Limberský sur Staňek et son avenir : « Je prie pour qu’il n’aille pas au Slavia. J’ai un grand défi à relever

Dans le monde du football, c’est un homme qui aime la vie et qui sait en profiter. Rien n’y fait, mais les 12 derniers mois ont vu David Limbersky (40 ans) passer à autre chose. Une blessure compliquée l’a tenu éloigné des terrains, il a subi trois interventions chirurgicales et se prépare lentement à un grand changement. « Je suis confronté à un nouveau défi dans ma vie, c’est un travail en cours, nous verrons en janvier », déclare Limberský, qui était ravi de « son » Pilsen à l’automne.

L’année 2023 s’achève et, d’un point de vue footballistique, elle n’a pas été tendre avec vous. Comment s’est déroulée cette année ?

« Je n’ai pas joué au football depuis février. J’ai dû subir une opération qui ne s’est pas très bien passée et j’ai dû être réopéré deux fois. J’ai eu de la fièvre pendant un mois et je dois dire que c’est probablement la pire période de ma vie. À ce moment-là, on réévalue beaucoup de choses. Petit à petit, j’ai commencé à marcher, maintenant je peux faire du jogging dans les bois, jouer au tennis en double, mais mon genou n’est plus bon pour le football ».

Avez-vous apprécié au moins Domažlice, où vous êtes joueur, et Viktorka Plzeň, qui est toujours dans votre cœur ?

« Domažlice a remporté son groupe de troisième ligue en été, puis n’a pas réussi à faire le barrage avec Žižkov. Même cette saison, ils sont en haut, à quelques points de la première place, donc le printemps en vaudra la peine. Jiskra a un propriétaire fort, ils méritent vraiment d’avoir une équipe qui joue à nouveau au sommet. Et Viktorka Plzen ? Il faut leur tirer un grand coup de chapeau pour la façon dont ils ont joué en Europe. Troisième du championnat national, c’est très bien aussi. Ce sera toujours un succès pour Viktorka ».

Pensiez-vous que l’entraîneur Koubek connaîtrait un tel succès ? Après son engagement, nombreux étaient ceux qui doutaient que Plzeň fasse le bon choix…

« J’avoue que j’étais moitié-moitié. Je savais qu’il était un grand stratège. Je me demandais s’il aurait l’énergie nécessaire pour faire tout ce qu’il allait faire. Et il l’a vraiment en lui. Nous savons tous qu’il peut très bien préparer une équipe. Quand je dis cela, c’est à un âge avancé qu’il a le plus d’impact. C’est incroyable de voir comment il a préparé le Viktoria pour la Coupe d’Europe. Oui, il a fait le championnat avec nous, mais là, c’est l’explosion. Nous nous appelons et nous nous écrivons. Je pense qu’il est également heureux qu’on parle de lui de manière aussi positive et que l’équipe se porte bien.

Son nom a même été évoqué en relation avec l’équipe nationale. Qu’en pensez-vous ?

« Ce serait un autre niveau, un véritable défi. Il devrait beaucoup voler. Je ne suis pas sûr que ce soit l’idéal pour lui. Mais je suis convaincu d’une chose. En ce qui concerne la stratégie et la préparation de l’équipe pour les matches, il le ferait à 100 % et avec brio. Donc s’il a reçu l’offre et qu’il se sentait prêt à le faire, pourquoi pas ».

Contrairement à votre époque, Plzen a disputé de nombreux matches avec une défense très jeune. Des joueurs comme Dweh ou Hranac demandent-ils de l’attention ?

« Exactement, sous notre ère, nous avions l’une des plus vieilles défenses. Les nouveaux propriétaires ont leur stratégie, ils misent sur de jeunes joueurs que le club peut ensuite envoyer en Europe s’ils sont performants. Le Viktoria montre ces joueurs dans les coupes, ils ont plus d’expérience. Je pense que Plzeň a trouvé un système qui fonctionne ».

Il y a beaucoup de spéculations sur le fait que Jindřich Staněk va quitter Plzeň pour le rival Slavia. Avez-vous été surpris que personne à l’étranger n’ait cherché à le recruter ?

