NHL 32-in-32 | Los Angeles Kings : Les Kings s’inclinent

La nouvelle saison de NHL est à nouveau à nos portes, et chez SportAmerica, nous ne la laissons pas passer inaperçue ! Le mardi 10 octobre, les Nashville Predators et les Tampa Bay Lightning ouvrent le bal en Floride à 23h30, heure néerlandaise. Au cours des 32 jours suivants, nous mettrons toutes les équipes à rude épreuve pour terminer, bien sûr, avec le champion en titre, les Vegas Golden Knights. Aujourd’hui, la franchise qui, avec le recrutement d’une nouvelle superstar dix ans après avoir remporté la dernière Coupe, est revenue sur le devant de la scène : les Los Angeles Kings.

2022 – 2023 : MALGRÉ UNE SORTIE PRÉMATURÉE SECRÈTEMENT TRÈS BONNE

À Los Angeles et dans ses environs, il faut voir et être vu. Les gens n’ont pas peur des feux de la rampe, mais les Kings sont une exception. Pratiquement toute la saison, le Pacifique n’a parlé que des Golden Knights, des prouesses de McDavid et des surprenants Kraken de Seattle. Et ce, alors que les Kings ont réalisé d’incroyables performances sous le radar et n’ont vu leur chance de remporter le titre de la division s’envoler en fumée que dans les dernières semaines.

Le manager général Rob Blake a composé une belle symphonie ces dernières années. Les anciens Anze Kopitar (28G, 74 points) et Drew Doughty (43 passes) ont joué un rôle important, mais la jeune génération frappe fort à la porte. Adrian Kempe a été le meilleur tireur avec 41 buts et Kevin Fiala (23G, 49A) s’est avéré être une cible de choix.

La défense a été un peu décevante, mais l’arrivée de Joonas Korpisalo a permis de remédier à ce problème. Mais il ne faut pas non plus oublier Pheonix Copley. Ce trentenaire relativement inconnu a remporté 24 matches pour les Kings.

Au premier tour de la post-saison, l’affrontement avec les Oilers d’Edmonton, rivaux de division, se profile à l’horizon. L’équipe de l’entraîneur Jay Woodcroft était l’une des meilleures équipes de la LNH depuis la date limite des échanges au début du mois de mars et a continué sur sa lancée au premier tour (4-2). La pilule a été plutôt amère pour les fans de Los Angeles, mais dans presque toutes les catégories, les Kings ont fait un pas en avant décent. Ils sont donc très confiants pour l’avenir.

ATTAQUE : PIERRE-LUC DUBOIS EN VILLE

Pierre-Luc Dubois n’a que 25 ans mais il entame déjà sa troisième aventure dans la LNH. Il voulait quitter Columbus, en avait vu à Winnipeg et rêvait d’une carrière à Montréal. Ce dernier ne se réalisera pas pour l’instant. Le talentueux centre québécois jouera ses matchs dans le noir argenté des Kings de Los Angeles pendant les huit prochaines saisons pour un salaire annuel moyen de 8,5 millions de dollars. Le directeur général Rob Blake a toutefois dû puiser dans ses réserves.

Dans l’échange avec les Jets de Winnipeg, les Kings ont obtenu le plus grand nom, mais nous n’avons certainement pas à être désolés pour les Jets. En échange du mécontent Dubois, ils ont obtenu deux joueurs très intéressants avec Alex Iafallo et Gabriel Vilardi. L’espoir Rasmus Kupari vient également des Kings, mais l’ancien premier choix n’a pas encore fait ses preuves dans la LNH.

Le GM Rob Blake, cependant, s’est fortement impliqué dans le recrutement avant la Free Agency. Le double vainqueur de la Coupe Stanley et ancien joueur des Kings premier choix (2006) Trevor Lewis retrouve son ancien nid après des voyages à Winnipeg et Calgary. Sur la quatrième ligne, Hoover Lewis devra s’occuper des tirs au but. upspic.

EXTENSION DE LA LÉGENDE DE TOUS LES TEMPS ANZE KOPITAR

Pour couronner le tout, Anze Kopitar a été prolongé de deux ans. Le capitaine des Kings a empoché 14 millions de dollars au cours des 24 prochains mois et fait désormais partie de la masse salariale de LA jusqu’à la saison 2025-2026. Le détenteur en titre du trophée Lady Byng et du prix Selke a marqué 74 points (28 buts, 46 passes) en 82 matches la saison dernière. À l’heure où nous écrivons ces lignes, la légende des Kings est deuxième au classement des Kings de tous les temps pour le nombre de matchs (1292). Pour égaler le record de Dustin Brown, le Slovène de 35 ans a besoin de quatre matchs supplémentaires.

