NHL 32-in-32 | Colorado Avalanche : Une attaque rénovée de retour sur le trône ?

La nouvelle saison de NHL est à nouveau à nos portes, et chez SportAmerica, nous ne la laissons pas passer inaperçue ! Mardi 10 octobre, les Nashville Predators et le Tampa Bay Lightning ouvrent le bal en Floride à 23h30, heure néerlandaise. Au cours des 32 jours suivants, nous mettons toutes les équipes à rude épreuve et nous terminons, bien sûr, par le champion en titre, les Vegas Golden Knights. Aujourd’hui, dans le 32-en-32, nous couvrons le champion de 2022 qui veut reprendre le trône en 2024 : L’Avalanche du Colorado.

2022-2023 : LA MALCHANCE

Le champion 2022 a entamé la saison 2022-2023 comme l’un des principaux favoris. Pourtant, le Colorado Avalanche n’a pas l’intention de faire un back-to-back. Loin s’en faut. Dès le premier tour des playoffs, Nathan MacKinnon et ses hommes ont trouvé leur Waterloo. Les Kraken de Seattle ont créé la surprise en battant le tenant du titre KO en sept matchs. A première vue, il s’agit d’un grand miracle du hockey, mais si l’on prend un peu de recul, c’est en fait un petit miracle que l’Avalanche ait pu se qualifier pour la post-saison.

L’entraîneur Jared Bednar a dû utiliser jusqu’à 43 joueurs la saison dernière. Les joueurs réguliers se sont retrouvés les uns après les autres sur la touche, le capitaine Gabriel Landeskog en étant la plus grande victime. Le 26 juin 2022, le Suédois a accompli son dernier acte provisoire pour l’Avalanche. Il a accepté la Coupe Stanley ce jour-là.

Il a ensuite reçu une aide au genou et va déjà manquer sa deuxième saison consécutive. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de joueurs blessés dans l’équipe l’année dernière. Par exemple, sur le redoutable monstre à trois MacKinnon, Landeskog et Rantanen, seul ce dernier a joué tous les matches. Parmi les claqueurs de cette équipe, le Finlandais a été une exception majeure.

LES CLAQUEURS TIRENT LA CHARRETTE

Malgré tous les problèmes de personnel, l’Avalanche a remporté la division centrale pour la troisième année consécutive. Avec Nathan MacKinnon (42G, 69A) et Mikko Rantanen (55G, 50A) en renfort, le Colorado n’a fait qu’une bouchée des Stars. MacKinnon a dû manquer 11 matches, mais il a réalisé « la meilleure saison de sa carrière ». À plusieurs reprises, il avait déjà frôlé la barre des 100 points, mais la saison 2022-2023 a enfin vu la superstar des Avs, couronnant en quelque sorte la prolongation de contrat qu’il a signée en septembre 2022.

Des années importantes s’annoncent pour Mikko Rantanen. Le Finlandais de 26 ans entame sa neuvième saison à Denver, a déjà réalisé quatre fois une saison de plus de 30 buts et a même franchi la barre des 55 buts la saison dernière. En l’absence de nombreux joueurs clés, Rantanen s’est montré à la hauteur lorsque l’équipe avait désespérément besoin de lui. Son contrat court encore pour deux saisons et le Finlandais peut déjà ajouter 9 millions de dollars par an à son compte en banque. Pour Rantanen, les meilleures années sont encore à venir et une augmentation de salaire est donc évidente. Cependant, ce sera un véritable casse-tête pour la direction de l’équipe de gérer cela dans le cadre du plafond salarial.

TOUR D’INTRODUCTION

Au moment où Rantanen et MacKinnon sont entrés dans le vestiaire pour le début du camp d’entraînement le mois dernier, ils ont dû se demander s’ils étaient dans le bon club. Après tout, il y a pas mal de nouveaux visages dans ce vestiaire, car après les départs de J.T. Compher, Alex Newhook, Evan Rodrigues, Lars Eller, Matt Nieto et Denis Malgin, entre autres, il y avait beaucoup de rénovation à faire. Cela semble un peu ironique, mais la blessure de longue durée de Landeskog s’est avérée utile dans ce contexte. Le capitaine suédois a été placé sur LTIR et les Avs ont eu 7 millions de dollars de plus pour jouer.

Le manager général Chris MacFarland a comblé tous les trous. Et bien comblé, si l’on peut dire. Miles Wood et Tomas Tatar ont été récupérés des Devils, Ross Colton a été transféré du Lightning et Ryan Johansen a quitté Nashville pour Denver. En outre, Jonathan Drouin a également signé un contrat avec l’Avalanche. Une option intéressante, car l’ancien joueur de Montréal et de Tampa Bay formait un duo ridiculement bon avec Nathan MacKinnon. Bednar espère que l’alchimie est toujours là et il y a de fortes chances que Drouin rejoigne son pote sur la première ligne.

