L’espace Jan Moravek : quand le football est fait intelligemment. Stuttgart s’amuse et l’entraîneur grandit pour le Bayern

Ces derniers temps, il me semble qu’il y a beaucoup de clubs qui ne font pas partie de l’élite dans leurs compétitions, mais qui se maintiennent au sommet. En Liga, c’est Girona, en Ligue 1, c’est Nice, en Premier League, c’est Aston Villa et en Bundesliga, c’est Stuttgart. J’ai écrit davantage sur ce club dans le nouvel épisode de Jan Moravek’s Space.

De tous les clubs mentionnés, c’est Aston Villa qui me plaît le plus, car il a un excellent bilan dans la compétition géante. Quand on regarde leurs statistiques et leurs chiffres, la série d’invincibilité à domicile qu’ils ont eue, c’est quelque chose d’incroyable. Se tenir à côté de City, Arsenal, Chelsea et d’autres, c’est quelque chose d’énorme. L’entraîneur Unai Emery a construit une équipe très intéressante que j’aime regarder.

Ils ont des individualités intéressantes. Moussa Diaby et Leon Bailey ont joué ici en Allemagne, Ollie Watkins et Douglas Luiz sont également excellents. Aston Villa est peut-être surclassé par rapport aux autres clubs mentionnés en termes de budget, mais il doit lui aussi pratiquer le football de manière intelligente. Disposer d’un service de recrutement de premier ordre. Jouer un bon football. Cela ne se crée pas en un claquement de doigts.

Mais tous ces clubs ont un dénominateur commun : un bon entraîneur. Qu’il s’agisse d’Emery à Aston Villa, de Thiago Motta à Bologne, de Sebastian Hoeness à Stuttgart ou de Michel à Gérone. Nice est même dirigé par Farioli, 34 ans.

Cela me ramène à d’anciens épisodes de Space, où j’appelais les clubs tchèques à ne pas avoir peur de donner des opportunités aux jeunes joueurs, et à faire de même avec les entraîneurs. Pour ne pas rester bloqué dans un cercle et recycler les mêmes noms encore et encore.

J’ai maintenant l’occasion de suivre de mes propres yeux le parcours de Sebastian Hoeness à Stuttgart. Il a 41 ans, il a rejoint l’équipe au printemps dernier et il dispose d’un effectif capable de rivaliser avec le Bayern, Leverkusen, Leipzig et Dortmund. Cela me semble être une grande réussite. Stuttgart, en général, a fait du football une source d’inspiration ces dernières années.

La dernière fenêtre de transfert présente une balance de transfert positive, ce qui signifie que les joueurs sont vendus pour plus d’argent qu’ils ne sont achetés. Après Leipzig, Francfort, Dortmund et Fribourg, le VfB a la plus grande différence positive entre l’achat et la vente de joueurs.

La saison dernière, l’équipe du sud-ouest de l’Allemagne était même deuxième dans ce domaine. Quelques exemples : Konstantinos Mavropanos a quitté Arsenal pour 3,2 millions d’euros et est retourné en Angleterre pour 20 millions d’euros. Wataru Endo est arrivé pour 1,7 million et est reparti pour 20 millions également. Sasha Kalajdzic a été acheté pour six millions et est parti à Wolverhampton pour 18 millions. Et il y aura d’autres achats à prix cassés de ce genre. Enzo Millot, par exemple, est aujourd’hui en très bonne position. Il a été recruté par le club pour 1,7 million d’euros et, selon Transfermarkt, sa valeur avoisine désormais les 25 millions d’euros.

C’est ainsi que j’imagine le système idéal pour un club de petite ou moyenne taille. Cependant, je dois également ajouter que Stuttgart dispose d’un contexte idéal pour construire une grande équipe. C’est la capitale de la région du Baden-Württemberg, le troisième plus grand État d’Allemagne avec 11 millions d’habitants. Le stade peut accueillir 60 000 supporters. Des entreprises telles que Mercedes et, plus récemment, Porsche investissent dans le club, qui devait acheter environ 11 % des actions et injecter quelque 100 millions d’euros de capital dans le club.

