NHL Weekly : Boston en difficulté, la vague de blessures à Pittsburgh, la beauté de Benson et bien plus encore !

Après les 2023 Global Series, toutes les équipes sont retournées en terrain connu en Amérique du Nord. Malgré un mardi sans match, il s’est passé beaucoup de choses en NHL cette semaine. Les New York Rangers restent donc invaincus en tête de la Metropolitan, les blessures inquiétant Pittsburgh, Chicago et Toronto. A Nashville, Ryan McDonagh a fait son retour dans l’équipe et Zach Benson a brièvement donné sa carte de visite.

DIVISION ATLANTIQUE

LES BRUINS EN DIFFICULTÉ RENCONTRENT LES TOPPERS EN FLORIDE

Malheureusement, les derniers jours à Beantown n’ont pas été marqués par les bonnes performances des Bruins. Comme l’année dernière, l’équipe de l’entraîneur Jim Montgomery a très bien commencé, mais c’est Milan Lucic qui fait les gros titres. Et pas de manière positive. L’ailier de 35 ans n’hésite pas à se battre sur la glace, mais la semaine dernière, Lucic a été arrêté pour avoir prétendument abusé de sa femme. Lucic a été libéré sous caution et a depuis demandé l’aide d’un programme de la NHL et du syndicat des joueurs. Cette triste affaire, où il n’y a que des perdants, va sans doute faire tache d’huile.

Milan Lucic est un joueur populaire dans le vestiaire des Bruins, il est donc logique que Montgomery ait eu à gérer un groupe de joueurs en difficulté pendant un certain temps. Ce groupe n’a pas eu le temps de s’appesantir longtemps. En effet, après la victoire à Montréal le week-end dernier, deux matchs de haut niveau en Floride ont suivi cette semaine. Malgré un but et une passe du meilleur buteur David Pastrnak, Boston a dû affronter le Lightning lundi. Grâce notamment à une égalisation tardive de Steven Stamkos et à un but décisif de Brandon Hagel en prolongation, Tampa Bay s’est imposé 5-4.

A Sunrise, les Florida Panthers avaient remporté leurs six derniers matches à domicile. Les finalistes perdants de la Coupe Stanley n’avaient qu’une envie : battre à nouveau les Bruins, comme ils l’avaient déjà fait en post-saison. David Pastrnak a vu sa série de sept points interrompue contre les Panthers, mais cela a été compensé par la victoire 3-1 des Bruins. Cette fois, ce sont les « petits dieux » qui ont tranché. Charlie Coyle, John Beecher et Jake DeBrusk (qui n’en est qu’à son deuxième but de la saison) ont marqué pour Boston.

Pour les Bruins, il s’agit de leur 14ème victoire en 18 matchs. Le vainqueur du Trophée des Présidents la saison dernière compte déjà 31 points, soit six de plus que la Floride, qui occupe la deuxième place dans l’Atlantique. Tampa Bay suit avec 23 points, mais a déjà joué deux matches de plus que les Bruins.

RED HOT WILLY ET LES LEAFS REVIENNENT DE SUÈDE

Les Toronto Maple Leafs n’ont pas traversé l’océan pour rien la semaine dernière. Après avoir battu les Red Wings 3-2 vendredi, ils ont dû battre le Minnesota en prolongation dimanche. Comme il se doit dans un livre pour garçon, William Nylander a été le grand homme des Leafs dans sa Suède. Avec un but et deux passes, le Suédois d’origine canadienne a permis aux Leafs de battre Detroit. Deux jours plus tard, il a complété son propre conte de fées en marquant le but de la victoire contre le Wild.

Nylander a terminé le voyage avec 2 buts et 3 passes. Sous les yeux de ses compatriotes, il a ainsi poursuivi la série entamée lors du tout premier match de la saison. Le 11 octobre, Nylander a débuté la saison avec 2 points contre les Canadiens, puis il a récolté au moins un point lors de chacun des matchs suivants. Sa série de points s’élève désormais à 17 matchs. C’est loin des 51 matchs avec lesquels Wayne Gretzky avait commencé une saison dans les années 1980, mais à Toronto, il s’agit déjà d’un gros record.

Les Maple Leafs reprennent leur saison à Chicago dans la nuit de vendredi à samedi (heure néerlandaise). Ils le font avec une série de quatre victoires à l’esprit et une position de départ de choix dans la division Atlantique.

LE PREMIER, LE MEILLEUR ?

