NHL Weekly : aperçu de la Classique d’hiver, Bédard magique, Zegras et… Letang ?

En raison du nombre limité de matchs ces derniers jours, nous vous présentons un NHL Weekly de courte durée. Néanmoins, il y a de quoi se réjouir. Connor Bedard et Trevor Zegras s’en sont chargés juste avant Noël. Le lendemain de Noël, Kris Letang s’est retrouvé sous les feux de la rampe, car le joueur de fond a réalisé une action très spéciale. À l’heure où de nombreuses personnes jettent un rapide coup d’œil en arrière sur l’année 2023, nous nous tournons déjà vers l’avenir. En effet, le premier jour de 2024, le Winter Classic entre les Kraken et les Golden Knights se terminera à Seattle.

DIVISION ATLANTIQUE

LES SÉNATEURS OFFRENT À MARTIN SA PREMIÈRE VICTOIRE

Cela a pris un peu plus de temps que prévu, mais juste avant Noël, les Sénateurs d’Ottawa ont remporté leur première victoire sous la direction de Jacques Martin. Pour l’entraîneur de 71 ans, il s’agissait même de sa première victoire en LNH depuis la victoire 5-3 des Canadiens sur les Islanders de New York le 13 décembre 2011. Quelques jours plus tard, l’entraîneur expérimenté a reçu sa lettre de démission. Ce sont maintenant les Penguins qui se sont inclinés. Et comme à l’accoutumée pour les Sénateurs, les choses ne se sont pas déroulées sans heurts le samedi précédant la pause de Noël soit…..

Une fois de plus, ils n’ont pas réussi à prendre l’avantage. Comme souvent cette saison, les Sénateurs ont laissé Pittsburgh revenir dans le match. Pendant un moment, les Pens ont même cru qu’ils allaient remporter leur cinquième victoire en six matches, mais Tim Stutzle y a mis fin en OT. Ce faisant, le jeune Allemand a non seulement aidé son entraîneur à remporter une victoire particulièrement bienvenue, mais il a également mis fin à la série de six défaites des Sens. Leur dernière victoire remontait au 9 décembre. Les Red Wings avaient alors été battus 5-1 à Detroit.

Ottawa a bien suivi cette victoire en battant les Maple Leafs 4-2 lors du premier match après Noël. Cette fois, ce sont les Sénateurs qui ont remonté un déficit de 2-0. Avec 2 buts, Drake Batherson a été l’homme de la situation pour les Sénateurs. Le capitaine Brady Tkachuk a également marqué son 300e point en inscrivant un but en cage vide en fin de match.

LES BRUINS GAGNENT À NOUVEAU

Les Bruins de Boston avaient décidément un mauvais goût dans la bouche avant de s’asseoir pour le repas de Noël cette semaine. Avec quatre défaites consécutives, ils n’ont pas connu leur meilleure période, mais quelques jours de repos ont apparemment fait des miracles. A Buffalo, les Bruins ont goûté à la douceur d’une victoire en battant les Sabres 4-1. Avec 2 buts, Charlie Coyle a été le grand artisan de cette victoire. La dernière fois, en décembre 2019, Boston avait perdu quatre matchs d’affilée.

En ce qui concerne la tête de l’Atlantique, les Bruins ne doivent pas s’inquiéter même après cette série de défaites. Ils ont encore de l’espace par rapport aux Panthers, Maple Leafs et Lightning au classement. Pour les Sabres, en revanche, la pression est de plus en plus forte. Don Granato n’a toujours pas réussi à faire tourner son équipe cette saison et la défaite contre Boston était déjà la quatrième lors des cinq derniers matchs. A l’Est, seuls Columbus (29) et Ottawa (26) ont moins de points que Buffalo (32). Les Sénateurs ont également joué six matches de moins.


