L’Europe du football résiste à la vague de violence. Les ligues se sont arrêtées, même les supporters à l’extérieur sont victimes.

Des supporters poignardés, un entraîneur au visage ensanglanté et un arbitre frappé au visage. Il ne s’agit pas d’un film d’action, ni d’un récit issu des rangs du football amateur. C’est la réalité des ligues d’élite européennes. Une vague de violence qui a pris d’assaut des matches et des ligues entières déferle sur l’Europe. De la France à la Belgique en passant par la Grèce et la Turquie.

La Turquie a été le dernier pays touché par cette vague lundi soir. Une scène choquante s’est déroulée dans sa capitale après le coup de sifflet final du match nul 1-1 entre Ankaragücü et Rizespor. L’égalisation de dernière minute des visiteurs (90+7) a donné lieu à une attaque physique contre l’arbitre principal Halil Umut Meler. Le président du club local lui a donné un coup de poing au visage et les dirigeants locaux lui ont encore donné des coups de pied après qu’il soit tombé au sol. Les manifestations d’extrême violence ont incité la Fédération turque de football à prendre la décision de suspendre toutes les compétitions jusqu’à nouvel ordre.

« Ceux qui l’ont attaqué ne s’en prenaient pas seulement à l’arbitre, mais à tous les acteurs du football turc. C’est notre honte ! Nous la faisons connaître dans le monde entier. Trop c’est trop ! Le football turc ne mérite pas cela. Tous ceux qui ont critiqué l’arbitre sont complices. Les présidents de club, les dirigeants, les entraîneurs, les joueurs, tout le monde. Les arbitres sont humains, ils peuvent faire des erreurs. Mais on ne peut pas les frapper avec les poings et les pieds », a tonné Mehmet Buyukeksi, le président de la Fédération turque de football, ajoutant qu’il prendrait les mesures nécessaires et préparerait les sanctions les plus lourdes pour que les événements ne se répètent pas. Le club d’Ankaragücü devrait recevoir la sanction maximale et pourrait également être expulsé de la compétition.

Les événements en Turquie se sont produits le jour même où l’on apprenait à Athènes que tous les matches de la première division grecque se joueraient à huis clos jusqu’au 12 février.

VBC Foot News apporte des perspectives différentes dans des pays où la violence lors d’événements sportifs est devenue presque banale.

La corruption et l’impuissance des Grecs

L’interruption des grandes compétitions de football n’est pas inhabituelle dans le sud-est de l’Europe. Ces dernières années, elles se sont produites non seulement en Grèce, mais aussi à Chypre. Il y a trois ans, la fédération chypriote a reporté tous les matches de championnat après que l’arbitre Andreas Konstantinou a été la cible d’un attentat à la bombe.

La dernière décision grecque de fermer les tribunes est intervenue quelques jours après qu’un policier grec a été blessé par un pétard lors d’un affrontement entre hooligans au Pirée. Ironie du sort, il ne s’agissait pas de football, mais d’un affrontement entre hooligans. d’un match de volley-ball masculin entre les grands rivaux Olympiakos Le Pirée et Panathianikos Athènes.

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a également réagi sur les médias sociaux et a assuré à tous qu’il allait « poursuivre la lutte du gouvernement contre la violence dans le sport » ainsi que « contre tous ceux qui l’incitent ou la tolèrent ».

La Grèce est l’un des pays les plus touchés à cet égard. L’année dernière, le gouvernement a même augmenté la peine de prison maximale pour les auteurs de violence dans les stades, la faisant passer de six mois à cinq ans. Cependant, le nombre d’incidents n’a toujours pas diminué. Outre les affrontements violents, les arbitres sont également confrontés à des menaces de mort qui leur parviennent régulièrement.

Sur le terrain de football, la dernière interruption d’un match de première division entre Volos et Olympiakos remonte à début décembre. Le match s’est arrêté pendant près d’une heure avant qu’un affrontement entre des hooligans et la police ne soit stoppé. Les joueurs ont été contraints de quitter le terrain dans un nuage de gaz lacrymogène. L’Olympiakos insiste cependant sur le fait qu’il a été lésé par les arbitres. Il a donc accusé le football grec d’être dirigé par une organisation criminelle.

Ce n’était pas la première fois que la direction de l’Olympiakos accusait le syndicat de la même manière. En avril, lors d’un derby avec l’AEK Athènes dans le cadre des play-offs de la Super League grecque, des dizaines de supporters locaux ont pris d’assaut le terrain après le coup de sifflet final et l’ont jonché de bombes fumigènes et de sièges arrachés. La police a dû intervenir et les joueurs et officiels de l’AEK ont regagné les vestiaires sous la protection des stadiers.

Avant cela, le président de l’Olympiakos, Evangelos Marinakis, qui jusqu’à mardi était ironiquement aussi le patron de la plus haute compétition grecque, a réussi à attaquer verbalement l’arbitre sur le terrain et a publié une déclaration enflammée après le match : « Les tricheurs et les escrocs ont montré qu’ils n’avaient pas de scrupules. Ils ont sifflé un penalty alors qu’il n’y avait pas de contact sans regarder la vidéo. De plus, il y a eu une faute évidente avant le but de l’AEK. Toute la Grèce est dégoûtée. Cette équipe de tricheurs est en train de tuer notre football ».

La mort en Ligue des champions

Le problème de la violence dans le football grec a pris des proportions internationales en août lorsqu’un jeune Grec est décédé à la suite d’affrontements entre les supporters de l’AEK et ceux du Dinamo Zagreb. Il s’agissait d’un prélude à un match de qualification pour la Ligue des champions, qui a finalement été reporté en raison de ce tragique incident.

