NHL 32-in-32 | Sénateurs d’Ottawa : Prêt pour le jeu de puissance ?

La nouvelle saison de NHL est à nouveau à nos portes, et chez SportAmerica, nous ne la laissons pas passer inaperçue ! Le mardi 10 octobre, les Nashville Predators et le Tampa Bay Lightning ouvrent le bal en Floride à 23h30, heure néerlandaise. Au cours des 32 jours suivants, nous mettons toutes les équipes à rude épreuve et nous terminons, bien sûr, par le champion en titre, les Vegas Golden Knights. Aujourd’hui, dans le 32-en-32, nous couvrons une franchise où le soleil perce, le club de la capitale du Canada : les Sénateurs d’Ottawa.

2022-2023 : ENCORE UNE FOIS, ON RATE DE PEU

Les attentes étaient élevées à Ottawa la saison dernière. Après cinq ans, les Sénateurs devaient enfin se qualifier pour la post-saison, mais en The Hockey News est allé encore plus loin. Très timidement, ils y préparaient déjà les Sénateurs à un championnat, mais le réputé magazine était un peu prématuré. Si Ottawa pouvait présenter sa première saison victorieuse depuis 2017, il lui manquait vraiment six points pour accéder à la post-saison. Dans la capitale canadienne, ils devaient se contenter de la sixième place dans l’Atlantique.

A l’été 2022, des joueurs comme Alex DeBrincat et Claude Giroux ont été attirés à Ottawa et, avec le talent déjà présent, quelque chose de magnifique devrait y fleurir. Avec seulement quatre victoires lors des 13 premiers matchs, le début de la saison a été carrément embarrassant. Ils se sont tout de même repris, mais la course de rattrapage nécessaire n’a finalement pas eu lieu. Des super talents comme Brady Tkachuk (35G, 48A), Tim Stutzle (39G, 51A) et Jake Sanderson (4G, 28A) ont confirmé les soupçons qui pèsent sur eux, mais attendent toujours leur première participation aux playoffs.

Manquer à nouveau le dessert n’a pas provoqué de panique à Ottawa. Pierre Dorion a essuyé des critiques en tant que directeur général, mais il s’en tient à la voie qu’il a tracée il y a quelques années. Les grands talents ne manquent pas, mais aujourd’hui, ils ont aussi le temps de mûrir et de faire des erreurs à Ottawa. En outre, Dorion leur a déjà donné un excellent mentor en la personne de Claude Giroux. Avec 35 buts, l’ancien capitaine des Flyers n’a pas non plus démérité la saison dernière.

L’OFFENSIVE EST DE NOUVEAU UN PEU PLUS FORTE

Alex DeBrincat a été présenté avec beaucoup d’agitation l’année dernière, mais on ne trouve plus son nom sur cette liste. L’ancien Blackhawk ne se sentait pas tout à fait senang et a souhaité partir. Dorion a trouvé un partenaire d’échange avec les Red Wings de Detroit. Ils ont trouvé un autre ancien Blackhawk pour combler le vide laissé par DeBrincat. Dominik Kubalik est un Tchèque de 28 ans, qui entame sa cinquième saison en NHL et qui a ouvert son compte en 2019-2020 avec un contrat d’un an. Saison de 30 buts à Chicago.

De nouveaux renforts offensifs sont en route. Vladimir Tarasenko espère rejoindre les Senators pour effacer le mauvais goût de son séjour éphémère chez les Rangers. Avec huit buts et 21 points en 31 matches, c’était encore tout à fait possible statistiquement. Cependant, l’élimination au premier tour des séries éliminatoires s’est fait durement sentir à MSG. Tarasenko voulait se battre pour obtenir des prix. Il n’y est pas parvenu à New York, mais il reste à voir si les Sénateurs franchiront la prochaine étape.

Il ne fait aucun doute qu’il y a beaucoup de talent autour de l’équipe. Outre Stutzle et Brady déjà mentionnés, ils ont Joshua Norris, 24 ans, Drake Batherson, âgé d’un an, et Shane Pinto, qui n’a que 22 ans. Tous ces joueurs ont prouvé qu’ils pouvaient marquer au plus haut niveau. Norris, un joueur qu’ils doivent remercier pour l’échange d’Erik Karlsson à San Jose, par exemple, a déjà trouvé le chemin des filets à 35 reprises en 2021-2022. Malheureusement pour toutes les parties, le produit de l’USNTDP s’est blessé à long terme l’année dernière.