DIVISION MÉTROPOLITAINE

LES INSULAIRES AIMENT RENDRE LES CHOSES PASSIONNANTES

Les Rangers ont la mainmise sur la division métropolitaine, mais derrière les Blueshirts, la situation semble devenir de plus en plus excitante chaque semaine. Notamment parce que des équipes que l’on n’attendait pas en haut de l’affiche ont fait leur apparition. Les Flyers et les Capitals en sont toujours les meilleurs exemples, mais les Islanders de New York dépassent également les attentes. Certes, avec Ilya Sorokin et Semyon Varlamov, ils disposent peut-être du meilleur tandem entre les deux poteaux, mais de bons gardiens ne suffisent pas à atteindre le sommet.

Ce qui est remarquable dans la performance des Isles, c’est que statistiquement, ils n’obtiennent pas de bons résultats dans presque tous les domaines. Il y a une bonne raison à cela. Les Islanders ont connu une série de 7 défaites en novembre et la plupart des 16 matches qu’ils ont remportés l’ont été par une différence d’un seul but. Il en va de même pour la victoire contre les Hurricanes dimanche dernier. Il convient toutefois de noter que les Islanders ont eu la maîtrise du jeu tout au long de la rencontre.

Le couteau coupe dans les deux sens pour les Isles. Ils ont gagné beaucoup de duels par 1 but d’écart, mais ils ont aussi perdu  fois après une OT ou une SO. Si les choses se passent bien pour eux, ils auraient pu avoir plus de points aussi.

KRIS LETANG RESSERRE SON RECORD

Le fait que tous les matches des Islanders ne soient pas aussi passionnants les uns que les autres est devenu évident immédiatement après Noël. Une évidence douloureuse, même pour les Islanders. Les Penguins visiteurs n’ont pas fait le poids face à l’équipe locale et ont écrasé l’équipe de Lane Lambert sur le score de 7-0. Jake Guentzel et Evgeni Malkin ont chacun inscrit deux buts, mais la grande vedette de Pittsburgh a été Kris Letang. Sur ses vieux jours, le blueliner a même réalisé un exploit jamais accompli par un défenseur dans toute l’histoire de la NHL.

Après les 20 premières minutes, Long Island avait encore un score de spectacle au tableau, mais la deuxième période est devenue celle des Penguins. Et de Letang en particulier. Le Canadien de 36 ans a été impliqué dans 5 des 6 buts de cette période en tant que releveur, établissant un nouveau record. Jamais auparavant un joueur de fond n’avait réussi à délivrer 5 passes décisives en une période. Letang n’en est pas resté là puisqu’il a également permis à Valtteri Puustinen de marquer son premier but en NHL en troisième période.

Une étape importante pour le Finlandais de 24 ans et une merveilleuse cerise sur le gâteau pour Letang. Il est le septième défenseur de l’histoire à enregistrer six passes décisives en un match et même le premier de ce siècle. En effet, Gary Suter, des Flames, a été le dernier à réaliser cet exploit en 1986. Si cet exploit est unique, il n’est pas non plus tout à fait inattendu. Lors du dernier match avant Noël, Letang a inscrit un but et deux passes contre les Sénateurs. Les Penguins semblent également en voie de guérison. L’équipe a marqué des points lors de chacun de ses quatre derniers matches et en a remporté trois.

LES FLYERS SURPRENNENT LES CANUCKS, HATTY SVECHNIKOV CONTRE LES HABS

Neuf matchs d’affilée, les Canucks de Vancouver ont gagné au moins un point. Une série qui les a menés au sommet du Pacifique et de la NHL. Dans une telle forme, il faudrait un adversaire spécial pour mettre fin à cette série. Jeudi, les Philadelphia Flyers ont été cet adversaire spécial. L’équipe de John Tortorella s’en sort étonnamment bien depuis le début de la saison et ce sont les Canucks qui ont eu l’occasion de découvrir les prouesses de Philadelphie.

Grâce notamment à un but et une passe de Joel Farabee ainsi qu’à une solide deuxième période, les Flyers ont battu les Canucks. Auparavant, Philadelphie était considéré comme l’un des frères faibles, mais avec la deuxième place dans la forte Métropolitaine, ils ont dépassé toutes les attentes. Carolina est l’une des équipes qu’ils parviennent à garder derrière eux pour l’instant. Toutefois, les Hurricanes se remettent lentement mais sûrement d’un début de saison quelque peu décevant.

