Lopes n’a pas plié sous la pression de Monaco. Lyon n’est plus dernier après un jeu de jokers éclair

Lopes ne plie pas sous la pression de Monaco. Lyon n’est plus dernier après une partie de jokers éclair

Monaco s’est incliné 0-1 à domicile face à Lyon lors de la 17e journée de Ligue 1. Bien que la dernière équipe de la compétition soit entrée activement dans le match, elle a eu recours à une tactique purement défensive et n’a été empêchée de marquer que par la bonne performance du gardien Anthony Lopes. L’action rapide à la 85e minute a été d’autant plus surprenante qu’elle s’est terminée par l’intervention de Jeffins, dont le but a été mené par l’interaction de deux autres remplaçants. Les Gones remontent à la 16e place du classement incomplet.

L’entraîneur intérimaire des visiteurs, Pierre Sage, a aligné une équipe identique à celle qu’il avait utilisée contre Toulouse il y a moins d’une semaine, et cela s’est vu dans le jeu de Lyon. Le jeune Ernest Nuamah faisait office de bouffée d’oxygène, mais à la 14e minute, il ne parvenait pas à se dégager d’une position de hors-jeu à un moment crucial, ce qui le privait de sa joie de marquer. Sous le maillot monégasque, Folarin Balogun a été l’homme le plus dangereux du premier acte, mais l’expérimenté gardien portugais est sorti vainqueur à chaque fois de ses deux duels avec Lopes.

Il montrait ensuite la souplesse de son corps de 33 ans à la 41e minute lorsqu’il devait s’étirer jusqu’au poteau droit pour repousser une tentative astucieuse de Maghnes Akliouche. Même en première mi-temps, le jeu se déroulait principalement autour de la surface de réparation lyonnaise, ce qui n’a pas changé après le changement de camp, bien au contraire. Les milieux centraux monégasques ont également montré leur appétit offensif, d’abord lorsque Mohamed Camara a sonné le poteau droit depuis l’entrée de la surface, puis quelques instants plus tard lorsque Youssouf Fofana a terminé sa course dangereusement.

Lopes pouvait pousser un soupir de soulagement lorsque le capitaine des Rouge et Blanc plaçait une tête à côté d’une position idéale, mais à la 68e minute, il était à nouveau contraint d’intervenir dans un nouveau duel avec Balogun. L’Olympique se résignait à essayer de marquer un but et se concentrait sur le maintien du score. Knížata a succombé à cette impression et en a payé le prix à la 85e minute. Une contre-attaque fulgurante menée par un trio de remplaçants était conclue sans compromis par Jeffinho.

Tableau de la Ligue 1

A lire également