On attendait beaucoup des Buffalo Sabres cette saison. Après que les enfants de Don Granato aient manqué de peu les playoffs en 2022-2023, il fallait enfin que cela se reproduise cette année. A Buffalo, la dernière fois que l’on a vu du hockey sur glace d’après-saison, c’était en 2011 et cette série de records doit prendre fin. Bien que la saison soit encore longue et que les différences soient minimes, ils seront un peu mal à l’aise dans leur siège au KeyBank Centre. Les équipes qui ne font pas partie des séries éliminatoires au moment du Thanksgiving américain ne parviennent souvent pas à dépasser les 82 matchs. Les Sabres font désormais partie de ce groupe.

Il y a toujours des exceptions, bien sûr, et les Sabres espèrent en être une. Avec tous les talents qui se présentent, ce n’est pas non plus exclu. Jusqu’à présent, tout cela a été moins spectaculaire qu’il y a un an, mais là encore, il y a des exceptions. Demandez à Zach Benson. Le seul ailier de 18 ans a été repêché en 13e position cette année, a déjà accumulé ses premiers points, mais n’a pas encore marqué. Jusqu’à ce mercredi à Washington. Les Sabres ont perdu 3-4 contre les Capitals en prolongation, mais Benson a marqué son premier but en NHL de manière magistrale.

LE POWERPLAY DE DÉTROIT EN VEILLE

Au cours des premières semaines de la saison, le jeu de puissance des Red Wings de Detroit a été implacable. On peut dire que les équipes spéciales ont des ailes à Hockeytown… Daniel Sprong et consorts ont même dépassé les 40 pour cent lors des sept premiers matches avec leur 12 sur 29 en supériorité numérique. Nous sommes alors le 24 octobre. Les Red Wings viennent de perdre contre les Kraken en prolongation, mais ils sont 3 sur 6 sur les PP.

Après cette date, non seulement le powerplay est tombé en chute libre, mais les résultats des Red Wings ont aussi un peu décliné. Même si Détroit évoluait toujours dans de bons cercles, ils ont vu passer des équipes comme la Floride, Tampa Bay et Toronto. Après le 3 sur 6 contre Seattle, les Red Wings n’ont marqué que trois buts en 45 ( !) tentatives en supériorité numérique. L’un de ces buts a été marqué cette semaine contre le New Jersey. Détroit a remporté ce match 4-0.

Inconsciemment, ils ont ainsi bouclé une boucle. En effet, le 24 avril 2022, les Red Wings ont été les derniers à empêcher les Devils de marquer. New Jersey entame alors une série de plus de 100 matches au cours desquels il trouve le chemin des filets au moins une fois à chaque fois.

LES MAPLE LEAFS PLACENT KLINGBERG SUR LTIR

John Klingberg ne sera pas de retour sous le maillot des Maple Leafs de Toronto pour le moment. Le Suédois de 31 ans est aux prises avec des douleurs, selon le club, et celles-ci sont apparemment assez sérieuses pour placer le joueur de base sur LTIR. Cela signifie que Klingberg manquera au moins 10 matchs et 24 jours. Il a joué son dernier match le 11 novembre et après cela, les choses se sont calmées autour de l’homme qui a terminé cinquième au Trophée Calder 2015 pour la recrue de l’année.

Klingberg s’est également fait discret sur la feuille de match, puisqu’il a dû se contenter de cinq passes décisives cette saison. Le défenseur était autrefois un élément important du powerplay des Dallas Stars, mais il n’est malheureusement plus au mieux de sa forme depuis quelques années. Avec les Leafs, on espérait le remettre en selle. Malheureusement, c’est toujours sans succès, mais au moins il y a maintenant de la clarté. Klingberg est placé sous LTIR et Conor Timmins prendra sa place en défense. Le jeune Alex Steeves semble également prêt à faire ses débuts dans la LNH dans un avenir proche. Steeves se débrouille bien avec les Marlies de Toronto depuis un certain temps déjà.

DIVISION MÉTROPOLITAINE

LES NEW YORK RANGERS TOUJOURS EN TÊTE

Les New York Rangers ont connu leur meilleur départ dans l’histoire de la franchise. L’équipe de l’entraîneur principal Peter Laviolette affiche un bilan de 12-3-1 après 15 matches. record améliorant ainsi son quinze premiers mois. Malgré une concurrence en berne, les Bleus sont en passe de remporter leur premier titre de champion depuis la saison 2014 – 2015, au cours de laquelle ils avaient également remporté le Trophée du Président.