Andrei Svechnikov a mené les Canes à une victoire 5-3 contre Montréal jeudi avec un triplé. Avec des points dans huit de ses neuf derniers matches, Carolina poursuit ainsi sa progression. Même le 500e point de la carrière de Sean Monahan n’y a rien changé. L’attaquant a été impliqué comme pointeur dans le 2-2 de Mike Matheson dans les dernières secondes de la première période, atteignant ainsi cette belle étape.

LES CAPES ÉGALISENT L’OURS, REVERS WERENSKI

Les Washington Capitals ont trouvé un nouveau blueliner en la personne d’Ethan Bear. Victime d’une vilaine blessure à l’épaule, le Canadien de 26 ans a disputé son dernier match le 13 avril. Il l’a encore fait sous le maillot des Vancouver Canucks, mais en partie à cause de cette blessure, il n’y a pas obtenu de nouveau contrat. Bear, auteur de 13 passes décisives en 61 matches la saison dernière, avait le choix entre plusieurs clubs, mais il a préféré les Capitals. Après Edmonton, Carolina et Vancouver, c’est sa quatrième franchise. En attirant Ethan Bear, l’entraîneur Spencer Carbery dispose à nouveau d’un plus grand nombre d’options sur une ligne bleue déjà performante.

Des nouvelles plus graves nous parviennent de Columbus. À savoir que les Blue Jackets semblent avoir perdu Zach Werenski pour un certain temps encore. En 2019-2020, l’Américain de 26 ans a encore inscrit 20 buts pour son club, mais les blessures ont rythmé sa carrière ces dernières années. Mercredi, Werenski a abandonné lors du match perdu contre les Devils. Après une collision avec Ondrej Palat en deuxième période, le blueliner n’a pas pu mettre de puissance sur sa jambe gauche et a manqué le reste du match. Le club l’a donc placé sur la liste des blessés de la semaine.


DIVISION CENTRALE

MACKINNON PARMI LES GRANDS DE LA FRANCHISE

William Nylander a commencé la saison avec une série de 17 points. Le Suédois d’origine canadienne a ainsi reçu l’attention qu’il méritait, en particulier à Toronto. À Denver, en revanche, on trouve un joueur qui a marqué au moins un point pendant 19 matches d’affilée : Nathan MacKinnon. Nathan MacKinnon, puisque c’est de lui qu’il s’agit (bien sûr), a entamé son impressionnante série le 20 novembre et semble inarrêtable. Au cours des 19 matches qui ont suivi, la superstar de l’Avalanche a récolté pas moins de 33 points. Avec comme point d’orgue provisoire les 4 buts et la passe du 21 décembre contre les Sénateurs.

Si personne ne doute une seule seconde que MacKinnon fait partie des meilleurs joueurs de cette franchise, il a réussi à le souligner une fois de plus avec cette série. Seuls Mats Sundin (30 matchs en 1992-1993, lorsque le club était encore basé au Québec) et Paul Stastny (20 matchs en 2006-2007) ont une plus longue série de points pour cette franchise. Par ailleurs, sa série le place également sur les talons de Nikita Kucherov au palmarès des meilleurs buteurs. Les 58 points de l’attaquant du Lightning ne sont que deux de plus que ceux de MacKinnon.

Mercredi dernier, MacKinnon a inscrit un but et une passe contre les Coyotes. C’est bien pour ses propres statistiques, mais le négatif l’emporte. En effet, l’Avalanche menait 4-0 dans ce match, mais a dû laisser les 2 points aux Coyotes, qui jouaient à domicile, après la prolongation. Ils ont donc remporté leur cinquième victoire en six matches et se sont glissés très, très discrètement dans le top 3 de la division centrale.

BEDARD OFFRE UN CADEAU DE NOËL AUX FANS…..