« Il m’est très difficile de répondre à cette question. C’est une question délicate. Je prie pour qu’il n’aille pas à Slavia. Mais c’est à lui de décider. Mon ami continuera à le faire s’il y va. Je comprends qu’il ait 28 ans et qu’il veuille passer à autre chose. Quand cela arrivera, ce sera un jour noir pour moi. Il doit penser à lui. Lorsqu’il aura quarante ans et que les factures arriveront, personne ne lui demandera d’où vient l’offre et ce qu’il aurait pu faire, où il aurait pu gagner plus d’argent ».

Mais en ce qui concerne les gardiens de but, Pilsen finira bien par s’occuper de la rémunération, n’est-ce pas ?

 » Il a un jeune Baier, il peut tirer Jedlička de la liste des invités. C’est vrai que Plzeň a des places à prendre ici. « 

Pavel Šulc a brillé au milieu de terrain pour une fois. Ne demande-t-il pas lui aussi à être transféré ?

« Il faisait déjà de bonnes performances à Jablonec et maintenant tout se passe bien à Plzeň. Il a de bons chiffres, il joue dans la forme de sa vie. Il a peut-être pris son quatrième souffle, je l’ai beaucoup aimé. Il ne joue pas au football alibi ».

Le départ de l’attaquant Durosinmi est quasiment acté. Dans son cas, je ne pense pas qu’il soit possible d’empêcher le transfert…

« C’est là que c’est le plus proche. Son départ pour Francfort est en train d’être finalisé. Pilsen l’a acheté à Karviná et peut maintenant le vendre dix fois plus cher dans un an, ce qui est très bien. »

Plusieurs noms ont été cités, mais qui vous a le plus impressionné à l’automne ?

« J’aime beaucoup Lukas Kalvach au poste de numéro six. Pilsen et ses joueurs ont fait parler d’eux dans l’ensemble. Il n’est pas facile de gagner deux fois contre Zagreb, par exemple.

Juste derrière Plzeň se trouve Slovácko. Vous y êtes allé avec Milan Petržela pour fêter sa 500e titularisation dans la compétition reine. Comment cela s’est-il passé ?

« Milan est mon ami de toujours. Chaque hiver, j’avais l’habitude de lui rendre visite pour la tuerie, mais ce fut un événement complètement différent. Nous avons passé deux jours à rire. Nous sommes allés dans les discothèques et partout le DJ devait le présenter. »

Vous n’avez pas non plus manqué le club Belmondo à Olomouc. N’aviez-vous pas peur que quelqu’un vous prenne en photo et que les tabloïds mettent la main sur vous ?

« Non, non. La saison de Milan était terminée et ma carrière aussi. Nous avons pris des photos avec les gens présents, nous avons même fait une vidéo. Je pense que l’action malheureuse de l’équipe nationale a beaucoup aidé le club. Il y avait beaucoup de monde.

Que pensez-vous du projet de Milan Petržela de disputer 555 matches dans la plus haute compétition ?

« Si sa santé tient le coup, pourquoi pas. Il est vraiment irréel. Mais j’ai placé la barre beaucoup plus haut pour lui ».

Vraiment ? Combien de temps devrait-il jouer alors ?

« J’aimerais qu’il joue jusqu’au numéro 594, parce que j’ai 406 matches, ce qui nous ferait un total de 1 000. Je sais que c’est un très gros chiffre… Nous verrons comment cela se passera.

Nous avons déjà parlé de Domažlice, mais prévoient-ils des renforts en provenance de Plzeň en vue de leur prochain assaut sur la deuxième division ? Vous avez déjà quelques anciens victoriens…

« Nous verrons bien. Quelque chose se prépare. Nous avons un bon groupe, mais Pavel Horváth aimerait bien avoir des renforts. »

Et vous, qu’en sera-t-il pour 2024 ?

« J’ai probablement un grand défi à relever. Pour l’instant, tout est en cours, nous discutons avec le propriétaire du club. Nous verrons ce qui se passera en janvier ».

A lire également