NHL 32-in-32 | Winnipeg Jets : La confiance malgré les départs de stars

La nouvelle saison de NHL est à nouveau à nos portes, et chez SportAmerica, nous ne la laissons pas passer inaperçue ! Le mardi 10 octobre, les Nashville Predators et le Tampa Bay Lightning ouvrent le bal en Floride à 23h30, heure néerlandaise. Au cours des 32 jours suivants, nous mettons toutes les équipes à rude épreuve et nous terminons, bien sûr, par le champion en titre, les Vegas Golden Knights. Aujourd’hui, dans le 32-en-32, nous couvrons une franchise qui commencera la saison avec confiance malgré le départ de deux stars : les Winnipeg Jets.

2022 – 2023 : DES TALONS À LA POST-SAISON

Les Jets de Winnipeg étaient considérés comme l’une des meilleures équipes de la LNH jusqu’à la pause de la Toussaint. Le jeu était bon, la confiance était grande et avec une position de leader dans la division centrale, rien ni personne ne semblait s’opposer à l’obtention d’un billet pour la post-saison.

La différence entre le drapeau et le reste de l’équipe. Du 14 février au dernier tour de jeu, l’équipe du nouvel entraîneur principal Rick Bowness est restée sur un bilan de 13-14-2 record sous la barre des 0,500. De toutes les équipes participant aux séries éliminatoires, ils ne sont devancés que par le Lightning de Tampa Bay (.467). Avec pas mal de sable dans le moteur, la lumière tant attendue a été trouvée au début du mois d’avril et les Jets ont finalement obtenu un billet pour la wildcard dans le dernier kilomètre.

La saison dernière, la ligne bleue a été particulièrement solide au Canada Life Centre – comment pourrait-il en être autrement avec le défenseur Rick Bowness. Josh Morrisey était non seulement le leader absolu de la défense, mais il l’a encore souligné avec des chiffres magnifiques. Après Kyle Connor (80 points), l’arrière de 27 ans est le joueur des Winnipeg Jets qui a marqué le plus de points (76). De plus, le Canadien a pulvérisé ses meilleur score de sa carrière de la saison dernière. En 2021-2022, le compteur s’est arrêté à 37 points.

Sur le plan offensif, outre Connor, c’est surtout Mark Scheifele qui s’est illustré. Le premier choix de 2011 a franchi la barre des 40 buts (42) pour la première fois de sa carrière et a également pu améliorer considérablement sa dynamique offensive sous la direction de Rick Bowness. Comme Jack Eichel sous Bruce Cassidy, Scheifele, 29 ans, s’est révélé dans le jeu plus défensif de Bowness et a battu de nombreux records personnels.

LE VINTAGE HELLEBUYCK ET LA MAUVAISE PASSE AU PREMIER TOUR

Connor Hellebuyck est sans doute la principale raison pour laquelle les Jets se sont qualifiés pour les séries éliminatoires. Le lauréat du Trophée Vézina 2020 a obtenu une fiche de 37-25-2 record en 64 apparitions et a été le gardien avec le plus grand nombre de victoires derrière son nom (37) après Ullmark et Georgiev. Une GAA de 2,49 et un sv% de .920 lui ont également valu de nombreux votes dans la lutte pour le Trophée Vézina.

En fin de compte, les Canadiens ont déjà trouvé leur Waterloo au premier tour des séries éliminatoires. Les Vegas Golden Knights, futurs vainqueurs de la Coupe Stanley, ont eu beaucoup de mal à s’imposer face aux Jets, en particulier lors des deux premiers matches de la série, mais ils ont fini par s’imposer assez facilement 4-1.

ATTAQUE : DÉPART DE PIERRE LUC DUBOIS ET DE BLAKE WHEELER

Le GM Kevin Cheveldayoff avait déjà déclaré à plusieurs reprises dans les semaines précédant l’échange que Pierre Luc Dubois avait joué son dernier match sous le maillot des Jets de Winnipeg. Le 27 juin 2023, ces mots ont reçu une force considérable.

En échange d’Alex Iafallo, Gabriel Vilardi, 2018 premier tour Rasmus Kupari et un 2024 deuxième tour Pierre Luc Dubois entame déjà sa troisième aventure en NHL chez les Los Angeles Kings. Après que le Canadien ait quitté Columbus en boudant et en râlant, ses derniers mois à Winnipeg n’ont pas été différents. Le talentueux centre québécois jouera ses matchs sous le maillot argent et noir de LA pour les huit prochaines saisons pour un salaire annuel moyen de 8,5 millions de dollars.

Pour couronner le tout, le contrat de l’ancien capitaine Blake Wheeler a été racheté. Le joueur de 36 ans ailier s’est vu retirer son « C » – qui figure d’ailleurs sur le maillot d’Adam Lowry depuis cette saison – au début de la saison 2021 – 2022, quittant quelque peu la ville par la petite porte après 11 ans passés à Winnipeg. Son désir de jouer à la fois dans la Conférence Est, et à un niveau plus élevé que celui de l’équipe nationale, est à l’origine de son départ. concurrent Les New York Rangers ont parfaitement réussi à tirer leur épingle du jeu. Les ailier semble avoir perdu un peu de son « groove » ces dernières années, mais a néanmoins produit 55 points (16 buts, 39 passes) en 72 matchs.

