L’espace de Jan Moravek : le test le plus difficile attend Nagelsmann. L’Euro est en Allemagne, mais les Turcs seront aussi chez eux.

Le Championnat d’Europe en Allemagne se rapproche encore un peu plus après le tirage au sort du week-end. Nombreux sont ceux qui l’attendent avec impatience. Beaucoup de fans seront intéressés de voir à quoi ressemblera le tournoi dans un seul pays (la dernière fois que les Championnats d’Europe ont été joués de cette manière, c’était en 2016 en France). Le bon vieux classique sera-t-il de retour ? Plus d’informations dans le nouvel espace Jan Moravek.

J’ai vécu en Allemagne pendant près de 15 ans et j’ose donc décrire ce qui se passe ici sept mois avant le lancement. D’après ce que l’on peut percevoir et entendre, les Euros essaieront de s’appuyer autant que possible sur les Championnats du monde 2006, qui ont été parfaitement organisés. Les Allemands sont très fiers de ce championnat.

D’une manière générale, l’Allemagne dispose de conditions idéales pour accueillir un événement d’une telle ampleur. Il y a d’excellentes liaisons ferroviaires et de grands aéroports à Munich, Francfort et Düsseldorf, qui vient de s’ajouter à la liste des stades hôtes. J’ai lu une interview du directeur de la Deutsche Bahn qui a déclaré que l’objectif était de faire voyager le plus grand nombre de personnes possible en train et que ce championnat serait le plus respectueux de l’environnement de l’histoire. Il y aura un billet spécial à 30 euros pour les supporters et ils pourront prendre un train rapide de Munich à Hambourg.

Les transports publics devraient être totalement gratuits pour les supporters. Néanmoins, je pense que les équipes voudront prendre l’avion si la distance est supérieure à 400 ou 500 kilomètres pour des raisons de récupération. Par exemple, le trajet Augsbourg-Fribourg est d’environ 200 kilomètres à vol d’oiseau, mais les connexions autoroutières ne sont pas bonnes et les trains non plus, alors nous avons pris l’avion. Une heure d’avion contre trois ou quatre heures de train, c’est quand même une différence notable pour les joueurs.

Par rapport à 2006, les stades de Kaiserslautern, Hanovre et Nuremberg n’ont pas été retenus. Pour les supporters tchèques, il est dommage que Nuremberg ait disparu, car la distance en aurait fait une destination idéale. Mais il est clair qu’il n’y avait pas besoin de beaucoup de changements en ce qui concerne les stades. Ils sont tous grands et modernisés.

Il est dommage qu’ils ne jouent pas à Mönchengladbach, par exemple, où ils disposent d’un beau et grand stade pouvant accueillir 60 000 personnes. Leipzig, par exemple, ne peut accueillir que 42 000 personnes. Je pense qu’il a été inscrit sur la liste principalement pour se rendre dans l’est de l’Allemagne. C’est un beau stade moderne, mais je n’ai jamais vraiment aimé y jouer.

Une approche différente dans d’autres régions

Il est intéressant pour les supporters tchèques qui se rendent en Allemagne de voir comment les habitants des différentes régions abordent le football. Si je prends Munich et la région de la Ruhr (Dortmund, Gelsenkirchen) par exemple, il y a une énorme différence. Le Bayern, c’est comme aller au théâtre. L’atmosphère est plus intime, les gens riches viennent voir le Bayern marquer cinq buts et rentrer chez eux.

Dans les régions les plus industrialisées d’Allemagne, les gens n’ont pas autant d’argent, mais ils le consacrent quand même au football. C’est tout pour eux. Sur une note plus légère, les habitants de la Ruhr travaillent pour soutenir leur club. Cela se reflète dans la qualité du soutien. C’est la même chose à Hambourg ou à St Pauli. Les supporters nous lançaient régulièrement des boules de neige pendant l’échauffement.

Lors de la Coupe du monde, le nombre moyen de spectateurs a dépassé les 50 000 et nous pouvons nous attendre à quelque chose de similaire l’année prochaine. Je ne serais pas surpris que nous franchissions à nouveau cette barre. Les Allemands adorent le football. Je suis convaincu à 100 % que le temps s’arrêtera ici dès que le tournoi commencera. Tout disparaîtra. Ce sera l’événement principal.

