NHL 32-in-32 | New York Rangers : de nouveau favoris pour la Coupe

La nouvelle saison de NHL est à nouveau à nos portes, et chez SportAmerica, nous ne la laissons pas passer inaperçue ! Le mardi 10 octobre, les Nashville Predators et les Tampa Bay Lightning ouvrent le bal en Floride à 23h30, heure néerlandaise. Au cours des 32 jours suivants, nous mettons toutes les équipes à rude épreuve et nous terminons, bien sûr, par le champion en titre, les Vegas Golden Knights. Aujourd’hui, dans le 32-en-32, nous couvrons la franchise qui a commencé la saison 2022 – 2023 comme l’un des principaux favoris, mais qui est revenue à la maison après un départ froid au premier tour des séries éliminatoires : les New York Rangers.

2022 – 2023 : UN EFFECTIF PLÉTHORIQUE REÇOIT UN MEMBRE SUR LE NEZ DE LA PART D’UN VOISIN EXCESSIF

Les New York Rangers ont été l’une des franchises les plus discutées de la NHL la saison dernière. En tant que candidat au top 3 pour la Coupe Stanley, de nombreux regards étaient tournés vers le Madison Square Garden, et ce pour de bonnes raisons. Au cours de la saison 21-22, les Rangers ont tout fait voler en éclats et, après une saison de 110 points, ils sont parvenus à se hisser au sommet de la hiérarchie de la NHL. saison régulière – Eventuellement la finale de la Conférence de l’Est (défaite de Tampa Bay, ndlr).

Un vainqueur du trophée Vezina entre les poteaux, un Chris Kreider avec plus de 50 buts et la superstar Adam Fox à la ligne bleue n’ont fait que convaincre davantage. En passant Le centre Chris Drury et Vincent Trocheck sont liés à la franchise depuis de nombreuses années. La victoire du championnat était à portée de main.

La saison s’est déroulée différemment. Certes, les Rangers étaient l’une des meilleures équipes de la Ligue, mais au début du mois de décembre, ils avaient du mal à s’élever au-dessus du niveau de base appelé .500. Les premières fissures étaient déjà apparues dans le mariage entre l’entraîneur Gerard Gallant et le Front Office, surtout après que Jacob Trouba n’ait pas caché sa frustration à l’égard du personnel pendant un match.

Louis Blues) et Patrick Kane (Chicago Blackhawks), après quoi tout New York allait regarder le reste de la saison avec les ceintures attachées. Tarasenko s’est adapté assez rapidement et a fait son travail, surtout au cours des premières semaines, mais ‘Kaner’ – en partie à cause de sa blessure à la hanche – n’est pas devenu l’ombre de la légende qu’il était à Chicago.

Au premier tour de la post-saison, le rivalité inter-fleuves avec les New Jersey Devils. Les Rangers ont pris l’initiative dès la première minute et semblaient avoir une avance de 2-0 après deux tours de jeu, mais ils ont habilement gaspillé l’avance et ont reçu le coup de grâce après sept matches : 3-4.

PETER LAVIOLETTE REMPLACE GERARD GALLANT

La nouvelle la plus importante de cette intersaison est sans doute l’arrivée de Peter Laviolette en tant que 37e entraîneur principal de l’histoire de la franchise. L’Américain de 58 ans succède à Gerard Gallant, qui a dû se retirer après la débâcle contre New Jersey.

Laviolette a commencé sa carrière d’entraîneur au début du siècle (2001) à Long Island, où il a été l’entraîneur principal des Islanders pendant deux ans. Il est ensuite parti pour les Carolina Hurricanes, où il a apporté la première et jusqu’à présent unique Coupe Stanley à Raleigh en 2006. Avec les Flyers (2010) et les Predators (2017), il a atteint la finale de la Coupe Stanley les années suivantes.

La franchise est prête à tout pour remporter sa première Coupe depuis 1994, et Laviolette a l’expérience nécessaire pour faire quelque chose de grand avec cette équipe. Il a remporté un total de 752 matches en tant qu’entraîneur dans la LNH, ce qui fait de lui le meilleur Américain de tous les temps. De plus, seuls 10 entraîneurs dans l’histoire de la Ligue ont plus de matchs à leur actif que Peter Laviolette (1430).

OFFENSE : MALGRÉ UNE PETITE BOURSE, UNE INTERSAISON GONFLÉE

Malgré la présence d’un bon nombre de canons offensifs, les New York Rangers ont terminé au milieu des statistiques du 5 contre 5. C’est surtout grâce à un powerplay à toute épreuve (24,68%) que les meubles ont souvent été visés au Madison Square Garden. Le trou béant de la RW a été provisoirement occupé par Vladimir Tarasenko et Patrick Kane, mais tous deux n’ont guère convaincu sous le maillot bleu-rouge. Les deux hommes ont donc quitté Manhattan par la petite porte. Tarasenko a signé pour un an à Ottawa et Patrick Kane est toujours blessé. Agent libre.

Avant le début de la Free Agency, les médias étaient unanimes. Les New York Rangers allaient sûrement racheter quelques contrats, afin de GM en donnant à Chris Drury l’opportunité d’amener l’équipe à sa pleine puissance de guerre une fois de plus. Ce que l’on attend rachats ne se sont pas concrétisés, limitant les dépenses au Madison Square Garden à « seulement » 11,76 millions de dollars.