Bien que les prévisions d’avant-saison tenaient déjà sérieusement compte de la force de New York, personne n’avait prévu qu’ils seraient aussi forts. L’une des principales raisons est sans aucun doute l’entraîneur principal Peter Laviolette. Les réactions des supporters à la nomination de l’Américain de 58 ans ont été très vives, mais après un mois et demi, on ne peut pas nier qu’il s’agit d’un succès. Les ajustements apportés au système de jeu ont déjà permis de garantir que le jeu au Madison Square Garden est déjà plus dominant et plus convaincant que sous la direction de son prédécesseur Gerard Gallant.

En jetant un coup d’œil sur l’effectif, toute l’attention s’est portée jusqu’à présent sur les performances phénoménales d’Artemi Panarin. Le Russe de 32 ans réalise le meilleur début de saison de sa carrière et compte 26 points (10 buts, 16 passes) après dix-sept matches. En outre, « AP » a établi un record de franchise en inscrivant au moins un point lors de quinze matchs consécutifs. Les critiques ont émis de sérieux doutes après ses performances en demi-teinte lors de la post-saison, mais avec ses coéquipiers Alexis Lafrenière et Vincent Trocheck, il a fait taire tout le monde.

CHANGEMENTS DANS L’ARRIÈRE-PAYS

Alors que les Rangers en promenade Les équipes en lice jouent du hockey « 50/50 ». Les Carolina Hurricanes et les New Jersey Devils sont toujours considérés comme les plus grands challengers de New York, mais les deux équipes trouvent pas mal de sable dans le moteur. Alors que les Carolina Hurricanes occupent la troisième place, les Devils ne sont que septièmes. Le plus gros problème de Raleigh et du « Shore » est sans aucun doute le tandem sous la barre. Avec les Devils dans le cinq de base en GA/G, les Hurricanes sont à ligue moyenne.

Pourtant, pour les deux franchises, le tonneau est à moitié plein. Carolina est mieux décrite comme Jeckyll &amp ; Hyde cette saison, mais derrière le statistiques de base Les choses commencent à s’améliorer pour les hommes de l’entraîneur Rod Brind’Amour. Le powerplay en particulier est (sub)top NHL et le penalty-kill est également en hausse après un début misérable. En revanche, la saison des Devils a été une accumulation de malchance. Avec Nico Hischier et Timo Meier toujours dans le sac et la perte de Jack Hughes pour au moins cinq matchs, l’équipe a vacillé. Pour Lindy Ruff, il est donc agréable de voir Jesper Bratt (23 points) et Tyler Toffoli (16 points) – en l’absence de – tirer la charrette.

Par rapport aux Philadelphia Flyers, les Washington Capitals constituent une surprise encore plus grande dans la lutte pour la première place. L’équipe de l’entraîneur principal Spencer Carbery est sur une pente ascendante après une première semaine médiocre, et en est maintenant à cinq victoires consécutives. Pour sa première saison en tant qu’entraîneur principal dans la LNH, Carbery – malgré le désarroi du GM Brian MacLellan – obtient des résultats satisfaisants.

La grande force de Washington est le penalty-kill, qui représente un mois entier ( !). propre est restée. Mercredi dernier, les Buffalo Sabres ont brisé cette série. Même si le pourcentage n’est pas encore au rendez-vous, Carbery s’efforce également de procéder aux ajustements nécessaires sur le powerplay. Le Canadien de 42 ans souhaite se débarrasser de la « routine d’Ovechkin » et a de toute façon dû adapter le jeu en l’absence de Backstrom.

LES PENGUINS DE PITTSBURGH VOIENT BRYAN REST ET RICKARD RAKELL SORTIR BLESSÉS

Les fans des Pittsburgh Penguins auraient également pu imaginer que cette saison serait un peu différente de ce qu’elle est aujourd’hui. La formation jaune et noire était considérée comme l’un des principaux outsiders pour les playoffs après l’affaire Erik Karlsson, mais elle se trouve actuellement juste au-dessus de la barre des 0,500. Portée par le suspects habituels Evgeni Malkin, Sidney Crosby et EK65, l’équipe de l’entraîneur Mike Sullivan a encore besoin de beaucoup de vent dans ses voiles.