Les résultats ne sont pas encore là, mais à Chicago, ils en auront une petite idée. Après tout, les Blackhawks ne sont pas faits pour le présent. Cette franchise n’en est qu’à ses débuts et Connor Bedard est peut-être la meilleure pierre à l’édifice. Le magicien de la Colombie-Britannique a déjà montré beaucoup de belles choses au cours de ses premiers mois, mais il a gardé le meilleur jusqu’à la veille de Noël.

Bédard n’est certainement pas le premier à marquer par le biais d’un but de Lacrosse ou « Michigan ». Nous verrons plus tard que même en ce samedi 23 décembre, il n’a pas été le dernier. Le fait qu’il l’ait fait contre les St. Louis Blues en dit long sur la confiance en soi de ce talent gigantesque. Ce but de classe mondiale à la quatrième minute marquait le 1-1 à ce moment-là. Bédard et les Hawks semblaient s’acheminer vers une victoire relativement facile après 40 minutes.

Ils semblaient déjà anticiper la courte pause, puisqu’en troisième période, après avoir été menés 2-5, c’est St-Louis qui a battu le chrono. L’équipe locale s’est finalement imposée 7-5 et a donné aux Blackhawks une sacrée gueule de bois avant même le repas de Noël.


DIVISION PACIFIQUE

…ET ZEGRAS N’EST PAS EN RESTE

Selon le dicton, les bonnes choses viennent par trois, mais nous pensons qu’elles peuvent aussi venir par deux. Quelques heures après que Connor Bedard ait agité sa baguette magique à St Louis, c’était au tour de Trevor Zegras, à des kilomètres plus à l’ouest. Nous savons que le jeune joueur des Ducks ne manque pas de confiance en lui et qu’il n’a pas peur de le montrer. Samedi dernier a été un nouveau moment où tout cela s’est concrétisé.

En termes de résultats, Anaheim est en difficulté depuis un certain temps. Tout comme à Chicago, les Ducks s’accrochent à l’avenir et Trevor Zegras a prouvé une fois de plus qu’il n’y avait rien à redire à cet avenir. Grâce à une brillante prestation du Michigan, il a ramené les Ducks dans le match contre Seattle, mais cette équipe a fini par tenir bon. Seattle a remporté le match 3-2 et a enregistré sa quatrième victoire au cours des six derniers matchs.

Anaheim s’incline pour la septième fois lors de ses neuf derniers matchs et semble condamné avec San Jose et Chicago à se battre pour la première place en 2024 (lire : Macklin Celebrini). La victoire 5-2 sur les Golden Knights, mercredi, n’en a été que plus surprenante. Anaheim avait pourtant bien digéré la trêve de Noël, puisque 4 buts en première période ont fini par mettre le tenant du titre dans une situation de désavantage insurmontable.

MAUVAISE NOUVELLE POUR CARLSSON

Nous restons dans le comté d’Orange pour un moment, car juste avant le match contre les Kraken, les Ducks ont annoncé de mauvaises nouvelles concernant Leo Carlsson. Le rookie, qui vient de fêter ses 19 ans, s’est blessé lors du match de la semaine dernière contre Calgary après que MacKenzie Weegar lui soit tombé sur le genou. Les ligaments du genou de Carlsson ont été touchés par cet incident, ce qui signifie que la recrue devrait être absente du jeu pendant six semaines. Avec huit buts et 15 points, le jeune Suédois réalise une bonne première saison dans la LNH.

LES SHARKS REPRENNENT LEURS VIEILLES HABITUDES

Magnus Chrona avait imaginé des débuts différents dans la LNH en tant que titulaire. Et probablement aussi un début où la tâche serait beaucoup plus facile. En l’absence de Mackenzie Blackwood et d’un possible back-to-back pour Kaapo Kahkonen, Chrona, 23 ans, a été autorisé à faire son apparition. Malheureusement pour le gardien, les Oilers d’Edmonton n’ont eu aucune pitié. Dès la première période, Chrona a dû pêcher quatre fois et il n’est donc pas revenu pour la deuxième période.