Il reste à voir si l’attaque d’Ottawa est assez profonde pour faire une poussée sérieuse dans les séries éliminatoires. La quatrième ligne prévue avec Parker Kelly, Mark Kastelic et Zack MacEwen ne semble pas très productive à première vue. Cela ne devrait pas être un problème, mais la caractéristique des équipes fortes est généralement qu’elles ont quatre lignes offensives qui se complètent extrêmement bien. L’entraîneur D.J. Smith, qui pourrait bien rester en place malgré les années de vaches maigres, dispose de trois excellentes lignes et d’une ligne sur laquelle il aura également des points d’interrogation.

ATTENTION SANDERSON !

Défensivement aussi, ils n’ont pas à se plaindre du talent de la capitale canadienne. Thomas Chabot est désormais une valeur sûre. Le blueliner est considéré comme le successeur naturel d’Erik Karlsson à Ottawa depuis ses premiers pas en NHL. Malheureusement, Chabot, 14 buts et 41 passes en 2018-2019, n’a pas encore réussi à rester en forme pendant une saison. Il n’est pas épargné par ce sort encore aujourd’hui, puisqu’une blessure au poignet joue des tours à Chabot.

Le plus beau diamant de tous les blueliners écoute le nom de Jake Sanderson. L’Américain de 21 ans est également un produit du programme de développement de l’équipe nationale et entame sa deuxième année au plus haut niveau. Le 6 septembre dernier, il est apparu clairement qu’ils voyaient en lui une valeur sûre. Sanderson a signé ce jour-là un contrat jusqu’à l’été 2032. Il touchera 8,05 millions de dollars par an à partir de l’année prochaine. On peut dire que Jake Sanderson est considéré comme l’une des pièces maîtresses de l’avenir.

Travis Hamonic est le seul trentenaire de la ligne bleue. L’ancien deuxième choix des Islanders a prolongé son séjour à Ottawa pour deux saisons supplémentaires cet été. Depuis la dernière date limite des transactions, il peut appeler Jakob Chychrun son coéquipier. Un véritable feuilleton s’est développé autour du Canadien, qui n’a encore que 25 ans, mais il s’est finalement installé à Ottawa. Chychrun devrait rejoindre Chabot dans l’équipe d’Ottawa. première paire défensive en cours de formation.

FINSE REDDER ?

Nous en sommes arrivés au casse-tête des Sénateurs pour 2022-2023. Cam Talbot a été choisi comme titulaire, mais avec un taux d’efficacité de 0,898, il n’a pas connu sa meilleure année. Nous savons également qu’il n’est pas le gardien le plus en forme de tous, d’où l’importance d’un bon remplaçant. Et c’est justement là que le bât blesse. Les Sénateurs ont utilisé pas moins de sept gardiens la saison dernière et un seul d’entre eux est de retour cette année.

Anton Forsberg joue une fois de plus les seconds rôles, Joonas Korpisalo ayant été consacré pour s’occuper de la majeure partie des matchs. Le Finlandais de 29 ans a connu des années instables à Columbus, alternant les bonnes performances et les moins bonnes. S’il parvient à mettre de l’ordre dans son jeu et à gagner en régularité, les Sénateurs auront un souci de moins dans les années à venir en ce qui concerne le poste entre les poteaux.

PRÉVISIONS 2023-2024 : IL EST TEMPS DE FRANCHIR LE CAP

Récemment, Pierre Dorion a refusé de parler à l’avance des séries éliminatoires à son équipe lorsqu’on lui a demandé si celle-ci était prête à y participer. Ce faisant, le GM met peu de pression sur l’entraîneur Smith, tout en restant modeste. Après tout, Ottawa dispose d’un effectif capable de rivaliser avec les meilleures équipes de la division Atlantique. Toutefois, il s’agit d’une division dans laquelle un changement de garde est imminent.

Ottawa est l’un des clubs qui se disputent le trône actuellement occupé par des équipes comme les Bruins, le Lightning, les Panthers ou les Maple Leafs. Pour les Sénateurs, c’est certainement un scénario réel, car le talent pour un coup d’État est certainement là. Stutzle et Tkachuk sont désormais rejoints par Tarasenko sur la première ligne, ce qui permet à D.J. Smith de disposer d’une des meilleures lignes offensives de la LNH. Avec Giroux, Norris, Pinto et Kubalik, les choses s’annoncent également bien derrière cette ligne.

Beaucoup dépendra donc de la bonne forme de Korpisalo. Sur le plan défensif, Ottawa occupait la première place de la ligne droite de la Ligue la saison dernière. Cette saison, la situation semble un peu mieux ordonnée et les Senators devraient être en mesure de combler l’écart avec l’ordre établi. Il est plausible qu’ils retrouvent les playoffs à Ottawa au printemps. Ils ne devraient toutefois pas avoir trop d’obstacles à surmonter, car la concurrence dans cette division – et dans l’ensemble de la Conférence de l’Est – est féroce ! &nbsp ;

A lire également