Deux autres revers se sont ajoutés mardi dernier. Bryan Rust et Rickard Rakell se sont tous deux blessés après l’entraînement du matin. Alors que le diagnostic de Rust à ce jour au jour le jour Avec Rust, Rakell semble être absent pour une période prolongée en raison d’une blessure au haut du corps. La saison de Rakell a été très médiocre jusqu’à présent, mais la production de Rust a manqué lors du match contre les New York Rangers (défaite 1-0). En première ligne avec Crosby, l’Américain de 31 ans a déjà marqué 16 points (9 buts, 7 passes).

DIVISION CENTRALE

PETER DE BOER MODIFIE L’ATTAQUE A DALLAS

Les Dallas Stars sont l’un des favoris pour la Coupe Stanley cette saison. L’équipe de l’entraîneur Peter DeBoer est équilibrée mais surtout solide. Malgré de bonnes performances dans le sud des Etats-Unis, ils n’hésitent pas à modifier leur effectif. Lors du choc contre les New York Rangers (victoire 6-3, ndlr), la première ligne a été déstructurée et Jason Robertson et Jamie Benn se sont échangés les postes.

C’est d’ailleurs la première fois dans la carrière de Peter DeBoer à Dallas que l’entraîneur en chef teste et modifie les compositions d’équipe. Après le départ de Rick Bowness en juin 2022, l’entraîneur principal s’est installé à Dallas en provenance de Sin City et s’en tient le plus souvent à des routines. Le fait qu’il soit intervenu lors du match contre les Rangers montre qu’il a du cran. Jason Robertson a été écarté de ses coéquipiers Roope Hintz et Joe Pavelski, non sans raison. La superstar de Dallas comptait déjà sept matches sans victoire en 5 contre 5 et Jamie Benn a fait de même avec huit matches d’affilée. Et ce, même si les deux hommes sont en voie de guérison cette saison.

Cela n’a certainement pas nui aux maillots verts. Jamie Benn, en particulier, a semblé aussi tranchant qu’un couteau et, avec Hintz et Pavelski, la distribution du palet a été d’un haut niveau. Son but de liaison en deuxième période a posé les bases de la victoire 6-3, avec cinq ( !) buts en troisième période.

RYAN MCDONAGH REVIENT DANS L’ÉQUIPE DES PREDATORS DE NASHVILLE

Le Blue-liner Ryan McDonagh a fait son retour dans l’équipe des Predators de Nashville mercredi dernier. L’Américain de 34 ans avait été écarté des terrains en raison d’une blessure au bas du corps depuis le 2 novembre et a fait son retour sous le maillot jaune lors de la victoire 4-2 contre les Calgary Flames. Avec son coéquipier Roman Josi, McDonagh a immédiatement enregistré deux passes décisives. En première période, le joueur de ligne bleue a tactiquement déposé le palet dans la zone offensive avec un tir le long de la bande, après quoi Ryan O’Reilly a complété le tour de passe-passe de manière experte. En supériorité numérique, « McD » a trouvé Juuso Parssinen en troisième période, qui a porté le coup de grâce à Calgary en inscrivant le 4-1.

L’entraîneur en chef Andrew Brunette pourrait également bénéficier des services de Luke Schenn dans un avenir prévisible. Le joueur de ligne bleue transféré de Toronto n’a participé qu’au match d’ouverture contre le Lightning de Tampa Bay jusqu’à présent, mais il s’est retiré en raison d’une blessure au bas du corps. Après une période d’observation de quatre à six semaines, le Canadien est également en lice pour un retour.

L’équipe de Nashville dispose donc à nouveau d’une ligne bleue presque complète. Alors qu’avec l’arrivée de Ryan O’Reilly, entre autres, elle était en grande partie sur un pied d’égalité avec les autres équipes. course Si l’on espérait une participation aux séries éliminatoires, la performance du Tennessee n’est pas encore vraiment en train de tomber. Les progrès ne sont pas soutenus et avec un 8-10-0 record Les Predators occupent la sixième place de la division centrale. Pourtant, la lumière brille au bout du tunnel, puisqu’avec une série de 3 matchs, les Predators ont réussi à se hisser au sommet de la hiérarchie. série de trois victoires un départ a été pris.

TAYLOR HALL PASSE SOUS LE BISTOURI ET MET SA LIGNE EN PÉRIL JUSQU’À LA FIN DE LA SAISON

Les Chicago Blackhawks ont vu l’une de leurs forces les plus importantes s’effondrer cette saison. Taylor Hall doit passer sous le bistouri pour une blessure aux ligaments croisés et est mis à l’écart pour le reste de la saison. Le MVP de la saison 2018 est arrivé de Boston l’été dernier et a été nommé principalement comme « guide en or » pour le talent générationnel Connor Bedard.

