel. La participation à la Ligue des champions fait entrer l’équipe et les joueurs dans une toute nouvelle dimension.

Durosinmi sur les traces de Muani ?

Nous l’avons vu nous-mêmes avec l’exemple du Slavia, qui a connu une période où il a vendu avec succès des joueurs en Europe et a également réussi à se maintenir dans les coupes face à des rivaux célèbres. Que ce soit en Ligue des champions ou plus tard en Europa League.

C’est peut-être ce qui a manqué au Sparta et à Plzeň ces dernières années. Bien sûr, ils ont vendu Hložek, Hancko ou Čvančara, mais la ligne de transfert d’Eden était plus chaude. Dans le cas du Sparta, nous pouvons discuter de la question de savoir s’ils ont besoin de vendre des joueurs parce qu’ils ont un riche propriétaire. Il est clair qu’il peut se permettre de refuser certaines offres, mais d’un autre côté, un club qui annonce une perte de plusieurs centaines de millions ne fait pas bonne impression de l’extérieur. Les clubs qui affichent un bilan positif font toujours meilleure impression.

Plzeň avait un problème légèrement différent – il n’y avait pas de joueurs qu’il pouvait monétiser. Après l’arrivée de l’entraîneur Koubek, il y en a beaucoup. Nous parlons de Hranac, Dweh, Sulc, Durosinmi et d’autres qui attendent leur chance. Ce sont des jeunes et les matches de coupe les ont poussés encore plus loin et les ont mis en valeur. Par exemple, Durosinmi fait l’objet d’un article en Allemagne en relation avec Francfort comme une affaire conclue, il devrait suivre les traces de Kola Muani qui a rejoint le PSG. D’autres pourraient suivre avec le temps.

Mais l’image du football tchèque en Allemagne n’est pas encore à ce niveau. Je peux dire d’après ma propre expérience que les Allemands ne s’intéressent pas beaucoup à nous. En fait, ils ne s’intéressent à nous que lorsqu’il y a une confrontation directe ou qu’un joueur tchèque arrive en Bundesliga. La dernière fois, le Slavia a fait forte impression ici, lorsqu’il a joué des matches d’égal à égal avec Dortmund. Ils ont eu beaucoup de respect pour cela, mais même cela va s’estomper avec le temps.

Le Sparta augmente la pression sur le Slavia

J’ai l’impression que même les joueurs du championnat tchèque n’attirent pas les clubs allemands. De temps en temps, mes amis me posent des questions sur un joueur, mais la plupart du temps, ils finissent par viser des joueurs d’autres nationalités.

C’est ainsi que j’ai recommandé Patrik Schick à Augsbourg lorsqu’il jouait encore pour Bohemka. J’ai dit aux dirigeants de jeter un coup d’œil sur lui, qu’il y avait quelque chose en lui. Ils n’ont pas voulu. Et nous savons tous ce qu’il en est advenu. Patrik a pris la direction de l’Italie et après cela, il était inaccessible pour un club de la taille d’Augsbourg.

Mais revenons aux chances tchèques en Coupe d’Europe. Ironiquement, le Slavia est aujourd’hui le club le plus proche d’une participation à la Ligue des champions. Si le vainqueur de la Ligue des champions s’assure une participation à la compétition nationale et que les Susians remportent le titre, les chances de promotion directe sont énormes. Il appartiendrait alors au Shakhtar et à Bâle de décider de leur classement dans leurs ligues respectives. Ces deux équipes ont un meilleur coefficient de club en coupe d’Europe que l’équipe de Prague. S’ils ne remportent pas la Ligue des champions dans la compétition nationale et que le Slavia est champion de République tchèque, ils fêteront la promotion directe en phase de groupes la saison prochaine.

Ce serait génial ! Lorsque j’ai appris cette information, j’ai été très surpris. Et je dois dire que je le souhaite pour Slavia. Ils le méritent pour leurs performances en Europe. D’un point de vue objectif, c’est probablement le club qui le mérite le plus parmi le trio de la Coupe de République tchèque, car il a beaucoup œuvré pour le football tchèque et son coefficient ces dernières années.

Mais en second lieu, j’ajouterais que c’est un défi très difficile à relever. Le Sparta a l’air fort, il est probablement encore meilleur que la saison dernière. La pression sera encore plus forte sur le Slavia s’il sait ce qui l’attend. Si je simplifie beaucoup, le Sparta compte sur une nouvelle participation au tour préliminaire en cas de titre, mais les Slaves ont la vision d’une participation directe devant eux. Vous voyez les adversaires, les grands matches, l’argent… Cela vous monte à la tête.

Mais je ne crains pas que cela perturbe les Slaves. Ils ont une équipe expérimentée, avec des entraîneurs, et ils donneront au Sparta un combat loyal.

A lire également