Hoeness travaille avec une équipe jeune

Pourtant, Stuttgart pratique un football intelligent. Au printemps, le club a donné sa chance au jeune entraîneur Hoeness, qui avait déjà travaillé avec les jeunes du Bayern et de Leipzig. Il a tenté sa première expérience d’entraîneur à Hoffenheim, mais cela n’a pas fonctionné. Cependant, en Allemagne, son nom est célèbre. Son père est un ancien joueur de l’équipe nationale et son oncle dirige le Bayern. À Munich, Sebastian est également responsable de l’équipe B, ce qui n’est pas rien dans un tel club. Auparavant, c’est Erik ten Hag qui s’en occupait.

Mais depuis le mois d’avril, lorsqu’il a pris en charge Stuttgart, il fait des choses incroyables avec l’équipe. C’est l’une des raisons pour lesquelles son oncle a déjà déclaré qu’il était en train de devenir un entraîneur pour le Bayern et qu’il pouvait imaginer que l’occasion se présenterait à l’avenir. Le Bayern a certes trébuché en championnat, s’inclinant 0-3 à l’Allianz Arena, mais il a battu Dortmund à deux reprises à l’automne, a fait match nul avec Leverkusen et se trouve toujours dans le top 5.

Je ne dirais pas qu’ils sont au niveau du Bayer et qu’ils peuvent défier Munich pour le titre, mais j’ai le sentiment qu’ils ont fait du chemin et que le processus en cours au sein du club est perceptible. Il sera difficile pour eux de maintenir ces performances au printemps, surtout avec l’absence d’environ cinq joueurs pour le Tournoi africain des nations et la Coupe d’Asie en janvier. Malgré cela, Stuttgart est en avance sur son calendrier. Après tout, ils ont passé la saison 2019/20 en deuxième division et se sont sauvés lors du barrage de la saison dernière contre Hambourg. Aujourd’hui, ils poursuivent des équipes en tête de la Bundesliga. Cela mérite des applaudissements.

Hoeness travaille avec une équipe jeune. La moyenne d’âge est d’environ 24 ans. Si je regarde le championnat tchèque, 14 des 16 clubs de FORTUNA:LIGA ont des joueurs plus âgés : Bohemians de quatre ans et demi, Slovácko de quatre ans, Plzeň de trois ans, Zlín de deux ans…

Il y a aussi des clubs qui ne subissent pas de pression supplémentaire. Ils ont la possibilité de travailler de manière conceptuelle. Éduquer les joueurs. Mais ils ne le font pas. C’est comme si nous n’avions pas encore compris que c’était la bonne méthode. On ne peut pas avoir l’équipe la plus expérimentée du championnat et prendre des points le week-end. Je maintiens que le football tchèque risque d’en payer le prix à l’avenir et que la concurrence s’en éloignera encore plus.

L’affaire Guirassa servira de leçon

Mais tout n’est pas idéal à Stuttgart. En témoigne la situation de Serhou Guirassy, qui fait aujourd’hui couler beaucoup d’encre en Allemagne. Il est en forme, a pris du galon et a l’âge idéal pour demander un transfert intéressant. Cependant, le club a inséré une clause de rachat dans son contrat, qui ne s’élève qu’à 17 millions d’euros.

C’est d’ailleurs pour cette raison que la direction est venue le voir et lui a proposé un bonus s’il signe un nouveau contrat avec le club et que la clause est supprimée. Tout le monde sait très bien que sa valeur sur le marché est de l’ordre de 60 à 70 millions d’euros, mais Guirassy a refusé. Cela aurait pu être un nouveau coup dur pour le département sportif, car il est arrivé au club pour neuf millions d’euros. Mais c’est aussi ce qu’est la gestion d’un club prospère.

De plus, il n’est pas toujours possible d’obtenir un joueur intéressant sans devoir garantir quelque chose de ce genre dans son contrat. Je pense toutefois que les dirigeants de Stuttgart apprendront de cet exemple. Ils font vraiment du football de telle manière qu’ils peuvent être un exemple pour les autres.

A lire également