La principale force des Kings est sans aucun doute leur capacité à marquer des buts. Philip Danault a marqué son meilleur score de sa carrière en nombre de points (54) et le Suédois Adrian Kempe était également sur la mobylette avec 41 buts. Au total, cinq joueurs ont franchi la barre des 20 buts : Kempe, Kopitar, Arvidsson, Fiala et Vilardi. Outre Quinton Byfield et Arthur Kaliyev sur les côtés, les Kings disposent également de la profondeur souhaitée avec Dubois au milieu.

DÉFENSE : UNE CURE DE JOUVENCE EN PERSPECTIVE

Les LA Kings s’appuient depuis longtemps sur le leadership de Drew Doughty, et ce ne sera pas différent pour la saison 2023 – 2024. Pourtant, avec le départ des deux Sean de Los Angeles, il y a beaucoup de trous à combler. Par exemple, Sean Durzi a été échangé aux Arizona Coyotes et Sean Walker est parti pour les Philadelphia Flyers. D’autre part, le contrat de Vladislav Gavrikov a été prolongé de deux ans – 11,75 millions de dollars -.

Cependant, elle offre de nombreuses opportunités à un certain nombre de personnes. à venir Les jeunes espoirs, notamment Brandt Clarke et Tobias Bjornfot, combleront les lacunes de la troisième ligne. Clarke, 20 ans, a été classé huitième en 2021 global Drafté par LA, il était déjà sur la glace à neuf reprises la saison dernière à 19 ans. Sa plus grande part la saison dernière, le Canadien l’a eue en OHL, où il a terminé avec 61 points (23 buts, 38 passes) en 31 matchs.

Contribuant à la stabilité défensive en 22-23, en plus de Doughty, il y avait partenaire dans le crime Mikey Anderson. Après quelques années de démarrage difficiles, le potentiel s’est révélé la saison dernière. En 77 matchs, l’Américain a marqué 20 points (5 buts, 15 passes), mais il a surtout été incontournable sur le plan défensif. Avec 129 tirs bloqués et 162 succès Anderson, 24 ans, était une épine dans le pied de nombreux adversaires.

En plus des solutions intérieures, le GM Rob Blake a attiré l’externe Andreas Englund. Avec un contrat d’un an d’une valeur de 2 millions USD, le Suédois se venge d’une belle saison partagée entre l’Avalanche du Colorado et les Blackhawks de Chicago. Englund, 27 ans, avait été repêché par Ottawa en 2014, mais avait quitté le club pour les Eagles du Colorado au début de la pandémie de COVID. Sur le tableau de profondeur un rôle sur la troisième ligne est envisagé pour le Suédois.

CHANGEMENT DE GARDE SOUS LA BARRE

La semaine a été chargée pour Rob Blake à la dernière date limite des transactions. Les nombreuses rumeurs qui circulaient ont finalement été confirmées lorsque le gardien de longue date des Kings, Jonathan Quick, a été cédé. Cependant, le dernier rempart a tiré un grand coup de chapeau aux maillots noirs en ajoutant sa troisième Coupe Stanley à son palmarès à Las Vegas.

Avec les départs de Cal Petersen pour Philadelphie et de Joonas Korpisalo pour les Sénateurs d’Ottawa, Blake s’est retrouvé avec le bon vieux Cam Talbot dans sa recherche d’un partenaire digne de Pheonix Copley. Le Canadien de 36 ans a dévoré plusieurs franchises ces dernières années, mais il n’était pas l’ombre de lui-même après son transfert du Minnesota à Ottawa. Toute la saison, le gardien a passé plus de temps à l’infirmerie qu’entre les poteaux et n’a pas dépassé un GAA de 2,93 et un sv% de .898.

Le tandem Copley – Talbot n’évoque pas immédiatement des sentiments chaleureux pour le fidèle suiveur de la NHL, mais si les deux hommes peuvent retrouver la forme d’antan, sauve qui peut.

PRÉDICTION : RÔLE DE FAVORI À L’OUEST

Nous nous faisons peut-être un peu trop d’illusions, mais les Los Angeles Kings sont prêts pour la course à la Coupe. Pourtant, avec les Vegas Golden Knights, champions en titre, et les Edmonton Oilers, également candidats, les maillots noirs ont beaucoup de concurrence dans la lutte pour le titre de division.

Pourtant, nous (Dennis) pensons que l’équipe de Los Angeles est prête. L’effectif s’est amélioré malgré les départs d’Iaffalo et de Vilardi, et Rob Blake a également fait un bon investissement sur la ligne bleue.

Avis aux fans de Los Angeles : la course à la Coupe Stanley (finale) a vraiment commencé.

A lire également