« Je pense qu’il est très important que l’UEFA joue un rôle plus actif dans les affaires du football grec, même si chaque fédération est indépendante », a déclaré à l’époque Giannis Alafouzos, l’influent homme d’affaires qui dirige le Panathinaikos Athènes depuis 2012.

Mais même lui n’a pas hésité à parler de l’environnement corrompu. « Il y a de la corruption et la fédération n’a rien fait pendant des années. Si personne ne s’en occupe, les problèmes ne pourront pas être résolus », a-t-il déclaré. Outre la violence dans les tribunes, il a déclaré que la Grèce était détruite par les enquêtes sur les matchs présumés truqués, les attaques contre les arbitres et les officiels au cours des dernières années et les tentatives d’influence au sein de la Fédération hellénique de football.

Un supporter poignardé et un entraîneur défiguré

La situation n’est pas plus rose de l’autre côté du continent. A quelques mois du début des Jeux Olympiques, la France est confrontée à une vague de violence autour des stades de football.

Fin octobre, l’entraîneur de l’Olympique lyonnais, Fabio Grosso, a été blessé à mort par des hooligans marseillais qui ont jeté des pierres sur le bus de l’équipe. Le match n’a même pas commencé à cause de cela et a été reporté.

« Nous ne devons pas attendre que quelque chose de pire se produise. Des décisions importantes doivent être prises. « Je vais mieux, ça va aller, mais nous devons renforcer les mesures de sécurité pour que tout le monde se sente en sécurité », a insisté l’Italien lors de sa première conférence de presse après sa convalescence, l’œil gauche encore gonflé et plusieurs points de suture sur la lacération cachée par une casquette qu’il s’était enfoncée profondément dans le front.

L’avertissement n’a cependant pas été entendu. L’incident de Marseille n’était qu’un prélude à une situation encore plus grave avant le match Nantes-Nice, lorsqu’un supporter de l’équipe locale a été poignardé par des supporters de l’équipe adverse et est mort sur le coup.

Interdiction pour les supporters extérieurs

Le ministère français de l’Intérieur a ensuite décidé d’interdire aux supporters étrangers d’assister aux matches nationaux et internationaux. Cette décision a également touché les supporters du FC Séville qui allaient soutenir leur équipe pour le match de Ligue des champions de mardi à Lens.

« Après tout, il n’y a aucune logique à interdire à trois cents supporters d’aller soutenir leur équipe. Une telle réaction est tout simplement inacceptable », s’est plaint le président de Séville, José Castro, devant les journalistes. Il a donné un exemple clair de la façon dont le hooliganisme affecte les supporters qui ne sont pas à blâmer.

Il a également reçu le soutien de l’équipe locale. « Je regrette cette décision, même si l’information m’est parvenue tardivement. a déclaré l’entraîneur du Racing Lens, Franck Haise. « Comment allons-nous gérer les Jeux Olympiques si nous refusons de recevoir 300 supporters de Séville sur le sol français ? C’est un gros problème », a-t-il ajouté.

Le football belge n’est pas étranger à la décision de ne pas autoriser les supporters à entrer dans les tribunes. Les matches entre Anderlecht Bruxelles et le Standard de Liège se dérouleront sans supporters jusqu’à la fin de la saison 2024/25 après de nombreux incidents au cours des derniers mois. L’annonce a été faite dans un communiqué commun le lundi 11 décembre par les deux principaux clubs belges, qui font régulièrement l’objet de sanctions de la part de la fédération locale RBFA. « Ce qui aurait dû être l’un des moments forts du football belge s’est souvent révélé être une déception pour tout le monde ces dernières années. Au cours des six dernières années, le Clasico belge a été suspendu quatre fois et n’a pas été joué deux fois », peut-on lire dans l’explication.

Quelle est l’ampleur de la violence causée par le hooliganisme dans le football ?

C’est le titre d’une étude scientifique publiée en septembre dans le Journal of Public Economics. Les auteurs ont analysé les trois principales ligues de football en Allemagne entre 2011 et 2015 afin de déterminer l’impact de la violence dans le football sur la société.

Ils concluent avec des chiffres qui expriment que les crimes violents augmentent de 17% les jours de match, et quand il s’agit de derbys, le chiffre monte à 63%. Il y a aussi des coûts financiers associés, qui s’élèvent à environ 58 millions d’euros par an. La plupart des incidents impliquent des hommes âgés de 18 à 39 ans. Les attaques violentes contre les policiers ont également augmenté de 91 % et les attaques contre les gardiens de la paix lors des matches de football représentent 21 % de l’ensemble des incidents.

Mais quelle est la cause de cette agression ? Les auteurs de l’étude concluent que ce ne sont pas les conditions sociales ou les problèmes domestiques qui sont à l’origine de la frustration qui se manifeste par la violence. La défaite de l’équipe favorite n’est pas non plus nécessairement à l’origine de l’agression. La foule est le facteur clé, selon les auteurs. Une tribune de football peut donner à certains individus un sentiment d’intrépidité et provoquer un instinct de « défense de leur territoire » lorsqu’un groupe rival vient en ville pour un match de football.

Quelles que soient les raisons, il est clair que le football a un gros problème dans certaines régions d’Europe et que l’on ne s’attaque qu’aux conséquences sans vraiment comprendre les causes. Il faudra beaucoup de temps pour que le football redevienne ce qu’il est censé être – un plaisir – dans les pays concernés.

A lire également