Edmonton a ensuite levé le pied. Ou les Sharks se sont montrés, c’est comme vous voulez l’expliquer. Les Oilers se sont vengés de l’ignominieuse défaite subie plus tôt dans la saison en battant Team Teal 5-0. Pour les Sharks, il s’agit d’une septième défaite consécutive et, avec une visite à Denver encore à venir dans l’année civile, une série de huit défaites est évidente. Après un départ de 0-10-1, l’équipe de David Quinn semblait sur la voie de la guérison, mais en l’état actuel des choses, les Sharks sont en pole position pour la meilleure chance de Macklin Celebrini.

LES BENJAMINS CROISENT LE FER DANS LA TRADITION

Le premier jour de la nouvelle année, les Kraken de Seattle et les Golden Knights de Vegas vont croiser le fer pour un match très spécial. Les deux plus jeunes franchises de la NHL seront au centre du Winter Classic annuel cette saison. C’est la première fois que cette belle tradition, qui a vu le jour en 2008 avec une édition particulièrement hivernale à Buffalo, se concrétise. Là, dans la neige, devant plus de 71 000 spectateurs, les Penguins avaient battu les Sabres après une séance de tirs au but à l’époque.

Le 1er janvier 2024, le cirque se déplace à l’ouest des États-Unis pour la première fois depuis toutes ces années. Alors que la plupart des Winter Classics se sont déroulés à l’Est, l’Ouest est plutôt mal loti. En 2020, ce sont les Dallas Stars qui ont accueilli l’événement. Bien que la fierté du Texas agisse dans la Conférence Ouest, on ne peut pas, avec la meilleure volonté du monde, qualifier la ville elle-même d’occidentale. Il en va de même pour Minneapolis, qui a accueilli le Winter Classic en 2022. Il en va tout autrement pour Seattle.

Pour la neuvième fois depuis 2008, c’est un stade de baseball qui accueillera l’événement. Alors qu’entre avril et octobre, les Seattle Mariners espèrent divertir la foule, le 1er janvier, ce sera le tour de Matthew Beniers, Vince Dunn, Jared McCann et du reste des Kraken. Logiquement, il s’agira du premier match à l’extérieur pour la plus jeune des franchises. Les Golden Knights ont déjà une certaine expérience. En 2021, ils ont joué à Lake Tahoe contre l’Avalanche du Colorado et ont perdu 2-3.

CRAQUER EN FORCE

Le match au T-Mobile Park sera le deuxième affrontement entre ces rivaux de la division Pacifique cette saison. Le premier match s’est facilement soldé par un score de 4-1 pour les Golden Knights, qui débuteront la rencontre lundi en tant que favoris. Seattle joue plutôt bien ces derniers temps et s’est débarrassé de sa série de huit défaites entre le 24 novembre et le 10 décembre.

Ils ont marqué des points dans chacun des sept derniers matches qui ont suivi cette série de défaites et ont également vu Chris Driedger revenir mercredi. Le gardien a manqué toute la saison dernière après s’être déchiré le ligament croisé lors de la Coupe du monde 2022. Contre les Flames, Driedger s’est montré magistral, ne concédant qu’un seul but, réalisant 37 arrêts et menant Seattle à une victoire 2-1.

Vegas est peut-être dans une phase descendante, mais le champion en titre fait toujours partie de l’élite absolue de la Ligue malgré sa série de quatre défaites. Cependant, cette série de défaites signifie qu’ils doivent laisser la tête du Pacifique aux Canucks. De plus, les Kings approchent à grands pas. En effet, grâce à une victoire étriquée (3-2) sur LA, les Golden Knights ont repoussé cette attaque pour un temps, jeudi dernier. Il s’agissait du dernier match de l’année 2023, incroyablement réussie pour Vegas.

Le match entre les deux jeunes franchises débutera lundi soir à 21h00 (heure néerlandaise) et sera diffusé (avec des commentaires en néerlandais et en anglais) sur ESPN.

A lire également