Tout le monde ne parlera que de football. La culture du football ici est de haut niveau. Il y a des quartiers où des familles entières vont voir les matchs. J’ai moi-même des amis qui se rendent à la chaudière deux heures et demie avant le match, s’assoient et se préparent pour le coup d’envoi. Je m’attends à ce que les Allemands adoptent la même attitude pendant les championnats européens. C’est probablement à Francfort que l’on trouve le plus grand fanatisme à cet égard. La base de supporters y est très forte.

Le triste sujet est la sécurité de tous les supporters qui viennent en Allemagne. Malheureusement, c’est une dure réalité d’aujourd’hui. De temps en temps, je lis que la police a réussi à démasquer des individus qui avaient l’intention de commettre des attentats. J’espère que rien ne se passera pendant le tournoi et que la sécurité sera optimale.

L’équipe allemande n’est pas en forme

Mais il y a beaucoup de travail autour de l’équipe nationale locale. Elle n’est pas en bonne forme. Surtout en termes de résultats. Il doit être d’autant plus agréable qu’elle dispose d’un groupe assez facile à jouer. J’ai trouvé sympathique qu’ils aient choisi des adversaires relativement difficiles, la France et les Pays-Bas, pour le match de mars. En juin, selon Rudi Völler, ils veulent choisir des adversaires plus proches de ceux qu’ils rencontreront dans le groupe.

Mais l’équipe nationale fait l’objet d’un débat quasi quotidien. Qu’il s’agisse de l’entraîneur, de la composition du milieu de terrain (Kimmich et Gündogan peuvent-ils jouer ensemble ?), du numéro un dans les buts (Neuer contre d’autres candidats) ou des mauvaises performances de certains joueurs. Plus récemment, Markus Babbel a dit à Antonio Rüdiger que le joueur du Real Madrid devrait se comporter différemment en équipe nationale. Lorsqu’il jouait à Chelsea, on disait qu’il était bien préparé mentalement, alors qu’il arrive de Madrid le nez en l’air et en jouant à 80 %.

L’atmosphère ici est très forte. Si vous arrêtez les gens dans la rue et que vous leur demandez des nouvelles du représentant, ils sont très sceptiques. L’équipe devra retrouver sa confiance. J’ose dire qu’en ce moment, les Turcs ont plus de soutien ici. Ils sont nombreux à vivre ici. Lors du match préliminaire Allemagne-Turquie, il y a quelques semaines, les Allemands ont été surpris par l’atmosphère dans laquelle s’est déroulé le match, ils avaient presque l’impression de ne pas jouer chez eux. Le soutien aux Turcs est énorme dans tout le pays.

Le sélectionneur national Julian Nagelsmann a également été critiqué. Il expérimente, en transformant par exemple Kai Havertz en milieu gauche. Il a la chance d’avoir Rudi Völler pour le soutenir. Il a littéralement dit qu’il était tout à fait normal, à ce stade de la compétition, que l’Allemagne essaie de faire des essais. Mais si les choses ne fonctionnent pas pour lui à long terme, ou s’il ne passe même pas la phase de groupe, la patience des Allemands s’épuisera et il sera question de son rappel. L’Allemagne est très stricte à ce sujet.

Les joueurs n’ont pas été aidés par un documentaire récemment diffusé sur le déroulement de la Coupe du monde au Qatar, où le personnel a eu accès aux installations de l’équipe nationale. Ils ont été filmés alors que les joueurs étaient en retard aux réunions tactiques et que le sélectionneur Hansi Flick les réprimandait pour cela. Toute l’équipe a été déshabillée et la pression de l’opinion publique s’est encore accrue.

Nagelsmann doit maintenant relever un défi de taille : reconstituer une équipe cohérente qui pratique un football agréable afin de poursuivre sur la lancée de la Coupe du monde au Brésil. C’est un défi dans la mesure où je ne sais pas moi-même à quoi devrait ressembler l’équipe allemande idéale à l’heure actuelle, comment la construire pour qu’elle soit bonne. Il y a beaucoup d’individualités, mais les réconcilier et les combiner en une unité fonctionnelle sera une tâche extrêmement difficile.

A lire également