Néanmoins, le Front Office a fait bonne figure. En l’espace de trois heures, Drury a signé pas moins de huit joueurs pour en ajouter un neuvième dans la soirée. Le tout avec une moyenne de AAV de seulement 825 000 USD. Il s’agit d’un signe avant-coureur d’une chasse aux bonnes affaires sur le marché, où l’accent a été mis sur le segment des véhicules plus anciens.

BLAKE WHEELER EN VILLE

Le plus gros poisson est sans aucun doute l’ancien capitaine des Jets de Winnipeg, Blake Wheeler. Après avoir racheté sa dernière année de contrat, l’Américain de 37 ans avait plusieurs fers au feu. Son désir d’évoluer à la fois dans la Conférence Est, et à un niveau de jeu supérieur à celui de l’équipe nationale, a fait l’objet d’une attention particulière. concurrent à signer ont été parfaitement accordées par New York. Les ailier semble avoir perdu un peu de son « groove » ces dernières années, mais a néanmoins produit 55 points (16 buts, 39 passes) en 72 matches. Ajoutez à cela son « maigre » contrat d’un an d’une valeur de 800 000 USD et vous obtenez une opportunité à saisir.

Alex Belzile, Nick Bonino, Riley Nash et Tyler Pitlick ont également rejoint New York, apportant à Peter Laviolette l’expérience et la profondeur tant désirées dans l’équipe. Bonino et Pitlick, en particulier, ont de grandes chances d’être titularisés grâce à leurs talents défensifs et de tireur de pénalités.

Il n’en reste pas moins que la question de la place vacante à pourvoir à la tête de la RW. Les New York Rangers toujours en attente de la finale rupture Par Kaapo Kakko (deuxième au classement général, 2020) et Alexis Lafrenière (premier au classement général, 2019). Bien que les deux joueurs aient travaillé dur en arrière-plan la saison dernière, il s’agira d’une année décisive pour eux. Alors que Kakko entame sa dernière année de contrat, Lafrenière a signé une « maigre » prolongation de deux ans à la fin du mois d’août – 2,325 millions de dollars. AAV -.

DÉFENSE : ERIK GUSTAFSSON COMPLÈTE LE TABLEAU

On peut en discuter à tort et à travers, mais les New York Rangers possèdent l’une des meilleures défenses de la NHL. Contrairement à la saison 2021 – 2022, la ligne bleue s’est beaucoup moins appuyée sur sa superstar russe l’année dernière, et une fois de plus, un Adam Fox exceptionnel a régulièrement pris l’équipe en remorque.

L’Américain de 25 ans excelle depuis longtemps dans ses qualités offensives, mais il est aussi l’un des meilleurs défenseurs de la Ligue. Il sera épaulé la saison prochaine par son fidèle compagnon Ryan Lindgren. Le quatuor de tête est complété par Jacob Trouba et K’Andre Miller. Miller, en particulier, a longtemps été un point d’interrogation, car le joueur de ligne bleue n’a signé un nouveau contrat de deux ans qu’à la fin du mois d’août. Le GM Chris Drury a ainsi résolu les deux plus gros problèmes de l’intersaison (Miller – Lafrenière).

Au troisième rang, un nouveau visage. Aux côtés de l’espoir Braden Schneider, Erik Gustafsson défend les couleurs du club des Rangers. Le Suédois de 31 ans était une force appréciée, surtout à l’époque de Chicago, et a partagé ses minutes de jeu entre les Washington Capitals et les Toronto Maple Leafs la saison dernière. Sous le radar Gustafsson a beaucoup de qualités, surtout en supériorité numérique. Une qualité qui s’est révélée à l’époque où il évoluait à Washington sous la direction de Peter Laviolette.

IGOR SHESTERKIN FR…. JONATHAN QUICK ?

Entre les poteaux, bien sûr, le visage familier d’Igor Shesterkin. Il était écrit dans les étoiles que le Russe ne serait pas en mesure de poursuivre son année magique 21-22, mais il s’en est bien sorti avec une moyenne de 2,48 GAA et un sv% de .916. Pourtant, avec son style de jeu, le gardien manque de longévité.

Après le départ du remplaçant Yaroslav Halak, Drury s’est retrouvé avec « le Shesterkin d’il y a dix ans » : Jonathan Quick. Le gardien de 37 ans a perdu beaucoup de constance ces dernières années et, après avoir quitté Los Angeles, il n’est plus l’ombre de lui-même. Sur les cinq dernières saisons, l’Américain affiche un sv% de .897. Sur le papier, ce n’est pas le back-up de rêve avec plus de 25 départs…..

PRÉDICTION : LES CINQ PREMIERS PRÉTENDANTS

La pression à New York a peut-être légèrement diminué par rapport à la saison dernière, mais avec une forte concurrence dans la zone métropolitaine – New Jersey, Carolina, Pittsburgh – il n’est pas encore acquis que les Rangers se couronneront champions de la ligue (et au-delà).

Néanmoins, les sous le radar La pression exercée par les joueurs pourrait apporter un soulagement bienvenu à Manhattan. L’effectif est profond et extrêmement qualitatif, si bien qu’atteindre les playoffs devrait normalement se faire sans effort. Avec Laviolette à la barre, ils ont trouvé le cuisinier idéal dans l’état actuel de la franchise, qui peut tirer le meilleur parti de ses ingrédients.

La Coupe Stanley… ? Mon (Dennis) oui, ils l’auront.

A lire également