À l’aune de ce qui précède, on peut dire que le Colorado s’est amélioré. Bien sûr, la question de savoir comment ce puzzle s’emboîte et si tout le monde fonctionnera à son meilleur niveau est discutable. Sur ce dernier point, Valeri Nichushkin mérite une attention particulière. Avec 47 points en 53 matches, le Russe s’est bien comporté pendant la saison régulière, mais ses playoffs se sont terminés en queue de poisson. Nous ne connaissons pas encore le comment et le quoi, mais Nichushkin aura du mal à mettre cet incident de côté.

LE LUXE SUR LA LIGNE BLEUE

A la ligne bleue, tout le monde devra également s’habituer à l’absence d’Erik Johnson, dont le gabarit avoisine le mètre quatre-vingt-deux. Le vétéran de 35 ans espère faire à Buffalo ce qu’il a si bien fait à Denver ces dernières années. Les jeunes défenseurs comme Cale Makar et Bowen Byram ont sans doute beaucoup appris de ce mentor, mais l’Avalanche doit maintenant avancer sans Johnson. Il reste cependant suffisamment de qualité pour parler d’une excellente défense.

Il ne fait aucun doute que Cale Makar fait partie des stars absolues de la NHL d’aujourd’hui. Le Canadien de 24 ans a déjà un Trophée Calder, un Trophée Norris et, bien sûr, une Coupe Stanley à son palmarès. Avec Devon Toews, âgé de quatre ans, Makar formera la très impressionnante première paire défensive. Pour Cale Makar, il faut espérer qu’il passera un peu moins de temps dans l’aire de jeu. La saison dernière, il n’a en effet disputé que 60 matches.

Bowen Byram a deux ans de moins que Makar et est également un défenseur très talentueux. Malheureusement, nous n’avons pas encore pu l’apprécier suffisamment, car Byram n’a pas encore réussi à s’affranchir du diable de la malchance. La saison dernière, pour la première fois de sa carrière, il a atteint les deux chiffres en termes de nombre de buts. En termes de réussites (82), Byram n’a pas non plus démérité. Samuel Girard, un joueur plus défensif, accompagnera Byram au sein de la deuxième paire. Les trentenaires Jack Johnson et Josh Manson devraient compléter la défense.

UNE BONNE PAIRE

Sous la barre transversale, le coach Bednar dispose d’un beau tandem. Potentiellement, en tout cas. Alexandar Georgiev entame sa deuxième saison à Mile High City. Le Russe d’origine bulgare a enregistré un très acceptable .918 sv% et 2,53 GAA lors de sa première année. Le fait qu’il ait été à peine au-dessus ou en dessous de ces chiffres en séries éliminatoires est impressionnant, car Georgiev a dû assurer la grande majorité des matchs.

Aux Rangers, son maximum était de 34 matchs en 2019-2020. L’année dernière, il a presque doublé, mais c’était aussi principalement en raison de la blessure de Pavel Francouz. Le Tchèque de 33 ans devrait être de nouveau en forme, ce qui permettra à Georgiev de se reposer un peu plus. Francouz a été une force précieuse pour l’Avalanche pendant des années. Ses 2,49 GAA et .919 sv% en quatre saisons en disent long à ce sujet.

PRÉVISIONS 2023-2024 : DUEL DE STARS

En 2022, l’Avalanche remporte la Coupe Stanley à l’arraché. Pratiquement tout ce qui se trouvait devant eux a été piétiné sans relâche et sans pitié. Bien que le capitaine Gabriel Landeskog ne figure pas sur la liste actuelle, l’Avalanche s’est peut-être améliorée en largeur. Les trois premières lignes d’attaque débordent de qualité et la défense n’a pas à rougir non plus.

Les entraîneurs disent souvent que les bons joueurs peuvent toujours jouer ensemble, alors il sera intéressant de voir s’il y a effectivement une chimie entre MacKinnon et Drouin. Les compétiteurs espèrent que non, car en 2012-2013, les deux ont combiné 180 points en moins de 50 matchs dans la LHJMQ pour le compte des Mooseheads de Halifax. Drouin a récolté à lui seul 105 points cette saison-là. On espère pour lui qu’une nouvelle connaissance avec MacKinnon relancera sa carrière.

Il ne fait aucun doute que l’Avalanche se qualifiera pour les playoffs sans trop de difficultés. C’est à partir de là que les choses deviennent vraiment intéressantes, car les adversaires devront alors faire face à une équipe de qualité qui a envie de se venger. Une combinaison qui met généralement la vie en danger. Une rencontre avec les Stars semble presque inévitable et le vainqueur de ce match au meilleur des sept manches pourrait bien s’adjuger le titre de vainqueur de la Conférence Ouest. À tout le moins.

A lire également