Après un faux départ dû à une blessure à l’épaule, le lien tant désiré entre Bedard et Hall a été plus que manifeste et, avec Corey Perry et Nick Foligno, le… premier du classement général de 2010, l’étoile du Canadien de 18 ans brille. Jusqu’à présent, Hall a marqué deux buts et délivré deux passes décisives.

Ce n’était pas la seule pilule amère à Chicago, d’ailleurs. Corey Perry a été un scratch salutaire. L’entraîneur Luke Richardson n’a pas révélé la situation de l’attaquant de 38 ans par la suite, mais il était également absent de l’entraînement de jeudi matin. Le Front Office a publié une déclaration, parlant d’un Une « décision organisationnelle » a été mentionnée.

DIVISION PACIFIQUE

LE KRAKEN DE SEATTLE OUBLIE DE GAGNER

Après un excellent exercice 2022-2023, les Kraken de Seattle ne pouvaient qu’être déçus, mais pour l’instant les choses ne vont pas trop mal pour la plus jeune franchise de la NHL. Un titre de division ou même une place parmi les trois premiers du Pacifique semble trop élevé, mais une wildcard est certainement à nouveau possible.

Ils peuvent déjà se rendre service en conservant un peu plus souvent leur avance. Aucune équipe de la NHL n’a perdu l’avantage aussi souvent que le Kraken de Seattle. A six reprises déjà, l’équipe de Dave Hasktol a dû regarder son adversaire revenir au score. Dans The Battle of the Sea contre les Sharks, ils n’ont pas eu de mal à le faire. Le Kraken s’est facilement imposé en battant San Jose 7-1. Les Sharks attendent donc toujours leur première victoire à l’extérieur.

LA VIEILLE CHANSON À EDMONTON

D’ailleurs, dans cette division, Edmonton n’est pas en reste. Eux aussi mettent régulièrement leurs adversaires en difficulté pour ensuite quitter la glace avec une défaite. Mercredi, face aux Carolina Hurricanes, il n’en a rien été. Les Hurricanes ont pris une avance de 4-0 en première période, ont vu les Oilers revenir, mais ont offert à leurs supporters une victoire de 6-3 juste avant Thanksgiving.

Après deux victoires sous la direction de Kris Knoblach, il s’agit de la troisième défaite consécutive sous la houlette du nouvel entraîneur. Connor McDavid a marqué 4 buts sous le nouveau règne, mais Leon Draisaitl est à sec depuis quatre matches. L’Allemand a récolté 8 points lors des cinq dernières rencontres, dont 4 (1G, 3A) lors du premier match sous Knoblauch contre les Islanders. L’orgueil d’Edmonton n’arrive toujours pas à se mettre à l’abri d’une série de victoires. Lentement mais sûrement, ils vont commencer à se faire du souci, car les wildcards sont à 10 points pour l’instant.

PAS CETTE FOIS LES ENFANTS

Parmi les fans de football, c’est une expression populaire pour les voisins de l’Est. Vous n’avez pas gagné contre eux tant qu’ils ne sont pas dans le bus. C’est à Anaheim que l’on trouve la version de ce dicton dans la LNH. Les Anaheim Ducks sont jeunes, se débrouillent étonnamment bien et font preuve de résilience. Ils ont disputé 19 matches cette saison, en ont gagné neuf et, parmi ceux-ci, ont remonté un déficit à cinq reprises. Dans la Conférence Ouest, c’est une performance inégalée pour cette jeune équipe.

Mercredi, la sixième remontée semblait se dessiner. Les Canadiens de Montréal avaient pris une avance de 3-1, mais grâce notamment à un autre excellent Mason McTavish (2 buts), les Ducks ont égalisé. Martin St. Louis a pu constater avec satisfaction que son équipe ne s’est pas relâchée. Avec son deuxième but de la partie, Alex Newhook a fait basculer le match en faveur des visiteurs québécois : 4-3.

Un beau succès pour les Habs, qui avaient perdu quatre matchs d’affilée. Accessoirement, il s’agit aussi de la première victoire en match réglementaire de Montréal à Anaheim depuis 2004. Et une victoire qui peut certainement être attribuée à Sam Montembeault.

A lire également