QUI REMPLACERA LE « PLD » ?

Après le départ des deux hommes, le puzzle de l’entraîneur Rick Bowness peut commencer. La question la plus importante est sans aucun doute de savoir qui comblera le vide laissé par  » pld « .PLD‘ sur la deuxième ligne centre va s’adapter. Non seulement Dubois a apporté une contribution indispensable des deux côtés de la ligne médiane, mais il a également produit de bons chiffres sur le plan offensif. Pendant longtemps, l’attaquant polyvalent était sur le point d’atteindre la barre des 30 buts, mais il s’est finalement arrêté à 27.

Les deux noms qui attirent le plus l’attention sont ceux de Vladislav Namestnikov, récemment prolongé, et de Cole Perfetti. Le Russe de 30 ans a été l’un des joueurs les plus déployés au sein de l’équipe. puces d’échange dans la LNH, mais il semble être quelque peu en place depuis son arrivée à Winnipeg. Néanmoins, Namestnikov n’est pas exactement censé occuper ce poste, car le Russe peut être déployé à n’importe quel poste offensif.

On se retrouve automatiquement avec Cole Perfetti, 21 ans, ou la nouvelle recrue Gabriel Vilardi. Deux blessures majeures au cours de deux saisons consécutives ont empêché les Jets d’atteindre leurs objectifs. choix du premier tour A partir de 2020 d’un rupturemais cela n’a pas empêché le Canadien de récolter 30 points (huit buts, 22 passes) en 51 matchs la saison dernière.

DÉFENSE : JOSH MORRISEY TIRE À NOUVEAU LA CHARRETTE

Il y a un leader incontestable à la ligne bleue de Winnipeg : Josh Morrisey. Depuis que Rick Bowness a repris le flambeau de l’entraîneur en chef au Canada, le joueur de la ligne bleue est en vadrouille. Surtout en supériorité numérique, le premier choix de 2013 s’est imposé comme le quart-arrière de l’équipe, ce qui lui a valu une cinquième place dans la lutte pour le trophée Norris.

Rick Bowness n’a pas à se plaindre en termes de profondeur, puisqu’avec un total de huit à sens unique devront être bien pesés avant le début de la saison. Surtout si l’on considère que 2019 premier choix Ville Heinola n’est même pas encore inclus dans cette somme. Le Finlandais de 22 ans entame sa dernière année de contrat d’engagement et se heurte de plein fouet aux portes de la NHL depuis un an et demi.

À côté de Morrisey, Bowness affiche selon toute vraisemblance Dylan DeMelo, mais derrière lui se trouve la « gratuit pour tous« . Neal Pionk espère enfin revenir en pleine forme au début de la saison, où il rejoindra Nate Schmidt ou Brenden Dillon pour prendre les commandes.

Sous la barre transversale, il reste à savoir si Connor Hellebuyck commencera la saison en tant que Jet. Ces derniers mois, le gardien vedette a été lié à presque toutes les franchises et pendant longtemps, l’ancien vainqueur du trophée Vezina a semblé se diriger vers Buffalo. Lauren Brossoit a été recruté à Las Vegas en tant que remplaçant. Le Canadien de 30 ans entame son deuxième mandat à Winnipeg (2018 – 2021) et s’est notamment imposé comme une valeur sûre entre les poteaux la saison dernière (2,17 GAA, .927 sv%). Avec le départ définitif de David Rittich (Los Angeles Kings), Winnipeg dispose d’un des meilleurs tandems de la NHL.

ATTENTE : LES PLAYOFFS, UN VRAI OBJECTIF

Non, les Jets de Winnipeg ne repartiront pas avec la Coupe Stanley au début du mois de juin 2024. Pourtant, les départs de Blake Wheeler et de Pierre Luc Dubois n’ont pas été des coups de folie. Bien que Wheeler ait produit 55 points, il n’était plus l’ombre de l’équipe qu’il était avant la Coupe du monde. ailier. Le départ de Dubois pourrait certainement donner plus de confiance aux autres joueurs dans le vestiaire. Le Canadien est considéré dans les couloirs comme l’un des instigateurs de l’agitation au sein de la franchise. Ajoutons à cela que Vilardi et Iaffalo sont des renforts immédiats pour Winnipeg.

La concurrence dans le Central se rapproche de plus en plus en termes de force, et ce sera surtout derrière le Colorado (normalement vainqueur de la division) qu’il y aura des changements de points entre Dallas, Minnesota et Winnipeg. Espérons pour les supporters de Winnipeg qu’ils pourront à nouveau décrocher leur billet pour la post-saison.

A lire également